Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada 2013 [Proposition]

Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada 2013 [Proposition]

Table des matières

Limnanthe de Macoun en fleur.
© Matt Fairbairns

Citation recommandée :

Agence Parcs Canada. 2013. Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada [proposition], Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa. vi + 44 pp + partie 2 (29 p.)

Pour obtenir des exemplaires du programme de rétablissement ou pour obtenir un complément d’information sur les espèces en péril, incluant les rapports de situation du COSEPAC, les descriptions de la résidence, les plans d’action et d’autres documents connexes sur le rétablissement, veuillez consulter le Registre public des espèces en péril.

Photo de la couverture : Matt Fairbarns

Also available in English under the title:
"Recovery Strategy for the Macoun’s Meadowfoam (Limnanthes macounii) in Canada"

© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2013. Tous droits réservés.

ISBN à venir

No de catalogue à venir

Le contenu du présent document (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, à condition que la source en soit mentionnée

Énoncé de recommandation et d'approbation

L’Agence Parcs Canada a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement du gouvernement fédéral, en collaboration avec l’autre ministre compétent (ou les autres ministres compétents) dont relève l’espèce en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Le directeur général, suivant la recommandation des directeurs de parc et directeurs d’unité de gestion concernés, approuve le présent document, attestant ainsi qu’il est conforme aux exigences de la Loi sur les espèces en péril relatives aux programmes de rétablissement.

Recommandé par :

____________________________________________________
Helen Davies
Directrice, Unité de gestion de la Colombie-Britannique côtière, Agence Parcs Canada

Approuvé par :

____________________________________________________
Alan Latourelle
Directeur général, Agence Parcs Canada

signatures

Haut de la page

Partie 1 : Programme de rétablissement de la Limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada [Proposition] 2013

Dans le cadre de l’Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux signataires ont convenu d’adopter des lois et règlements et des programmes complémentaires qui assureront la protection des espèces en péril partout au Canada.

Dans l’esprit de coopération de l’Accord, le gouvernement de la Colombie-Britannique a transmis au Gouvernement du Canada le « Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) en Colombie-Britannique ». Le ministre de l’Environnement du Canada, en tant que ministre compétent aux termes de la Loi sur les espèces en péril (LEP), adopte ou incorpore en partie ce programme conformément à l’article 44 de la LEP, avec les exceptions ou modifications précisées dans le présent document.

La version finale du programme de rétablissement publiée dans le Registre public des espèces en péril constituera le programme de rétablissement de l’espèce adopté en vertu de la LEP.

Le programme du ministre de l’Environnement du Canada pour le rétablissement de la limnanthe de Macoun comprend deux éléments :

  1. Le texte produit par le gouvernement fédéral dans le but de compléter le programme de rétablissement existant, aux fins du respect de l’article 41 de la LEP. Le texte en question peut faire état des ajouts ou des modifications au document adopté ou incorporé en tout ou en partie, ou encore préciser les exceptions applicables (partie 1).
  2. Le « Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) en Colombie-Britannique » préparé par le Groupe de mise en œuvre du rétablissement des végétaux en péril de l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry pour la province de la Colombie-Britannique (partie 2).

Haut de la page

Préface

Dans le cadre de l’Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux signataires ont convenu d’adopter des lois et règlements et des programmes complémentaires qui assureront la protection des espèces en péril partout au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) (L.C. 2002, ch. 29), les ministres fédéraux compétents sont responsables de l’élaboration des programmes de rétablissement pour les espèces désignées disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et sont tenus de rendre compte des progrès réalisés dans les cinq ans.

Le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada et le ministre de l’Environnement du Canada sont les ministres compétents pour le rétablissement de la limnanthe de Macoun, et l’Agence Parcs Canada a élaboré le présent programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. Ce programme a été préparé en collaboration avec la Province de la Colombie-Britannique, Environnement Canada, le ministère de la Défense nationale et les Premières nations Scia’new, Songhees et Stz’uminus).

L’article 44 de la LEP autorise les ministres compétents à adopter un plan existant, dans son ensemble ou en partie, s’il estime que ce plan s’applique à l’égard d’une espèce sauvage et est conforme aux exigences des paragraphes 41(1) ou (2) de la LEP. Le Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun en Colombie-Britannique, document provincial ci-joint (partie 2 du présent document), a été remis à titre d’avis scientifique aux compétences responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique et a été élaboré en collaboration avec l’Agence Parcs Canada et Environnement Canada.

Il va sans dire que ni l’Agence Parcs Canada, ni Environnement Canada, ni aucune autre instance ne peut mener ce programme de rétablissement à bien sans l’engagement et la coopération des nombreuses parties qui seront appelées à participer à la mise en œuvre des orientations et mesures préconisées. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes sont invités à appuyer ce programme et à contribuer à sa mise en œuvre, dans l’intérêt de la limnanthe de Macoun et de l’ensemble de la société canadienne.

Le présent programme sera suivi d’un ou de plusieurs plans d’action qui présenteront les mesures que doivent prendre Environnement Canada et l’Agence Parcs Canada et les autres compétences et organisations participantes pour assurer la conservation de l’espèce. La mise en œuvre du programme demeure assujettie aux crédits, priorités et contraintes budgétaires des compétences responsables et des organisations participantes.

Le rétablissement de la limnanthe de Macoun sera coordonné avec le rétablissement d’autres espèces présentes dans les mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry (Agence Parcs Canada, 2006).

Haut de la page

Remerciements

Nous remercions l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry, chargée du rétablissement de la limnanthe de Macoun, qui a participé à l’élaboration du présent programme de rétablissement. Les observations et mises au point formulées par divers organismes, dont la Province de la Colombie-Britannique, le ministère de la Défense nationale, Ressources naturelles Canada, Environnement Canada, la Corporation of the District of Oak Bay, le district de Saanich et les Premières nations Scia'new, Songhees et Stz’uminus, ont donné lieu à d’autres révisions du document. Nous remercions également les propriétaires fonciers qui appuient le rétablissement de l’espèce sur leurs terres et qui y ont donné accès pour les relevés. D’autres personnes qui ont apporté leur soutien à la préparation du programme de rétablissement de la Colombie‑Britannique sont remerciées à la partie 2.

Haut de la page

Résumé

Le présent Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada a été préparé à partir du Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) en Colombie-Britannique (partie 2). La partie fédérale du présent document (partie 1) apporte les modifications nécessaires pour rendre le programme provincial conforme aux politiques de la Loi sur les espèces en péril. Ces modifications et éclaircissements portent sur les objectifs en matière de population et de répartition et sur le tableau de planification du rétablissement et comprennent l’ajout d’indicateurs de rendement et d’un échéancier pour le plan d’action, ainsi que la désignation de l’habitat essentiel.

Haut de la page

Ajouts, modifications et exclusions au document adopté ou incorporé

1. Objectifs en matière de population et de répartition

Cette section remplace l’information présentée dans les sections 5.1 (Objectif en matière de population et de répartition) et 5.2 (Objectifs de rétablissement) du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la province de la Colombie-Britannique (partie 2), conformément aux exigences de la LEP.

Au Canada, la limnanthe de Macoun pousse dans des microhabitats temporairement humides associés aux chênaies de Garry; ainsi, son aire de répartition et sa zone d’occupation au Canada sont très limitées. La destruction appréciable des milieux naturels survenue à l’intérieur de l’aire de répartition de l’espèce depuis la colonisation européenne (Lea, 2006) a sans doute entraîné un déclin de la population. Le développement, l’empiètement de la végétation et les répercussions des activités récréatives continuent d’aggraver la situation (COSEPAC, 2004). Étant donné que la majeure partie de l’habitat d’origine de l’espèce a été définitivement détruite, il est impossible de rétablir celle-ci dans sa zone d’occupation naturelle ou de lui faire retrouver ses anciennes chances de survie.

En général, on estime qu’une espèce doit probablement compter de multiples populations et des milliers d’individus pour que sa probabilité de persistance à long terme soit élevée (Reed, 2005; Brook et al., 2006; Traill et al., 2009). Traill et al. (2007) ont analysé plusieurs estimations publiées de l’effectif minimal d’une population viable (seuil de viabilité), et ils ont constaté que l’effectif médian requis pour qu’une plante ait une probabilité de survie de 99 % sur 40 générations est d’environ 4 800 individus (toutefois, Flather et al., 2011, Garnett et Zander, 2011, ainsi que Jamieson et Allendorf, 2012, ont fait une évaluation critique de cette analyse et de l’applicabilité de ses résultats). Cette information est utile, mais, pour élaborer des objectifs quantitatifs atteignables, il faut se fonder sur plus que des estimations générales du seuil de viabilité et notamment tenir compte des données historiques existant sur l’effectif et le nombre de populations, la capacité de charge des sites existants (et potentiels), les besoins des autres espèces en péril partageant le même milieu ainsi que la faisabilité d’établir des populations ou d’accroître certaines populations de l’espèce (Agence Parcs Canada, 2006; Flather et al., 2011; Jamieson et Allendorf, 2012). Puisqu’on ne dispose pas de suffisamment d’information de ce type sur la limnanthe de Macoun, il est actuellement impossible de déterminer dans quelle mesure le rétablissement de l’espèce est réalisable et ainsi de fixer des objectifs quantitatifs à long terme. Les approches devant guider la planification des mesures de rétablissement (voir la section 6) visent à combler les lacunes dans les connaissances, de façon à ce qu’il soit possible dans le futur de fixer des objectifs de rétablissement quantitatifs réalisables à long terme quant à l’effectif et au nombre des populations. À l’heure actuelle, il est uniquement possible d’établir un objectif à court terme centré sur le maintien de toutes les populations canadiennes existantes et de l’aire de répartition actuelle de l’espèce.

Objectif 1 : Assurer le maintien ou l’accroissement de l’effectif des 31 populations existantes.

Objectif 2 : Empêcher toute réduction de la répartition connue[1] de la limnanthe de Macoun au Canada.

Haut de la page

2. Orientation stratégique du rétablissement

Cette section modifie l’information présentée à la section 6.2 (Tableau de planification du rétablissement) du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la province de la Colombie-Britannique (partie 2). Le tableau révisé de planification du rétablissement, qui comprend les parties du tableau provincial qui ont été adoptées et les ajouts faits pour le document fédéral, est présenté ci-dessous aux fins de référence (tableau 1 de la partie 1). Le tableau modifié est accepté tel que présenté plus bas.

La colonne « Groupe de mesures du cadre de conservation » du tableau 3 de la partie 2 est acceptée comme liste des stratégies générales visant à combattre les menaces qui pèsent sur l’espèce, et l’information qu’elle renferme est ainsi incluse dans la colonne « Stratégie générale de rétablissement ». De plus, on a attribué le groupe « Restauration de l’écosystème et de l’habitat » à la cellule vide présente dans la colonne « Groupe de mesures du cadre de conservation », et cette cellule a été adoptée dans la stratégie générale de rétablissement, comme le reste de la colonne (quatrième ligne du tableau 1 de la partie 1).

Une stratégie générale et huit activités ont été ajoutées au tableau, pour soutenir davantage la restauration et l’intendance de l’habitat et pour aborder explicitement les limites propres aux petites populations fragmentées. La nouvelle stratégie générale, « Gestion de l’espèce et des populations », est ajoutée conformément au cadre de conservation de la Province de la Colombie-Britannique. Les huit nouvelles activités se trouvent dans les deux premières lignes du tableau 1 de la partie 1.

La colonne « Mesures pour atteindre les objectifs » est acceptée et correspond à la colonne « Description générale des activités de recherche et de gestion » du tableau 1 de la partie 1. Afin de ne pas indûment limiter la flexibilité pour protéger l’habitat, l’énoncé « Conclure des ententes d’intendance ou de conservation avec les propriétaires de tous les terrains privés concernés » dans la colonne « Mesures pour atteindre les objectifs » (tableau 3 de la section 6.2 de la partie 2) est remplacé par « Déterminer des mécanismes ou instruments de protection[2] de l’espèce et de son habitat essentiel » dans la colonne correspondante du tableau 1 de la partie 1, « Description générale des activités de recherche et de gestion ».

Tableau 1. Planification du rétablissement
Menace ou facteur limitatifPrioritéStratégie générale de rétablissementDescription générale des activités de recherche et de gestion
1.1; 1.3; 6.1; 6.2; 7.1, 8.1UrgenteRestauration de l’habitat; intendance des terres privées
  • Élaborer des pratiques de gestion optimales (bénéfiques) pour appuyer les activités d’intendance de l’habitat menées par les propriétaires fonciers, notamment en matière de lutte contre les plantes exotiques envahissantes, de gestion des activités récréatives et d’atténuation des effets de la suppression des feux.
  • Persuader les propriétaires fonciers et les gestionnaires des terres concernés de participer à l’intendance de l’habitat.

Facteur limitatif : petites populations fragmentées

Lacune dans les connaissances : techniques de multiplication

Manque de connaissances sur la démographie des populations

UrgenteGestion de l’espèce et des populations
  • Établir un seuil ou une cibled’effectif à long terme pour l’espèce.
  • Mettre en œuvre un plan de rétablissement (comprenant un volet de surveillance) des populations existantes.
  • Mettre au point des techniques d’augmentation des populations par plantation ou ensemencement et établir les priorités pour maintenir les populations connues.
  • Déterminer le nombre total de populations requis pour que l’espèce ait des chances raisonnables de persister au Canada.
  • Préciser les critères démographiques justifiant une réévaluation immédiate des priorités et mesures de rétablissement, et les intégrer aux plans de gestion.
  • Effectuer de la recherche démographique pour cerner les étapes critiques du cycle vital (p. ex. recrutement, croissance, survie et dynamique du réservoir de semences du sol) nécessaires à la croissance des populations.

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2; 7.1; 8.1

1.1; 1.3; 6.1; 6.2; 7.1; 8.1

7.1, 8.1

UrgenteProtection de l’habitat; restauration de l’habitat; intendance des terres privées
  • Déterminer des mesures adéquates de protection de l’habitat.
  • Déterminer des mécanismes ou instruments de protection[3] de l’espèce et de son habitat essentiel.
  • Établir et mettre en œuvre une stratégie de communication entre les organisations partenaires.
  • Établir et mettre en œuvre une stratégie de communication avec les utilisateurs des terres et autres intervenants concernant les activités de rétablissement.
  • Élaborer ou améliorer des plans de gestion propres au site pour les aires protégées et les terrains municipaux et fédéraux afin d’éliminer ou de réduire les menaces qui pèsent sur les populations et leur habitat.
  • Mener des expériences afin de déterminer les bonnes méthodes pour enlever ou limiter les espèces exotiques envahissantes et pour simuler le régime des feux.

8.1; Lacunes dans les connaissances

6.1; 6.2; 8.1

Toutes les menaces

Toutes les menaces

Utile

Nécessaire

Urgente

Urgente

Restauration de l’écosystème et de l’habitat
  • Évaluer les impacts des espèces exotiques envahissantes dans tous les sites.
    Déterminer les impacts des perturbations (p. ex. compaction du sol, piétinement, activités récréatives, empiètement de forêts et d’arbustaies et enlèvement d’espèces exotiques envahissantes) sur la viabilité des populations de limnanthes de Macoun.
  • Élaborer et mettre en œuvre un protocole de surveillance visant à déceler les menaces naturelles et anthropiques dans chaque site.
  • Surveiller les sites pour évaluer les effets de toutes les mesures de gestion mises en place.
Lacunes dans les connaissancesNécessaireSurveillance des tendances
  • Élaborer et mettre en œuvre un protocole de surveillance de la répartition et de l’effectif des limnanthes de Macoun dans chaque site.
  • Surveiller les populations pour en déterminer les tendances.
Lacunes dans les connaissancesNécessaireProtection de l’habitat
  • Relever et cartographier les milieux propices à l’espèce.
  • Classer par ordre de priorité les secteurs où effectuer un inventaire.
  • Réaliser des inventaires.
Lacunes dans les connaissancesUtileMise à jour du rapport de situation
  • Décrire le recrutement de nouvelles populations ou sous‑populations.
  • Déterminer les mécanismes de dispersion.
  • Caractériser la dynamique du réservoir de semences du sol.

Haut de la page


[1] La répartition se mesure par les superficies de la zone d’occurrence (actuellement d’environ 40 km2) et de la zone d’occupation (actuellement estimée à 0,01 à 0,02 km2) (COSEPAC, 2008). Ces valeurs seront mises à jour si l’on découvre de nouvelles populations.

