Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata (Eremophila alpestris strigata) considérant aussi le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis (Pooecetes gramineus affinis) au Canada (proposition)


2. Rétablissement

2.1 Justification du caractère réalisable du rétablissement

Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata

Le rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata au Canada est techniquement et biologiquement réalisable car il rencontre les quatre critères recommandés pour déterminer le caractère réalisable du rétablissement dans la version préliminaire de la Politique sur le caractère réalisable du rétablissement d'Environnement Canada (Environnement Canada, 2005). La population des États-Unis représente une source potentielle pour une réintroduction, soit passive, soit active, de la sous-espèce au Canada. Bien que la disponibilité en habitat convenable semble limitée pour le moment, cet habitat convenable existe probablement et cette disponibilité peut être augmentée par des mesures de remise en état. De plus, il y a un potentiel significatif pour la création d'un nouvel habitat par le dépôt de débris de dragage. Il est possible de prévenir ou de réduire toutes les menaces significatives connues pesant sur l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata par des mesures de rétablissement aux sites prioritaires. Il existe des techniques de rétablissement qui sont efficaces, incluant, mais non limitées à celles-ci, l'enlèvement des espèces envahissantes et le contrôle des prédateurs.

Bruant vespéral de la sous-espèce affinis

Le rétablissement du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis au Canada est techniquement et biologiquement réalisable car il rencontre les quatre critères recommandés pour déterminer le caractère réalisable du rétablissement dans la version préliminaire de la Politique sur le caractère réalisable du rétablissement d'Environnement Canada (Environnement Canada, 2005). Une petite population reproductrice existe toujours en Colombie-Britannique. Cette population semble autosuffisante. De plus, il existe, aux États-Unis, une population additionnelle pouvant potentiellement servir de source et l'autre population reproductrice la plus proche est située sur l'archipel de San Juan, dans l'État de Washington, à approximativement 18 km vers le sud. Une certaine quantité d'habitat convenable pourrait être disponible en Colombie-Britannique et d'autres régions pourraient devenir disponibles grâce à la remise en état (p. ex. la Réserve de parc national du Canada des Îles-Gulf). Il existe des techniques de rétablissement qui sont efficaces, incluant, mais non limitées à celles-ci, les techniques de remise en état de l'habitat et d'amélioration de la population par l'enlèvement des espèces envahissantes et le contrôle des prédateurs.

2.2 Buts du rétablissement

But du rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata

  • Le but du programme de rétablissement est de ré-établir une population reproductrice d'au moins 10 couples dans un minimum de 3 sites de l'aire de répartition historique au Canada.

Les données historiques d'occurrence et de disponibilité de l'habitat suggèrent que cette sous-espèce n'a jamais été abondante et était peut-être éphémère au Canada. Par conséquent, l'atteinte d'une « population minimum viable » n'est pas un but raisonnable puisqu'une si petite population sera toujours vulnérable à une disparition du pays en raison des événements stochastiques au Canada ou dans les territoires d'hivernage. La taille des populations a vraisemblablement augmenté dans la vallée du fleuve Fraser durant la première moitié du XXe siècle, en raison de la création temporaire d'habitat convenable par l'activité humaine. Par la suite, l'intensification des activités agricoles et l'urbanisation dans cette région ont entraîné l'élimination de la plus grande partie de cet habitat. En s'appuyant sur les données des États-Unis sur la taille des parcelles nécessaire aux populations de la sous-espèce strigata utilisant les sites de prairies de l'intérieur des terres (voir section 1.4), il est possible d'avancer que les parcelles restantes de la vallée du Fraser ne sont probablement pas assez grandes pour être convenables. L'aire de reproduction historique devait donc se limiter aux habitats de dunes côtières ou de prairies du Lower Mainland et du sud-est de l'île de Vancouver caractérisés par une végétation clairsemée. Le but du programme de rétablissement a été établi en tenant compte de la disponibilité limitée de données sur l'abondance historique et on croit qu'il est atteignable en raison de l'étendue probable d'un habitat convenable et d'un habitat pouvant être remis en état.

