Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie de rétablissement de l'haliotide pie

2.5 Mesures du rendement

L’efficacité des mesures de rétablissement doit être passée en revue chaque année, tandis que les buts, les objectifs et les stratégies générales décrits dans le présent document doivent l’être dans les cinq années qui suivront l’acceptation du programme de rétablissement par le Ministre. On utilisera les mesures du rendement suivantes pour évaluer l’efficacité des objectifs et des stratégies et pour déterminer si le rétablissement demeure chose possible.

Mesures du rendement en fonction des objectifs.

  • Les densités moyennes d’haliotides pies adultes de grande taille (LC > 100 mm) ont-elles diminué en deçà de 0,1/m2 aux sites repères étudiés à Haida Gwaii et dans les secteurs nord et centre de la côte? Ont-elles augmenté?
  • Le pourcentage des sites repères étudiés où l’on trouve des haliotides pies adultes de grande taille (LC ³ 100 mm) a-t-il diminué (< 40 %)? Ou a-t-il augmenté (> 40 %)?
  • Le taux de mortalité annuelle estimée pour les haliotides adultes (LC ≥ 70 mm) a-t-il chuté (< 0,20), et les densités moyennes d’haliotides adultes (LC ≥ 70 mm) ont-elles augmenté (> 0,32/m2)?
  • La proportion des quadrats (m2) occupés par des haliotides a-t-elle dépassé 40 %?

Mesures du rendement en fonction de l’approche utilisée

  • La fermeture de la pêche à l’haliotide pie a-t-elle été maintenue et mise en application sur l’ensemble de la côte? La fermeture de la pêche sur l’ensemble de la côte a-t-elle contribué efficacement à l’arrêt du déclin de la population?
  • A-t-on mis en œuvre un plan proactif de mise en application de la réglementation pour protéger l’espèce? Combien de signalements d’activités de pêche à l’haliotide ont été portés à l’attention des agents responsables de l’application de la réglementation et combien de fois la ligne sans frais « Observe-Record-Report » a-t-elle été utilisée? Jusqu’à quel point ces signalements se sont-ils traduits par des enquêtes, par le dépôt d’accusations et par l’imposition de condamnations? Combien d’heures a-t-on consacrées à l’application de la réglementation sur la fermeture de la pêche à l’haliotide? Quelles sont les tendances concernant les heures consacrées à l’application de la réglementation (et aux accusations et condamnations en résultant) au cours de la période précédent la mise en œuvre du programme de rétablissement et pendant sa mise en œuvre?
  • A-t-on mis en œuvre une stratégie de communication à long terme? Combien de documents et/ou activités de communication a-t-on produits et/ou utilisés? De quelle nature étaient-ils? Combien de personnes les activités de communication ont-elles permis de joindre et où a-t-on pu les joindre? Quels indices montrent qu’une augmentation de la sensibilisation (p. ex., les visites au site web sur l’haliotide se sont-elles accrues; quel a été le niveau de participation aux ateliers?) et/ou qu’une réduction de la pêche illégale ont résulté de ces efforts de communication?
  • Quelles nouvelles connaissances importantes a-t-on acquises par la recherche? Ces connaissances pourraient-elles contribuer directement à la reconstitution de la population d’haliotides pies? Combien d’initiatives de reconstitution de la population a-t-on entreprises? A-t-on observé une augmentation de l’abondance des juvéniles et/ou du recrutement à la suite des expériences de reconstitution des stocks? La reconstitution des stocks semble-t-elle être une stratégie viable ou prometteuse pour le rétablissement de la population d’haliotides sauvages? Quels rapports (publications techniques ou primaires) a-t-on préparés pour fournir les résultats des relevés et des études biologiques?
  • A-t-on établi des données de base sur l’abondance dans chacune des zones biogéographiques?

2.6 Habitat essentiel

2.6.1 Identification de l’habitat essentiel de l’espèce

La LEP définit l’habitat essentiel comme étant « l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d’une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d’action élaboré à l’égard de l’espèce ». Même si les besoins généraux en matière d’habitat de l’haliotide pie peuvent être décrits (section 1.4.1), l’identification de l’habitat essentiel tel qu’il est défini en vertu de la LEP nécessite d’autres recherches.

