Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Noctuelle de l’abronie (Copablepharon fuscum)

Rapport de situation du COSEPAC
sur la
noctuelle de l’abronie
Copablepharon fuscum
au Canada
2003

Information sur l'espèce

Nom et classification

Nom scientifique :
Copablepharon fuscum Troubr. et Crabo, [1996]
Classification
   Ordre :
Lépidoptères
   Superfamille :
Noctuoïdes
   Famille :
Noctuidés
   Sous-famille :
Noctuinés
   Tribu :
Agrotini
   Genre :
Copablepharon
   Espèce :
fuscum
Synonymes :
Aucun


Numéro de la liste MONA (Moths of North America) : 10692.2

Citation bibliographique : Troubridge, J.T., et L.G. Crabo. 1996. A new species of Copablepharon (Lepidoptera: Noctuidae) from British Columbia and Washington. Journal of the Entomological Society of British Columbia 92: 87–90.

Spécimens types : Holotype mâle : États-Unis, Washington, comté d’Island, parc d’État Deception Pass, 26 mai 1995, Troubridge et Crabo, dans la Collection nationale canadienne (CNC). Paratypes (16 mâles, 18 femelles) : 15 mâles, 15 femelles, données identiques à celles de l’holotype; 1 femelle, 1er juillet 1994, Saanichton, C.-B., Troubridge; 1 mâle, 2 femelles, 1er juillet 1995, Saanichton, C.-B., Troubridge.

Nom commun :
noctuelle de l’abronie
Nom anglais :
Sand-verbena Moth


Situation taxinomique et similarités : Quinze espèces du genre Copablepharon ont été décrites en Amérique au nord du Mexique. Sept d’entre elles ont été répertoriées au Canada, et trois en Colombie-Britannique. Le C. fuscum est la seule espèce présente à l’ouest de la chaîne des Cascades. Le genre est actuellement révisé par D. Lafontaine (Collection nationale canadienne d’insectes, d’arachnides et de nématodes), et l’on s’attend à ce que le nombre d’espèces augmente. Cette révision n’aura aucune incidence sur le statut taxinomique du C. fuscum (J.T. Troubridge, comm. pers., 2002). La plupart des espèces du genre Copablepharon fréquentent les milieux sablonneux arides ou les dunes et présentent une aire de répartition restreinte (J.T. Troubridge, comm. pers., 2002). L’espèce de Copablepharon dont l’aire de répartition se rapproche le plus de celle du C. fuscum est le Copablepharon absidum (Harv.). Cette espèce se rencontre dans un seul site près d’Osoyoos (C.-B.) et dans des habitats dunaires dans l’État de Washington, le nord de l’Oregon et le centre de l’Idaho (Troubridge et Crabo, 1995). Une autre espèce, le Copablepharon hopfingeri Francl., a également été observée dans des milieux sablonneux arides du nord-est de l’État de Washington et à un site du sud-est de la Colombie-Britannique. Cette espèce a disparu de la Colombie-Britannique (Lafontaine et Troubridge, 1998).


Description

Adultes

Le Copablepharon fuscum est un Noctuidé brun sombre à doré aux ailes antérieures marquées de lignes noires et jaune pâle caractéristiques (figures figure1a et figure1b). L’aile antérieure mesure entre 17 et 19 mm de longueur et est légèrement plus foncée que le thorax. La marge postérieure est brun-gris, et les aires costale et anale sont blanches. La nervure médiale est bordée antérieurement par une ligne jaune pâle ou blanche et, postérieurement, par une ligne noire diffuse. Une ligne noire plus courte et plus diffuse est visible plus près de l’apex de l’aile. Une deuxième ligne jaune pâle borde la nervure cubitale. La ligne subterminale est lisérée d’une série de points noirs irréguliers. L’aile postérieure est brun-gris foncé à l’exception de sa portion basale, qui est gris très pâle ou blanche. La pigmentation varie d’un individu à l’autre, et les individus des populations méridionales semblent plus foncés que ceux des populations vivant plus au nord (figure 2). Les deux sexes se ressemblent par la coloration, les motifs alaires et la taille (envergure variant entre 35 et 40 mm).

Aucune autre espèce de papillon nocturne ne ressemble superficiellement à la noctuelle de l’abronie en Colombie-Britannique. En conséquence, cette dernière peut être identifiée de façon fiable sur le terrain d’après ses caractères externes (p. ex. la coloration de l’aile antérieure). Troubridge et Crabo (1995) ont fourni dans leur description initiale de l’espèce un sommaire technique détaillé de la morphologie des adultes, y compris des informations sur les genitalia mâles et femelles (voir l’annexe 1).

Oeufs

Les œufs sont pondus individuellement ou en groupes sur les feuilles ou les fleurs de la plante hôte. Leur structure n’a pas été décrite.

Chenilles

Les jeunes chenilles sont vertes, mais elles virent au brun en vieillissant, avec des rayures longitudinales pâles et la capsule céphalique brun pâle (figure 1c).

Chrysalides

Les chrysalides sont brun foncé et mesurent environ 20 mm de longueur (figure 1d). Elles sont pourvues d’un étui allongé caractéristique (haustellum sillonné) abritant la trompe et sont protégées par une couche friable de particules de sable.


Figure 1a : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- adulte vivant posé sur une tige d’abronie à feuilles larges

Figure 1a : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- adulte vivant posé sur une tige d’abronie à feuilles larges.

Photo provided by J. Tatum.


Figure 1b : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- spécimen adulte déposé dans la collection de J.T. Troubridge

Figure 1b : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- spécimen adulte déposé dans la collection de J.T. Troubridge.

Photo by N.A. Page.


Figure 1c : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- chenille du dernier stade se nourrissant sur une fleur d’abronie à feuilles larges

Figure 1c : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- chenille du dernier stade se nourrissant sur une fleur d’abronie à feuilles larges.

Photo by N.A. Page.


Figure 1d : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- chrysalide (à noter le proboscis saillant)

Figure 1d : Stades adulte, larvaire et nymphal du C. fuscum -- chrysalide (à noter le proboscis saillant).

Photo provided by J. Tatum.


Figure 2 : Exemple de gamme de couleurs chez des C. fuscum adultes

Figure 2: Exemple de gamme de couleurs chez des C. fuscum adultes.

Photo : J.T. Troubridge.