[2] Ici dans le texte fédéral, le terme « protection » n’a pas la même signification que dans le programme de rétablissement de la Colombie‑Britannique. Il incombe au gouvernment du Canada de determiner en quoi consiste la protection de l’habitat essentiel aux tremes de la LEP.

[3] Ici dans le texte fédéral, le terme « protection » n’a pas la même signification que dans le programme de rétablissement de la Colombie‑Britannique. Il incombe au gouvernement du Canada de déterminer en quoi consiste la protection de l’habitat essentiel aux termes de la LEP.

Retournez à la table des matières

3. Habitat essentiel

Cette section remplace l’information présentée dans la section 7 (Besoins en matière d’habitat pour atteindre le but de rétablissement)du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la province de la Colombie‑Britannique (partie 2). On connaît actuellement 31 populations existantes de limnanthe de Macoun au Canada, soit trois de plus que lors de la préparation du programme de rétablissement provincial (Tableau 2).

Le présent programme de rétablissement désigne des zones d’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun. L’habitat essentiel est défini dans la Loi sur les espèces en péril comme étant « l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d’une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d’action élaboré à l’égard de l’espèce » [paragraphe 2(1)]. L’habitat d’une espèce sauvage terrestre est défini dans la Loi sur les espèces en péril comme étant « […] l’aire ou le type d’endroit où un individu ou l’espèce se trouvent ou dont leur survie dépend directement ou indirectement ou se sont déjà trouvés, et où il est possible de les réintroduire » [paragraphe 2(1)].

Haut de la page

3.1. Désignation de l’habitat essentiel de l’espèce

L’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun est désigné dans le présent programme de rétablissement. Cette désignation n’est pas complète, car l’habitat essentiel de l’espèce n’a pas encore été délimité dans la réserve de la Première nation Songhees. Le gouvernement du Canada continue de collaborer avec celle-ci en vue de désigner l’habitat essentiel de l’espèce sur les terres de la réserve et mettra à jour le présent document une fois que les activités de collaboration et de consultation seront terminées.

Donc, l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun est ici désigné dans la mesure où le permettent les meilleures données disponibles; il est possible que les limites de ces superficies soient précisées et élargies dans le futur si de nouvelles recherches (réalisées par la province, les groupes d’intendance et de rétablissement et les universités ou dans le cadre de projets fédéraux financés par le Fonds interministériel pour le rétablissement) montrent que d’autres superficies doivent faire partie de l’habitat essentiel. La section sur le calendrier des études (plus bas, après les cartes) décrit les activités requises pour la désignation des zones d’habitat essentiel additionnelles nécessaires à l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition.

L’habitat de la limnanthe de Macoun

Figure 1. La limnanthe de Macoun pousse le long de cette zone de suintement, où l’eau s’écoule depuis le sommet de la colline jusque sur la plage, située derrière le photographe. L’espèce se trouve parmi la végétation courte située au milieu de la photo, à l’avant-plan.

L’habitat de la limnanthe de Macoun consiste généralement en des milieux ouverts, humides au printemps, qui se trouvent sur des pentes rocheuses ou herbeuses de faible altitude dans des écosystèmes associés à des chênaies de Garry, dans la zone biogéoclimatique côtière du douglas taxifolié, dans le sud-est de l’île de Vancouver et les îles Gulf, en Colombie‑Britannique (COSEPAC, 2004; Figure 1). Les attributs de l’habitat essentiel énumérés ci-dessous sont tirés de la section 3.3.1 (Besoins biologiques et besoins en matière d’habitat) du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la province de la Colombie‑Britannique (partie 2) Les attributs suivants de l’habitat essentiel couvrent la gamme des caractéristiques observées dans tous les sites et sont de nature générale; ils risquent donc de ne pas exclure certains types de milieux qui ne conviennent pas à l’espèce :

  • Milieux ouverts, en plein soleil, à la végétation courte ou clairsemée (le couvert d’arbres, d’arbustes ou de grandes herbacées n’est jamais substantiel).
  • Altitude de moins de 195 mètres, généralement de 5 à 35 mètres au dessus du niveau de la mer.
  • À moins de 2 km, habituellement moins de 200 mètres, du rivage de l’océan Pacifique; en raison de l’influence océanique, la neige et les grands gels sont rares dans les sites occupés par l’espèce.
  • Sols de faible épaisseur, de moins de 30 cm environ, généralement acides et riches en matière organique et en éléments nutritifs.
  • Nappe phréatique entre 0 et 5 cm au-dessus de la surface du sol l’hiver; sol modérément humide à humide au printemps, jusqu’à la fin d’avril, et très sec l’été.
  • Niveau intermédiaire de perturbation par les activités humaines ou animales : une perturbation modérée peut contribuer au maintien de l’habitat de la limnanthe de Macoun en réduisant le couvert de plantes concurrentes.

Comme la limnanthe de Macoun ne tolère pas l’ombre, la zone entourant les individus et le réservoir de semences du sol ne doit pas comporter d’arbustes ni d’arbres pouvant lui faire de l’ombre. L’espèce a donc besoin d’une clairière suffisamment grande pour ne pas être ombragée par la végétation environnante. La superficie minimale de la clairière peut être déterminée d’après la hauteur de la végétation susceptible d’y pousser et d’ombrager les limnanthes (Spittlehouse et al., 2004). Autre facteur à considérer, les herbacées hautes, en tombant à la fin de leur vie, recouvrent le sol sur une distance égale à leur hauteur.

En plus de la présence d’une clairière, certaines caractéristiques hydrologiques sont essentielles à la survie de l’espèce. Dans son aire de répartition canadienne, la limnanthe de Macoun occupe des sites où l’eau suinte constamment du sol au début du printemps, mais qui deviennent très secs l’été. Ce suintement provient d’une zone de captage de l’eau de pluie, zone qui est associée à chaque groupe d’individus et qui dirige l’eau vers les limnanthes en fonction de la topographie dominante. L’eau ainsi reçue par ruissellement de surface ou suintement souterrain est essentielle à la survie de la limnanthe de Macoun. Ces zones de captage sont généralement petites et isolées au sein du réseau hydrographique local.

L’habitat essentiel requis pour la survie de chaque colonie[4] de limnanthes de Macoun comporte donc une clairière de taille minimale et une zone de captage de l’eau. La clairière et la zone de captage sont toujours liées à la localisation d’une colonie de limnanthes de Macoun et, dans tous les cas, elles se chevauchent dans une certaine mesure (aucun statut spécial ne s’applique aux zones de chevauchement de l’habitat essentiel). Par défaut, la superficie minimale de clairière requise pour que la lumière atteigne la colonie est la zone délimitée par une distance de 20 m autour de la colonie dans toutes les directions (20 m constitue généralement la hauteur maximale des arbres poussant sur les sols voisins des colonies). La zone de captage est délimitée par la ligne de partage des eaux séparant les eaux s’écoulant vers la colonie de celles s’écoulant dans une autre direction. En général, cette zone de captage est relativement petite et isolée au sein du réseau hydrographique local. On peut la concevoir comme une zone en forme de V dont l’eau est drainée vers une clairière en forme de O, bien qu’en pratique, la clairière et la zone de captage ont rarement une forme régulière et qu’il est possible que la zone de captage soit entièrement contenue dans la clairière. Si la zone de captage s’étend au-delà de la clairière, le haut du V constitue la limite supérieure de l’habitat, sinon la limite de l’habitat suit le pourtour de la clairière de taille minimale.

Les populations de limnanthes de Macoun sont probablement susceptibles de subir de grandes fluctuations annuelles (COSEPAC, 2004). Certaines zones d’habitat (clairière de taille minimale et zone de captage) ne sont pas utilisées par des individus chaque année, mais la seule présence d’individus une année indique que ces zones peuvent jouer un rôle essentiel en abritant un réservoir de semences et en accroissant la production de semences durant les années propices. Tout habitat utilisé à un moment ou un autre par une colonie d’une population existante constitue un habitat essentiel où les objectifs en matière de population et de répartition doivent être atteints. Toutefois, étant donné les fluctuations de population, cet habitat ne peut être complètement désigné d’après les données d’une seule année : il faut un jeu de données à long terme pour s’assurer de décrire toute l’étendue des fluctuations de population.

On peut se servir de données récentes (Fairbarns, 2008; Fairbarns, 2011; Webb et al., 2011; Department of Defence, 2011; B.C. Conservation Data Centre, 2011) pour établir un niveau de référence minimum d’habitat essentiel aux populations existantes de la limnanthe de Macoun. Comme ces jeux de données ne représentent pas l’étendue maximale des variations annuelles des populations, ils ne représentent donc pas l’habitat total nécessaire à la survie des populations. Les études précitées ont aidé à situer les limites à l’intérieur desquelles se trouve l’habitat essentiel. La surveillance continue des fluctuations annuelles de l’étendue des populations et de l’utilisation de l’habitat devrait fournir des données permettant de caractériser avec plus de certitude l’habitat total requis par l’espèce.

Dans les cas où l’emplacement d’une population est connu, mais où il n’existe pas de données de relevé sur l’habitat essentiel, on s’est servi d’une méthode de modélisation pour désigner l’habitat essentiel et établir les limites dans lesquelles il se trouve. II s’agissait de modéliser la clairière de taille minimale, désignée habitat essentiel, comme la zone délimitée par la distance par défaut de 20 m autour du polygone ou des coordonnées UTM des individus. Comme il n’existe pas de modèle par défaut pour délimiter les zones de captages de l’eau de pluie, ces zones ne sont pas cartographiées lorsqu’elles n’ont pas fait l’objet de relevé de terrain. On ignore donc l’emplacement précis de ces zones, mais elles constituent de l’habitat essentiel et devraient se trouver dans le secteur le délimitant. Dans le cas des petites îles, tous les polygones se limitent au milieu terrestre, et les polygones modélisés ne s’étendent pas aux îles adjacentes.

Dans les limites géographiques définies pour chaque population (Tableau 2; figures 2 à 27), l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun est constitué des clairières de taille minimale et de la zone de captage associées à chacune de ses colonies.

Tableau 2. Liste des populations ainsi que de la méthode cartographique et des sources de données utilisées pour désigner l’habitat essentiel de chaque population. Voici les méthodes cartographiques : relevés de terrain (R), modélisation (M) ou combinaison des deux (M,R).
PopulationParcelle d’habitat essentielFigure (nom de la carte)Sources des donnéesMéthode carto-
graphique
Nom de l’OE (CDC)
Fort Rodd Hill, pointe Gotha259_01Figure 2 (LHN Fort Rodd Hill)Webb et al., 2011RLieu historique national Fort Rodd Hill
Fort Rodd Hill, pointe Yew259_02Figure 2 (LHN Fort Rodd Hill)Webb et al., 2011RPointe Yew
Cap Albert259_03Figure 3 (cap Albert)Department of Defence, 2011MCap Albert
Pearson College Rd.259_04

Figure 4

3.2. (colline Mary)

3.3.

Department of Defence 2011

3.4. MPearson College
Colline Mary, nord-est259_05Figure 4 (colline Mary)Department of Defence, 2011MColline Mary, base nord‑est
Colline Mary, sud259_06Figure 4 (colline Mary)Department of Defence, 2011MColline Mary, versants sud‑est et sud‑ouest
Île Inskip259_07Figure 5 (île Inskip)Department of Defence, 2011MÎle Inskip
Cap Duntze259_08Figure 6 (cap Duntze)Department of Defence, 2011MAucun*
Pointe Heritage, îles Chatham259_09Communiquer avec la Première nation Songhees pour de l’information sur cette population.Îles Chatham, pointe Heritage
Pointe Rocky, nord‑ouest259_10Figure 7 (pointe Rocky, nord‑ouest)B.C. CDC, 2011MAu nord de la réserve indienne no 2 de Becher Bay
Pointe Rocky, ouest259_11Figure 8 (pointe Rocky, sud-ouest)B.C. CDC, 2011; Department of Defence 2011MRéserve indienne no 2 de Becher Bay
Pointe Rocky, sud-ouest259_12Figure 8 (pointe Rocky, ouest)Department of Defence 2011MÀ l’ouest de la pointe Church
Pointe Rocky, est259_13Figure 9 (pointe Rocky, est)Department of Defence, 2011MPointe Rocky (côte est)
Pointe Rocky, centre259_14Figure 10 (pointe Rocky, centre)Department of Defence, 2011MAucun*
Cap William259_15Figure 11 (cap William)Fairbarns, 2011RAnse Quarantine, Victoria
Îles Trial259_16Figure 12 (îles Trial)Fairbarns, 2011RRéserve écologiques des îles Trial
Pointe Gonzales259_17Figure 13 (pointe Gonzales)B.C. CDC, 2011; Fairbarns, 2011RPointe Gonzales
Île Gabriola, parc provincial Drumbeg259_18Figure 14 (île Gabriola, parc provincial Drumbeg)Fairbarns, 2011RÎle Gabriola, parc provincial Drumbeg
Pointe Beaver, île Saltspring259_19Figure 15 (pointe Beaver)B.C. CDC, 2011; GOERT, 2011M,RPointe Beaver, île SaltSpring
Secteur du parc régional Devonian259_20Figure 16 (secteur du parc régional Devonian)Fairbarns, 2008; B.C. CDC, 2011; Fairbarns, 2011M,RParc régional Devonian
Pointe Creyke259_21Figure 17 (pointe Creyke)Fairbarns, 2008RPointe Creyke Point, parc régional East Sooke
Pointe Cabin259_22Figure 18 (pointe Cabin)Fairbarns, 2008RBaie au nord du cap Beechy
Anse Arbutus259_23Figure 19 (anse Arbutus)B.C. CDC, 2011MAu nord de l’anse Arbutus
Baie Gonzales259_24Figure 20 (baie Gonzales)B.C. CDC, 2011; Fairbarns, 2011MBaie Gonzales, Victoria
Colline Montreul259_25Figure 21 (colline Montreul)B.C. CDC, 2011MColline Montreul
Parc Glencoe Cove/Kwatsech259_26Figure 22 (parc municipal Glencoe Cove-
Kwatsech)
B.C. CDC, 2011; Fairbarns, 2011MCap Gordon, Leyns Road, parc Glencoe Cove
Pointe Cattle259_27Figure 23 (pointe Cattle)B.C. CDC, 2011MParc Uplands, Victoria
Pointe Downes, Île Hornby259_28Figure 24 (pointe Downes, île Hornby)Fairbarns, 2011RÎle Hornby, pointe Downes
Pointe Saxe259_29Figure 25 (pointe Saxe)Fairbarns, 2011RParc Saxe Point, Victoria
Pointe Yellow259_30Figure 26 (pointe Yellow)B.C. CDC, 2011; GOERT, 2011M,RPointe Yellow
Pointe Harling259_31Figure 27 (pointe Harling et parc Trafalgar)Fairbarns, 2011RPointe Harling

 Les noms des occurrences d’élement (OE) sont tirés de la partie 1 du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la Colombie-Britannique ( partie 2).

* Indique une population absente de la base de données du CDC de la Colombie-Britannique au moment de la rédaction du présent rapport.

