Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rétablissement

2.1 Caractère réalisable du rétablissement

La Loi sur les espèces en péril stipule que: Pour l’élaboration du programme de rétablissement, le ministre compétent vérifie si le rétablissement de l’espèce sauvage inscrite est réalisable au point de vue technique et biologique. Il fonde sa conclusion sur la meilleure information accessible, notamment les renseignements fournis par le COSEPAC [article 40].

Dans la politique sur le caractère réalisable du rétablissement du gouvernement du Canada, un des critères permettant de déterminer si le rétablissement d’une espèce est réalisable est « l'existence d'individus capables de se reproduire pouvant accroître le taux de croissance ou l’abondance de la population » (Environment Canada, 2005). Étant donné que nous n'avons pas connaissance de l'existence ou de l'emplacement des Courlis esquimaux, le rétablissement de cette espèce est irréalisable pour l’instant.

Les récents efforts en vue de localiser d’éventuels individus restants n’ont produit aucun résultat, et il est possible que l’espèce ait disparu. Des recherches et des relevés spécifiques au Courlis esquimau ne sont pas justifiés en ce moment bien que les relevés sur les oiseaux de rivage ou les oiseaux aquatiques dans l’habitat potentiel devraient inclure le Courlis esquimau. De plus, les mentions d’observations du Courlis esquimau devraient être étudiées et confirmées si cela est réalisable.

Le caractère réalisable du rétablissement sera réévalué si les conditions changent ou si de nouvelles données sont obtenues (c.-à-d. si des Courlis esquimaux sont repérés).