Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Physe d'eau chaude (Physella wrighti) au Canada - Mise à jour

Résumé technique

Physella wrighti

Physe d’eau chaude – Hotwater Physa

Répartition au Canada :

Colombie-Britannique

Données démographiques

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population)

Inconnue

Tendance et dynamique de la population

Pourcentage observé d’une réduction du nombre total d’individus matures au cours des dix dernières générations.

Inconnu

Pourcentage prévu d’une réduction du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années.

Inconnu

Pourcentage observé d’une réduction du nombre total d’individus matures au cours d’une période de dix ans, couvrant une période antérieure et ultérieure.

Inconnu

Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles?

Est-ce que les causes du déclin sont clairement comprises?

Est-ce que les causes du déclin ont effectivement cessé?

Tendance observée du nombre de populations

Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?

Non

Nombre d’individus matures dans chaque population

Effectifs pour différentes longueurs du ruisseau Alpha couvertes

  •           1 426 (septembre 1997)
  •           5 186 (août 2000)
  •           1 426 (août 2006)

Total : Nombre inconnu d’individus matures dans la population totale

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence (km²)

0,02 km² - 16 310 m² : superficie mesurée lors du relevé de 2006, à l’aide de l’échelle de la carte du parc

Tendance observée dans la zone d’occurrence.

Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Non

Superficie estimée de la zone d’occupation (km²) à l’aide d’une grille de 1 km² sur 1 km²:

1 km²

Zone d’occupation réelle en fonction de l’habitat occupé :

environ 4,6 m²

Tendance inférée dans la zone d’occupation:

Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation?

Non

La population totale est-elle très fragmentée?

Non

Nombre d’emplacements actuels.

1

Tendance du nombre d’emplacements.

Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements?

Non

Tendances observées en matière de qualité de l’habitat.

Inconnu

Analyse quantitative

Non disponible

Immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?

Sans objet – L’espèce est endémique au complexe des sources thermales de la rivière Liard.

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Non

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Sans objet

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?

Sans objet

La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?

Non

Statut existant

COSEPAC: En voie de disparition, avril 2008.

Statut et justification de la désignation

Statut : En voie de disparition

Code alphanumérique : B1ac(iv)+2ac(iv)

Justification de la désignation : Cette petite physe est une espèce endémique qui n’est présente que dans les complexes de sources thermales situés dans le parc provincial Liard River Hotsprings, en Colombie-Britannique. La petite population compte moins de 10 000 individus et son habitat, se situant autour des bords de deux bassins et d’une décharge, est extrêmement limité. La taille de la population fluctuerait d’au moins un ordre de grandeur chez cette physe dont la vie est de courte durée (~1 an). L’espèce est associée à un habitat spécifique et a besoin d’eau géothermique et de substrats près de l’interface eau-air dans des zones où il n’y a pas de courant. Le complexe de sources thermales est utilisé par les humains depuis plus de 200 ans. Bien que l’utilisation à des fins récréatives soit problématique, l’espèce a survécu à des modifications structurelles et à l’entretien des bassins, à l’introduction de substances telles que du savon et du shampoing, ainsi qu’aux dommages attribuables au piétinement. Cependant, un seul événement, tel qu’un changement abrupt du débit d’eau, une contamination par des produits chimiques ou l’introduction d’espèces exotiques, pourrait affecter de façon significative la capacité de persistance de l’espèce.

Applicabilité des critères

  • Critère A (Déclin du nombre d’individus matures) : Sans objet. Aucune donnée ne prouve que la population est en déclin ou qu’elle connaîtra un déclin au cours des dix prochaines années.
  • Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1, car la zone d’occurrence mesure environ 0,02 km² (< 5 000 km²), et de la catégorie « en voie de disparition », B2, car le nombre d’emplacements sur 1 km² (< 500 km²) est 1 (nombre inférieur ou égal à 5, « en voie de disparition »), et c(iv), compte tenu des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures observés annuellement pour une espèce dont la durée de vie est estimée à environ 1 an.
  • Critère C (Petite population et déclin du nombre d’individus matures) : Sans objet. Il est très probable que le nombre d’individus est supérieur à 2 500, mais inférieur à 10 000; par contre, rien ne porte à croire que le nombre d’individus matures est actuellement en déclin ou qu’il le sera au cours des dix prochaines années.
  • Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Correspond au critère de la catégorie « espèce menacée », D2, car la zone d’occupation de l’espèce mesure 1 km² (< 20 km²), on ne compte qu’un seul emplacement (nombre inférieur ou égal à 5), l’espèce occupe un habitat spécifique, l’emplacement est fortement fréquenté par les humains à des fins récréatives, et un seul événement catastrophique pourrait entraîner l’élimination de la population entière.
  • Critère E (Analyse quantitative) : Sans objet; non disponible.