Figure 2. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 2. Secteurs 259_01 et 259_02 (~ 0,20 ha et ~0,15 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale près de Fort Rodd Hill. Les deux parcelles d’habitat essentiel désigné dans ces secteurs couvrent ~0,15 ha et 0,11 ha. La parcelle d’habitat essentiel 259_01 forme un rectangle dont les coins ont les coordonnées suivantes : 466548, 5364331; 466586, 5364307; 466559, 5364269; 466522, 5364289. La parcelle d’habitat essentiel 259_02 forme un rectangle dont le côté sud‑est suit la ligne de marée haute et dont les coins ont les coordonnées suivantes : 466804, 5364880; 466828, 5364926; 466856, 5364913; 466823, 5364871 (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 3. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 3. Secteur 259_03 (~ 1,5 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale au cap Albert. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,25 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_03 : commençant au point 464409, 5359719; de là, vers l’est suivant la ligne de marée haute jusqu’au point jusqu’au point 464541, 5359798; de là, en ligne droite suivant un azimut de 206° jusqu’au point 464486, 5359683; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ. (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 4. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 4. Secteurs 259_04, 259_05 et 259_06 (~ 1,0, ~ 5,5 et ~ 23,7 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun près de la colline Mary. L’habitat essentiel dans ces secteurs couvre ~ 0,13, ~ 0,27 et ~ 0,5 ha. Les parcelles d’habitat essentiel 259_04 et 259_ 05 forment chacune un rectangle dont les coins ont les coordonnées suivantes : 259_04) 458384, 5355797; 458474, 5355749; 458426, 5355659; 458336, 5355707; 259_05) 459565, 5355384; 459839, 5355240; 459747, 5355065; 459473, 5355207. Parcelle d’habitat essentiel 259_06 : en commençant au point 458998, 5354732; de là, en ligne droite suivant un azimut de 112° jusqu’au point 459659, 5354464; de là, en ligne droite suivant un azimut de 201° jusqu’au point 459549, 5354177; de là, vers l’ouest en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 458888, 5354461; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 5. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 5. Secteur 259_07 (~ 0,2 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale sur l’île Inskip nord‑est. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,01 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_07 : toutes les terres situées au sud-ouest de la ligne droite passant par les points 467560, 5365637 et 467585, 5365610 (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 6. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 6. Secteur 259_08 (~ 0,37 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale au cap Duntze. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,06 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_08 : en commençant au point 467545, 5364260; de là, en ligne droite suivant un azimut de 28° jusqu’au point 467568, 5364303; de là, en ligne droite suivant un azimut de 299° jusqu’au point 467498, 5364341; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 7. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 7. Secteur 259_10 (~ 1,7 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale du côté nord-ouest de la pointe Rocky. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,60 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_10 : en commençant au point 456187, 5353701; de là, en ligne droite suivant un azimut de 94° jusqu’au point 456241, 5353697; de là, en ligne droite suivant un azimut de 184° jusqu’au point 456225, 5353484; de là, en ligne droite suivant un azimut de 274° jusqu’au point 456162, 5353489; de là, vers le nord en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 8. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 8. Secteurs 259_11 (~ 48,9 ha) et 259_12 (~ 1,4 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres fédérales des côtés ouest et sud‑ouest de la pointe Rocky. L’habitat essentiel désigné dans ces secteurs couvre ~ 10,5 et ~ 0,25 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_11 : en commençant au point 455810, 5352518; de là, en ligne droite suivant un azimut de 151° jusqu’au point 456254, 5351726; de là, en ligne droite suivant un azimut de 241° jusqu’au point 455944, 5351552; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ. Parcelle d’habitat essentiel 259_12 : en commençant au point 456367, 5351048; de là, en ligne droite suivant un azimut de 60,2° jusqu’au point 456464, 5351103; de là, en ligne droite suivant un azimut de 150,0° jusqu’au point 456544, 5350965; de là, en ligne droite suivant un azimut de 240° jusqu’au point 456494, 5350936; de là, vers le nord en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 9. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 9. Secteur 259_13 (~ 43,0 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale du côté est de la pointe Rocky. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 2,3 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_13 : en commençant au point 459223, 5353341; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 459708, 5351906; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 10. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 10. Secteur 259_14 (~234,0 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale du centre de la pointe Rocky. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 13,0 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_14 : en commençant au point 457294, 5353611; de là, en ligne droite suivant un azimut de 164° jusqu’au point 457857, 5351686; de là, en ligne droite suivant un azimut de 74° jusqu’au point 458977, 5352013; de là, en ligne droite suivant un azimut de 344° jusqu’au point 458414, 5353939; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 11. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 11. Secteur 259_15 (~0,4 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre fédérale au cap William. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,07 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_15 : en commençant au point 460707, 5354396; de là, en ligne droite suivant un azimut de 170° jusqu’au point 460717, 5354338; de là, en ligne droite suivant un azimut de 260° jusqu’au point 460651, 5354327; de là, en ligne droite suivant un azimut de 350° jusqu’au point 460641, 5354385; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 12. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 12. Secteur 259_16 (~2.4 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres non fédérales à l’île Trial. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,4 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_16 : en commençant au point 477422, 5360808; de là, en ligne droite suivant un azimut de 290° jusqu’au point 477365, 5360829; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 477221, 5360509; de là, en ligne droite suivant un azimut de 109° jusqu’au point 477301, 5360482; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 13. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 13. Secteur 259_17 (~1,6 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale de la pointe Gonzales. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,2 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_17 : en commençant au point 477935, 5362179; de là, en ligne droite suivant un azimut de 100,8° jusqu’au point 478138, 5362140; de là, en ligne droite suivant un azimut de 190,2° jusqu’au point 478120, 5362041; de là, vers l’ouest en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 477928, 5362142; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 14. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 14. Secteur 259_18 (~1,1) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun dans le parc provincial Drumbeg (terre non fédérale). L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,25 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_18 : en commençant au point 449240, 5442463; de là, en ligne droite suivant un azimut de 269° jusqu’au point 449146, 5442460; de là, en ligne droite suivant un azimut de 179° jusqu’au point 449150, 5442338; de là, en ligne droite suivant un azimut de 89° jusqu’au point 449239, 5442341; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 15. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 15. Secteur 259_19 (~5,0 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale à la pointe Beaver, île Saltspring. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 2,1 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_19 : en commençant au point 472791, 5402145; de là, en ligne droite suivant un azimut de 204° jusqu’au point 472675, 5401891; de là, en ligne droite suivant un azimut de 114° jusqu’au point 472819, 5401826; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 473020, 5402042; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 16. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 16. Secteur 259_20 (~ 6,7 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres non fédérales. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 1,5 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_20 : en commençant au point 460356, 5356800; de là, en ligne droite suivant un azimut de 273° jusqu’au point 460183, 5356810; de là, en ligne droite suivant un azimut de 183° jusqu’au point 460158, 5356394; de là, en ligne droite suivant un azimut de 93° jusqu’au point 460260, 5356388; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 460339, 5356518; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 17. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 17. Secteur 259_21 (~0.3 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale à la pointe Creyke. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,06 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_21 : en commençant au point 453306, 5352738; de là, en ligne droite suivant un azimut de 235° jusqu’au point 453270, 5352713; de là, en ligne droite suivant un azimut de 145° jusqu’au point 453303, 5352666; de là, en ligne droite suivant un azimut de 55° jusqu’au point 453334, 5352688; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 18. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 18. Secteur 259_22 (~0,5 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale à la pointe Cabin. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,2 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_22 : en commençant au point 451418, 5351840; de là, en ligne droite suivant un azimut de 267° jusqu’au point 451349, 5351836; de là, en ligne droite suivant un azimut de 177° jusqu’au point 451352, 5351785; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 451425, 5351739; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 19. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 19. Secteur 259_23 (~1,2 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale au nord de l’anse Arbutus. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,4 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_23 : en commençant au point 477672, 5369767; de là, en ligne droite suivant un azimut de 117,6° jusqu’au point 477728, 5369738; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 477678, 5369595; de là, en ligne droite suivant un azimut de 297,6° jusqu’au point 477602, 5369634 ; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 20. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 20. Secteur 259_24 (~ 2.2 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,63 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_24 : en commençant au point 474833, 5362795; de là, en ligne droite suivant un azimut de 177° jusqu’au point 474839, 5362645; de là, en ligne droite suivant un azimut de 267° jusqu’au point 474690, 5362639; de là, en ligne droite suivant un azimut de 357° jusqu’au point 474683, 5362789; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 21. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 21. Secteur 259_25 (~ 46,9 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale sur la colline Montreul. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 3,3 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_25 : en commençant au point 457400, 5356483; de là, en ligne droite suivant un azimut de 181° jusqu’au point 457385, 5355766; de là, en ligne droite suivant un azimut de 91° jusqu’au point 458039, 5355753; de là, en ligne droite suivant un azimut de 1° jusqu’au point 458054, 5356470; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 22. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 22. Secteur 259_26 (~ 6,8 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres non fédérales. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,7 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_26 : en commençant au point 477464, 5370953; de là, en ligne droite suivant un azimut de 124,9° jusqu’au point 477552, 5370892; de là, vers le sud en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 477803, 5370535; de là, en ligne droite suivant un azimut de 304,8° jusqu’au point 477379, 5370830; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 23. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 23. Secteur 259_27 (~ 33,7) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun dans le parc Uplands (terre non fédérale). L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 1,4 ha. La parcelle d’habitat essentiel 259_27 est délimitée par les limites du parc Uplands.

Figure 24. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 24. Secteur 259_28 (~ 0,6 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale à la pointe Downes. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,06 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_28 : en commençant au point 381499, 5484820; de là, en ligne droite suivant un azimut de 143,6° jusqu’au point 381558, 5484741; de là, en ligne droite suivant un azimut de 233,4° jusqu’au point 381518, 5484711; de là, en ligne droite suivant un azimut de 323,4° jusqu’au point 381458, 5484792; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 25. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 25. Secteur 259_29 (~ 0,6 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur une terre non fédérale à la pointe Saxe. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,1 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_29 : en commençant au point 469066, 5363296; de là, en ligne droite suivant un azimut de 87° jusqu’au point 469135, 5363300; de là, en ligne droite suivant un azimut de 177° jusqu’au point 469140, 5363225; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 469073, 5363206; de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 26. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 26. Secteur 259_30 (~ 20,9 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres non fédérales et autochotone. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 3,7 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_30 : en commençant au point 444421, 5431641; de là, en ligne droite suivant un azimut de 60° jusqu’au point 445352, 5432176; de là, en ligne droite suivant un azimut de 150° jusqu’au point 445390, 5432109; de là, vers l’ouest en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point 444511, 5431484 de là, en ligne droite jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Figure 27. Secteur où se trouve de l’habitat essentiel.

Figure 27. Secteur 259_31 (~ 2,7 ha) où se trouve de l’habitat essentiel de la limnanthe de Macoun sur des terres non fédérales à la pointe Harling. L’habitat essentiel désigné dans ce secteur couvre environ 0,2 ha. Parcelle d’habitat essentiel 259_31 : en commençant au point 476075, 5361517; de là, en ligne droite suivant un azimut de 61° jusqu’au point 476401, 5361698; de là, en ligne droite suivant un azimut de 151° jusqu’au point 476437, 5361632; de là, en suivant la ligne de marée haute jusqu’au point de départ (zone UTM 10, NAD 1983, azimut nord).

Haut de la page

3.2. Calendrier des études visant à délimiter l’habitat essentiel

La présente section décrit des activités (Tableau 3) qui permettront de trouver d’autres parcelles d’habitat essentiel, nécessaires à l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition.

Tableau 3. Calendrier des études
Description des activitésJustificationCalendrier
Afin de pouvoir désigner suffisamment d’habitat essentiel pour la survie des populations existantes, il faudra préciser l’étendue maximale des colonies et l’habitat utilisé en poursuivant la surveillance de ces populations.Étant donné les grandes fluctuations de population, il n’est pas possible de désigner l’habitat essentiel d’après les données d’une seule année (qui pourrait être une mauvaise année où les populations sont petites et où certaines colonies sont indétectables). Il faut donc des jeux de données à long terme pour s’assurer de caractériser la pleine étendue des fluctuations de population et de l’utilisation de l’habitat.Surveillance constante jusqu’à ce que l’analyse statistique des fluctuations de population offre une certaine certitude que les les grandes fluctuations ont été caractérisées.

Haut de la page

3.3. Activités susceptibles d’entraîner la destruction de l’habitat essentiel

On trouvera au Tableau 4 des exemples d’activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel. On trouvera au tableau 6 des exemples d’activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel. Une telle destruction survient lorsque toute partie de l’habitat essentiel est dégradée, de manière permanente ou temporaire, de sorte que l’habitat essentiel ne puisse plus répondre aux besoins de l’espèce. Cette destruction peut résulter d’une ou plusieurs activités se déroulant à un moment précis, ou encore des effets cumulatifs d’une ou plusieurs activités se déroulant pendant un certain temps.

Tableau 4. Exemples d’activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel.
ActivitéEffets sur l’habitat essentielLocalités particulièrement vulnérables
Activités récréatives (p. ex. randonnée pédestre, vélo, promenade d’animaux de compagnie)Compactage du sol et perte de végétation menant à l’altération d’attributs de l’habitat, notamment du régime hydrologique (diminution de l’infiltration ou augmentation du ruissellement). Les limnanthes de Macoun peuvent subir du stress et mourir ou ne pas pouvoir germer à cause d’une capacité réduite de l’habitat à fournir l’humidité appropriée du sol. L’érosion accrue pourrait entraîner une perte d’habitat.

Parc Uplands

Parc Saxe Point

Parc prov. Ruckle

Parc Trafalgar

Pointe Harling

Anse Glencoe

Parc Kwatsech

Pointe Creyke

Conversion directe de terres aux fins de développement résidentiel ou commercial (y compris l’entretien et la modification de d’ouvrages existants)Cette activité peut détruire directement de l’habitat ou causer du compactage du sol et une perte de végétation (voir les effets sous Activités récréatives), l’ombrage de limnanthes de Macoun (par des végétaux introduits ou des bâtiments) et l’altération du régime d’humidité (p. ex. drainage entravé ou réduction de l’écoulement d’eau parvenant aux limnanthes en raison du creusage de fossés ou la diversion de l’eau souterraine par des ouvrages construits). Ainsi, les niveaux d’ensoleillement ou d’humidité peuvent être modifiés au point de stresser ou de tuer les limnanthes ou de les empêcher de germer, de sorte que l’habitat n’offre plus les conditions requises.

Anse Arbutus

Secteur du parc Devonian

Pointe Downes

Colline Montreul

Rice Farm

Yellow Point Lodge

Aménagement paysager (fauchage, construction de sentiers, plantation)L’aménagement paysager peut causer une conversion directe du terrain, du compactage du sol et une perte de végétation (voir les effets sous Activités récréatives), l’altération du régime d’humidité (voir les effets sous Conversion directe de terres) et l’introduction de plantes exotiques envahissantes (par plantation intentionnelle ou introduction accidentelle attribuable p. ex. à l’utilisation d’engins pas nettoyés). Les plantes exotiques envahissantes peuvent concurrencer la limnanthe de Macoun, limiter les quantités de lumière, d’eau et d’éléments nutritifs disponibles et ainsi faire en sorte que l’habitat n’offfe plus les conditions nécessaires à l’espèce. Les limnanthes de Macoun peuvent subir du stress et mourir ou ne pas pouvoir germer

Anse Arbutus

Secteur du parc Devonian

Pointe Downes

Colline Montreul

Rice Farm

Yellow Point Lodge

Haut de la page


[4] Le terme « colonie » désigne ici un groupe de plusieurs individus poussant en étroite proximité et correspond au mot anglais patch. Aucune échelle cartographique ou distance de séparation minimale précises n’a été utilisée pour donner une définition quantitative de la colonie; la délimitation des colonies est fondée sur les relevés réalisés par un biologiste connaissant bien l’espèce. Puisqu’on ne dispose d’aucune information sur le réservoir de semences, on présume que celui-ci occupe le même espace que les colonies : la seule information permettant d’évaluer l’étendue du réservoir de semences de la limnanthe de Macoun repose sur les caractéristiques physiques des graines, qui laissent croire que leur capacité de dispersion est sans doute très limitée (COSEPAC, 2004).

Retournez à la table des matières

4. Évaluation des progrès réalisés

Cette section remplace la section 8 (Mesures du rendement) du programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun de la Colombie‑Britannique (partie 2).

Les indicateurs de rendement présentés ci-dessous proposent un moyen de définir et de mesurer les progrès vers l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition. Les progrès réalisés en vue de rétablir la limnanthe de Macoun au Canada seront évalués selon les mesures suivantes :

Objectif 1 : Assurer le maintien ou l’accroissement de l’effectif des 31 populations existantes.

  • D’ici 2018, des pratiques de gestion exemplaires ont été mises en œuvre dans au moins dix sites.
  • Des activités de surveillance continue sont réalisées, pour confirmer que la population continue d’exister.
  • D’ici 2023, l’effectif de la population canadienne totale est stable[5].

Objectif 2 : Empêcher tout déclin de la répartition connue de la limnanthe de Macoun au Canada.

  • La répartition connue de l’espèce au Canada (zone d’occurrence et zone d’occupation) ne diminue pas.

Haut de la page

5. Énoncé sur les plans d’action

Un ou plusieurs plans d’action seront prêts d’ici novembre 2018.

