Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Le premier prédateur du grand requin blanc est l’homme; un grand nombre de prises passent inaperçues des chercheurs, que les requins soient capturés de façon accessoire dans le cadre de la pêche commerciale ou qu’ils soient ciblés par les pêcheurs sportifs ou les commerçants qui convoitent leurs précieuses mâchoires, dents et nageoires (Compagno et al., 1997). Certains grands requins blancs échoués aux îles de la Reine-Charlotte (Colombie-Britannique) (figure 3a) portaient des marques indiquant que leur mort résultait peut-être de prises accessoires de la pêche commerciale (R.A. Martin [rédacteur], données inédites), mais aucune capture de grands requins blancs dans les engins de pêche n’a jamais été confirmée dans les eaux canadiennes du Pacifique.

Des 32 mentions de grands requins blancs enregistrées au Canada atlantique, 16 (50 p. 100) résultent de prises accessoires lors d’activités de pêche (présente étude). Le grand requin blanc a tendance à s’approcher des bateaux et autres objets flottants pour les examiner, ce qui l’amène souvent à la surface et le rend vulnérable aux crochets, aux armes à feu et aux harpons.

Comme le grand requin blanc est un prédateur supérieur et qu’il vit longtemps, on peut s’attendre à ce que les polluants s’accumulent dans ses tissus. Zitko et al. (1972) ont découvert que les tissus musculaires et hépatiques prélevés sur des grands requins blancs de la région de la baie de Fundy et du golfe du Maine renfermaient des taux de PCB et de pesticides à base d’hydrocarbure chloré supérieurs à ceux des autres poissons. Signalons que les effets de ces produits toxiques sur la santé des élasmobranches n’ont jamais fait l’objet d’études, mais, étant donné la fragilité des spermatozoïdes et l’influence féminisante bien documentée des organochlorés, ces toxiques risquent sans doute d’avoir des effets néfastes sur la reproduction chez des mâles, éventuellement en bloquant la gamétogenèse ou en nuisant à la motilité des spermatozoïdes (Cadbury, 1997).