But pour le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis

  • Le but du programme de rétablissement est de ré-établir une population reproductrice d'au moins 30 couples dans un minimum de trois sites de l'aire de répartition historique au Canada.

Comme l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata, cette sous-espèce n'a probablement jamais été abondante au Canada et y était peut-être présente que de manière éphémère. Par conséquent, l'atteinte d'une « population minimum viable » n'est pas un but raisonnable puisqu'une si petite population sera toujours vulnérable à une disparition du pays en raison des événements stochastiques au Canada ou dans les territoires d'hivernage. Cependant, vu l'existence d'une population apparemment persistante de cinq à neuf couples dans un site du sud-est de l'île de Vancouver, il est raisonnable de cibler une taille de population plus élevée pour cette sous-espèce. La justification est qu'il y a possibilité d'utiliser la population existante comme « source » pour augmenter la taille de la population au Canada à la fois dans ce site et dans des sites convenables voisins, et ainsi augmenter la probabilité de persistance au niveau de la métapopulation. Le but est raisonnable en tenant compte du peu de données disponibles sur l'abondance historique, et il est atteignable, en raison de l'étendue d'un habitat convenable et d'un habitat ayant le potentiel d'être remis en état.

2.3 Objectifs du rétablissement

Objectifs du rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata

  1. Déterminer et évaluer le potentiel convenable des sites candidats caractérisés par un habitat de dunes côtières ou de prairies à végétation clairsemée d'ici 2008.
  2. Analyser la faisabilité d'une réintroduction active de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata dans l'habitat convenable inoccupé d'ici 2008.
  3. Sécuriser, remettre en état, créer, protéger ou gérer de trois à six des sites les plus convenables d'ici 2011.
  4. Augmenter la probabilité d'une réintroduction passive à partir des populations des États-Unis d'ici 2009.

Objectifs pour le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis

  1. Analyser le caractère réalisable d'une réintroduction active du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis dans l'habitat convenable inoccupé d'ici 2008.
  2. Augmenter la population existante de deux à trois couples reproducteurs d'ici 2010.
  3. Évaluer les sites candidats ayant des caractéristiques structurales convenables d'ici 2008.
  4. Conserver, remettre en état, protéger ou gérer deux sites supplémentaires parmi les sites candidats désignés comme étant les plus convenables d'ici 2010.

2.4 Approches recommandées pour l'atteinte des objectifs du rétablissement

2.4.1 Stratégies générales pour réaliser le rétablissement

Les stratégies générales pour réaliser le rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis sont résumées dans les tableaux 1 et 2 respectivement.

