Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport annuel du COSEPAC pour 2010-2011

Résumé

En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ».

Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Les résultats de l'évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2010-2011 sont les suivants :

Disparues :
 1
Disparues du pays :
 2
En voie de disparition :
42
Menacées :
15
Préoccupantes :
22
Données insuffisantes :
 4
Non en péril :
 6


Sur les 92 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 41 espèces, tel qu'il est requis en vertu de l'article 24 de la Loi sur les espèces en péril. La révision de la classification de ces 30 espèces déjà inscrites à l'annexe 1 de la Loi a permis de confirmer que leur statut n'avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l'évaluation précédente. De plus, ce rapport transmet au ministre le statut de 51 espèces nouvellement classifiées dans les catégories « espèces disparues du pays » (espèces ne vivant plus à l'état sauvage au pays, mais qu'on trouve ailleurs), « espèces en voie de disparition », « espèces menacées » ou « espèces préoccupantes », ce qui satisfait aux obligations du COSEPAC énoncées dans l'article 25 de la LEP. Un résumé complet détaillé de l'évaluation relatif à chaque espèce et aux justifications de désignation est disponible à l'annexe I du rapport ci-joint.

Outre les évaluations des espèces mentionnées ci-dessus, le COSEPAC a entrepris cette année un certain nombre d'activités visant à appuyer sa mission d'évaluation des espèces sauvages. Le Sous-comité de spécialistes des arthropodes du COSEPAC a préparé des rapports sur les espèces candidates potentielles représentées par les coccinellidés (coccinelles) et les crustacés aux fins d'évaluation par le COSEPAC. Le Sous-comité de spécialistes évalue actuellement les options disponibles, afin de remédier au manque de spécialistes des crustacés au sein du sous-comité qui sont nécessaires pour fournir des conseils sur les recommandations quant au statut de ces espèces.

Un calculateur des menaces, qui évalue les menaces qui pèsent sur chaque espèce sauvage, a été mis à l'essai par les membres du COSEPAC, dans l'intention de le faire adopter en tant que norme pour l'évaluation de toutes les espèces en péril. Un système de classification des menaces a été utilisé par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et a présenté des avantages pour les activités d’évaluation et les activités après l'évaluation, comme la planification du rétablissement des espèces.

En réponse aux directives du Comité des directeurs canadiens de la faune, le COSEPAC a mis sur pied un nouveau groupe de travail pour examiner si les espèces cooccurrentes dans le même écosystème ou les espèces confrontées à des menaces identiques ou similaires peuvent faire l'objet d'une révision de la classification de leur situation en même temps. Le groupe de travail a donné une présentation PowerPoint aux membres lors de la réunion d'évaluation des espèces du printemps 2011 du COSEPAC et à la suite de nombreuses discussions, il a été convenu d'entreprendre un projet pilote sur le « regroupement des espèces » concernant les espèces de plantes vasculaires dans l'écosystème de la rivière Athabasca.

Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 635 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 278 en voie de disparition, 158 menacées, 176 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 14 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 50 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 170 espèces ont été désignées comme « non en péril ».

Le COSEPAC n'aurait pas été en mesure d'accomplir le travail décrit dans le présent rapport annuel sans le travail dévoué des membres du COSEPAC, les sous-comités  de spécialistes des espèces et le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones qui offrent tout leur temps et toutes leurs compétences pour s'assurer que les évaluations des espèces du COSEPAC sont de la plus haute qualité.