Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’aster fausse prenanthe au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

À l’heure actuelle, l’Aster prenanthoides ne bénéficie d’aucun statut officiel ni d’aucune protection au Canada. L’espèce est considérée comme rare par Semple et Chmielewski (1983), et Semple et al. (1996) l’ont inscrite provisoirement sur la liste des espèces menacées, en raison du faible nombre de populations connues.

Statut à l’échelle mondiale : aucun statut particulier. À l’échelle mondiale, la cote G4G5, qui signifie que l’espèce n’est pas menacée de façon évidente ou qu’elle est abondante avec de nombreux sites, lui a été attribuée (Argus et Pryer, 1990; Oldham, 1996; NatureServe, 2002).

Statut à l’échelle du Canada : Semple et Chmielewski (1983) estiment que l’espèce est rare au Canada, et Argus et Pryer (1990) lui attribuent à l’échelle du pays la cote N2, qui signifie que l’espèce est menacée en raison de sa rareté (de 5 à 20 sites).

Statut à l’échelle de l’Ontario et des États des États-Unis : à l’échelle de l’Ontario, Argus et Pryer (1990) de même qu’Oldham (1994, 1996) ont attribué à l’espèce la cote S2 en raison de sa grande rareté et du petit nombre de sites connus (généralement de 5 à 20). Aux États-Unis, l’aster fausse‑prenanthe est considéré comme une espèce rare en Caroline du Nord (S3?), au Connecticut (SH, historique), au Delaware (S1, gravement menacée (« critically imperilled »), généralement moins de cinq sites), en Iowa (S3, rare ou peu commune, de 21 à 100 sites), au Massachusetts (S2, menacée (« imperilled »), généralement entre 6 et 20 sites) et au New Jersey (S2, menacée, généralement de 6 à 20 sites) (NatureServe, 2002).