L’habitat essentiel de l’haliotide pie peut être une zone où la survie des juvéniles est meilleure ou, encore, une zone où les adultes reproducteurs contribuent dans une plus forte proportion au recrutement total. L’identification de l’habitat essentiel représente un composant important de tout plan de recherche sur l’haliotide pie et de reconstitution des stocks.

2.6.2 Calendrier des études destinées à identifier l’habitat essentiel

Il faut effectuer davantage de recherches avant que l’habitat essentiel de l’haliotide pie puisse être identifié. Le calendrier ci-après couvre les cinq prochaines années (2007-2012) et décrit les études qui nous permettront d’obtenir l’information nécessaire pour identifier l’habitat essentiel de l’haliotide pie. Les activités indiquées sur le tableau suivant sont des recommandations qui sont sujettes aux priorités et aux contraintes budgétaires des gouvernements et organismes participants. En outre, certaines études dureront plus de cinq ans.

Activités de rétablissementDate
Relevés sur les haliotides juvéniles afin d’améliorer le « modèle critique » (estimation de la proportion de la population qui demeure cryptique et non observable pendant les relevés). 2007-2012
Comparer les observations locales dans les habitats connus de l’haliotide aux résultats d’un modèle sur l’appropriation de l’habitat pour l’haliotide (Jamieson et al,. 2004).2007-2012
Déterminer les caractéristiques de l’habitat qui améliorent les taux de croissance.2007-2009
Examiner la croissance, la survie et la répartition des individus au premier stade benthique par rapport à l’habitat local, aux espèces d’algues, de prédateurs et de compétiteurs. Déterminer les paramètres qui contribuent à augmenter les densités de juvéniles (recrutement).2007-2012
Dans le cadre du protocole (Lessard et al., 2006), surveiller la mesure dans laquelle des travaux et des aménagements sur l’eau, dans l’eau et sous l’eau peuvent avoir une incidence sur l’habitat et le rétablissement de l’haliotide.2010-2012+
Raffiner le modèle sur l’appropriation de l’habitat pour l’haliotide d’après les observations locales.2012+
Examiner la répartition des haliotides par rapport au profil des courants d’eau de mer locaux et aux simulations informatiques afin de déterminer les mécanismes potentiels de dispersion des larves. 2012+

L’identification de l’habitat essentiel devrait prendre de nombreuses années. Les haliotides pies juvéniles sont cryptiques, ce qui les rend difficiles à apercevoir et à étudier, et les relevés par plongée sont intensifs. Les facteurs qui contribuent au recrutement localisé (p. ex., les courants) sont complexes et peuvent varier d’une année à l’autre. Une série chronologique de données est nécessaire pour appuyer nos hypothèses afin de déterminer les composants « essentiels » de l’habitat plutôt que d’habitats qui pourraient être appropriés.

2.7 Approches disponibles et recommandées pour la protection de l’habitat

La Loi sur les pêches comporte des dispositions pour protéger l’habitat de l’haliotide pie. Une liste des zones marines protégées est présentée de façon succincte dans Jamieson et Lessard (2000). On peut également établir des zones de protections marines en vertu de la Loi sur les océans. En vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada, Parcs Canada est responsable de la création des aires marines nationales de conservation (AMNC) qui seront gérées en fonction d’une utilisation durable et qui sont protégées de l’activité industrielle tels que les rejets en mer, l’exploitation minière ainsi que l’exploration et la mise en valeur des gisements pétroliers et gaziers. Une AMNC est proposée dans le sud des îles de la Reine-Charlotte, laquelle s’étendra sur 10 km vers le large à partir de la réserve du parc national Gwaii Haanas. Ainsi, cette aire englobera l’ensemble de l’habitat de l’haliotide dans cette zone. Les consultations sur l’AMNC proposées devraient avoir lieu lorsque les négociations avec le conseil de la nation Haida seront terminées.

Les protocoles (Lessard et al., 2006) sont en place pour la délivrance d’autorisations en vertu de la Loi sur les pêches concernant des travaux ou des aménagements sur l’eau, dans l’eau et sous l’eau qui pourraient avoir une incidence sur l’haliotide et son habitat. Les protocoles comprennent des règles de décision qui protègent les habitats importants et prévoient une approche de précaution pour également protéger les habitats essentiels, même s’il n’ont pas encore été identifiés.

Les travaux ou les aménagements sur l’eau, dans l’eau et sous l’eau qui peuvent affecter l’habitat de l’haliotide peuvent également être assujettis à un examen en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables et de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.