Tableau 1 : Tableau de planification du rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata
PrioritéMenace abordéeStratégies générales pour aborder les menacesApproches recommandées pour l'atteinte des objectifs du rétablissement
Objectif 1 : Déterminer et évaluer le potentiel convenable des sites candidats caractérisés par un habitat de dunes côtières ou de prairies à végétation clairsemée d'ici 2008.
UrgentPerte ou dégradation de l'habitatRecherche
  • Déterminer les sites candidats à l'aide de l'expertise de l'équipe.
  • Cartographier les sites.
  • Élaborer des cotes pour le caractère convenable de l'habitat et évaluer les sites, en collaboration avec les chercheurs des États-Unis.
  • Établir une liste priorisée de sites convenables.
Objectif 2 : Analyser le caractère réalisable d'une réintroduction active de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata dans l'habitat convenable inoccupé d'ici 2008.
NécessairePetite population et effets de la répartitionRecherche
  • Concevoir et mettre en oeuvre un programme de recherche sur le caractère réalisable.
  • Consulter les chercheurs des États-Unis.
  • Évaluer la probabilité d'une réintroduction passive dans des sites sélectionnés au Canada.
Objectif 3 : Conserver, remettre en état, créer, protéger ou gérer de trois à six des sites les plus convenables d'ici 2011.
NécessairePerte ou dégradation de l'habitat; perturbation humaine;
prédateurs; colonisation par les espèces envahissantes
Protection et remise en état de l'habitat
  • Évaluer les exigences pour la remise en état de l'habitat.
  • Déterminer le caractère réalisable des techniques de création d'habitat (p. ex. des îles composées débris de dragage) et, si cela est réalisable, créer de nouveaux sites.
  • Recruter des propriétaires fonciers et des bénévoles pour participer à la remise en état de la connectivité des paysages.
  • Élaborer et mettre en œuvre un plan de gestion régional et des plans de gestion particuliers aux sites existants, et si cela est jugé réalisable, créer de l'habitat sur des sites potentiels dans le delta du fleuve Fraser et au sud-est de l'île de Vancouver.
  • Maintenir les relations avec les chercheurs américains afin de bénéficier des recherches en cours, en particulier celles portant sur la démographie dans les habitats naturels en comparaison avec celle des habitats créés par l'humain, et sur les exigences en matière de taille des parcelles pour les oiseaux nichant dans les habitats de dunes côtières ou de prés caractérisés par une végétation clairsemée.
Objectif 4 : Augmenter la probabilité d'une réintroduction passive à partir des populations des États-Unis d'ici 2009.
NécessairePetite population et effets de la répartitionRemise en état de l'habitat
  • Participer aux efforts de remise en état de l'habitat dans le nord de Puget Sound aux États-Unis
Tableau 2 : Tableau de planification pour le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis
PrioritéMenace abordéeStratégies générales pour aborder les menacesApproches recommandées pour l'atteinte des objectifs
Objectif 1 : Analyser le caractère réalisable d'une réintroduction active du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis dans un habitat convenable inoccupé d'ici 2008.
UtilePetite population et effets de la répartitionRecherche
  • Concevoir et mettre en œuvre un programme de recherche sur le caractère réalisable.
  • Consulter les chercheurs des États-Unis.
Objectif 2 : Augmenter la population existante de deux à trois couples reproducteurs d'ici 2010.
UrgentPerte ou dégradation de l'habitat; perturbation humaine;
prédateurs; colonisation par les espèces envahissantes
Recherche; protection de l'habitat; remise en état de l'habitat
  • Renégocier un accord d'intendance avec l'aéroport de Nanaimo.
  • Poursuivre le suivi de la population reproductrice existante.
  • Évaluer expérimentalement l'effet de la gestion du genêt à balai sur la sélection de l'habitat et la productivité du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis en utilisant des secteurs actuellement inoccupés du site.
  • Augmenter l'habitat de reproduction convenable du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis d'au moins 300 % en transformant les prairies de fauche.
Objectif 3 : Évaluer les sites candidats ayant des caractéristiques structurales convenables d'ici 2008.
NécessairePerte ou dégradation de l'habitatRecherche
  • Compiler une liste de sites candidats dans l'aire de répartition historique de la sous-espèce au Canada afin de se pencher sur la possibilité de les considérer comme habitat potentiel d'ici 2007.
  • Déterminer les sites candidats au moyen de l'expertise de l'équipe d'ici 2007.
  • Élaborer un programme de recherche visant à combiner les données et les possibilités de recherche potentielle concernant la population existante à l'aéroport de Nanaimo (incluant les expériences de manipulation d'habitat) avec les données sur les sites de reproduction des États-Unis afin de produire un modèle prédictif d'habitat pour le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis d'ici 2010. Utiliser les résultats de ce modèle pour vérifier la sélection de sites choisis et pour maximiser l'efficacité des recommandations de gestion de site, incluant l'éventuel remplacement du genêt à balai envahissant par une espèce d'arbuste indigène.
  • Cartographier les sites.
  • Élaborer des cotes pour le caractère convenable en matière d'habitat et évaluer les sites.
  • Établir une liste priorisée des sites convenables et prioriser les sites situés dans un rayon de 10 km du site existant de l'aéroport de Nanaimo pour favoriser une augmentation de la probabilité de persistance de la métapopulation en facilitant les mouvements et la dispersion entre les parcelles.
Objectif 4 : Conserver, remettre en état, protéger ou gérer deux sites supplémentaires parmi les sites candidats désignés comme étant les plus convenables d'ici 2010.
NécessairePerte ou dégradation de l'habitat; prédateurs; perturbation humaine; colonisation par les espèces envahissantesProtection et remise en état de l'habitat
  • Évaluer les exigences de la remise en état de l'habitat.
  • Recruter des propriétaires fonciers et des bénévoles pour participer à la remise en état de la connectivité des paysages en donnant de l'expansion au programme de prise de contact avec les propriétaires fonciers déjà en place.
  • Élaborer et mettre en œuvre un plan de gestion régional et des plans de gestion particuliers aux sites.

