Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Tortue peinte de l'Ouest (Chrysemys picta bellii)

Importance de l'espèce

Les populations situées aux extrémités de l’aire de répartition de l’espèce constituent des bassins de variation génétique en vue d’adaptations éventuelles à l’évolution des conditions environnementales. Janzen (1994 b) a mis en évidence une forte corrélation entre la variation annuelle du rapport des sexes chez la progéniture des tortues peintes de l’ouest et la variation de la température moyenne en juillet. Cette relation laisse supposer que des hausses de températures moyennes, même faibles (< 2 °C), dans les zones les plus méridionales de l’aire de répartition de l’espèce risquent de faire dévier radicalement le rapport des sexes. Une augmentation de 4 °C pourrait éliminer la production de mâles. Il est possible que les espèces chez qui le sexe est déterminé par la température ne soient pas en mesure d’évoluer assez rapidement pour contrer cette tendance négative (voir par exemple Willette et al., 2005; Morjan, 2003 b) et, dans un tel cas, les populations canadiennes de tortue peinte de l’ouest joueraient un rôle crucial dans la survie à long terme de l’espèce, en supposant que des températures hivernales plus élevées leur permettent d’étendre leur aire de répartition vers le nord.

La tortue peinte de l’ouest représente l’une des deux seules espèces de tortue indigène qui existe encore à l’ouest de l’Ontario. Elle n’a pas de valeur économique directe au Canada, mais elle joue probablement un rôle important dans le réseau alimentaire des lacs et des étangs, ainsi que dans leurs zones ripariennes.