Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Physe d'eau chaude (Physella wrighti) au Canada - Mise à jour

Importance de l'espèce

Le Physella wrighti est le seul gastéropode aquatique endémique connu en Colombie-Britannique. Il fait partie d’un groupe de plusieurs espèces animales et végétales rares ou endémiques des habitats lotiques et lentiques constamment chauds qu’offre l’écosystème des sources thermales de la Liard dans le parc provincial Liard River Hot Springs. Parmi ces espèces, on note la demoiselle Ischnura damula, l’éphéméroptère Caenis youngi, une population distincte de ménés de lac (Couesius plumbeus), le carex des tourbières (Carex heleonastes), le carex tendre (Carex tenera), le malaxis à pédicelles courts (Malaxis brachypoda) et le lupin de Kusche (Lupinus kuschei). Plus particulièrement, la physe d’eau chaude et une population physiquement isolée et thermiquement adaptée de ménés de lac partagent l’habitat de ce complexe de sources thermales (Heron, 2007). Le Physella wrighti est un indicateur du fait que cet écosystème septentrional relativement chaud continue d’offrir un habitat propice à cette faune aquatique unique en dépit du développement et de son utilisation continue par les humains. Les espèces d’eau chaude présentent un intérêt scientifique important, car il est possible que ces espèces proviennent de populations marginales dont le patrimoine génétique est capable de s’adapter ou de s’acclimater plus facilement aux conditions changeantes que ne le peuvent les espèces congénères (Scudder, 1989). On ne connaît à la physe d’eau chaude aucun usage traditionnel par les Premières Nations.