2.4.2 Commentaires sur le tableau de planification du rétablissement

Quatre menaces identifiées à la section 1.5 ne sont pas considérées dans les tableaux de planification du rétablissement. Ces menaces sont : la suppression des feux, la construction de digues, l'agriculture et les collisions. Ces menaces sont soit disparues, soit incertaines. Si elles se révèlent être des menaces actuelles pour les deux sous-espèces, une approche pour les aborder sera alors élaborée.

2.5 Mesures de rendement

Des objectifs mesurables sont nécessaires pour évaluer le succès des efforts de rétablissement (tableau 3). Bon nombre de ces mesures d'efficacité devront être dérivées des améliorations recommandées de l'habitat, de l'acquisition et de la gestion de sites, des inventaires, des suivis et des objectifs de recherche résumés plus haut. Ces mesures de rendement devront être utilisées pour répondre à l'exigence de faire rapport à intervalle de cinq ans, qui est associée au présent programme de rétablissement.

Tableau 3. Évaluation du succès des efforts de rétablissement
StratégieObjectifÉvaluation
Plan d'action concernant l'habitatAlouette hausse-col : 3
Bruant vespéral : 4
Est-ce qu'un ou plusieurs plans de gestion détaillés ont été élaborés pour gérer les sites sélectionnés pour cette sous-espèce?
Est-ce que les plans de gestion ont été mis en œuvre?
FinancementAlouette hausse-col : 1-4
Bruant vespéral : 1-4
Les fonds existants ou attendus sont-ils suffisants pour mettre en œuvre toutes les composantes du programme de rétablissement et les plans de gestions prévus?
PopulationAlouette hausse-col : 3, 4
Bruant vespéral : 2, 4
Les populations existantes font-elles l'objet d'un suivi annuel pour déterminer leur situation et leurs tendances dans le respect des objectifs en matière de population?
Lorsque cela est possible, les données relative à la sélection de l'habitat et les données démographiques sont-elles utilisées pour gérer les populations actuelles, de façon adaptative? 
SituationAlouette hausse-col : 3
Bruant vespéral : 4
Y a-t-il eu ré-établissement d'une population d'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata au Canada?
Y a-t-il eu établissement de nouveaux sites de reproduction par le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis au Canada?
Habitat essentielAlouette hausse-col : 3L'habitat essentiel a-t-il été défini, désigné et efficacement protégé par un accord d'intendance (article 11 de la LEP) ou un autre mécanisme semblable?
Des sites candidats supplémentaires ont-ils été évalués comme non convenables, convenables ou pouvant être remis en état? 
Le cas échéant, désigner les sites convenables supplémentaires comme habitat essentiel dans un plan d'action ou une mise à jour du programme de rétablissement.
Acquisition d'habitatAlouette hausse-col : 3
Bruant vespéral : 4
Des sites ayant un potentiel hautement convenable ou pouvant être remis en état ont-ils été acquis, lorsque cela s'avère pratique, dans le but de rétablir ces deux sous-espèces?
Intendance de l'habitatAlouette hausse-col : 3
Bruant vespéral : 4
La majorité des propriétaires fonciers possédant des habitats convenables ou pouvant être remis en état ont-ils été contactés, consultés, pourvus d'un encadrement d'intendance en ce qui concerne ces deux sous-espèces?
Les propriétaires fonciers sont-ils engagés et participent-ils au rétablissement?
Remise en état et création d'habitatAlouette hausse-col : 1, 3
Bruant vespéral : 3, 4
Des sites potentiels pour la remise en état ont-ils été localisés et priorisés?
Une remise en état a-t-elle été tentée dans les sites localisés?
Les techniques de remise en état ont-elles été fructueuses?
Certaines des méthodes de création d'habitat ont-elles été jugées réalisables?
Caractère réalisable d'une réintroduction activeAlouette hausse-col : 2
Bruant vespéral : 1
La faisabilité de la réintroduction active pour les deux sous-espèces a-t-elle été étudiée et évaluée?

