Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport du COSEPAC sur la situation de la morue franche au Canada

Protection actuelle et autres désignations

Au Canada, la morue franche est protégée en vertu de la Loi sur les pêches et de la Loi sur les océans du gouvernement fédéral. Plusieurs populations de morue des eaux canadiennes sont gérées conjointement avec d'autres pays. Par exemple, le stock du banc Georges (division 5ej,m de l'OPANO) est géré de concert par le MPO, au Canada, et le National Marine Fisheries Service, aux États-Unis. Les stocks composant la population de Terre-Neuve-et-Labrador et la portion hauturière de la population de l'Arctique sont gérés conjointement par le Canada et les autres nations halieutiques, comme la Russie, le Portugal et l'Espagne, sous l'égide de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest (OPANO).

Autres désignations de la morue franche : UICN : espèce vulnérable; désignation de statut patrimonial mondial : G5.