Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du chardon de Hill (Cirsium hillii) au Canada

Remerciements

L'Agence Parcs Canada a dirigé l'élaboration du présent programme de rétablissement, rédigé par J.A. Jones au nom de l'équipe de rétablissement des alvars1 de la péninsule Bruce et de l'île Manitoulin. Merci à tous les membres de l'équipe pour leur collaboration au présent rapport. Nous remercions également Jarmo Jalava (écologiste consultant, Paisley, Ontario), qui a fourni des données dans la péninsule Bruce et a grandement contribué à la préparation du document, et Clint Jacobs (Première nation de Walpole Island), qui s'est chargé de la révision. Merci à Brian Hutchinson et à Hilary Gignac, coprésidents de l'équipe de rétablissement de 2001 à 2005, ainsi qu'à Kirsten Querbach, présidente de l'équipe de 2005 à 2009. Merci aussi à ceux qui ont participé à la réalisation des cartes sur l'habitat essentiel de la péninsule Bruce, du parc provincial de Wasaga Beach et de la région de Manitoulin pendant les ateliers d'octobre 2009 et d'avril 2010 : Mark Carabetta (Ontario Nature), John Gerrath (Conservation de la nature Canada), Bob Barnett (Escarpment Biosphere Conservancy), Anthony Chegahno (Première nation des Chippewas de Nawash [Neyaashiinigmiig]), Will Kershaw (Parcs Ontario), Eric Cobb (ministère des Richesses naturelles de l'Ontario), Jarmo Jalava et Judith Jones. La représentation sur carte de l'habitat essentiel de Wasaga Beach a été rendue possible grâce aux données gentiment fournies par Keith Johnston et Marilyn Beecroft (Parcs Ontario) ainsi que par Burke Korol et Paul Jurjans (ministère des Richesses naturelles de l'Ontario). L'accès aux données du Centre d'information sur le patrimoine naturel, qui ont aussi servi à la cartographie de l'habitat essentiel, a été facilité par Mike Oldham, Simon Dodsworth et Martina Furrer.

1 « Alvar » est un mot suédois qui, à l'origine, servait à décrire les prairies des îles Öland et Göteland, dans la mer Baltique. Dans le bassin des Grands Lacs, le terme « alvar » est utilisé pour décrire des habitats naturels dégagés constitués de sols peu profonds et de substrats rocheux de calcaire relativement plats, caractérisés par l'absence d'arbre ou, à tout le moins, de couvert forestier (Reschke et coll. 1999, Brownell et Riley, 2000). Il existe différents types d'alvars (comme il existe différents types de forêts) et chacun d'entre eux abrite des groupes d'espèces distincts.