Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'héliotin de Verna (Schinia verna) au Canada

Taille et tendances des populations

On ne connait pas la taille ni les tendances actuelles des populations canadiennes de S. verna. L’observation la plus récente est constituée par le spécimen qu’a récolté G. Anweiler près de Jenner, en Alberta, en 2000. Comme les populations d’héliotins ont normalement une répartition localisée, cette observation représente sans doute une population existante plutôt qu’un individu égaré capturé au hasard. À l’époque, les chercheurs ne connaissaient pas l’identité du spécimen et n’ont donc pas entrepris de recherches approfondies pour en découvrir d’autres dans la région. Les travaux que nous avons faits en 2003 et 2004 dans la plupart des localités où l’espèce a été récemment observée ne nous ont pas permis de trouver ces populations (figure 4; annexe 1). Comme les colonies de plantes hôtes étaient assez visibles et même parfois abondantes dans ces localités et que nous n’avons pas réussi à y trouver le S. verna, il semble que l’abondance de l’espèce pourraient dépendre de facteurs environnementaux moins évidents, comme le type de sol ou le caractère cyclique de la dynamique des populations. La rareté des mentions de l’espèce et la date récente de sa découverte signifient toutefois que le S. verna est peut-être réellement rare. D’autres recherches de terrain devront être effectuées avant que la taille des populations ne puisse être évaluée.

Il est probable que la taille des populations dépend de la qualité et de la disponibilité des plantes hôtes, qui dépendent à leur tour du régime de perturbation, notamment lié au broutage par le bétail. On manque de données sur la dynamique des populations des diverses espèces du genre Schinia. Swengel et Swengel (1999) ont toutefois constaté que la taille d’une population de Schinia indiana (Smith) avait varié considérablement au cours d’une période de cinq ans. Il est possible que les populations du S. verna aient une dynamique semblable et que cette espèce ait échappé à la détection durant les années où ses effectifs étaient très faibles.