Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de Rétablissement de l'Épaulard [projet]

1.6 Activités déjà réalisées ou en cours

1.6.1 Recherche

En Colombie-Britannique, depuis le début des années 1970, des chercheurs du MPO, de l’Aquarium de Vancouver ainsi que d’universités ont entrepris des études intensives sur le terrain portant sur l’épaulard résident et migrateur. Depuis ce temps, l’identification photographique annuelle des différents épaulards sert de fondement à des études sur leur cycle biologique, leur acoustique, leur génétique et leur spécialisation alimentaire. Ces études, conjuguées à une collaboration transfrontalière avec des chercheursdes États de Washington,dela Californieetde l’Alaska, se sont révélées d’une valeur inestimable pour nous permettre de mieux comprendre le cycle biologique et l’écologie de la population migratrice dont l’aire de répartition s’étend sur la côte Ouest. Un résumé des recherches actuelles figure ci-après.

Les données sur le cycle biologique sont recueillies au moyen de la documentation photographique d’individus effectuée chaque année, dans la mesure du possible. L’estimation de la longévité, des taux de natalité et de la survie entre autres, ainsi que l’estimation de l’abondance générale de la population reposent fortement sur la capacité d’identifier et de suivre des individus au fil du temps. Cette capacité sert également de fondement à l’analyse d’autres données, comme les analyses de l’acoustique et des contaminants. On comprend mieux le comportement et les préférences alimentaires de l’épaulard grâce aux observations directes et au prélèvement de fragments de proies qui sont effectués ainsi qu’à l’utilisation d’enregistreurs de données acoustiques et d’enregistreurs de temps et de profondeur.

On analyse actuellement des échantillons obtenus par biopsie afin de détecter la présence de contaminants chimiques chez l’épaulard. Ces analyses fournissent des données sur les charges de contaminants que présentent les prédateurs de niveau trophique supérieur, y compris les humains. Jusqu’ici, les analyses ont révélé que l’épaulard compte parmi les mammifères marins les plus contaminés au monde. On analyse également la présence de contaminants chez les espèces-proies de l’épaulard, en particulier le phoque commun. Les échantillons prélevés chez ces espèces-proies reflètent aussi la charge de contaminants des prédateurs de niveau trophique supérieur, sont plus faciles à prélever (en fonction de l’âge et du sexe) que ceux provenant de l’épaulard et servent à évaluer la qualité du régime alimentaire de l’épaulard migrateur (c’est-à-dire une mesure de l’exposition à des contaminants par l’intermédiaire du régime alimentaire). Grâce à des initiatives en cours telles que l’examen réglementaire des produits chimiques d’Environnement Canada et les programmes non gouvernementaux comme le Guide à l’usage du plaisancier et Pelouses sans pesticides de même que la mise en œuvre du Plan d’action du bassin de Georgia (Environnement Canada, 2003), les apports en contaminants dans l’environnement ont été efficacement réduits.

On recueille actuellement des données sur la structure démographique et les modes d’accouplement de l’épaulard migrateur au moyen de l’analyse génétique d’échantillons obtenus par biopsie. Jusqu’à présent, ces études ont montré que les épaulards migrateurs, résidents et océaniques sont génétiquement distincts, ce qui donne à penser qu’ils ne se croisent pas entre eux (Barrett-Lennard, 2000).

Les vocalisations sous-marines de l’épaulard migrateur sont suivies directement à l’aide d’hydrophones pendant les observations et aussi au moyen d’hydrophones placés à distance. En outre, ces derniers peuvent se révéler utiles pour suivre l’utilisation de l’habitat au cours des périodes de l’année pendant lesquelles les chercheurs ne peuvent pas travailler en mer.

L’épaulard fait l’objet d’un suivi visant à détecter la présence de maladies infectieuses chez lui et à connaître son état de santé général au moyen de l’échantillonnage effectué dans le cadre d’une nécropsie, et plus récemment, au moyen de l’analyse des échantillons d’exhalations ou de matières fécales provenant d’épaulards à l’état sauvage.

On utilise pour l’épaulard des modèles bioénergétiques combinés à des données sur l’abondance historique de l’otarie de Steller et du phoque commun en Colombie-Britanniquepour estimer la taille maximale de la population d’épaulards migrateurs qui aurait pu être maintenue par les pinnipèdes.

Le MPO entreprend actuellement une évaluation du potentiel de rétablissement (EPR) dans le but d’étudier les paramètres du cycle biologique de l’épaulard migrateur, y compris la capacité de la population de croître et de se rétablir. Ce travail éclairera la détermination du rétablissement de la population et facilitera l’établissement des objectifs démographiques futurs.

L’équipe responsable de l’étude écologique de l’épaulard, composée de chercheursprovenant de la Californieàl’Alaskaqui examinent des questions à l’échelle de l’aire de répartition des épaulards, a proposé un programme de recherche bilatéral Canada/États-Unis. Ce programme à vaste échelle et pluriannuel à la grandeur du Pacifique Nord vise à étudier le rôle écologique de l’épaulard migrateur et ses effets sur des espèces de mammifères marins en voie de disparition.

