Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Chevêche des terriers au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

La Chevêche des terriers habitait autrefois couramment les milieux ouverts dans la majeure partie de l’ouest des États-Unis et dans certains secteurs méridionaux de l’Ouest canadien. Elle est aujourd’hui rare dans l’ensemble de son aire de répartition au Canada, qui ne couvre plus que le tiers de la superficie qu’elle occupait au début des années 1990, et est en déclin partout ailleurs, sauf au cœur de l’aire dans le Midwest des États-Unis. Malgré toute l’attention que portent les scientifiques et les organismes gouvernementaux à l’espèce, on ignore toujours quels facteurs sont finalement à l’origine de ce déclin (voir les analyses à ce sujet dans Holroyd et al., 2001; Wellicome et Holroyd, 2001; McDonald et al., 2004). Le phénomène ne peut vraisemblable­ment s’expliquer que par un unique facteur, et semble plutôt dû aux impacts cumulatifs de plusieurs menaces, dont beaucoup pourraient être en interaction. Les mesures de conservation ont permis de mobiliser les propriétaires des prairies canadiennes autour d’une initiative de sauvegarde de l’habitat de la Chevêche des terriers. Mais on ignore encore dans quelle mesure les dangers potentiels (la disparition de l’habitat, les pesticides) auxquels est exposée l’espèce durant la migration et dans les aires d’hivernage contribuent aux déclins en cours.