Haut de la page

6. Références

B.C. Conservation Data Centre. 2011. BC Species and Ecosystems Explorer, B.C. Ministry of Environment Victoria (Colombie-Britannique). Site Web : http://a100.gov.bc.ca/pub/eswp/ (en anglais seulement) [consulté en septembre 2011].

Brook, B.W., L.W. Traill et J.A. Bradshaw. 2006. Minimum viable population sizes and global extinction risk are unrelated, Ecology Letters 9:375-382.

Bush, D., et J. Lancaster. 2004. Rare Annual Plants--Problems with Surveys and Assessments, Prairie Conservation and Endangered Species Conference, 28 février 2004.

COSEPAC. 2004. Mise à jour – Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur la limnanthe de Macoun Limnanthes macounii au Canada, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, vii + 27 p.

Department of National Defence. 2011. Unpublished data: GPS coordinates of Macoun’s Meadowfoam patches on DND lands, Canadian Forces Base Esquimalt, Victoria (Colombie‑Britannique).

Fairbarns, M. 2008. Report on Potential Critical Habitat for Selected Rare Plant Occurrences in CRD Parks, Capital Regional District, Parks, Victoria (Colombie-Britannique), 37 pp.

Fairbarns, M. 2011. 2011 Surveys for Critical Habitat for Limnanthes macounii (Macoun’s Meadowfoam), Garry Oak Ecosystems Recovery Team, Victoria (Colombie-Britannique), 33 pp.

Flather, C.H., G.D. Hayward, S.R. Beissinger et P.A. Stephens. 2011. Minimum viable populations: is there a ‘magic number’ for conservation practitioners?, Trends in Ecology and Evolution 26:307-316.

Garnett, S.T., et K.K. Zander. 2011. Minimum viable population limitations ignore evolutionary history, Trends in Ecology and Evolution 26(12): 618-619.

GOERT (Garry Oak Ecosystems Recovery Team). 2011. Unpublished data: Macoun’s Meadowfoam habitat surveys, Garry Oak Ecosystems Recovery Team, Victoria (Colombie‑Britannique), x + 191 pp.

Jamieson, I.G., et F. W. Allendorf. 2012. How does the 50/500 rule apply to MVPs?, Trends in Ecology and Evolution 1566: 1-7.

Lea, T. 2006. Historical Garry Oak Ecosystems of Vancouver Island, British Columbia, pre-European Contact to the Present, Davidsonia 17:34–50.

Agence Parcs Canada. 2006. Programme de rétablissement multi-espèces visant les plantes en péril des mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry au Canada, xvi + 82 p., dans gouvernement du Canada, Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Ottawa (Ontario).

Reed, D.H. 2005. Relationship between population size and fitness, Conservation Biology 19:563-568.

Spittlehouse, D.L., R.S. Adams et R.D. Winkler. 2004. Forest, edge and opening microclimate at Sicamous Creek, B.C. Ministry of Forests, Mines, and Lands, Research. Branch, Victoria (Colombie-Britannique), 43 pp.

Traill, L.W., C.J.A. Bradshaw et B.W. Brook. 2007. Minimum viable population size: A meta-analysis of 30 years of published estimates, Biological Conservation 139:159-166.

Traill, L.W., B.W. Brook, R.R. Frankham et C.J.A. Bradshaw. 2009. Pragmatic population viability targets in a rapidly changing world, Biological Conservation 143:28–34.

Webb, C., H. Mahoney et A. Pelletier. 2011. Unpublished data: critical habitat for Limnanthes macounii at Fort Rodd Hill National Historic Site, Parks Canada Agency, Coastal B.C. Field Unit, Victoria (Colombie-Britannique).

Haut de la page

Annexe A : Effets sur l'environnement et les autres espèces

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée pour tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP, conformément à La directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairée du point de vue de l’environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que certains programmes peuvent, par inadvertance, avoir des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des directives nationales prend en compte tous les effets environnementaux, avec une attention particulière accordée aux impacts possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l’EES sont directement inclus dans le programme lui-même, mais également résumés dans le présent énoncé, ci-dessous.

La plupart des activités de rétablissement proposées mèneront à une meilleure protection des sites, à une plus grande appréciation des espèces rares par le public, à une réduction des impacts anthropiques et à une pression moindre des espèces exotiques envahissantes. Elles auront donc des effets favorables sur la plupart des espèces indigènes non visés, des communautés naturelles et des processus écologiques. Les activités visant à réduire les impacts de l’empiètement par les arbres et arbustes indigènes, empiètement attribuable à la suppression des feux, auront des effets nuisibles sur les espèces ligneuses visées ainsi que sur les espèces animales et végétales qui en dépendent.

Un certain nombre d’espèces en péril et d’espèces rares à l’échelle provinciale sont associées aux populations de limnanthes de Macoun (p. ex. les espèces énumérées au Tableau 5). On peut s’attendre à ce que la plupart des activités de rétablissement proposées pour la limnanthe aient un effet net favorable sur l’habitat de ces espèces et communautés non visées. Toutefois, il est possible que certaines mesures de gestion visant à rétablir la limnanthe de Macoun (enlèvement de mauvaises herbes et d’arbustes et augmentation des populations par plantation ou ensemencement) aient des impacts imprévus sur des espèces non visées voisines. Bien qu’ils soient faibles, les risques que les activités de rétablissement aient des effets nuisibles doivent être considérés. Une façon d’atténuer ces éventuels effets nuisibles consiste à surveiller les résultats de la gestion de la limnanthe de Macoun. Selon les principes de la gestion adaptative, un élément important de la planification des mesures de rétablissement consistera à prévoir, à surveiller et à atténuer les effets collatéraux (positifs et négatifs) sur les espèces indigènes non visés, les communautés et les processus écologiques.

Les effets potentiellement nuisibles des mesures de rétablissement peuvent être atténués ou évités à l’étape de la mise en œuvre des projets, grâce à l’adoption de procédures de terrain adéquates et à la collaboration active avec des partenaires importants comme l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry et les organismes gouvernementaux concernés. De plus, il faudra appliquer les mesures d’augmentation des populations (plantation ou ensemencement) selon le principe de précaution. Certaines activités prévues par le programme de rétablissement pourraient devoir faire l’objet d’évaluations environnementales conformément à la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE). Les incidences sur l’environnement de toutes les activités nécessitant la tenue d’une évaluation environnementale à l’échelle du projet seront alors évaluées conformément aux dispositions de la Loi.

Tableau 5. Liste partielle des espèces en péril et des espèces vulnérables présentes près des populations de limnanthe de Macoun. Ces espèces pourraient être touchées par certaines activités de rétablissement. Sources : Conservation Data Centre de la Colombie‑Britannique (2011); NatureServe (2011).
Espèce (noms scientifiques et commun)Cote provinciale (C.‑B.)Statut selon le COSEPACStatut selon la LEP
Castilleja ambigua
Castilléjie ambiguë
S2S3, Liste bleueNon évaluéeNon évaluée
Crassula connata
Tillée dressée
S2, Liste rougeNon évaluéeNon évaluée
Lotus formosissimus
Lotier splendide
S1, Liste rougeEn attente du statutNon évaluée
Lupinus densiflorus
Lupin densiflore
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition
Microseris bigelovii
Microséris de Bigelow
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition
Orthocarpus bracteosus
Orthocarpe à épi feuillu
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition
Sanicula arctopoides
Sanicle patte-d’ours
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition
Ranunculus californicus
Renoncule de Californie
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition
Triphysaria versicolor ssp.
versicolor Triphysaire versicolore
S1, Liste rougeEn voie de disparitionEn voie de disparition

Les mesures visant à favoriser le rétablissement de la limnanthe de Macoun devraient, si elles sont menées de manière transparente et enrichissante sur le plan de l’information, profiter à d’autres espèces en péril et à leur habitat, en sensibilisant le public aux graves conséquences environnementales des espèces exotiques envahissantes ainsi qu’à la nécessité de préserver les processus écologiques naturels et de protéger les milieux naturels contre les effets du développement foncier. Le présent programme aura des bienfaits pour l’environnement, du fait qu’il favorise la conservation et le rétablissement de la limnanthe de Macoun, composante naturelle de la biodiversité. Il est même probable que la restauration de l’habitat de la limnanthe de Macoun profitera à d’autres espèces indigènes vivant dans le même milieu. Le processus d’EES a révélé que le présent programme de rétablissement aura probablement plusieurs effets bénéfiques pour l’environnement et les autres espèces. La mise en œuvre du présent programme ne devrait avoir aucun effet négatif manifeste sur l’environnement.

Haut de la page


[5] Comme on s’attend à ce que les populations fluctuent, il faut des jeux de données à long terme pour en évaluer les tendances (Bush et Lancaster, 2004).

Retournez à la table des matières

Partie 2 : Programme de rétablissement de la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) en Colombie-Britannique

Programme fourni par le gouvernement de la Colombie-Britannique

Table des matières

Liste des tableaux

Liste des figures

Limnanthe de Macoun en fleur

Haut de la page

Les Programmes de rétablissement de la Colombie-Britannique – Quelques mots sur la collection

Cette collection présente les programmes de rétablissement qui sont élaborés dans le but de conseiller la province de la Colombie-Britannique sur l’approche stratégique générale requise pour assurer le rétablissement d’espèces en péril. Ces programmes visent à permettre à la province de respecter ses engagements à l’égard du rétablissement d’espèces en péril, conformément à l’Accord national pour la protection des espèces en péril et l’Accord sur les espèces en péril conclu entre le Canada et la Colombie-Britannique.

Qu’est-ce que le rétablissement?

Le rétablissement des espèces en péril est le processus visant à arrêter ou à inverser le déclin des espèces en voie de disparition, menacées ou disparues de la province ainsi qu’à éliminer ou à réduire les menaces auxquelles elles sont exposées, de façon à augmenter leurs chances de survie à l’état sauvage.

Qu’est-ce qu’un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement fait appel aux meilleures connaissances scientifiques disponibles pour déterminer ce qui doit être réalisé afin de rétablir une espèce ou un écosystème. Il indique ce qu’on sait et ce qu’on ignore à propos de l’espèce ou de l’écosystème visé; il décrit en outre les menaces qui planent sur l’espèce ou l’écosystème et ce qu’il faut faire pour atténuer ces menaces. Le programme fixe les buts et les objectifs du rétablissement de l’espèce ou de l’écosystème et recommande des approches à privilégier à cet égard.

En général, la préparation du programme est confiée à une équipe de rétablissement composée de membres des organismes responsables de la gestion de l’espèce ou de l’écosystème, d’experts issus d’autres organismes, de chercheurs universitaires et de représentants des groupes de conservation, des Autochtones et des autres parties intéressées, s’il y a lieu.

Prochaines étapes

Dans certains cas, on élabore un ou plusieurs plans d’action visant à définir et à guider la mise en œuvre du programme de rétablissement. Les plans d’action précisent les mesures à prendre pour atteindre les objectifs du programme. Cependant, le programme de rétablissement fournit déjà des renseignements utiles sur les dangers qui menacent l’espèce et sur ses besoins en matière de rétablissement à l’intention des particuliers, des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes intéressés au rétablissement des espèces en péril.

Pour de plus amples renseignements

Pour en savoir plus sur le rétablissement des espèces en péril en Colombie-Britannique, veuillez consulter la page Web du Ministry of Environment de la province sur la planification du rétablissement :

http://www.env.gov.bc.ca/wld/recoveryplans/rcvry1.htm (en anglais seulement).

Citation recommandée :

Garry Oak Ecosystems Recovery Team Plants at Risk Recovery Implementation Group. 2011. Recovery strategy for Macoun’s meadow-foam (Limnanthes macounii) in British Columbia. Prepared for the B.C. Ministry of Environment, Victoria, BC. 25pp.

Photographie de la couverture

© Matt Fairbarns (photo reproduite avec sa permission)

Exemplaires supplémentaires

On peut télécharger la présente publication à partir de la page Web du Ministry of Environment de la Colombie-Britannique sur la planification du rétablissement :

http://www.env.gov.bc.ca/wld/recoveryplans/rcvry1.htm (en anglais seulement).

Renseignements relatifs à la publication

ISBN : 978-0-7726–6492-1
No de catalogue

Le contenu du présent document (sauf les illustrations) peut être utilisé sans permission, mais en prenant soin d’indiquer la source.

Avertissement

Le présent programme de rétablissement a été rédigé par le Groupe de mise en œuvre du rétablissement des plantes en péril de l’Équipe de rétablissement des écosystèmes à chêne de Garry. Il vise à conseiller les compétences responsables et les organisations susceptibles de participer au rétablissement de l’espèce. Le Ministry of Environment de la Colombie-Britannique a reçu ces recommandations dans le cadre des engagements pris en vertu de l’Accord pancanadien pour la protection des espèces en péril et de l’Accord sur les espèces en péril conclu entre le Canada et la Colombie-Britannique.

Ce document présente les stratégies de rétablissement qui sont jugés nécessaires pour rétablir des populations de limnanthe de Macoun dans la province, à la lumière des dernières données scientifiques et des connaissances traditionnelles dont nous disposons. La mise en œuvre des mesures de rétablissement visant à atteindre les buts et objectifs énoncés dans le présent programme dépendra des priorités et des contraintes budgétaires des organisations participantes. Les buts, objectifs et méthodes de rétablissement pourraient être modifiés à la lumière de nouvelles connaissances ou en fonction de nouvelles orientations.

Les autorités responsables et tous les membres de l’équipe de rétablissement ont pu examiner le présent document. Cependant, celui-ci ne représente pas nécessairement la position officielle de ces organismes, ni l’opinion personnelle de tous les membres de l’équipe de rétablissement.

La réussite du rétablissement de l’espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration des nombreuses parties qui participeront à la mise en œuvre des recommandations formulées dans le présent document. Le Ministry of Environment de la Colombie-Britannique encourage toute la population de la province à participer au rétablissement de la limnanthe de Macoun.

Membres de l'équipe de rétablissement

Membres du Groupe de mise en œuvre du rétablissement des plantes en péril de l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry

  • Brenda Costanzo (coprésidente jusqu’en décembre 2009), Senior Vegetation Specialist, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Victoria (C.‑B.)
  • Tracy Cornforth, ministère de la Défense nationale, Base des Forces canadienne d’Esquimalt, Esquimalt (C.‑B.)
  • Matt Fairbarns (coprésidente), botaniste, Victoria (C.‑B.)
  • Chris Junck, Outreach Specialist, Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry, Victoria (C.‑B.)
  • Todd Kohler, consultant, Vancouver (C.‑B.)
  • Terry McIntosh, botaniste, Vancouver (C.-B.)
  • Mike Miller, consultant, Vernon (C.‑B.)
  • James Miskelly, consultant, Victoria (C.‑B.)
  • Brian Reader, Agence Parcs Canada, Victoria (C.‑B.)
  • Simone Runyan, consultante, Vernon (C.‑B.)
  • Shyanne Smith, Program Chair, Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry, Victoria (C.‑B.)
  • Andrea Schiller, ministère de la Défense nationale, Victoria (C.‑B.)

Ancien membre de l’équipe de rétablissement

  • Ted Lea (à la retraite), écologiste de la végétation, Victoria (Colombie-Britannique)

Haut de la page

Autorités responsables

Le Ministry of Environment de la Colombie-Britannique est chargé de produire un programme de rétablissement pour la limnanthe de macoun en vertu de l’Accord pour la protection des espèces en péril au Canada. L’Agence Parcs Canada et le Service canadien de la faune d’Environnement Canada (Région du Pacifique et du Yukon) ont participé à la préparation de ce programme.

Haut de la page

Remerciements

Ksenia Barton, qui a rédigé la première version du présent rapport, souhaite remercier Adolf et Oluna Ceska, qui lui ont fourni une bonne partie de l’information sur la limnanthe de Macoun au Canada, information qu’ils ont recueillie durant leurs nombreux travaux d’inventaire et de surveillance. Environnement Canada (Service canadien de la faune), par l’entremise de la province de la Colombie‑Britannique, a fourni du financement pour la rédaction du présent programme de rétablissement. Les personnes suivantes (en ordre alphabétique) ont commenté la première version du rapport : Tracy Cornforth (ministère de la Défense nationale [MDN], Base des Forces canadienne [BFC] d’Esquimalt), Brenda Costanzo (Ministry of Environment de la Colombie-Britannique), Matt Fairbarns, Chris Junck (Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry [ERECG]), Ted Lea (anciennement du Ministry of Environment de la Colombie-Britannique), Terry McIntosh, Mike Miller, Brian Reader (Agence Parcs Canada), Andrea Schiller (MDN), and Shyanne Smith (ERECG).

