Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la violette pédalée au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Au Canada, le Viola pedata est rare et se trouve à la limite nord de son aire de répartition. Il constitue une importante source de nourriture pour plusieurs espèces de papillons, notamment un argynne, le Speyeria idalia. Cette espèce est en péril dans nombre d’États où elle est présente (jugée préoccupante par le U.S. Fish and Wildlife et disparue dans cinq États). Le S. idalia figure sur la liste des espèces disparues d’Ontario établie par le Centre d'information sur le patrimoine naturel et ne s'observe que sporadiquement dans la province, où il n'a probablement plus de populations permanentes (Layberry et al., 1998; D. Fraser, comm. pers.), sans doute à cause de la diminution historique de la violette pédalée, dont se nourrissent les chenilles de l’espèce.

Les violettes ont une riche histoire ethnobotanique, et la violette pédalée, qui était employée par les Premières nations, n'y fait pas exception. On trouvera un article décrivant l'emploi que les Autochtones faisaient du Viola pedata (D. Fraser, comm. pers, 2002) à The Ethnobotanical Uses of the Genus Viola by Native Americans (en anglais seulement).