2.6 Habitat essentiel

2.6.1 Désignation de l'habitat essentiel

Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata

La désignation de l'habitat essentiel de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata est impossible pour le moment.

On ne connaît actuellement pas l'existence d'individus se reproduisant ou hivernant à l'intérieur de l'aire de répartition historique de cette espèce au Canada. On ne sait pas s'il existe toujours des sites d'habitat convenable ou pouvant être remis en état à des fins de réintroduction passive ou active, même s'il est probable qu'il en existe. La réintroduction passive impliquerait la colonisation d'habitat actuellement convenable, pouvant être remis en état ou nouvellement créé par la dispersion d'individus en provenance des États-Unis. Il est difficile d'évaluer cette possibilité de colonisation passive à ce moment, en partie parce qu'aucun site actuellement convenable ou pouvant être remis en état n'a été localisé. Une réintroduction active impliquerait une réintroduction directe d'oiseaux capturés et importés à partir des populations américaines puis une gestion et un suivi intensifs. Les méthodes permettant la réussite de la réintroduction de passereaux des prés ne sont pas bien développées pour le moment. De plus, il n'est pas certain que l'introduction d'individus provenant des populations des États-Unis soit réalisable. En effet, ces dernières sont aussi en péril, et l'espèce est candidate pour une désignation en vertu de l'Endangered Species Act des États-Unis. Finalement, le potentiel relatif des habitats naturels (p. ex. les dunes et les prairies naturelles) par rapport aux habitats créés par l'humain (p. ex. les aéroports et les îles composées de débris de dragage) pour soutenir des populations d'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata est inconnu. Quelques types d'habitat créés par l'humain pourraient représenter des gouffres démographiques pour la sous-espèce strigata (p. ex. les aéroports) puisque les populations se reproduisant à ces sites nécessiteraient un apport constant de nouveaux individus pour persister.

Ces lacunes dans les connaissances seront comblées de la façon décrite dans le calendrier des études présenté ci-dessous (section 2.6.2). Il est recommandé de ne pas désigner l'habitat essentiel avant que des sites candidats aient été évalués comme étant actuellement convenables ou qu'ils soient remis en état pour le devenir.

Bruant vespéral de la sous-espèce affinis

Lorsque le présent programme de rétablissement sera publié, le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis sera considéré pour l'inscription à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Par conséquent, un habitat essentiel ne peut pas être proposé pour cette espèce.

Une mise à jour du programme de rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis ou un addenda au présent programme sera publié en fonction des délais associés à l'inscription du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis si le taxon est inscrit à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Cette mise à jour portera précisément sur l'habitat essentiel potentiel du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis ainsi que sur tout autre site désigné comme habitat essentiel de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata durant la période d'intervention.

2.6.2 Calendrier des études pour la désignation de l'habitat essentiel

Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata
  1. Compiler une liste de sites candidats dans l'aire de répartition historique de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata au Canada afin de se pencher sur la possibilité de les désigner comme habitat potentiel de la sous-espèce d'ici 2008.
  2. Avec l'aide de spécialistes de l'espèce, déterminer les sites candidats et les classer comme non convenable, convenable ou pouvant être remis en état d'ici 2007.
  3. Localiser, cartographier et établir l'ordre de priorité des sites convenables qui présentent un habitat de dune côtière et de prairies à végétation clairsemée d'ici 2007.
  4. Localiser, cartographier et établir l'ordre de priorité des sites côtiers ayant un potentiel de remise en état de l'habitat d'ici 2008.