Les personnes suivantes (en ordre alphabétique) ont fourni de l’information utile pour le programme de rétablissement : Robin Annschild (Salt Spring Island Conservancy), Peggy Burfield (BC Parks), Eva Buxton, Adolf Ceska (Ceska Geobotanical Consulting), Tracy Cornforth (MDN, BFC d’Esquimalt), Matt Fairbarns (Aruncus Consulting), Chris Junck (ERECG), Andy Katschor (Township of Esquimalt), Sheila Mackay (District of Metchosin), Stephen Meyers (Oregon State University), Moralea Milne, Harry Parsons (Bufo Inc.), Jenifer Penny (Conservation Data Centre de la C.‑B.), Adriane Pollard (District of Saanich), Erin Prescott (Conservation Data Centre de la C.‑B.), Jennifer Psyllakis (Capital Regional District Parks), Rae Roer (Saanich Parks) et Hans Roemer.

Haut de la page

Résumé

Le présent programme de rétablissement a été rédigé pour orienter le rétablissement des populations canadiennes de limnanthes de Macoun (Limnanthes macounii), une plante vasculaire en péril. Il s’agit d’une annuelle aux petites fleurs blanchâtres.

La limnanthe de Macoun n’est présente qu’en Amérique du Nord. Au Canada, on ne la trouve que dans une étroite région côtière de la Colombie‑Britannique dont elle est endémique, soit dans le sud de l’île de Vancouver et quelques‑unes des îles Gulf à proximité. Il en existe 28 populations connues. L’espèce occupe des dépressions humides, des mares printanières et des zones de suintement à faible altitude. Le COSEPAC l’a désignée espèce menacée en 2004, et elle est inscrite comme telle à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril au Canada. En Colombie‑Britannique, le Conservation Data Centre de la province lui attribue la cote S2 (en péril), et l’espèce figure à la liste rouge provinciale. La limnanthe de Macoun est une espèce de priorité 1 sous le but 1 (Participer aux programmes mondiaux de conservation des espèces et des écosystèmes) dans le Cadre de conservation de la Colombie‑Britannique.

Voici les menaces qui pèsent sur la limnanthe de Macoun : développement résidentiel et commercial; activités récréatives; suppression des feux; plantes exotiques envahissantes; changement climatique.

Le but en matière de population et de répartition de l’espèce est de maintenir les populations existantes en Colombie‑Britannique.

Les objectifs de rétablissement sont les suivants :

  1. Assurer la protection[6] à long terme des populations connues de la limnanthe de Macoun et de son habitat.
  2. Évaluer et atténuer les principales menaces qui pèsent sur les populations de la limnanthe de Macoun (p. ex. construction de bâtiments et d’autres ouvrages; plantes exotiques envahissantes; suppression des feux; activités récréatives).
  3. Déterminer la taille et la tendance de toutes les populations connues.
  4. Confirmer la répartition des populations (existantes et nouvelles) de l’espèce en Colombie‑Britannique.
  5. Combler les lacunes dans les connaissances sur le recrutement de nouvelles populations ou sous‑populations, les mécanismes de dispersion et la dynamique du réservoir de semences du sol.

Haut de la page

Caractère réalisable du rétablissement – Sommaire

Le rétablissement de la limnanthe de Macoun en Colombie-Britannique est jugé réalisable selon les critères énoncés dans les politiques du gouvernement du Canada (2009) :

  1. Des individus de l’espèce sauvage capables de reproduction sont disponibles ou le seront dans un avenir prévisible pour maintenir ou accroître l’effectif.

    Oui, il existe plus de 100 000 individus reproducteurs, ce qui peut donc accroître le taux de croissance de la population et son effectif.

  2. Il y a un habitat suffisant pour le rétablissement, ou des mesures d’aménagement ou de remise en état permettraient d’en créer un.

    Oui. Un habitat approprié suffisant est disponible pour l’espèce à tous les endroits connus où elle est présente. Il existe peut‑être d’autres milieux propices à l’espèce le long des 200 km de littoral où elle est présente.

  3. Les principales menaces qui pèsent sur l’espèce ou sur son habitat (y compris celles qui proviennent de l’étranger) peuvent être atténuées ou évitées.

    Oui, des mesures de rétablissement permettraient d’éviter ou d’atténuer d’importantes menaces (développement résidentiel et commercial; activités récréatives; suppression des feux; plantes exotiques envahissantes) qui pèsent sur l’espèce ou sur son habitat. Par contre, l’impact éventuel du changement climatique ne peut pas être atténué.

  4. Il existe des techniques de rétablissement permettant d’atteindre les objectifs en matière de population et de répartition, ou de telles techniques pourraient être mises au point en un temps raisonnable.

    Oui, il existe des techniques de rétablissement standard qui seront appliquées pour tenter d’atteindre les objectifs en matière de population et de répartition de l’espèce.

Haut de la page

1. Évaluation de l'espèce par le COSEPAC

Date de l’évaluation : Novembre 2004

Nom commun : Limnanthe de Macoun

Nom scientifique : Limnanthes macounii

Statut selon le COSEPAC : Espèce menacée

Justification de la désignation : Une espèce endémique au Canada dont l’aire de répartition est restreinte à une mince bande côtière de microhabitats temporairement humides, où elle est en péril à cause de la compétition permanente avec une grande variété de plantes exotiques. Sa présence dans une région fortement urbanisée se traduit par la perturbation de son habitat et une diminution de ses populations.

Répartition canadienne : Colombie-Britannique

Historique du statut selon le COSEPAC : L’espèce a été désignée « préoccupante » en avril 1988. Après réexamen de son statut, l’espèce a été désignée « menacée » en novembre 2004. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour du rapport de situation.

Haut de la page

2. Information sur la situation de l'espèce

Limnanthe de Macouna
Désignation légale
Espèce désignée (en anglais seulement)b : NonWildlife Act de la C.-B. (en anglais seulement) : NonAnnexe de la LEP : 1 (2006)
Statut de conservation (en anglais seulement)c
C.‑B. : Liste rouge Cote C.‑B. : S2 (2007) Cote nationale (en anglais seulement) : N2 Cote mondialed : G2 (2006) Cotes subnationales (en anglais seulement)e : Sans objet – espèce présente en C.‑B. seulement
Cadre de conservation de la C.-B. (en anglais seulement)f
But 1 : Participer aux programmes mondiaux de conservation des espèces et des écosystèmes.Prioritég : 1 (2009)
But 2 : Empêcher que les espèces et les écosystèmes deviennent en péril.Priorité : 6 (2009)
But 3 : Maintenir la diversité des espèces et écosystèmes indigènes.Priorité : 2 (2009)
Groupes de mesures : (en anglais seulement)Préparation d’un rapport de situation; surveillance des tendances; planification; inscription à une liste prévue par la Wildlife Act; transmission au COSEPAC; protection de l’habitat; remise en état de l’habitat; intendance de terres privées; gestion de l’espèce et des populations.

a Source des données : Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique (2010), à moins d’indication contraire.

b Identified Wildlife (espèce désignée) en vertu de la Forest and Range Practices Act de la Colombie‑Britannique.

d La cote de conservation mondiale attribuée à la limnanthe de Macoun est fondée sur l’hypothèse selon laquelle la population californienne n’est pas de cette espèce (NatureServe, 2008).

e S = subnational; N = national; G = mondial; B = reproduction; X = espèce vraisemblablement disparue; H = espèce peut-être disparue; 1 = gravement en péril; 2 = en péril; 3 = espèce préoccupante, vulnérable à la disparition ou à l’extinction; 4 = apparemment non en péril; 5 = espèce largement répandue, abondante et non en péril; NA = non applicable; NR = espèce non classée; U = non classable.

f Source des données : Ministry of Environment (2010).

g Échelle à six niveaux : de la priorité 1 (la plus élevée) à la priorité 6 (la moins élevée).

Haut de la page

3. Information sur l'espèce

3.1. Description

La limnanthe de Macoun est une petite plante annuelle atteint habituellement une hauteur de 2 à 5 cm, parfois plus, jusqu’à 15 cm (voir la photo de la page couverture). Ses tiges sont glabres et peuvent être ramifiées ou dotées d’une ou plusieurs ramifications. Les petits individus sont dressés, alors que les plus grands sont couchés au sol, avec l’extrémité des ramifications relevée. Les feuilles, de longueur variant de 1 à 7 cm, sont divisées en 3 à 13 segments dentés ou lobés disposés sur deux rangées. Les fleurs ont habituellement quatre ou cinq pétales et mesurent de 7 à 10 mm de diamètre. Les pétales sont blancs, obovés, c’est‑à‑dire plus larges vers leur extrémité légèrement échancrée, et portent deux rangées de poils à la base. Les sépales verts entourant les pétales se rétrécissent vers leur extrémité pointue. Après la fertilisation, les fleurs produisent habituellement trois ou quatre (parfois un) nucules d’une longueur de 3 mm. Les nucules relativement voyantes, de couleur jaune-vert à brun et en forme de cône, sont attachées à la plante par le bout étroit du cône. Le sommet de la nucule est couvert de verrues.

Haut de la page

3.2. Populations et répartition

La limnanthe de Macoun n’est présente qu’en Amérique du Nord, et elle est sans doute endémique de la Colombie‑Britannique[7] (figure 1). En Colombie‑Britannique (C.‑B.), on ne la trouve que dans le sud de l’île de Vancouver et sur quelques‑unes des îles Gulf voisines (figure 2; COSEPAC, 2004). Elle est présente de East Sooke jusqu’à Victoria vers le nord‑est (y compris sur les îles Inskip, Chatham et Trial à proximité) et forme quelques populations isolées à la pointe Yellow (île de Vancouver) et sur les îles Saltspring, Gabriola et Hornby (figure 2). La superficie estimée de sa zone d’occurrence est de 40 km2; celle de sa zone d’occupation est inférieure à 0,02 km2 et était considérée comme à la baisse (COSEPAC 2004).

Figure 1. Carte de la répartition de la limnanthe de Macoun en Amérique du Nord

Figure 1. Répartition mondiale de la limnanthe de Macoun. Le cercle plein représente les populations confirmées en Colombie‑Britannique, et le cercle vide une population non confirmée en Californie.

Figure 2: Carte de l’aire de répartition de la Limnanthe de Macoun en Colombie-Britannique.

Figure 2. Répartition de la limnanthe de Macoun en Colombie‑Britannique en 2003 (B.C. CDC, 2008a).

La limnanthe de Macoun occupe des zones d’habitat bien distinctes mais souvent groupées, de de superficie restreinte. Au total, 32 populations[8] de l’espèce ont été documentées en C.‑B., dont 28 existent encore (COSEPAC 2004; B.C. CDC, 2008a). En 2004, l’effectif de limnanthes de Macoun en C.‑B. était estimé à 20 000 individus (COSEPAC, 2004); de 1994 à 2003, il a diminué de 8 à 12%, soit une perte nette estimée à 800–1 200 individus (COSEPAC, 2004). Toutefois, en 2010 deux nouvelles populations, d’effectif total estimé à au moins 110 000 individus, ont été trouvées sur la pointe Rocky (Cornforth, comm. pers., 2010). La découverte de ces populations a donc augmenté considérablement la population totale estimée en C.‑B. Au cours des 30 ans durant lesquels on a estimé les effectifs de populations, 104 sous‑populations[9] ont été observées, dont 84 % existent encore et 16 % auraient disparu (COSEPAC, 2004; B.C. CDC, 2008a). Des 87 sous‑populations qui restent, 26 sont grandes (> 200 individus), 22 de taille moyenne (de 51 à 200 individus), 36 sont petites (< 50 individus), et trois de taille inconnue.

La plupart des sous‑populations n’ont été suivies que durant une année ou deux, mais environ 63 % de celles qu’on a dénombrées semblent stables ou à la hausse d’après ces données limitées.

L’appendice 1 présente des détails sur les populations et sous‑populations.

Haut de la page

3.3. Besoins de la limnanthe de Macoun

3.3.1. Besoins biologiques et besoins en matière d’habitat

Le tableau 1 résumé les besoins en matière d’habitat et les besoins biologiques de l’espèce.

Tableau 1. Résumé des caractéristiques de l’habitat de la limnanthe de Macoun (COSEPAC, 2004).
Caractéristiques généralesDescription générale de l’habitat
  • milieux dégagés ou avec peu d’arbres, habituellement à moins de 200 m (jusqu’à 2 km) du littoral du Pacifique;
  • sites rocheux au sol mince;
  • sol mouillé ou inondé l’hiver et complètement sec l’été.
Altitude
  • habituellement de 5 à 35 m mais parfois jusqu’à 195 m au dessus du niveau de la mer;
Besoins en lumière
  • croissance optimale dans les habitats pleinement ensoleillés;
  • les individus croissant à l’ombre (parmi des herbes hautes ou dans l’ombre de plantes ligneuses) sont élancés et produisent habituellement peu de nucules.
ClimatGénéralités
  • hivers doux et étés frais et secs;
  • la neige et les grands gels sont rares.
Microclimat
  • la plante a tendance à occuper des sites littoraux où la température et l’humidité du sol sont plus élevées l’hiver que dans des sites semblables éloignés du littoral.
Saisonnalité
  • la plupart des précipitations se produisent l’hiver, elles diminuent beaucoup au printemps, et les sites connaissent d’importants déficits hydriques l’été;
  • la période de croissance s’étend de la fin septembre ou d’octobre à mai; les températures relativement douces et les précipitations abondantes durant cette période sont essentielles à la survie de la plante;
  • les étés secs sont importants pour la maturation des graines.
Fluctuations climatiques
  • les conditions défavorables pour la croissance et le développement des individus sont associées à un hiver plus froid que la moyenne et à un début de printemps plus sec que la moyenne;
  • de basses températures l’automne peuvent nuire à la germination, et les gels hivernaux peuvent tuer la plante.
Caractéristiques physiographiques et topographiquesSubstratum rocheux
  • l’espèce occupe des dépressions (couvertes d’un sol mince) du substratum où l’eau s’accumule ou le sol le long de fractures dans la roche‑mère qui présentent du suintement intermittent;
  • le substratum est généralement d’origine volcanique, mais il est constitué de grès à quelques sites.
Sols
  • sols minces, variant de quelques cm à environ 30 cm d’épaisseur;
  • les populations les plus viables ont tendance à occuper des sols dont l’épaisseur est de moins de 4 cm;
  • sols noirs et riches en humus, classés comme des régosols humiques orthiques;
  • sols acides et riches en éléments nutritifs.
Conditions du sol
  • exigences édaphiques de l’espèce : nappe phréatique à la surface du sol ou jusqu’à 5 cm au‑dessus l’hiver; sol frais et humide au printemps, jusqu’à la fin d’avril; sol très sec l’été.
ÉcologieUnité biogéoclimatique
  • sous-zone maritime humide de la zone côtière à douglas
Écosystèmes
  • L’espèce est présente dans les écosystèmes suivants :
  • mares printanières : dépressions dégagées abritant un grand nombre de plantes annuelles;
  • zones de suintement éphémère sur des pentes dégagées;
  • lieux de rassemblement de goélands : dépressions humides et extrémité des suintements, où ces oiseaux se rassemblent et se nourrissent (zones riches en éléments nutritifs);
  • forêts claires : dépressions et milieux suintants des forêts mixtes claires de
  • douglas (Pseudotsuga menziesii), de chêne de Garry (Quercus garryana), d’arbousier d’Amérique (Arbutus menziesii), de genévrier des Rocheuses (Juniperus scopulorum) ou de pin tordu (Pinus contorta var. contorta)
Écosystèmes sensibles
  • les sites se trouvent habituellement dans les écosystèmes sensibles cartographiés suivants : escarpements côtiers, milieux à végétation herbacée et milieux boisés.
Régime de perturbation (voir ci‑dessous)
  • la plupart des sites subissent des niveaux de perturbation intermédiaires par des activités récréatives et des oiseaux de mer;
  • des perturbations modérées par les humains et les oiseaux de mer peuvent contribuer au maintien de l’habitat de l’espèce en réduisant la couverture des plantes concurrentes.
Régime de perturbation

Bien que certains types de perturbations puissent nuire à l’espèce, il semble que le labourage deux fois par année (fin du printemps et début de l’automne) dans un secteur de vieux champs, de prés et de terres humides, situé sur des terres du MDN à la pointe Rocky, ait créé un habitat idéal pour la limnanthe de Macoun. À cet endroit, une mince couche de sol recouvre une base d’argile imperméable, ce qui permet l’accumulation d’eau l’automne dans les sillons creusés par la charrue. Cette perturbation crée donc des sites permettant à l’espèce de germer à la fin de l’automne et ramène peut‑être aussi des nucules à la surface où elles peuvent germer. Les individus peuvent ensuite fleurir et produire des graines avant que le terrain ne soit labouré de nouveau à la fin du printemps.

