Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Héliotin blanc satiné (Schinia bimatris) au Canada

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Au Manitoba, le S. bimatris est associé uniquement aux dunes et aux creux de déflation actifs (figure 4). Il conviendrait d’effectuer des relevés dans les dunes stabilisées du parc provincial Spruce Woods afin de déterminer si ce type d’habitat est également adéquat. Ces dunes, qui présentent un couvert végétal plus dense que les dunes Spirit, incluent les dunes de Souris, d’Oak Lake, de Lauder, de Routledge et de Saint-Lazare, dans le sud-ouest du Manitoba (Wolfe, 2001).

Figure 4.  Habitat du Schinia bimatris, dunes Spirit, parc provincial Spruce Woods (Manitoba). Photographie : C. Schmidt.

Figure 4.  Habitat du Schinia bimatris, dunes Spirit, parc provincial Spruce Woods (Manitoba)

Le parc provincial Spruce Woods est situé dans l’écorégion de la prairie-parc à trembles (Gauthier et al., 2001). Les dunes Brandon, qui ont été formées par des sédiments glaciolacustres du lac glaciaire Agassiz et façonnées par des processus éoliens après la déglaciation, caractérisent la géologie de surface locale (David, 1977).

Dans le sud-est des États-Unis, l’espèce se rencontre dans des peuplements de pin des marais (J. Slotten et V.A. Brou Jr., comm. pers.). Ces peuplements sont caractérisés par un sous-étage clairsemé d’herbacées dont la pérennité, anciennement, était assurée par des feux fréquents. Aujourd’hui considérés comme un écosystème menacé aux États-Unis, ils abritent de nombreuses espèces préoccupantes d’amphibiens et de reptiles (Noss, 1989).

Tendances en matière d’habitat

Les dunes Spirit (figure 4) couvrent une superficie d’environ 5 km². Les dunes actives n’occupent qu’environ 0,2 km² de ce territoire (Vance et Wolfe, 1996). La proportion de dunes actives semble être demeurée relativement stable depuis les années 1960. Anciennement, durant les années 1920, les dunes actives couvraient une superficie beaucoup plus grande, soit au moins 145 ha, mais au cours des 80 dernières années qui ont suivi, elles ont affiché un recul de 10 à 20 p. 100 environ par décennie (figure 4b; Vance et Wolfe, 1996). Ce déclin d’habitats de dunes actives représente probablement un déclin de la taille de la population de papillons nocturnes. Selon certaines études récentes, il semble que l’activité dunaire ait augmenté sous l’influence du réchauffement climatique et d’une hausse de l’aridité (Wolfe, 1997), mais ne représente pas nécessairement une augmentation de l’habitat convenable pour l’héliotin blanc satiné. Historiquement, les perturbations naturelles, telles que le pâturage par les bisons et les feux de prairies, faisaient en sorte que les dunes Spirit demeuraient actives. Bien que la stabilisation de ces dunes envahies par la végétation puisse avoir arrêté au cours des années récentes et soit même en voie de se renverser; la réactivation des dunes est peut-être maintenant attribuable à des températures plus élevées et à des conditions de sécheresse causées par le changement climatique. Bien que cette réactivation puisse produire d’autres habitats de dune actifs, il est possible que l’héliotin nécessite les conditions davantage humides qui prévalaient par le passé. Si tel est le cas, le changement actuel vers des conditions plus chaudes et arides peut ne pas fournir un habitat convenable pour l’espèce (J. Duncan, comm. pers.).

Même si les dunes sont répandues dans le sud des provinces des Prairies, les creux de déflation sont peu nombreux et se rencontrent principalement dans les dunes Middle en Alberta et Great en Saskatchewan et, dans une moindre mesure, dans les dunes Brandon au Manitoba (Wolfe, 1997).

Comme il n’existe aucune mention ancienne ou récente du S. bimatris dans des habitats semblables en Alberta et en Saskatchewan, il semble peu probable que l’espèce soit présente dans d’autres régions au Canada. De plus, les dunes Brandon se trouvent dans une région humide à subhumide, tandis que les dunes de prairie qui se trouvent ailleurs au pays sont exposées à un climat beaucoup plus aride (Wolfe, 1997).

Un échantillonnage dirigé devrait être réalisé dans les habitats de dunes, en particulier ceux qui abritent la plante-hôte présumée. La population la plus rapprochée pourrait se trouver dans le champ de dunes Minot, au Dakota du Nord, à environ 200 km au sud-ouest (Forman et al., 2001).

Figure 4b. Photographies aériennes des dunes Spirit (Manitoba) montrant la stabilisation récente des dunes. Les zones claires correspondent aux creux de déflation actifs en 1990 (A), en 1928 (B) et en 1947 (C). (Photographies tirées de Wolfe et al. [2000] et reproduites avec la permission de l’auteur.)

Figure 4b.  Photographies aériennes des dunes Spirit (Manitoba) montrant la stabilisation récente des dunes. Les zones claires correspondent aux creux de déflation actifs en 1990 (A), en 1928 (B) et en 1947 (C). (Photographies tirées de Wolfe et al. [2000]et reproduites avec la permission de l’auteur.)

Protection et propriété

L’habitat de la population du Manitoba se trouve dans le parc provincial Spruce Woods et la base canadienne des forces armées (BFC) de Shilo, qui relèvent respectivement des autorités provinciales et fédérales. La totalité de la population existante se trouve dans le parc provincial Spruce Woods et bénéficie à ce titre d’une protection légale.