Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du chardon de Hill (Cirsium hillii) au Canada

Faisabilité Du Rétablissement - Sommaire

Selon les critères énoncés par le gouvernement du Canada (2009), le rétablissement du chardon de Hill au Canada est jugé réalisable.

  1. Des individus de l'espèce sauvage qui peuvent se reproduire sont présents maintenant ou le seront dans un avenir rapproché pour maintenir la population ou augmenter son abondance.
    La présence de plusieurs grandes populations naturelles de chardon de Hill qui se reproduisent activement dans des endroits où l'habitat propice occupe de grandes superficies donne à penser que les individus sont capables de se reproduire à un rythme suffisant pour maintenir et augmenter la taille des populations.

  2. Une superficie suffisante d'habitat convenable est à la disposition de l'espèce, ou pourrait l'être par des activités de gestion ou de restauration de l'habitat.
    L'une des principales menaces pour le chardon de Hill est l'envahissement de l'habitat, principalement dû à la suppression des feux. Les brûlages les plus récents (du moins dans l'habitat des régions de la péninsule Bruce et de l'île Manitoulin) ont eu lieu il y a 100 ans ou plus; l'empiètement est donc un processus très lent. En outre, même si la taille des parcelles d'habitat diminue, les sites sont encore nombreux. Par conséquent, il y a suffisamment de parcelles d'habitat à restaurer et suffisamment de temps pour planifier et mettre en oeuvre des mesures de gestion et de restauration.

    Il serait très difficile de restituer des feux de friche catastrophiques et intenses dans le paysage humain pour rétablir le chardon de Hill; d'autres méthodes pourraient toutefois s'avérer efficaces pour maintenir l'habitat existant (p. ex. brûlage, coupe et éclaircie de faible intensité). Des recherches additionnelles s'imposent à cet égard.

  3. Les menaces importantes auxquelles fait face l'espèce ou son habitat (y compris les menaces à l'extérieur du Canada) peuvent être évitées ou atténuées.
    De nombreuses menaces peuvent être évitées ou atténuées grâce à des mesures de communication afin d'accroître la sensibilisation à l'espèce, notamment la liaison avec d'autres groupes et organismes, l'installation de panneaux, la collaboration avec la direction des aires protégées et bien d'autres mesures.

  4. Des techniques de rétablissement existent pour atteindre les objectifs relatifs à la population et à la répartition ou elles peuvent raisonnablement être élaborées dans un délai raisonnable.
    Grâce à l'International Alvar Conservation Initiative (IACI), The Nature Conservancy (Reschke et coll., 1999) a entamé le rétablissement des écosystèmes des alvars et des espèces rares qui y vivent à l'aide de plusieurs mesures maintenant proposées pour le chardon de Hill dans le présent document; l'expérience montre que ces techniques peuvent s'avérer très efficaces.