Haut de la page

3.3.2. Facteurs limitatifs

Plusieurs facteurs biologiques limitent le potentiel de rétablissement de la limnanthe de Macoun au Canada et sont décrits dans cette section.

Spécificité de l’habitat

La limnanthe de Macoun a des besoins précis en matière d’habitat : climat, physiographie, régime hydrique, type d’écosystème et régime de perturbation (tableau 1). Les milieux propices à l’espèce couvrent une faible superficie et sont restreints à une petite région géographique (sud de l’île Vancouver et quelques îles voisines). La faible superficie de l’habitat est peut‑être liée à la suppression généralisée des feux, qui favorise la succession secondaire et la perte d’habitat.

Populations petites et fragmentées

Les petites populations fragmentées réduisent les chances de persistance d’une espèce face à des phénomènes stochastiques qui causent de la mortalité ou réduisent le succès de reproduction. La stochasticité démographique et des facteurs génétiques influent aussi sur les chances de survie des petites populations (Hanski, 1999; Pollard, 1966; Keiding, 1975; Newman et Pilson, 1997).

Capacité de dispersion limitée

Les nucules de la limnanthe de Macoun ne possèdent aucune structure assurant leur dispersion : elles tombent simplement de la plante (COSEPAC, 2004). Des oiseaux aquatiques peuvent parfois disperser des nucules, ce qu’on a observé pour les graines et les fruits d’autres plantes de mares printanières et de milieux aquatiques (Sauer, 1991). La capacité de dispersion limitée de l’espèce pourrait être associée à une faible fréquence de recrutement de nouvelles populations et sous‑populations.

Faible variabilité génétique

Dans une étude sur des allozymes de huit populations de limnanthes de Macoun, Kesseli et Jain (1984) n’ont trouvé aucun signe de différenciation génétique entre les populations et qu’une faible variabilité génétique au sein de chaque population.

Haut de la page

4. Menaces

Les menaces sont définies comme étant les activités (humaines) ou les processus immédiats qui ont causé, causent ou pourraient causer la destruction, la dégradation ou la perturbation de la biodiversité et des processus naturels. Elles peuvent être historiques, en cours ou susceptibles de survenir dans l’avenir. Elles ne comprennent pas les caractéristiques biologiques intrinsèques de l’espèce ou de la population telles que la dépression de consanguinité, la faible taille de la population et l’isolement génétique - tous considérés comme des facteurs limitatifs.

Haut de la page

4.1. Évaluation des menaces

La classification des menaces présentée au tableau 2 se fonde sur le système unifié de classification des menaces de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et du Partenariat pour les mesures de conservation (Conservation Measures Partnership, ou CMP) et elle est compatible avec les méthodes utilisées par le Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique et le Cadre de conservation de la province. Pour une description détaillée du système de classification des menaces, voir le site Web du Conservation Measures Partnership (CMP, 2010). Pour savoir comment les valeurs sont attribuées ou l’impact global est calculé, consulter Master et al. (en anglais seulement) (2009) et les notes du tableau. Les menaces ont été évaluées pour les populations connues en 2008 (tableau 2).

Tableau 2. Tableau de classification des menaces qui pèsent sur la limnanthe de Macoun
MenaceImpacta (calculé)PortéebGravitécQuand?dPopulation(s)Stresse
1Développement résidentiel et commercialMoyenLimitéeGraveConstante  
1.1
  • Zones résidentielles et urbaines
MoyenLimitéeGraveConstante8 sur des terres privéesRéduction de la taille des populations; disparition de populations locales
1.3
  • Zones touristiques et récréatives
Moyen-faibleLimitéeGrave - modéréeConstante10 dans des parcsRéduction de la taille ou de la viabilité des populations; disparition de populations locale; hausse de la mortalité; faible succès de reproduction
6Intrusions et perturbations humainesMoyenGrandeModéréeConstante  
6.1
  • Activités récréatives
MoyenGrandeModéréeConstanteToutes les populations sauf celles sur des terres du MDNRéduction de la taille et de la viabilité des populations; hausse de la mortalité
6.2
  • Guerre, troubles civils et exercices militaires
FaiblePetiteModéréeÀ long terme6 sur des terres du MDNRéduction de la taille et de la viabilité des populations; hausse de la mortalité
7Modifications des écosystèmes naturelsMoyenGrandeModéréeConstante  
7.1
  • Feux de forêt et suppression des feux de forêt
MoyenGrandeModéréeConstanteLa plupartRéduction de la taille et de la viabilité des populations; hausse de la mortalité
8Espèces et gènes envahissants ou problématiquesÉlevéGénéraliséeGraveConstante  
8.1
  • Espèces non indigènes envahissantes
ÉlevéGénéraliséeGraveConstanteToutesRéduction de la taille ou de la viabilité des populations; disparition de populations locales; hausse de la mortalité; faible succès de reproduction
11Changements climatiques et phénomènes météorologiques violentsÉlevéGénéraliséeGraveInconnue  
11.2
  • Sécheresses
ÉlevéGénéraliséeGraveInconnueToutesRéduction de la taille des populations; disparition de populations locales

a Impact – Mesure dans laquelle on observe, infère ou soupçonne que l’espèce est directement ou indirectement menacée. L’impact de chaque stress est déterminé selon les cotes de portée et de gravité et en ne tenant compte que des menaces actuelles et futures. L’impact d’une menace correspond à la réduction de la population d’une espèce ou à la réduction de la superficie ou dégradation d’un écosystème. Le taux médian de déclin de la population ou de la superficie de l’habitat pour chaque combinaison de portée et de gravité se range dans une des classes d’impact suivantes : très élevé (déclin de 75 %), élevé (40 %), moyen (15 %) et faible (3 %).

b Portée – Proportion de l’effectif de l’espèce qui sera vraisemblablement touchée par la menace d’ici dix ans. (Généralisée = 71–100 %; grande = 31–70 %; restreinte = 11–30 %; petite = 1–10 %)

c Gravité – Au sein de la portée, niveau de dommage (habituellement mesuré comme l’ampleur de la réduction de la population) que causera vraisemblablement la menace d’ici une période de dix ans ou de trois générations. (Extrême = 71 – 100 %; grave = 31 – 70 %; modérée = 11 – 30 %; faible = 1 – 10 %).

d Quand? - Constante = menace toujours présente; à court terme = menace pouvant se réaliser dans dix ans ou trois générations; à long terme = menace pouvant se réaliser dans plus de dix ans ou de trois générations; négligeable = menace qui s’est réalisée dans le passé, mais qui est peut susceptible de revenir, ou menace qui n’aurait aucun effet direct, mais qui peut être limitative.

e Stress – Condition ou aspect (important attribut écologique, démographique ou individuel) de l’espèce qui est dégradé ou réduit par la menace (p. ex. comme résultat direct ou indirect des activités humaines).

Haut de la page

4.2. Description des menaces

De manière générale, l’impact des menaces pesant sur l’espèce à l’échelle de la province est très élevé[10]. Les menaces qui pèsent sur les habitats de la limnanthe de Macoun sont semblables à celles décrites pour les mares printanières, les terres humides éphémères et les prés maritimes du sud‑est de l’île de Vancouver (Agence Parcs Canada, 2006a et 2006b). Voici les principales menaces : développement résidentiel et commercial (construction de bâtiments et d’installations à des fins résidentielles et récréatives), plantes exotiques envahissantes, intrusions et perturbations humaines (activités récréatives et exercices militaires), modification des écosystèmes naturels (suppression des feux) et peut-être le changement climatique (tableau 2). Voici les détails concernant chaque menace de niveau 1 (UICN-CMP) :

Menace 1. Développement résidentiel et commercial

1.1 Zones résidentielles et urbaines : Certaines des zones d’habitat de l’espèce qui restent sont en péril parce qu’elles se trouvent sur des propriétés côtières recherchées pour le développement résidentiel. Les propriétés privées sont surtout menacées par la conversion de l’habitat, p. ex. pour l’aménagement paysager. Au total, 27 % des sous‑populations de limnanthes de Macoun se trouvent sur des terrains privés.

Voici des exemples de populations ou sous‑populations qui ont disparu en raison de la construction de bâtiments ou d’autres installations :

  • une population a disparu lorsqu’on a construit une terrasse en bois au-dessus d’une dépression abritant l’espèce sur l’île Saltspring (B.C. CDC, 2008a);
  • un site a été loti, et la construction d’une conduite d’eaux usées a détourné l’eau de suintement loin d’une population, ce qui a causé sa perte (B.C. CDC, 2008a);
  • deux sous‑populations sur des terrains privés à l’ouest du parc Devonian ont disparu lorsqu’on a développé le secteur : on a foré un site afin d’installer une prise d’eau de mer pour une pompe à chaleur, et on a brûlé des débris associés à la construction résidentielle sur l’autre site (B.C. CDC, 2008a);
  • une sous‑population a disparu en raison du forage à des fins d’exploration d’énergie géothermique à Metchosin (B.C. CDC, 2008a).

1.3 Zones touristiques et récréatives : Divers organismes (fédéraux, provinciaux, municipaux et privés) sont responsables de la gestion des habitats naturels abritant la limnanthe de Macoun. Comme il ne s’agit pas d’une plante voyante, il est facile de ne pas la remarquer, et son habitat peut être endommagé si les exploitants du site ignorent les emplacements qu’elle occupe.

La plupart des organismes qui ont des propriétés abritant des populations de l’espèce le savent, mais dans certains cas le plan de gestion du site n’y fait pas référence. Les exploitants des sites pourraient ne pas avoir facilement accès aux cartes des populations ou ne pas être formés à l’identification des occurrences. Par le passé, certaines activités ont endommagé ou détruit en partie des populations ou en ont dégradé l’habitat, p. ex. le fauchage de la végétation, l’installation et l’entretien de l’infrastructure du site; l’utilisation de véhicules de service motorisés durant la saison humide, la réorientation de sentiers, la construction de routes; le creusage de fossés ou de tranchées, le dépôt de gravier et d’autres matériaux et la modification du régime hydrologique sur des sites adjacents. Voici deux exemples précis qui se sont produits dans le parc provincial Ruckle :

  • en 2006, l’installation d’une nouvelle conduite d’eau a détruit la moitié d’une sous‑population en raison des travaux d’excavation dans son habitat (Annschild, comm. pers., 2008);
  • durant l’installation de tabliers de tente en février 2008, des véhicules motorisés ont créé des ornières dans le sol saturé adjacent à une population de l’espèce, ce qui a modifié l’hydrologie du site occupé (Annschild, comm. pers., 2008).

Certaines activités de gestion de site peuvent être bénéfiques pour la limnanthe de Macoun, p. ex. le fauchage de la végétation à des moments propices, lequel réduit la prolifération des espèces concurrentes.

Menace 6. Intrusions et perturbations humaines

6.1 Activités récréatives : Des activités récréatives peuvent menacer des populations de limnanthes de Macoun. L’espèce présente une certaine résilience face aux perturbations modérées durant sa saison de dormance (l’été), mais elle est vulnérable aux perturbations durant sa période de croissance à la saison humide.

Voici les activités récréatives particulièrement préoccupantes :

  • Piétinement intense (par des humains à pied ou en vélo et des chiens) durant la saison humide, lequel peut créer des ornières quasi permanentes, compacter le sol, modifier la microtopographie du fond des mares, écraser la végétation des mares et réduire la production de graines, menant à un déclin graduel des populations (Fairbarns, 2004).
  • Utilisation de véhicules et d’autres autres équipements récréatifs infestés de propagules de soliva sessile, une plante envahissante non indigène relativement nouvelle au Canada qui se répand dans les terrains de camping et parcs pour caravanes du sud‑ouest de la C.‑B. (Ceska et Ceska, 2007). Cette espèce concurrence directement la limnanthe de Macoun et constitue donc une grave menace pour les populations de cette dernière.
  • Construction non autorisée de rampes et tremplins de vélo motocross dans le parc Uplands. Ces structures sont construites de terre de surface excavée dans des mares printanières et prés intacts, ainsi que dans des sentiers du parc. Le personnel du parc les démolit à mesure qu’il les trouve, en remettant du mieux qu’il peut la terre dans les excavations. Mais il n’est pas possible de remette complètement en état les sites excavés de mares printanières.
  • Creusage du sol par les chiens dans les dépressions humides durant la saison humide (Fairbarns, 2004).

Bien que bon nombre d’activités récréatives nuisent à l’espèce, des perturbations localisées peuvent jouer un rôle importrant dans le maintien des conditions des microsites. Par exemple, un certain niveau de piétinement humain peut profiter à l’espèce, surtout s’il se produit l’été après la sénescence de la plante, en réduisant la prolifération de graminées vivaces non indigènes et d’autres espèces concurrentes. La compaction du sol par piétinement pourrait également aider à maintenir le sol à la profondeur optimale pour l’espèce, de façon à éviter que des graines se retrouvent enfouies trop profondément pour bien germer. Des populations pourraient être menacées par des gestionnaires de site bien intentionnés qui réduiraient trop le niveau de perturbation. De fortes hausses du niveau de perturbation peuvent également menacer les populations. Tous ces facteurs doivent être étudiés davantage.

6.2 Guerre, troubles civils et exercices militaires : Les exercices militaires qui se déroulent près de six sites soulèvent des préoccupations semblables à celles relevés dans ci-dessus pour les activités récréatives (appendice 1). Ces sites ne pas cependant pas menacés, car la base des Forces canadiennes (BFC) Esquimalt du ministère de la Défense nationale mène plusieurs activités d’intendance visant à gérer et à protéger les espèces en péril.

Menace 7. Modification des écosystèmes naturels

7.1. Feu et suppression des feux : Le maintien d’un régime de perturbation approprié, en l’occurrence un régime des feux, est important pour la survie de la limnanthe de Macoun, car les perturbations créent ou maintiennent les milieux dégagés essentiels à l’espèce. Par le passé, l’utilisation de feux dirigés par les Autochtones pour gérer les écosystèmes pourrait avoir maintenu des milieux dégagés, mais les régimes actuels de suppression des feux ont contribué à accroître la répartition des arbres et des arbustes dans les écosystèmes du chêne de Garry qui abritent la limnanthe de Macoun. L’absence de feux aurait mené à la perte et à la dégradation de nombreux habitats de l’espèce en favorisant la succession secondaire.

Menace 8. Espèces et gènes envahissants ou problématiques

8.1 Espèces non indigènes envahissantes : Les plantes envahissantes, en particulier celles qui sont exotiques, constituent une menace pour les populations de limnanthes de Macoun et seraient responsables de la disparition et du déclin de certaines populations et sous‑populations de l’espèce. Les espèces non indigènes envahissantes concurrencent la limnanthe pour les sites degermination et l’humidité du sol. En outre, elles font de l’ombre, produisent une litière de feuilles et accumulent une couche de chaume. Tous ces facteurs nuisent au développement des semis de limnanthes de Macoun.

