Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre à nez plat (Heterodon platirhinos) au Canada – Mise à jour

Information sur l’espèce

Nom et classification

La couleuvre à nez plat doit son nom commun à l’écaille retroussée et carénée qui orne l’extrémité de son museau. Son nom scientifique, Heterodon platirhinos Latreille 1801 (épelé H. platyrhinos jusqu’à tout récemment, mais corrigé par Platt [1985]), tient également son origine de l’aspect physique de l’espèce. Le générique provient de hetero (différent) et de odontos (dent) en référence aux dimensions variables des dents. Le spécifique provient de plati (plat ou large) et de rhinos (nez), en référence – tout comme le nom commun – à l’écaille retroussée du museau, qui donne à l’espèce son nez d’apparence aplatie évoquant le groin d’un cochon (Johnson, 1989).

L’Heterodon platirhinos est une couleuvre appartenant à la famille des Colubridés et traditionnellement classée dans la sous-famille des Xenodontinés, un groupe de couleuvres de l’Amérique centrale et du Sud. Cependant, certains biologistes émettent des réserves quant à l’étroitesse du lien de parenté entre la couleuvre à nez plat et la couleuvre à collier (Diadophis punctatus) – l’autre couleuvre de l’Amérique du Nord classée dans cette sous-famille – de même qu’entre ces deux espèces et les autres couleuvres tropicales des Xenodontinés (Schueler, 1997).

Description morphologique

La couleuvre à nez plat est une couleuvre au corps trapu possédant des écailles carénées, une plaque anale divisée et une écaille retroussée et carénée caractéristique à l’extrémité de son museau (Harding, 1997).

Adultes

Chez cette espèce, les phénotypes de couleur et de motif varient beaucoup d’un individu à l’autre, la livrée allant de colorée et tachetée à mélanique. Certains individus présentent un motif caractéristique de taches irrégulières sur le dos alternant avec des taches foncées sur les flancs sur un fond gris, brun, tabac, olive, orange, jaune ou rosâtre, tandis que d’autres, exempts de motifs, ont une coloration uniforme grise, brune, olive ou noire. En fait, de nombreux individus présentent une livrée à mi-chemin entre ces deux prototypes (Harding, 1997). Des taches foncées sur le cou sont apparentes sur tous les individus, sauf les plus foncés. Le ventre est souvent marbré et jaunâtre, gris, crème ou rosâtre (Harding, 1997). Le menton, la gorge et les écailles subcaudales sont généralement plus pâles que le reste du ventre (Harding, 1997). La longueur totale des adultes est de 50 cm à 115,6 cm (Harding, 1997). Les mâles sont en moyenne plus petits que les femelles.

Nouveau-nés

Les nouveau-nés portent des taches dorsales foncées et de plus petites taches latérales sur un fond gris pâle ou brun. Ce motif est présent même chez les individus qui, à l’âge adulte, ne porteront aucun motif et qui seront d’une couleur uniforme. Le ventre des nouveau-nés peut être gris foncé ou noir, et la gorge et les écailles subcaudales blanches ou jaunâtres (Harding, 1997). La longueur totale des nouveau-nés est de 12,5 cm à 25,4 cm (Harding, 1997).

Description génétique

Il n’existe aucune donnée sur la structure génétique des populations dans l’aire de répartition canadienne. Toutefois, bon nombre de populations de l’Ontario sont géographiquement isolées et de petite taille, et donc isolées génétiquement. De ce fait, elles pourraient être menacées de consanguinité et/ou d’un effet d’étranglement génétique (Meffe et Carroll, 1994; Chek et al., 2007). Comme l’espèce se déplace sur des distances considérables, pour une couleuvre, les populations devraient être moins exposées à l’isolement dans les régions où l’habitat est continu.

Aucune sous-espèce n’est reconnue à l’heure actuelle. Crother (2001) et Platt (1969) ont conclu que les variantes, que l’on identifie parfois comme des sous-espèces, ne sont pas suffisamment caractérisées pour justifier leur reconnaissance à titre de sous-espèce.  

Unités désignables

La distribution de la couleuvre à nez plat en Ontario semble couvrir deux régions disjointes correspondant à deux provinces fauniques (carolinienne et Grands Lacs et Saint-Laurent) des provinces fauniques des amphibiens, des reptiles et des mollusques terrestres (figure 3; annexe F5 du Manuel des opérations et des procédures du COSEPAC, 2007). Plusieurs autres espèces de reptiles de l’Ontario ont une telle distribution disjointe, notamment la couleuvre obscure (Elaphe spiloides) et le scinque pentaligne (Eumeces fasciatus) (Cook, 1984). On ignore si cette discontinuité dans la distribution de l’espèce est liée à la colonisation européenne, si elle est antérieure à celle-ci ou encore si elle témoigne d’une distribution plus ancienne liée à l’histoire phylogéographique de la région. Il n’existe aucune donnée génétique qui permettrait de relever des différences entre les populations des deux régions, ni de preuve concluante à l’appui d’une différence dans les statuts de conservation entre les deux régions, quoique la population carolinienne soit de toute évidence plus fragmentée et qu’elle ait davantage perdu de son habitat. Compte tenu des incertitudes, il est semble raisonnable, à l’heure actuelle, de considérer la couleuvre à nez plat comme une seule unité désignable.