2.7 Approches existantes et recommandées en matière de protection de l'habitat

Intendance

Bien que le seul site de reproduction connu du Bruant vespéral au Canada ne soit pas officiellement protégé et qu'il soit activement géré dans une optique aéroportuaire, un accord d'intendance entre l'aéroport de Nanaimo et le Groupe de mise en oeuvre du rétablissement des vertébrés en péril de l'Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry était en vigueur jusqu'à tout récemment. Ainsi, les décisions de gestion relatives à la végétation tenaient compte du Bruant vespéral. Cependant, la gestion aéroportuaire doit respecter les règles de la Federal Aviation Authority qui limite la hauteur de la végétation à proximité des pistes. En conséquence, un certain fauchage est nécessaire durant la saison de reproduction et ce site ne pourra jamais être complètement protégé pour les bruants.

Une mise à jour de l'accord d'intendance est très importante pour le rétablissement tout comme les accords d'intendance actuels ou futurs avec d'autres propriétaires fonciers.

Sécuriser les aires d'habitat convenable

La sécurisation par le biais de l'acquisition de terrains est coûteuse, mais elle assure une gestion à long terme des terres à des fins de conservation. Dans plusieurs cas, l'achat pur et simple est peut-être impossible. Les autres avenues sont les engagements ou les accords de conservation ou les accords d'intendance.

Conserver et gérer les sites sécurisés pour l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et le Bruant vespéral de la sous-espèce affinis

  1. Les plans de gestion des aires contenant des habitats ouverts doivent aborder précisément les menaces pesant sur les espèces qui nichent au sol.
  2. Gérer les activités récréatives sur les sites de reproduction pour réduire ou éliminer les impacts négatifs. Aux sites où des populations reproductrices sont présentes, il faut exclure la présence humaine, les véhicules et les animaux domestiques durant la saison de reproduction.
  3. Réduire au minimum les impacts sur la nidification par la gestion des régimes de fauchage aux aéroports et aux autres sites.

    Le fauchage est nécessaire à la sécurité aéroportuaire. Un programme de fauchage maintient également l'habitat de l'Alouette hausse-col et du Bruant vespéral et par conséquent, est favorable à ces oiseaux à la condition que le fauchage soit terminé avant le début de la saison de reproduction ou après que les juvéniles aient quitté le territoire (les jeunes Bruants vespéraux quittent le nid tôt, avant même de voler, le moment où les oisillons quittent le nid n'indique donc pas que le fauchage peut être effectué en toute sécurité). Le fauchage des aires de végétation courte devrait être prévu avant la mi-mars et après la fin août.
  4. Contrôle sélectif des arbustes non indigènes ou envahissants au site de reproduction. La plupart des arbustes présents dans les aires désignées comme habitat potentiellement convenable de l'Alouette hausse-col devraient être enlevés. Ceci peut être fait mécaniquement ou, aux endroits où cela est pratique, par le brûlage dirigé. Pour assurer que l'habitat convienne également au Bruant vespéral, il faudrait que le dégagement soit fait en laissant de la végétation plus haute en lisière des clairières ou des arbustes répartis ça et là.
  5. Là où les Bruants vespéraux sont visés par des mesures de gestion de la végétation, les arbustes devraient être éclaircis afin de créer une mosaïque de couvert arbustif et d'espaces ouverts. Les prairies naturelles utilisées par cette sous-espèce tendent à être très diverses, et il n'existe pas de modèle précis concernant la proportion de couvert arbustif par rapport aux espaces ouverts (Winter et al., 2005). Les gestionnaires de chacun des sites devraient donc prévoir différentes options de densité arbustive pour ces oiseaux (les auteurs suggèrent des taux variant de 1 à 50 %).
  6. Contrôle des prédateurs. Les chats domestiques et féraux devraient, plus particulièrement, être capturés et enlevés des sites de reproduction.

