Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du Ptérygoneure de koslov au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Le tableau 3 indique les facteurs limitatifs et les menaces s’appliquant à chaque site. Le principal facteur qui limite et qui menace le Pterygoneurum kozlovii semble être le piétinement de l’habitat par des animaux domestiques; il s’agit habituellement de bovins, mais parfois de chevaux. La plupart des milieux alcalins de la province ne sont pas protégés, le bétail s’y rend pour s’abreuver, et les fortes perturbations y sont fréquentes. La population no 8, située près de Riske Creek, est peut-être disparue à cause d’un piétinement intense par le bétail. L’urbanisation a probablement aussi entraîné la disparition de certains étangs alcalins et des populations connexes de l’espèce (au nord-ouest d’Osoyoos et à l’ouest de Kamloops). Le prolongement d’une autoroute a détruit la population no 4, à l’ouest d’Osoyoos. La population no 16, près de Cranbrook, est menacée par une utilisation intense du terrain, à des fins récréatives, par des véhicules, surtout des véhicules tout-terrain (VTT). Une grande partie du milieu est dépourvu de végétation, et il ne reste que quelques petites parcelles pouvant servir d’habitat à l’espèce.

Les longues périodes de sécheresse pourraient constituer une autre menace. Au cours des quatre ou cinq dernières années, l’intérieur de la Colombie-Britannique a connu un temps particulièrement sec, qui a pu provoquer le déclin de nombreuses populations. Celles-ci ont ainsi été recouvertes par plus de débris végétaux qu’à l’habitude ou par de la terre projetée par les spermophiles ou les gaufres. Il est possible que ces animaux aient profité de la sécheresse du milieu : les terriers étaient communs dans les vasières asséchées, mais absents là où le sol était resté humide.