1.6.2 Gérance et gestion

Les programmes de surveillance et d’éducation à l’égard de l’observation des baleines fondés sur la gérance continuent de promouvoir l’adoption de comportements sécuritaires par les propriétaires de bateau en présence d’épaulards migrateurs. À l’heure actuelle, ces programmes touchent le détroitde Johnstoneet les eaux transfrontalièresdu détroitde Georgia, du détroit de Juan de Fuca ainsi que les passages et les chenaux de communication connexes. Le MPO a récemment mis à jour les lignes directrices du code de conduite « Respectez les baleines » qui propose aux propriétaires de bateau d’adopter des comportements appropriés à proximité des baleines.

Les observations et les rencontres d’épaulards faites par des membres du public sont documentées de l’une des deux manières suivantes. Si un membre du public observe ou rencontre un épaulard vivant, il transmet l’information au réseau BC Cetacean Sightings Network (http://www.wildwhales.org/stewardship/sightings.intro.html). Qu’il s’agisse d’un individu blessé ou mort, d’un individu interagissant avec les humains d’une manière inhabituelle ou bien d’une possible violation, le MPO recueille l’information. Tout incident peut être signalé grâce à une ligne directe accessible 24 heures par jour au 1-800-465-4336. Dans la mesure du possible, des nécropsies sont pratiquées et peuvent fournir de l’information sur le régime alimentaire, la cause de décès, les charges de contaminants et d’autres aspects d’intérêt biologique concernant l’épaulard.

Environnement Canada revoit actuellement son projet de Stratégie de gestion du risque pour les polybromodiphényléthers (PBDE), en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE). Cette stratégie appuie l’interdiction de plusieurs formes de PBDE (mais pas de toutes) que l’on sait se bioaccumuler chez l’épaulard.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a établi des protocoles pour protéger les mammifères marins contre la perturbation ou les dommages causés par l’utilisation de sonars actifs militaires. L’Ordre du Commandement maritime46-13 pour la prise de mesures d’atténuation à l’intention des mammifères marins exige que l’on évite d’utiliser un sonar chaque fois qu’un mammifère marin est observé dans la zone d’évitement définie dans le cadre de ces mesures d’atténuation, qui est établie spécifiquement pour chaque type de sonar. À cette fin, le personnel du bateau reçoit une formation relative à l’identification et à la détection des mammifères marins.

Le MPO a élaboré une version provisoire d’unénoncé des pratiques canadiennesintitulé Atténuation des incidences des levés sismiques dans le milieu marin (MPO, 2005a) afin de se pencher sur les préoccupations concernantl’effet potentiel des activités  sismiques sur les mammifères marins et d’autres formes de vie marines. Un processus derévision et deconsultation plus approfondie en lien avec l’énoncé provisoireest en cours. Dans larégion du Pacifique, chaque relevé sismique proposé est passé en revue par des experts des mammifères marins du MPO, et des mesures d’atténuation sont élaborées en fonction de l’espèce préoccupante présente dansla zone visée par les levés,pour chaque projet. Il faut procéder à une évaluation plus approfondie afin de déterminer la nature et l’ampleur de cette menace et l’efficacité de ces mesures d’atténuation.

Le rapport de situation du COSEPAC sur l’épaulard fait actuellement l’objet d’une révision. Ce nouveau rapport fournira de l’information à jour sur la situation de la population d’épaulards migrateurs et comprendra un examen des menaces qui pèsent maintenant sur la population.

1.7 Lacunes dans les connaissances

1.7.1 Lacunes dans les données relatives à la population migratrice

  • L’estimation exacte de toute la population migratrice de la côte Ouest présente de nombreuses difficultés et constitue une préoccupation urgente. Or, il est prioritaire de réaliser un consensus parmi les chercheurs afin que l’on puisse établir des critères pour définir et recenser la population.
  • On ne connaît pas encore les paramètres du cycle biologique propres à la population migratrice, la principale raison étant qu’une partie importante de la population n’est pas observée de façon fiable chaque année. Il est particulièrement difficile d’établir avec précision les taux de mortalité en raison des longs intervalles qui séparent les ré-observations de bon nombre d’individus de la population. Le fait de déployer des efforts plus soutenus pour rencontrer l’épaulard migrateur en particulier aiderait à atténuer ce problème et permettrait d’acquérir des données sur l’acoustique, la génétique, la répartition et les comportements de l’animal, ce qui comblerait de nombreuses autres lacunes quant aux connaissances sur cette population. On utilise actuellement des méthodes statistiques, comme des techniques de marquage-recapture (ou observation-ré-observation) pour estimer l’abondance de la population.
  • L’abondance historique de l’épaulard migrateur demeure inconnue. Or, si l’on dispose de meilleures estimations de l’abondance historique de la population, il sera plus facile d’établir des cibles valables pour son rétablissement.
  • On ne comprend pas bien les conséquences démographiques d’une population de petite taille ni ses effets sur la durabilité et la viabilité de la population d’épaulards migrateurs. Une meilleure compréhension des rapports génétiques tant à l’intérieur des populations migratrices qu’entre elles permettra de déterminer l’effectif requis pour
  • Les effets des catastrophes environnementales sur l’abondance de l’épaulard migrateur et de ses proies ainsi que sur son habitat ne sont pas bien compris; il en est de même des effets qu’ont les changements climatiques ou environnementaux sur l’épaulard migrateur, ses proies et son habitat.