Plusieurs types de plantes non indigènes sont préoccupants :

  • Les graminées vivaces non indigènes constituent la plus grave menace pour les populations de limnanthes de Macoun parce qu’elles concurrencent directement l’espèce (COSEPAC 2004); elles couvrent le sol nu où poussent les limnanthes et produisent de la litière qui s’accumule et modifie le régime hydrique local.
  • Deux arbustes indigènes, le genêt à balais (Cytisus scoparius) et l’ajonc d’Europe (Ulex europaeus) peuvent faire de l’ombre aux populations de limnanthes de Macoun.
  • Le lierre commun (Hedera helix) a contribué au déclin et à la disparition de deux sous‑populations à l’anse Glencoe.
  • Deux espèces annuelles d’hiver non indigènes, récemment apparues dans la région, constituent une grave menace pour des populations de limnanthes de Macoun : le trèfle souterrain (Trifolium subterraneum) sur des terres du MDN et la soliva sessile (Soliva sessilis) au parc Uplands (COSEPAC, 2004) et au parc provincial Ruckle.
Menace 11. Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents – Menace éventuelle

Graham (2003) a abordé la menace que constitue le changement climatique pour les espèces des mares temporaires.

Comme les espèces et écosystèmes des mares printanières dépendent directement du régime de température et de précipitations, ils risquent d’être fortement affectés par le changement climatique. Les écosystèmes de mares printanières semblent très sensibles aux changements climatiques. Selon les scénarios prévus, certaines espèces pourraient être gravement touchées, voire même disparaître dans certains cas.

Haut de la page

5. But et objectifs de rétablissement

5.1. But en matière de population et de répartition

Le but consiste à maintenir les populations actuelles de limnanthes de Macoun en Colombie‑Britannique.

Haut de la page

5.2. Objectifs de rétablissement

Le rétablissement sera considéré comme bien avancé si les objectifs à court terme (cinq à dix ans) suivants auront été atteints :

  1. Assurer la protection[11] à long terme des populations connues et de l’habitat de la limnanthe de Macoun.
  2. Évaluer et atténuer les principales menaces qui pèsent sur les populations de l’espèce (p. ex. construction de bâtiments et d’autres installations; plantes exotiques envahissantes; suppression des feux; activités récréatives).
  3. Déterminer la taille et les tendances de toutes les populations connues.
  4. Confirmer la répartition des populations (existantes et nouvelles) de l’espèce en Colombie‑Britannique.
  5. Combler les lacunes dans les connaissances sur le recrutement de nouvelles populations ou sous‑populations, les mécanismes de dispersion et la dynamique de leur réservoir de semences du sol.

Haut de la page

5.3. Justification du but et des objectifs

Le but en matière de population et de répartition est de maintenir les populations existantes en Colombie‑Britannique (voir appendice 1). Il est particulièrement important d’atteindre ce but, car l’espèce est endémique du Canada et n’est présente qu’en Colombie‑Britannique, et qu’il n’existe aucune possibilité d’immigration à partir de populations hors du Canada (COSEPAC, 2004). Le maintien des populations existantes est un but réaliste et empêchera la situation de l’espèce de se dégrader (c.-à-d. de devenir en voie de disparition). En raison de l’aire de répartition petite et fragmentée et de la zone d’occupation très restreinte de la limnanthe de Macoun, elle gardera probablement son statut d’espèce menacée, et ce même si l’on découvre et protège d’autres populations ou que son effectif total augmente (comme cela a récemment été le cas lorsqu’on a découvert de nouvelles populations à la pointe Rocky en 2010).

Haut de la page

6. Approches pour l'atteinte des objectifs

6.1. Mesures prises ou en cours

Les mesures énumérées ci‑dessous ont été classées d’après les groupes de mesures du Cadre de conservation de la Colombie-Britannique. L’état d’avancement du groupe de mesures visant l’espèce est présentée entre parenthèses.

Élaboration du rapport de situation (terminée)

  • Rapport de situation du COSEPAC terminé (COSEPAC, 2004).

Transmission au COSEPAC (terminée)

  • Limnanthe de Macoun désignée espèce menacée (COSEPAC, 2004).

Planification (terminée)

  • Programme de rétablissement de l’espèce en Colombie-Britannique terminé (le présent document, 2010).

Protection de l’habitat, restauration de l’habitat et intendance des terres privées (en cours)

Les populations de limnanthes de Macoun sont présentes sur des terrains qui relèvent de régimes fonciers divers. Bon nombre des propriétaires ou gestionnaires de ces terrains mènent des activités d’intendance visant à protéger les habitats naturels.

Le projet intitulé « Report on Potential Critical Habitat in Garry Oak Ecosystems » (Parks Canada Agency, 2009) constitue une des initiatives les plus importantes liée au rétablissement de la limnanthe de Macoun. Le projet consiste à délimiter et à cartographier les habitats nécessaires à la survie et au rétablissement d’un certain nombre d’espèces végétales en péril (y compris la limnanthe de Macoun) présentes dans les chênaies de Garry et les écosystèmes qui y sont associés sur certaines terres fédérales et aires protégées provinciales.

Les responsables de plupart des parcs provinciaux, régionaux et municipaux qui abritent la limnanthe de Macoun ont établi des plans de gestion de ces parcs. Ces plans visent à protéger les habitats naturels en général, mais la plupart ne mentionnent pas explicitement la présence de la limnanthe de Macoun. Voici quelques exemples d’activités de surveillance et de gestion des populations d’espèces végétales en péril dans des parcs :

  • Parc municipal Uplands : détermination des enjeux de gestion liés aux espèces en péril (Fairbarns 2004), surveillance de ces espèces, activités d’intendance régulières et lutte contre les espèces envahissantes.
  • Parc municipal Saxe Point : atelier de formation et plan de gestion informel des espèces en péril (Katschor, comm. pers., 2008).
  • Réserve écologique Trial Islands : surveillance des espèces en péril, lutte contre les espèces envahissantes visant à réduire au minimum les impacts sur les espèces en péril (Fairbarns, comm. pers., 2008).
  • Parc provincial Ruckle : surveillance des populations, lutte contre la soliva sessile (Annschild, comm. pers., 2008).

La BFC Esquimalt du MDN mène plusieurs activités d’intendance visant à gérer et à protéger les espèces végétales en péril. Le MDN a parrainé plusieurs inventaires des espèces végétales en péril sur ses terres de l’île de Vancouver (p. ex. Fairbarns, 2006). Les terres de la BFC Esquimalt à la pointe Rocky, au cap Albert et à la colline Mary sont fermées au public. Les sites abritant la limnanthe de Macoun à la pointe Rocky et au cap Albert ont été délimités par des pieux Seibert (à l’exception du pare‑feu), qui indiquent aux utilisateurs du terrain qu’il est interdit d’y pénétrer. Le MDN effectue également des travaux d’inventaire et de cartographie des occurrences de l’espèce et fournit à ces utilisateurs des cartes indiquant les « zones sensibles » accompagnées d’instructions précisant qu’il ne faut pas entrer dans ces zones, n’y les perturber. Des biologistes du MDN élaborent actuellement un plan de travail qui énumérera les mesures visant à mieux protéger les sites abritant la limnanthe de Macoun. À l’automne de 2010, des données de référence ont été recueillies aux sites connus, et la surveillance y sera effectuée sur un cycle de trois ans (Cornforth, comm. pers., 2010).

L’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry mène un programme de sensibilisation et de communication avec les propriétaires de sites abritant des espèces en péril, y compris la limnanthe de Macoun.

Une population de limnanthes de Macoun dans le district de Saanich fait l’objet d’une clause restrictive (voir l’appendice 1, OE no 33 du CDC) et d’une surveillance régulière. À cet égard, des mécanismes de mise en conformité sont en place (Pollard, comm. pers., 2010).

Haut de la page

6.2. Planification du rétablissement

Le tableau ci-dessous résume la planification du rétablissement de la limnanthe de Macoun.

Tableau 3. Tableau de planification du rétablissement de la limnanthe de Macoun.
Obj. noGroupe de mesures du cadre de conservationMesures pour atteindre les objectifsMenacea ou préoccupation viséePriorité

1,2

1,2

1,2

1,2

1,2

2

Protection de l’habitat; restauration de l’habitat; intendance des terres privées
  • Déterminer des mesures adéquates de protection de l’habitat.
  • Conclure des ententes d’intendance ou de conservation avec les propriétaires de tous les terrains privés concernés.
  • Établir et mettre en œuvre une stratégie de communication entre les organisations partenaires.
  • Établir et mettre en œuvre une stratégie de communication avec les utilisateurs des terres et d’autres intervenants concernant les activités de rétablissement.
  • Élaborer ou améliorer des plans de gestion propres au site pour les aires protégées et les terrains municipaux et fédéraux afin d’éliminer ou de réduire les menaces qui pèsent sur les populations et leur habitat.
  • Mener des expériences pour déterminer les bonnes méthodes pour enlever ou limiter les espèces exotiques envahissantes et pour simuler le régime des feux.

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2

1.1; 1.3; 6.1; 6.2; 7.1, 8.1

1.1; 1.3; 6.1; 6.2; 7.1, 8.1

7.1, 8.1

Urgent

Urgent

Urgent

Urgent

Urgent

Urgent

2

2

2

2

 
  • Évaluer les impacts des espèces exotiques envahissantes dans tous les sites.
  • Déterminer les impacts des perturbations (p. ex. compaction du sol, piétinement, activités récréatives, empiètement de forêts et d’arbustaies, enlèvement d’espèces exotiques envahissantes) sur la viabilité des populations de limnanthes de Macoun.
  • Élaborer et mettre en œuvre un protocole de surveillance visant à déceler les menaces naturelles et anthropiques dans chaque site.
  • Surveiller les sites pour évaluer les effets de toutes les mesures de gestion mises en place.

8.1; lacune dans les connaissances

6.1; 6.2; 8.1

Toutes les menaces

Toutes les menaces

Utile

Nécessaire

Urgent

Urgent

3

3

Surveillance des tendances
  • Élaborer et mettre en œuvre un protocole de surveillance de la répartition et de l’effectif des limnanthes de Macoun dans chaque site.
  • Surveiller les populations pour en déterminer les tendances.

Lacune dans les connaissances

Lacune dans les connaissances

Nécessaire

Nécessaire

4

4

4

Protection de l’habitat
  • Relever et cartographier les milieux propices à l’espèce.
  • Classer par ordre de priorité les secteurs où effectuer un inventaire.
  • Réaliser des inventaires.

Lacune dans les connaissances

Lacune dans les connaissances

Lacune dans les connaissances.

Utile

Utile

Utile

5

5

Mettre à jour le rapport de situation
  • Décrire le recrutement de nouvelles populations ou sous‑populations.
  • Déterminer les mécanismes de dispersion.
  • Caractériser la dynamique de la banque de semences du sol.

Lacune dans les connaissances

Lacune dans les connaissances.

Utile

Utile

a Numéros des menaces établis d’après les catégories de l’IUCN-CMP (voir les précisions au tableau 2).

7. Besoins en matière d’Habitat pour atteindre le but de rétablissement

Pour atteindre les objectifs en matière de population et de répartition de l’espèce, il est recommandé de déterminer les attributs précis de son habitat et de faire une description géospatiale des emplacements des zones d’habitat, de façon à faciliter la gestion visant à atténuer les menaces qui pèsent sur l’habitat.

Haut de la page

7.1. Désignation de l’habitat à gérer ou à protéger

Le tableau 1 présente les attributs de l’habitat pour la survie et le rétablissement de la limnanthe de Macoun. L’habitat nécessaire à la survie et au rétablissement de l’espèce en C.‑B. n’a pas encore été déterminé dans l’espace, car il reste du travail à achever pour quantifier ses besoins en superficie.

Le tableau 4 présente le calendrier des études requises afin de désigner les zones d’habitat nécessaires pour atteindre le but de rétablissement.

Haut de la page

7.2. Calendrier des études visant à déterminer l’habitat nécessaire pour atteindre le but de rétablissement

Tableau 4. Études requises afin de décrire l’habitat de survie et de rétablissement pour atteindre le but en matière de population et de répartition de la limnanthe de Macoun.
Description de l’activitéDate de débutDate d’achèvement

1. Effectuer des relevés :

  • Cartographier l’habitat occupé au moyen de techniques établies.
20112013

2. Décrire et consigner les conditions dans l’habitat occupé :

  • Déterminer les caractéristiques et conditions de l’habitat de l’espèce.
  • Compiler les données propres à chaque site sur la composition de la communauté, les caractéristiques du site, les conditions écologiques (concurrence végétale, activités d’utilisation des terres, présence et densité des espèces exotiques envahissantes et autres limitations intrinsèques) et le contexte paysager (utilisation des terres voisines, succession et connectivité des habitats).
20112014

Haut de la page

8. Mesure du rendement

Le succès du programme de rétablissement sera principalement évalué par une surveillance de l’évolution des populations et des tendances en matière d’habitat. Comme la limnanthe de Macoun est une annuelle, on peut s’attendre à ce que la répartition de ses occurrences soit dynamique (à une échelle décennale) dans les milieux propices. La taille des populations peut varier beaucoup d’une année à l’autre, et ces variations ne traduisent pas nécessairement la probabilité de persistance de l’espèce. Toutefois, malgré ces grandes variations, le nombre de populations dans chaque classe de taille (petite : 1-50 individus; moyenne : >50‑200 individus; grande : >200 individus) est constant d’une année à l’autre (COSEPAC, 2004). Si la surveillance des populations montre que le nombre de populations est stable ou augmente, alors l’objectif en matière de population et de répartition de l’espèce aura été atteint.

On examinera le programme de rétablissement dans cinq ans afin d’évaluer les progrès réalisés et de déterminer si d’autres approches ou des changements sont nécessaires au succès du rétablissement.

Voici les mesures de rendement qui serviront à évaluer les progrès accomplis d’ici 2016 :

  • Conclusion d’accords d’intendance afin de protéger l’espèce à au moins quatre sites (objectif 1).
  • Établissement de plans de gestion propres au site dans tous les parcs (objectifs 1 et 2).
  • Lancement de projets de recherche d’ici 2015 pour déterminer les menaces et évaluer les risques pour les populations (objectif 2).
  • Détermination de la taille et des tendances de toutes les populations (objectif 3).
  • Réalisation d’un inventaire des habitats potentiels (objectif 4).
  • Lancement d’études sur les lacunes dans les connaissances concernant le recrutement de nouvelles populations ou sous‑populations, les mécanismes de dispersion et la dynamique du réservoir de semences (objectif 5).

Haut de la page

9. Effets sur d'autres espèces

De nombreuses espèces et écosystèmes en péril sont présents dans l’habitat de la limnanthe de Macoun ou à proximité, notamment les espèces végétales en péril suivantes qui ont été évaluées par le COSEPAC et la province : la sanicle patte-d’ours (Sanicula arctopoides), l’orthocarpe à épi feuillu (Orthocarpus bracteosus), inscrit à la liste de la LEP, la castilléjie ambiguë (Castilleja ambigua ssp. ambigua), la triphysaire versicolore (Triphysaria versicolor ssp. versicolor), inscrite à la liste de la LEP, la tillée dressée (Crassula connata var. connata) et le lotier splendide (Lotus formosissimus). Comme la limnanthe de Macoun se trouve dans des écosystèmes à chêne de Garry et des écosystèmes connexes, sa conservation potégerait d’autres espèces végétales et animales dans ces milieux (GOERT 2002a).

Des approches écosystémiques coordonnées sont nécessaires pour s’assurer que les activités de rétablissement de la limnanthe de Macoun sont compatibles avec celles visant d’autres espèces et écosystèmes, comme les activités prévues par le programmes de rétablissement de l’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry et le programme de rétablissement de Parcs Canada visant plusieurs espèces de mares printanières. L’Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry pourrait mener des programmes de participation des propriétaires et gestionnaires des terres visées aux activités d’inventaire, de surveillance et de conservation de l’espèce. De plus, l’Équipe a produit un manuel de terrain sur les espèces en péril, y compris la limnanthe de Macoun, dans le cadre de son programme de sensibilisation (GOERT, 2002b).

Haut de la page

10. Références

Agence Parcs Canada. 2006a. Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada, Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa (Ontario).

Agence Parcs Canada. 2006b. Programme de rétablissement multi-espèces visant les plantes en péril des mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry au Canada, Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa (Ontario).

British Columbia Conservation Data Centre. 2010. BC Species and Ecosystems Explorer, B.C. Min. Environ., Victoria (Colombie-Britannique), <http://a100.gov.bc.ca/pub/eswp/ (en anglais seulement)> [consulté le 24 juin 2010]

British Columbia Conservation Data Centre (B.C. CDC). 2008a. Element occurrence record: Limnanthes macounii, B.C. Min. Environ., Victoria (Colombie-Britannique).

