Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’oponce de l’Est au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

On a entrepris en 1984 un relevé approfondi visant à déterminer l’étendue et la répartition des populations d’oponce du parc national de la Pointe-Pelée (Jock, 1984). Cette étude a permis de repérer 31 colonies dont plusieurs étaient cependant petites. De plus, certaines des colonies signalées antérieurement avaient disparu ou étaient en train d’être étouffées par la végétation concurrente (Jock, 1984). L’oponce de l’Est est incontestablement une espèce indigène du parc national, mais certaines des colonies présentes sont le résultat d’introductions et de transplantations effectuées par le personnel du parc ou par d’anciens propriétaires de chalets (Jock, 1984).

Un nouveau relevé effectué dans le parc en 1992 (Chiarot, 1992) a permis de repérer 42 colonies. Bien que cela semble constituer une augmentation appréciable par rapport aux neuf colonies observées en 1971 et aux 31 observées en 1984, il se peut que cet accroissement apparent s’explique principalement par des différences dans les méthodes employées (Whitehead, 1995a). Whitehead (1995b) a relevé 85 968 cladodes (portions de tige communément appelées « raquettes ») là où Ross (1971) en avait estimé le nombre à 24 000 en 1971, mais il est difficile de déterminer quelles méthodes ont été employées par Ross, et son estimation de 1971 ne peut sans doute pas être comparée aux dénombrements effectués en 1995 par Whitehead (1995b). Dans l’ensemble, les populations d’oponce du parc national semblent être en très bon état, mais on ne sait pas si elles sont stables, si elles ont augmenté ou si elles ont décliné depuis que l’espèce a été désignée en voie de disparition (Whitehead, 1995b).

La population d’oponce de l’île Pelée est dans une situation beaucoup plus précaire. On avait dénombré quatre touffes d’oponce en 1984, puis sept ou huit touffes à l’automne 1996, mais seulement quatre touffes ont pu être repérées en 1997 (A. Woodliffe, comm. pers., 1997).