2.8 Effets sur les espèces non ciblées

Les efforts de remise en état et de protection des habitats de prairies ouvertes et de dunes côtières favoriseront plusieurs espèces qui dépendent de ces écosystèmes rares et en déclin. Tout succès dans l'augmentation de la disponibilité en habitat (superficie et qualité) et dans la réduction des perturbations de ces habitats sera surtout favorable aux autres oiseaux qui nichent au sol et qui utilisent les habitats à végétation clairsemée, tels que le Pluvier kildir (Charadrius vociferus), l'Engoulevent d'Amérique (Chordeiles minor) et le Bruant des prés (Passerculus sandwichensis).

Les autres espèces inscrites ayant besoin d'habitats similaires incluent deux espèces d'arthropodes. Le damier de Taylor (Euphydryas editha taylori) est désigné en voie de disparition par le COSEPAC et nécessite des prairies à végétation clairsemée (Environnement Canada, 2006). La noctuelle de l'abronie (Copablepharon fuscum) est aussi inscrite comme en voie de disparition à l'annexe 1; il s'agit d'une espèce herbivore obligatoire de l'abronie à feuilles larges (Abronia latifolia), une plante qui ne se retrouve que dans les environnements de dunes (Environnement Canada, 2006). L'onagre à fruits tordus (Camissonia contorta) a été désignée en voie de disparition par le COSEPAC en avril 2006. Cette plante utilise également les habitats côtiers secs, ouverts et sableux du sud-est de l'île de Vancouver. La gestion des habitats de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis peut être compatible avec les besoins de ces trois espèces.

Par ailleurs, il existe plusieurs espèces ne qui ne préfèrent pas les habitats à végétation clairsemée ou qui pourraient être affectées par les efforts de remise en état de l'habitat (p. ex. des espèces de plantes rares affectées par les brûlages dirigés). Tous les sites devront être évalués soigneusement afin de déterminer quelle série d'espèces bénéficiera le plus des efforts de remise en état et de gestion. Un équilibre sera nécessaire pour assurer que toutes les espèces disposent d'une quantité d'habitat suffisante pour leur rétablissement et leur survie.

Aux États-Unis, l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata se reproduit maintenant à des sites antérieurement utilisés par la Sterne caspienne (Sterna caspia). Les sternes ont été retirées de ces sites avant l'utilisation de ces sites par l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata. La création d'habitat par le dépôt des débris de dragage pourrait aussi favoriser les sternes. Bien que la Sterne caspienne ne soit pas commune dans la région du Lower Mainland, il existe au moins une colonie reproductrice dans le delta du fleuve Fraser. Si la présence des sternes réduit le caractère convenable des habitats nouvellement créés, il sera peut-être nécessaire d'aménager ces sites afin de prévenir la colonisation par les sternes.

2.9 Approche recommandée pour la mise en œuvre du rétablissement

Le rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata au Canada sera probablement plus problématique que celui du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis. Les alouettes nécessitent des territoires plus grands, qu'il n'y a pas de sites de reproduction au Canada, que les sites anciennement utilisés sont presque tous complètement perdus ou dégradés, que les sites à remettre en état devront peut-être être achetés et que de nouveaux habitats devront être aménagés. En dépit de ces barrières, un nouvel habitat de nidification pourrait être créé relativement facilement à partir de débris de dragage; ceci pourrait compenser pour les autres difficultés liées au rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata.

Un plan d'action plus détaillé est nécessaire pour concentrer les efforts de rétablissement au Canada. Un plan sera élaboré une fois qu'auront été réalisés la localisation et l'évaluation des sites convenables et pouvant être remis en état pour les deux sous-espèces ainsi qu'une évaluation des meilleures méthodes d'amélioration et de création d'habitat.

