Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la marmotte de l’île de Vancouver (Marmota vancouverensis) au Canada - Mise à jour

Introduction

La marmotte de l’île de Vancouver (M. vancouverensis) n’est présente que dans l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique (Nagorsen, 1987). Comme les autres membres du genre, le M. vancouverensis est un fouisseur herbivore qui hiverne (Barash, 1989). L’espèce a été décrite à partir de spécimens recueillis en 1910 (Swarth, 1911, 1912). Le M. vancouverensis se distingue des autres espèces par son caryotype (Rausch et Rausch, 1971), les caractéristiques de son crâne (Hoffmann et al., 1979), son pelage (Nagorsen, 1987) et son comportement (Heard, 1977). Il ressemble aux autres marmottes alpines par sa maturation sexuelle lente, son espérance de vie relativement élevée et la complexité de son organisation sociale (Bryant, 1996a). La caractéristique peut‑être la plus intéressante du M. vancouverensis est sa capacité à persister malgré la petite taille et la fragmentation de son habitat naturel. Les marmottes de l’île de Vancouver sont structurées en une métapopulation, composée de petites colonies qui se forment de temps à autre et disparaissent par la suite (Bryant, 1990; Bryant et Janz, 1996).

Une grande quantité de nouvelles informations ont été trouvées depuis la rédaction du rapport original sur la situation de l’espèce (Munro, 1979). Le M. vancouverensis a fait l’objet de dénombrements systématiques depuis 1979 (Bryant et Janz, 1996), d’études éthologiques (Heard, 1977), d’études de l’habitat et de l’alimentation (Milko, 1984; Martell et Milko, 1986), de travaux intensifs de marquage-recapture et de radiotélémétrie, et d’études génétiques (Bryant, 1990, 1996a, 1996b, en cours de rédaction). Le cycle biologique, la répartition et la démographie des marmottes de l’île de Vancouver sont maintenant bien connus, comparativement à ceux de certaines espèces de marmottes (Bibikov, 1996; Barash, 1989).

Les marmottes de l’île de Vancouver ont été classées comme en voie de disparition à l’échelle nationale (Munro, 1979) et dans la province de Colombie-Britannique (Munro et al., 1985). Une équipe de rétablissement a été officiellement créée en 1988, un plan de rétablissement rédigé en 1990 (Bryant, 1990), et le plan national de rétablissement publié en 1994 (Janz et al., 1994).