British Columbia Conservation Data Centre (B.C. CDC). 2008b. Glossary, <http://www.env.gov.bc.ca/atrisk/glossary.html (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2008]

Buxton, E., et R. Ornduff. 1999. Noteworthy collections - California: Limnanthes macounii Trel. (Limnanthaceae), Madroño 45:184.

Ceska, A., et O. Ceska. 2007. Carpet burweed (Soliva sessilis, Asteraceae): rare and introduced species that occur with it in British Columbia, Canada, Botanical Electronic News: 373, <http://www.ou.edu/cas/botany-micro/ben/ben373.html (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2008]

Ceska, A., et O. Ceska. 1999. Limnanthes macounii>: end of an endemic species,Menziesia4(4):8>‑9.

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). 2004. Mise à jour – Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur la limnanthe de Macoun (Limnanthes macounii) au Canada, Ottawa (Ontario), <http://www.sararegistry.gc.ca/virtual_sara/files/cosewic/sr_macouns_meadowfoam_f.pdf> [consulté le 1er février 2008]

Conservation Measures Partnership. 2010. Threats taxonomy, <http://www.conservationmeasures.org/initiatives/threats-actions-taxonomies/threats-taxonomy (en anglais seulement)> [consulté le 24 juin 2010]

Douglas, G., D. Meidinger et J. Pojar, eds. 1999. Illustrated flora of British Columbia, Volume 3: Dicotyledons (Diapensiaceae through Onagraceae), B.C. Min. Environ., Lands and Parks and B.C. Min. For., Victoria (Colombie-Britannique).

Ertter, B. 2000. Floristic surprises in North America north of Mexico, Ann. Missouri Bot. Garden 87:81–109, <http://ucjeps.berkeley.edu/floristic_surprises.html (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2008]

Fairbarns, M. 2004. Uplands Park and Cattle Point: managing rare plants, rapport inédit préparé pour la municipalité d’Oak Bay, Victoria (Colombie-Britannique).

Fairbarns, M. 2006. Survey for species at risk on Department of National Defence Lands on Vancouver Island: Work Point (Golf Hill), Mary Hill, Albert Head, CFMETR, South Ballenas Island, prepared for Can. For. Serv. and Dep. of National Defence, Victoria (Colombie‑Britannique).

Garry Oak Ecosystems Recovery Team (GOERT). 2002a. Recovery strategy for Garry Oak and associated ecosystems and their associated species at risk in Canada 2001–2006, <http://www.goert.ca/documents/RSDr_Feb02.pdf (en anglais seulement)>

Garry Oak Ecosystems Recovery Team (GOERT). 2002b. Field manual: species at risk in Garry Oak and associated ecosystems in British Columbia, <http://www.goert.ca/publications_resources/species_at_risk.php (en anglais seulement)>

Gouvernement du Canada. 2009. Politiques de la Loi sur les espèces en péril, Cadre général de politiques – Ébauche, ministère de l’Environnement, Ottawa, 42 p. <http://publications.gc.ca/collections/collection_2009/ec/En4-113-2009-fra.pdf> [consulté le 3 mai 2010]

Graham, T.B. 2003. Climate change and ephemeral pool ecosystems: potholes and vernal pools as potential indicator systems, <http://geochange.er.usgs.gov/sw/impacts/biology/vernal/ (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2008]

Hammerson, G.A., D. Schweitzer, L. Master et J. Cordeiro. 2008. Ranking species occurrences: a generic approach, NatureServe, Arlington (Virginie), <http://www.natureserve.org/explorer/eorankguide.htm (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2009]

Hanski, I. 1999. Metapopulation ecology, Oxford Univ. Press, Oxford (Royaume-Uni).

Keiding, N. 1975. Extinction and exponential growth in random environments, Theor. Pop. Biol. 8:49–63.

Kesseli, R., et S.K. Jain. 1984. An ecological genetic study of gynodioecy in Limnanthes douglasii(Limnantheceae), Amer. J. Bot. 71(6):775-786.

Master, L., D. Faber-Langendoen, R. Bittman, G. A. Hammerson, B. Heidel, J. Nichols, L. Ramsay, et A. Tomaino. 2009. NatureServe Conservation Status Assessments: Factors for Assessing Extinction Risk, NatureServe, Arlington (Virginie), <http://www.natureserve.org/publications/ConsStatusAssess_StatusFactors.pdf (en anglais seulement)> [Consulté le 24 juin 2010]

Ministry of Environment. 2010. Conservation framework. B.C. Min. Environ., Victoria (Colombie‑Britannique), <http://www.env.gov.bc.ca/conservationframework/index.html (en anglais seulement)> [consulté le 24 juin 2010]

NatureServe. 2004. A habitat-based strategy for delimiting plant element occurrences: guidance from the 2004 Working Group, <http://www.natureserve.org/library/deliminting_plant_eos_Oct_2004.pdf (en anglais seulement)> [consulté le 1er février 2008]

NatureServe. 2009. NatureServe explorer: an online encyclopedia of life (web application), Version 6.1., Arlington (Virginie), <http://www.natureserve.org/explorer (en anglais seulement)> [consulté le 24 juin 2010]

Newman, D., et D. Pilson. 1997. Increased probability of extinction due to decreased genetic effective population size: experimental populations of Clarkia pulchella, Evol. 51: 354–362.

Parks Canada Agency. 2009. Report on Potential Critical Habitat in Garry Oak Ecosystems, inédit, Victoria (Colombie-Britannique).

Pollard, J.H. 1966. On the use of the direct matrix product in analyzing certain stochastic population models, Biometrika 53:397–415.

Sauer, J.D. 1991. Plant migration: the dynamics of geographic patterning in seed plant species, Univ. California Press, Berkeley, CA.

Tucker, G.C. 2010. Limnanthes, dans Flora of North America Editorial Committee, eds., 1993+, Flora of North America North of Mexico, 16+ vols., New York et Oxford, vol. 7, p. 176. <http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=1&taxon_id=250095081 (en anglais seulement)> [consulté le 3 novembre 2010]

Communications personnelles

Annschild, Robin. Biologiste, Salt Spring Island Conservancy. Salt Spring Island (Colombie‑Britannique).

Buxton, Eva. Senior Botanist/Ecologist, LSA Associates, Inc., Point Richmond (Californie)

Ceska, Adolf. Botaniste, Ceska Geobotanical Consulting, Victoria (Colombie-Britannique).

Cornforth, Tracy. Environment Officer, ministère de la Défense nationale, base des Forces canadienne Esquimalt. Esquimalt (Colombie-Britannique).

Donovan, Marta, Biologiste, Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique).

Fairbarns, Matt, Biologiste, Aruncus Consulting, Victoria (Colombie-Britannique).

Katschor, Andy. Gestionnaire, Esquimalt Parks and Recreation, Esquimalt (Colombie-Britannique).

Penny, Jenifer. Botaniste, Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique).

Pollard, Adriane. Manager of Environmental Services, Planning Department, District of Saanich, Victoria (Colombie-Britannique).

Psyllakis, Jennifer. Environmental Conservation Specialist, CRD Parks, Victoria (Colombie‑Britannique).

Meyers, Stephen. Étudiant de cycle supérieur, Department of Botany and Plant Pathology, Oregon State University. Corvallis (Oregon).

Annexe 1. Populations de limnanthes de Macoun en C.‑B.

Tableau A.1. Populations et sous‑populations de limnanthes de Macoun. Sources des données : COSEPAC, 2004; B.C. CDC, 2008a; Fairbarns, comm. pers., 2008.
No d’OEa (CDC)ViabilitéNom de la populationSiteMunicipalité ou districtPropriétéSous-populations
NuméroTaille récentebDernière observation
1passable(BAIE AU NORD DU) CAP BEECHYParc régional East Sooke (pointe Cabin)SookeCRD Parks1.1moyenne2002–2003
2passable-
bonne
POINTE CREYKE, PARC RÉGIONAL EAST SOOKEParc régional East SookeSookeCRD Parks2.1grande2002–2003
3passable?RÉSERVE INDIENNE NO 2 DE BECHER BAY, À L’OUEST DE LA POINTE ROCKYRéserve no 2 de la Première nation de Beecher BaySookePremière nation de Beecher Bay3.1sous‑pop. disparue1984
3.2petite2002–2003
3.3petite2002–2003
3.5petite2002–2003
3.6moyenne2002–2003
3.7petite2002–2003
3.8petite2002–2003
3.9sous‑pop. disparue1977
Vieux vergersous‑pop. disparue1977
5passable(À L’OUEST DE LA) POINTE CHURCHBase des Forces canadiennes, pointe RockyMetchosinMDN4.1moyenne2002–2003
6bonnePOINTE ROCKY, ESTcBase des Forces canadiennes, pointe RockyMetchosinMDN5.1grande2002–2003
5.2petite2002–2003
5.3grande2002–2003
5.4grande2002–2003
5.5/5.8grande2002–2003
5.6moyenne2002–2003
5.7petite2002–2003
5.9petite2002–2003
5.10grande2002–2003
5.11petite2002–2003
5.12grande2002–2003
5.13petite2002–2003
5.14moyenne2002–2003
5.15moyenne2002–2003
5.16moyenne2002–2003
10passable-
bonne
ANSE QUARANTINE, VICTORIAPrison de William HeadMetchosinfédérale6.1moyenne2002–2003
11passable-
bonne
COLLINE MARY, VERSANTS SUD‑EST ET SUD‑OUEST MetchosinMDNpop. de 1977sous‑pop. disparue1977
7.1grande2002–2003
7.2sous‑pop. disparue1977
7.4moyenne2002–2003
12passableCOLLINE MARY, BASE NORD-EST MetchosinMDNpop. de 1977?1977
7.5petite2002–2003
7.6petite2002–2003
7.7petite2002–2003
13population disparuePOINTE ASH Metchosinprivée8.1population disparue1977
14passable?PEARSON COLLEGE Metchosinprivée9.1petite2002–2003
15médiocrePARC RÉGIONAL DEVONIANParc régional DevonianMetchosinCRD Parks11.1petite2002–2003
Hors du parcprivée11.2sous‑pop. disparue1987
11.3sous‑pop. disparue1988
11.4petite2006
11.5petite2006
11.6sous‑pop. disparue1987
16bonnePARC SAXE POINT, VICTORIAParc Saxe PointEsquimaltEsquimalt Parks18.1grande2002–2003
17bonneCOLLINE MONTREUL Metchosinprivée10.1petite2002–2003
10.2petite2002–2003
10.3petite2002–2003
10.4moyenne2002–2003
10.5moyenne2002–2003
10.6moyenne2002–2003
20bonneCAP ALBERT MetchosinMDN12.1petite2002–2003
12.2petite2002–2003
12.3grande2002–2003
21passable-
médiocre
(AU NORD DE L’) ANSE ARBUTUS Saanichprivée25.1petite2002–2003
22passableÎLE HORNBY, POINTE DOWNES Île Hornbyprivée32.1moyenne2002–2003
32.2petite2002–2003
23passableLIEU HISTORIQUE NATIONAL FORT RODD HILLLieu historique national Fort Rodd HillColwoodParcs Canada13.1moyenne2002–2003
24passable-
bonne
POINTE YEWLieu historique national Fort Rodd HillColwoodParcs Canada14.1grande2002–2003
25adpassable-
bonne
ÎLE INSKIPÎle InskipMilieu marinMDN16.1grande2002–2003
25dpopulation disparueCAP ASHERéserve de la Première nation SongheesDistrict régional de la capitalePremière nation Songhees17.1population disparue1987
27bonnePOINTE HARLINGLieu historique national du Cimetière chinois de Harling PointOak Bayprivée20.1grande2002–2003
Parc TrafalgarDistrict of Oak Bay ParksNouvelle populationgrande2007
28bonneRÉSERVE ÉCOLOGIQUE DES ÎLES TRIALRéserve écologique des îles TrialMilieu marinBC Parks21.1/« pop. nord »grande2002–2003
21.2moyenne2002–2003
21.3petite2002–2003
new*petite2002–2003
29bonnePOINTE GONZALESVictoria Golf ClubOak Bayprivée22.1grande2002–2003
22.2grande2002–2003
22.3petite2002–2003
22.4grande2002–2003
30bonne-
excellente
ÎLES CHATHAM, POINTE HERITAGEÎles ChathammarinePremière nation Songhees23.1grande2002–2003
23.2petite2002–2003
31bonne?PARC UPLANDS, VICTORIAParc UplandsOak BayDistrict of Oak Bay Parks24.1grande2002–2003
24.2moyenne2002–2003
24.3grande2002–2003
24.4petite2002–2003
rampe de mise à l’eau nord?2002–2003
33passable-
médiocre
CAP GORDON, LEYNS ROAD, PARC GLENCOE COVEParc Glencoe Cove-KwatsechSaanichSaanich Parks1petite2006
3sous‑pop. disparue1987
4sous‑pop. disparue1987
Hors du parcDistrict of Saanich2petite2006
34bonnePOINTE YELLOWYellow Point LodgeLadysmithprivée1 (30.5)grande2002–2003
2sous‑pop. disparue1977
3sous‑pop. disparue1977
4 (30.4)moyenne2002–2003
5 (30.3)moyenne2002–2003
6 (30.2)moyenne2002–2003
7 (30.1)grande2002–2003
Ferme Riceprivée8 (29.6)moyenne2002–2003
9 (29.5)sous‑pop. disparue1987
Réserve de la Première nation ChemainusPremière nation Chemainus10 (29.4)petite2002–2003
11 (29.3)grande2002–2003
12 (29.2)petite2002–2003
13 (29.1)petite2002–2003
36population disparuePOINTE ELEANOR, ÎLE SALT SPRINGÎle Salt SpringÎle Salt Springprivée27.1population disparue1978
37bonnePOINTE BEAVER, ÎLE SALT SPRINGParc provincial RuckleÎle Salt SpringBC Parks28.2moyenne2002–2003
28.3grande2002–2003
28.4grande2002–2003
28.5petite2002–2003
28.6?2002–2003
43bonne-
excellente
ÎLE GABRIOLA, PARC PROVINCIAL DRUMBEGParc provincial DrumbegÎle GabriolaBC Parks31.1moyenne2002–2003
44médiocreBAIE GONZALES, VICTORIAGovernment HouseVictoriafédérale19.1petite2004
45population disparueVIEW ROYAL View Royalprivée15.1population disparue1987

a Ces numéros sont ceux des occurrences cartographiées par le CDC. Le fait qu’il manque des numéros ne signifie rien.

b petite = < 50 individus; moyenne = 51–200 individus; grande = >200 individus

c Ce tableau ne comprend pas les données d’inventaires effectués en 2010, lorsqu’on a estimé qu’il y avait plus de 100 000 d’individus à cet endroit.

d Le CDC de la C.‑B. avait cartographié l’OE no 25 comme une seule population (B.C. CDC, 2008a), mais celle‑ci a depuis été séparée en deux OE, ou populations, puisqu’elles sont séparées par un plan d’eau marin (Ceska, comm. pers., 2008; Penny, comm. pers., 2008).

Haut de la page


[6] La protection peut être réalisée au moyen de divers mécanismes, y compris les accords volontaires d'intendance, les conventions de conservation, la vente de terres privées par des propriétaires consentants, les désignations relatives à l'utilisation des terres et la désignation d'aires protégées.

[7] Il existe une population non confirmée de l’espèce en Californie, mais selon la Flora of North America, il pourrait s’agir d’une autre espèce (Tucker, 2010).

[8] Le Conservation Data Centre de la C.‑B. a défini et cartographié les populations et les occurrences d’élément correspondantes selon une distance de separation de 500 m plutôt que selon la distance par défaut de 1 km prévue dans le document Habitat-based Strategy for Delimiting Plant Element Occurrences (NatureServe, 2004).

[9] Une population est constituée des individus qui occupent une seule zone d’habitat ou un groupe de zones d’habitat. Dans ce dernier cas, les individus occupant une zone d’habitat continue forment une sous‑population.

[10] L’impact global de la menace est calculé selon le nombre de menaces de niveau 1 attribuées à l’espèce : 2 d’impact élevé et 3 d’impact moyen (tableau 2).

[11] La protection peut être réalisée au moyen de divers mécanismes, y compris les accords volontaires d'intendance, les conventions de conservation, la vente de terres privées par des propriétaires consentants, les désignations relatives à l'utilisation des terres et la désignation d'aires protégées.

Retournez à la table des matières