Les mouvements d’haliotides vers les écloseries et vers le milieu sauvage, y compris l’amélioration de la reconstitution des stocks par l’ensemencement en milieu sauvage, doivent faire l’objet d’un examen par le comité fédéral provincial sur les introductions et les transferts, lequel délivrera un permis par la suite (Loi sur les pêches). Les points pris en considération par le comité lorsqu’il délivre un permis de transfert comprennent, entre autres, la transmission des maladies, les répercussions génétiques ainsi que l’application de mesures de contrôle et de gestion appropriées pour protéger la population sauvage menacée. Présentement, les expériences d’ensemencement sont limitées à la région immédiate de Bamfield, en C.-B.

2.8 Délivrance de permis (LEP)

Se reporter à « Recovery Potential Analysis for Northern Abalone » (Lessard et al., 2006) pour un examen et des recommandations sur les activités qui peuvent être permises en vertu de la LEP et pour le protocole d’évaluation des impacts pour les travaux et aménagements réalisés sur l’eau, dans l’eau ou sous l’eau.

Il faudra modifier le présent programme de rétablissement si les densités à l’intérieur d’une zone de reconstitution des stocks protégée et établie se rétablissent aux niveaux minimaux auxquels on pourrait envisager une pêche limitée des Premières nations à des fins de subsistance, sociales et cérémonielles, en vertu du paragraphe 35(1) de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, sans mettre en péril la survie ou le rétablissement de l’haliotide pie.

2.9 Effets sur d’autres espèces

Tableau 3.Effets sur d’autres espèces
StratégieImpact potentielProbabilité d’impact
1.      Fermetures des pêchesLes fermetures des pêches devraient arrêter le déclin de la population d’haliotides afin de permettre le rétablissement naturel du stock et ne devraient pas affecter d’autres espèces.

Faible

 

2.      CommunicationLa communication peut profiter à d’autres espèces associées aux communautés d’haliotides et à d’autres espèces en péril par la sensibilisation et l’accroissement des déclarations de pêches illégales.Moyenne
3.      Plan de protection proactif L’accroissement des activités d’application de la réglementation sur l’haliotide profitera à d’autres espèces par l’entremise d’une vigilance accrue à l’égard de toute pêche, possession et activité de commercialisation illégales et pourrait accroître les déclarations d’activités illégales de la part de la communauté.Élevée
4.      Recherche et expériences de reconstitution des stocks

Les expériences de reconstitution des stocks peuvent avoir une incidence sur d’autres espèces à une échelle locale.

La recherche peut nous donner une meilleure compréhension des espèces et des interactions écologiques.

Moyenne

 

Élevée

5.      Surveillance de la populationDes séries chronologiques de données peuvent nous aider à mieux comprendre les changements que subissent les populations d’autres espèces et les processus écosystémiques.Moyenne

2.10 Approche recommandée pour la mise en œuvre du rétablissement

L’haliotide pie a fait l’objet d’une approche de rétablissement portant sur une espèce unique du fait qu’il s’agit d’une espèce distincte en ce qui touche les facteurs qui menacent sa survie. La pêche illégale et le faible recrutement sont les principales raisons expliquant le déclin continu des populations sauvages, et ce, même si on a décrété une fermeture complète des pêches à l’haliotide pie en 1990. L’haliotide pie est le seul invertébré marin inscrit en tant qu’espèce menacée ou en voie de disparition dans les eaux canadiennes du Pacifique. Même si l’on a recommandé l’adoption d’une approche visant une espèce unique, plusieurs mesures décrites dans l’approche pour le rétablissement peuvent profiter directement à d’autres espèces se trouvant dans la zone géographique incluse dans l’habitat de l’haliotide pie. Les loutres de mer (espèce menacée) sont également présentes dans cet écosystème et occupent une proportion de plus en plus grande de l’aire de répartition de l’haliotide pie. Comme les loutres interagissent avec l’haliotide pie, il faudra adopter une approche fondée sur l’écosystème dans le futur. Il faudra également mettre en application une approche adaptative au fur et à mesure que les connaissances sur l’espèce et les interactions avec des espèces apparentées s’amélioreront.

2.11 Énoncé sur les plans d’action

Un ou plusieurs plans d’action, lesquels fourniront des détails scientifiques sur la mise en œuvre du rétablissement, seront réalisés dans les trois ans qui suivront l’élaboration du présent programme de rétablissement.