Aux États-Unis, les efforts de conservation se sont concentrés sur l'identification et le suivi des populations existantes, la détermination des caractéristiques de l'habitat qui sont importantes pour le succès de la reproduction, la mise à l'essai de méthodes de création d'habitat, la remise en état des habitats dégradés et la limitation de certaines activités humaines dans les sites de reproduction (Pearson et Altman, 2005). Au Canada, les gestionnaires de sites potentiellement convenables devraient utiliser les techniques de création et de remise en état d'habitat qui se sont avérées efficaces aux États-Unis.

Il est reconnu que l'habitat le plus convenable pour ces deux sous-espèces au Canada et aux États-Unis se trouve soit dans des aéroports, soit sur des réserves militaires. Ces deux types d'utilisation du territoire offrent des secteurs ouverts caractérisés par une végétation courte et une protection contre les perturbations par les humains ou les animaux de compagnie. La concentration des mesures de rétablissement aux aéroports et aux réserves militaires pourrait être problématique en raison d'autres considérations de gestion. Le programme reconnaît que les considérations en matière de sécurité publique l'emportent clairement sur celles entourant les espèces en péril lorsque les deux sont en conflit, et que les mesures de conservation telles que la modification ou l'amélioration de l'habitat doivent être conformes aux règlements de Transports Canada. Même avec ces restrictions, le maintien d'habitat convenable aux aéroports et sur les terrains militaires offriront vraisemblablement la meilleure chance de succès pour le rétablissement de ces deux sous-espèces. Les relations avec les gestionnaires du territoire de ces sites devraient être favorisées et maintenues.

Les mesures de rétablissement de ces deux sous-espèces devraient être coordonnées avec les efforts de rétablissement des populations présentes aux États-Unis.

Les mesures de rétablissement devraient être coordonnées avec les efforts globaux de cartographie et de remise en état de l'habitat et de rétablissement des espèces de l'Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry, en partie pour augmenter l'efficacité des activités de rétablissement et en partie pour éliminer toute possibilité de conflit entre les mesures de rétablissement (p. ex. les dommages causés à des populations de plantes rares par le brûlage dirigé). Jusqu'à présent, le Groupe de mise en œuvre du rétablissement des vertébrés en péril de l'Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry donne l'exemple en matière de conservation et de gestion des habitats de ces sous-espèces dans le sud-est de l'île de Vancouver; il continuera de participer aux questions qui y sont liées dans la région (Fuchs et al., 2002).

L'Équipe de rétablissement de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et du Bruant vespéral de la sous-espèce affinis pourrait être convertie en Groupe de mise en œuvre du rétablissement afin d'élargir la portée des travaux entrepris par le Groupe de mise en œuvre du rétablissement des vertébrés en péril afin d‘inclure les sites potentiels de dunes côtières du sud-est de l'île de Vancouver et du Lower Mainland. Subsidiairement, la gestion, la remise en état et/ou la création d'habitat pourraient être mises en œuvre par un nouveau Groupe de mise en œuvre du rétablissement qui se spécialiserait dans les habitats de dunes et de prairies, surtout si l'on juge que d'autres espèces inscrites sont affectées. Selon cette approche recommandée, le Groupe de mise en œuvre du rétablissement des vertébrés en péril de l'Équipe de rétablissement des écosystèmes du chêne de Garry continuerait de mettre en œuvre des mesures de rétablissement lorsque cela est approprié (c'est-à-dire la plupart des mesures de rétablissement associées au Bruant vespéral de la sous-espèce affinis) tandis qu'un Groupe de mise en œuvre du rétablissement de l'écosystème des dunes côtières et des écosystèmes associés se chargerait des besoins de conservation de l'Alouette hausse-col de la sous-espèce strigata et d'une série d'autres espèces inscrites sur les listes fédérale et provinciale qui sont associées à ce type d'habitat (p. ex. la noctuelle de l'abronie, l'onagre à fruits tordus, l'abronie rose, Abronia umbellata et l'abronie à feuilles larges).

2.9.1 Échéancier prévu pour l'élaboration d'un plan d'action ou de plusieurs plans d'action

Un plan d'action sera terminé d'ici mars 2009.