Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

PARTIE 2:  RENSEIGNEMENTS SUR L’ESPÈCE 

Ligumie pointue

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation du COSEPAC:avril 2007

Biologie

La ligumie pointueest une moule d’eau douce de taille moyenne dont la coquille a une forme allongée et des côtés aplatis.L’extérieur de la coquille est d’une couleur noir-jaunâtre ou noir-verdâtre chez les juvéniles et d’une couleur brun foncé ou noire chez les adultes. D’étroits rayons verts sont souvent visibles, la plupart du temps sur la face postérieure de la coquille, chez les juvéniles et les adultes de couleur claire. La longueur moyenne de la coquille chez l’adulte est de 70 mm.

La ligumie pointue a une longue période de couvaison.Les adultes fraient à la fin de l’été et les femelles portent les œufs jusqu’au stade larvaire dans leurs branchies durant les mois d’hiver. Au printemps, les larves parvenues à maturité s’échappent dans l’eau et se fixent aux branchies d’un poisson hôte acceptable. Les larves s’encapsulent dans les branchies et y restent jusqu’à ce qu’elles atteignent le stade juvénile. Les juvéniles se détachent de leur hôte et se développent jusqu’à l’âge adulte dans des habitats leur offrant une protection et se caractérisant par des eaux calmes et des fonds couverts de sable fin et de boue. Les adultes et les juvéniles ont des régimes alimentaires semblables; ils se nourrissent de débris organiques, d’algues et de bactéries qu’ils tirent de la colonne d’eau et/ou des sédiments.

Où trouve-t-on cette moule?

Dans le delta du lac Sainte-Claire et dans un petit tributaire du Haut Saint-Laurent, le ruisseau Lyn, près de la décharge du lac Ontario.

Combien de moules y a-t-il?

Dans le lac Sainte-Claire, les études indiquent que la ligumie pointue est présente un peu partout dans ledelta, mais qu’elle y est peu abondante. Selon les estimations, cette population se compose de 22 000 à 44 000 individus. On n’a pas d’estimation pour la population de moules présentes dans le ruisseau Lyn.

Menaces pesant sur la population

L’introduction et la propagation de moules exotiques, en particulier la moule zébrée, est la menace la plus significative qui pèse sur la survie de la ligumie pointue dans le lac Sainte-Claire. Par ailleurs, tout changement dans les niveaux d’eau du lac en raison du changement climatique, par exemple, pourrait avoir une incidence négative sur l’espèce. On n’a pas évalué les menaces qui pèsent sur population du ruisseau Lyn.

Justification de la désignation du COSEPAC

Il s’agissait de l’espèce de moule d’eau douce la plus courante dans les Grands Lacs inférieurs avant l’invasion de la moule zébrée (Dreissena polymorpha) à la fin des années 1980. Les moules zébrées s’attachent aux coquilles des moules d’eau douce indigènes par centaines, voire par milliers, les faisant suffoquer et mourir par manque de nourriture. Plus de 90 % des registres historiques établis sur l’espèce indiquent que celle-ci fréquentait des eaux qui sont maintenant infestées de moules zébrées et qui sont donc devenues inhabitables. L’espèce a connu un déclin marqué et se divise maintenant en deux petites populations très distancées l’une de l’autre, celle du delta du lac Saint-Claire et celle d’un tributaire du Haut Saint-Laurent. Il existe des preuves selon lesquelles les déclins continuent de progresser à un endroit. Bien que le nombre de moules zébrées semble diminuer dans certaines zones, les effets qu’elles ont sur cette espèce pourraient être irréversibles si un nombre insuffisant d’adultes reproducteurs survivent. Le changement climatique est susceptible de causer une baisse des niveaux d’eau du delta et de réduire encore davantage le nombre d’habitats disponibles pour la moule. Des études récemment menées dans le lac Saint-Claire, qui sont le fruit d’une collaboration entre Environnement Canada et la Première nation Walpole Island, nous ont permis d’identifier un important refuge pour cette espèce sur le territoire de la Première nation. Ce refuge est géré par la Première nation, qui est responsable de la protection de l’espèce et d’autres espèces aquatiques en péril avec lesquelles la ligumie pointue coexiste.

Qu’arrivera-t-il si cette moule est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement devra être élaboré dans l’année suivant l’ajout de laligumie pointue à la liste de la LEP.