Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur la martre d’Amérique (population de Terre Neuve) au Canada - Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

La capture accessoire dans les pièges et les collets et la perte d’habitat due principalement à l’exploitation forestière constituent les principaux facteurs limitatifs. Les facteurs limitatifs secondaires sont la perte d’habitat due aux feux et aux dommages causés par les insectes ainsi qu’un bassin de proies limité.

L’habitat de la martre de Terre-Neuve ne se limite pas aux forêts matures et surannées (Hearn et al., 2005); on peut donc se demander si la perte d’habitat résultant de la récolte du bois est réellement le facteur limitatif le plus important, comme le proposaient Forsey et al. (1995).

Une épidémie d’encéphalite, sans doute causée par la maladie de Carré, a tué 10 des 40 individus étudiés au lac Little Grand en 1986-1987 (Bissonette et al., 1989; Fredrickson, 1990). Ni maladies ni problèmes parasitaires importants n’ont été relevés depuis (J. Brazil, comm. pers., 2007). Une mortalité catastrophique, jointe à d’autres facteurs limitatifs et menaces, pourrait accroître considérablement le risque de disparition (Thompson, 2004).

Le bassin de proies est plus limité que dans d’autres parties de l’aire de répartition de la martre en Amérique du Nord. Les introductions de proies, notamment le lièvre d’Amérique et, récemment, le campagnol à dos roux de Gapper (Hearn et al., 2005), pourraient renforcer la viabilité de la martre à Terre-Neuve. En revanche, l’accroissement concomitant des populations de prédateurs pourrait menacer la martre.

La capture accessoire de martres dans les collets tendus pour les lièvres d’Amérique et, dans une moindre mesure, dans les collets et les pièges tendus pour les renards roux, est une cause importante de mortalité chez la martre de Terre-Neuve (Forsey et al., 1995). Les Terre-neuviens capturent environ 1,8 million de lièvres d’Amérique par année au moyen de collets ou d’autres dispositifs (Forsey et al., 1995). Comme les collets tendus à l’intention des lièvres ne sont pas sélectifs, ils prennent accessoirement des martres (Proulx et al., 1994). On rapporte une moyenne annuelle de 5 captures accessoires de martres dans des collets, mais des chercheurs ont recensé une mortalité de 10 à 17 martres lors d’une enquête active menée auprès de personnes ayant piégé le lièvre au collet de 1984 à 1987 (Forsey et al., 1995). On considère cette source de mortalité comme un obstacle majeur pour les martres qui se dispersent des refuges aux habitats vacants non protégés (Forsey et al., 1995; Thompson et Curran, 1995). Le degré de conformité des trappeurs dans les zones où la pose de collets est interdite ou restreinte aux collets modifiés n’a pas été évalué.

Proulx et al. (1994) ont proposé un système de collet permettant de capturer le lièvre d’Amérique tout en laissant échapper les martres. On a mis à l’essai des fils de collet qui retiennent les lièvres, mais libèrent les martres en tirant profit des différences dans le mouvement de torsion et dans la tension exercés par la martre et le lièvre (Fisher et Twitchell, 2003 et 2004). Sur 5 235 km² du territoire de Terre-Neuve, soit dans les régions de Corner Brook-lac Grand, du lac Red Indian, du Gros Morne et de Terra Nova, l’utilisation de collets et de pièges modifiés est obligatoire.