Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Héliotin blanc satiné (Schinia bimatris) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

Des individus de Schinia bimatris ont été récoltés dans le sud‑ouest du Manitoba et depuis le Nebraska jusque dans l’est du Texas, vers le sud, et dans les États côtiers du golfe du Mexique jusqu’en Alabama, vers l’est. La présence de l’espèce a également été signalée à plusieurs reprises en Caroline du Sud (figure 2). Sa présence n’a cependant jamais été observée ni dans le nord de la Floride (J. Slotten, comm. pers.), ni en Géorgie (Adams, 2002). Un spécimen portant la mention « Oslar/Rico, Col. », dans la collection Rothschild du British Museum of Natural History (annexe 1), constitue la seule mention de l’espèce au Colorado (M. Honey, comm.  pers.). Ce spécimen a été capturé à près de 800 km des populations connues les plus proches. Enfin, la mention « Cochise Co., Arizona » (Ferguson et al., 1999) résulte d’une erreur de cartographie (C. Harp, comm. pers.).

Aire de répartition canadienne

Avant 2003, les seuls spécimens connus du Canada se limitaient à la douzaine de spécimens récoltés entre 1910 et 1927 dans la région d’Onah et d’Aweme, à proximité de l’actuelle ville de Brandon (Manitoba) (figure 3). En juillet 2003, l’espèce a été redécouverte par J. Troubridge et D. Lafontaine lorsque 11 individus ont été pris près des sites historiques des dunes Spirit, dans le parc provincial Spruce Woods (Manitoba) (annexe 1). D’après les informations actuellement disponibles, l’aire de répartition de l’espèce pourrait être très isolée. Selon les mentions historiques et récentes de la présence de l’espèce au Canada, la zone d’occurrence couvre une superficie d’environ 250 km² et peut être plus petite si les enregistrements initiaux sont actuellement ceux des dunes Spirit. L’espèce semble atteindre dans le sud du Manitoba la limite nord de son aire de répartition, et aucune population n’a été trouvée entre le Manitoba et Omaha, au Nebraska (annexe 1). Toutes les recherches visant à déceler la présence de l’espèce en Alberta et en Saskatchewan dans des habitats semblables aux dunes Spirit ont échoué (annexe 2). Aucune recherche du S. bimatris n’a été effectuée aux sites d’Aweme et d’Onah, car l’habitat à proximité de ces sites ne convient pas à l’espèce. En fait, il est probable que la douzaine d’individus connus de la région aient été récoltés à une certaine distance de ces sites puisque durant ses expéditions de collecte, N. Criddle, l’auteur des captures, s’éloignaient souvent passablement de sa ferme d’Aweme (Archives du Manitoba). Compte tenu des préférences de l’espèce en matière d’habitat, ces spécimens pourraient fort bien avoir été capturés dans les dunes Spirit.

Figure 2. Aire de répartition nord-américaine du Schinia bimatris.

Figure 2. Aire de répartition nord-américaine du Schinia bimatris

Figure 3. Localités de collecte au Canada du Schinia bimatris près de Brandon (Manitoba). Les cercles indiquent les endroits où l'espèce a été observée anciennement et dont les emplacements exacts sont incertains et peuvent représenter les collections du parc provincial Spruce Woods; le carré indique un enregistrement récent (SoftMap, 2001).

Figure 3.  Localités de collecte au Canada du Schinia bimatris près de Brandon (Manitoba)

Figure 3b. Habitats de dunes dans les Prairies où des recherches visant à déceler la présence du Schinia bimatris ont été effectuées. Le cercle plein représente l’endroit où la présence du S. bimatris a été observée, tandis que les cercles vides désignent les endroits où elle ne l'a pas été (voir les données détaillées à l’annexe 2).

Figure 3b.  Habitats de dunes dans les Prairies où des recherches visant à déceler la présence du Schinia bimatris ont été effectuées