1.7.2 Lacunes dans les connaissances relatives à la répartition

  • Les membres de la population migratrice de la côte Ouest se déplacent sur un vaste territoire, et leur répartition spatiale et temporelle n’est pas bien comprise. Pour une petite partie de la population seulement, on a estimé les zones ou les domaines vitaux préférés de certains individus.
  • On n’a pas déterminé l’habitat essentiel et important pour l’épaulard migrateur.

1.7.3 Lacunes dans les connaissances relatives au régime alimentaire

  • Même s’il est bien connu que l’épaulard migrateur s’attaque à des mammifères marins, de nombreuses questions demeurent quant à son alimentation et à ses besoins énergétiques pendant l’année. On ne connaît pas bien dans quelle mesure il dépend de certaines espèces-proies. On ne connaît également pas bien la facilité avec laquelle il passe d’une espèce-proie à l’autre ni la raison qui le pousse à le faire. Enfin, on ne comprend également pas bien les stratégies d’alimentation qu’il utilise pour détecter et réussir à attraper sa proie.
  • On ne dispose pas de renseignements sur les conséquences des changements qui sont survenus chez les populations de proies. Ce fait est particulièrement préoccupant, car on a observé un déclin chez les populations de proies dans l’ouest de l’Alaska et l’épaulard migrateurdu golfe de l’Alaska semble privilégier d’autres espèces-proies importantes.Comme on sait peu de choses sur la répartition et l’abondance des petits cétacés en Colombie-Britannique, il est donc difficile de connaître leur rôle dans le régime alimentaire de l’épaulard migrateur pendant l’année.
  • On n’a pas encore établi les profils des acides gras et des contaminants qui pourraient nous fournir des renseignements supplémentaires sur l’éventail complet des proies de l’épaulard migrateur de la côte Ouest.
  • Les indicateurs de la santé des populations de proies à l’état sauvage ne sont pas bien établis. Généralement, on ne recueille des données que sur les petits cétacés et les pinnipèdes échoués.

1.7.4 Lacunes dans les connaissances relatives aux contaminants

  • On manque nettement de données sur le large éventail de contaminants environnementaux d’origine anthropique auxquels sont exposés l’épaulard migrateur et ses proies.
  • On ne dispose pas de données de référence sur les concentrations de contaminants chez les mâles, les femelles et les jeunes épaulards ni sur les tendances au fil du temps.
  • On comprend mal les effets des contaminants sur l’épaulard, tant à l’échelle individuelle et qu’à l’échelle de la population, ainsi que les effets qu’ils ont sur ses proies et son habitat. En outre, on ne connaît pas bien les effets des contaminants que les femelles reproductrices transmettent à leur progéniture.
  • On ne dispose que de très peu de données de référence sur les concentrations de contaminants, y compris d’hydrocarbures, dans l’environnementcôtier de la Colombie-Britannique (habitat de l’épaulard migrateur de la côte Ouest), ce qui rend difficile l’atténuation des sources possibles.
  • Les moyens dont on dispose pour évaluer la santé de l’épaulard à l’état sauvage (p. ex. biomarqueurs avec échantillons obtenus par biopsie) sont insuffisants.
  • La virulence des agents pathogènes chez l’épaulard n’est pas bien comprise.

1.7.5 Lacunes dans les connaissances relatives au comportement social

  • Les profils d’association de l’épaulard migrateur de la côte Ouest et les facteurs qui influent sur sa dispersion ne sont pas bien compris.
  • On ignore le degré de concurrence qui existe à l’intérieur des groupes d’épaulards migrateurs ou entre eux, et s’il s’agit d’un facteur dans la dispersion des individus (de manière temporaire ou permanente).
  • La reproduction de l’épaulard migrateur n’est pas bien comprise. Les mécanismes qu’ils utilisent pour éviter la consanguinité demeurent inconnus, en particulier du fait que tous les membres de la population de la côte Ouest partagent des appels sonores.
  • On comprend mal les rapports sociaux entre l’épaulard résident et l’épaulard migrateur. On ne connaît pas les rapports entre l’épaulard migrateur de la côte Ouest et d’autres populations d’épaulards migrateurs.

1.7.6 Lacunes dans les connaissances relatives aux perturbations

  • Les effets à long et à court terme de la perturbation physique (p. ex. transport de marchandises, observation des baleines) sur l’épaulard migrateur ne sont pas bien compris.
  • Les effets à long et à court terme de la perturbation acoustique (aussi bien chronique qu’aiguë) sur l’épaulard migrateur et sur sa proie ne sont pas bien compris.
  • Il existe très peu de données sur les niveaux de bruit ambiant dans toute l’aire de répartition du migrateur de la côte Ouest. Ces données permettraient d’obtenir un important cadre de référence pour l’évaluation des effets de la perturbation acoustique.
  • On doit étudier davantage les effets du stress associé à la perturbation chronique chez le migrateur.