Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

9. Aperçu du bassin hydrographique pour chacune des populations visées par le rétablissement

Un aperçu de la structure générale et des directives pour les équipes du bassin du fleuve Fraser, de la rivière Nechako, du fleuve Columbia et de la rivière Kootenay sont présentés ci-après.

9.1 Fleuve Fraser

En 2003, le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, en collaboration avec des Premières Nations, le gouvernement fédéral, des pêcheurs commerciaux et des intervenants du milieu de la conservation, a constitué et soutenu un groupe de travail qui allait se pencher sur le rétablissement des populations d'esturgeon blanc du bassin du fleuve Fraser (à l'exclusion des stocks de la rivière Nechako). Ce groupe a examiné l'information disponible et les besoins en information, et a évalué les impacts et les menaces qui pèsent sur les populations. Le rôle principal de ce groupe consistait à élaborer un plan de conservation des populations d'esturgeon blanc pour le haut fraser, le mi-Fraser et le bas Fraser, lequel a été terminé en décembre 2005 (Fraser River White Sturgeon Working Group 2005). Étroitement lié à ce premier processus, un processus officieux de planification du rétablissement a été lancé, en grande partie par les mêmes participants, pour les populations du bas et du mi-Fraser en 2005. (À ce moment-là, l'examen de la population du haut Fraser a été transféré au groupe de travail technique de l'initiative de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako, parce que les caractéristiques géographiques sont semblables et que ces deux populations sont classées en vertu de la LEP.) La formation de groupes de travail techniques et communautaires a fourni un moyen instructif de collaborer à l'élaboration de plans d'action pour le rétablissement, ainsi que d'entreprendre et d'appuyer des initiatives de rétablissement pour les populations d'esturgeon blanc des cours inférieur et moyen du Fraser.

Le groupe de travail technique (GTT) de l'esturgeon blanc du bas et du mi-Fraser est un groupe de spécialistes de l'esturgeon composé de membres des Premières Nations, de biologistes du ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique spécialistes de l'esturgeon, d'ichtyobiologistes du MPO, d'établissements d'enseignement, de guides pour la pêche sportive et de la Fraser River Sturgeon Conservation Society (FRSCS). Le rôle du GTT consiste à représenter l'esturgeon. Le GTT interprète les données scientifiques et l'information disponibles pour élaborer des plans d'action et des initiatives de rétablissement pour l'esturgeon blanc des cours inférieur et moyen du fleuve Fraser; il contribue aussi à l'élaboration des objectifs en matière de protection et de gestion des populations.

Le groupe de travail communautaire (GTC) de l'esturgeon blanc du bas et du mi-Fraser est un groupe d'intervenants de la collectivité qui s'intéressent à la gestion et au rétablissement de l'esturgeon du bas et du mi-Fraser. Ce groupe est en ce moment formé de représentants des Premières Nations locales, de biologistes du ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique spécialistes de l'esturgeon, d'ichtyobiologistes du MPO, d'établissements d'enseignement, de la FRSCS, de guides indépendants pour la pêche sportive, de la Fraser Valley Angling Guide Association, de pêcheurs sportifs indépendants et d'un représentant du comité consultatif sur la pêche sportive du MPO. Le rôle de ce groupe consiste à représenter les intérêts des divers intervenants en rapport avec le rétablissement des populations d'esturgeon du bas et du mi-Fraser. Les membres du GTC ont aidé le GTT à élaborer des initiatives et des plans de rétablissement. Le rôle du GTC a également consisté à examiner les initiatives ou les plans de rétablissement qui ont été élaborés par le GTT et à lui faire part de ses préoccupations, de ses recommandations ou de son appui.

Le GTT et le GTC utilisent le Fraser River White Sturgeon Conservation Plan (Fraser River White Sturgeon Working Group 2005) comme document d'orientation de haut niveau pour la planification du rétablissement; ils ont, en 2007, élaboré une feuille de travail évolutive de la planification du rétablissement pour orienter davantage les activités de rétablissement. Au cours de la dernière décennie, les initiatives de rétablissement ont été soutenues par les Premières Nations, les gouvernements provincial et fédéral, et d'importantes contributions en espèces de pêcheurs sportifs et de bienfaiteurs privés. La majorité des études associées au rétablissement ont été entreprises ou menées par la FRSCS en collaboration avec des intervenants et des biologistes provinciaux et fédéraux. Le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique a imposé en septembre 2008 des frais supplémentaires aux pêcheurs qui s'adonnent à la pêche sportive de l'esturgeon dans les eaux sans marée afin de mieux consigner et gérer ces activités de pêche et d'amasser des fonds pour les initiatives de rétablissement de ces populations.

De l'information supplémentaire sur l'esturgeon blanc du fleuve Fraser, les initiatives de rétablissement et la FRSCS se trouvent sur le site Web du ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique (en anglais seulement), ainsi que sur le site Web de la Fraser River Sturgeon Conservation Society (en anglais seulement).

9.2 Rivière Nechako

Un processus de planification du rétablissement de l'esturgeon blanc a été lancé en 2000 par le gouvernement de la Colombie-Britannique pour la rivière Nechako (et le haut Fraser) (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). L'initiative de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako a été mise sur pied; son rôle consiste à déterminer les motifs de l'échec du frai de l'esturgeon blanc ainsi que les raisons pour lesquelles il ne survit plus dans le bassin de la rivière Nechako, ainsi qu'à concevoir et à mettre en œuvre des options de protection, de restauration et de gestion de l'habitat (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Cette initiative est formée de deux comités : le GTT et le GTC.

Le GTT de la rivière Nechako (auparavant, l'équipe de rétablissement) a été constitué en 2000; il est formé d'experts techniques, y inclus des biologistes des gouvernements fédéral et provincial, des membres des Premières Nations et des spécialistes de l'industrie (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Le GTT formule des hypothèses sur le déclin de la population d'esturgeon blanc de la rivière Nechako et planifie ce qu'il faut faire pour rétablir une population autosuffisante en se fondant sur les meilleures données scientifiques et les meilleures connaissances traditionnelles et locales disponibles (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Le GTT de la rivière Nechako a procédé à une série d'études sur les causes de l'échec du recrutement qui ont mené aux expériences actuelles sur l'habitat dans le cours d'eau.

Le GTC de la rivière Nechako (auparavant, le groupe de planification des mesures) a été formé en 2001. Il a été créé pour permettre à divers intervenants d'apporter une contribution à l'initiative et pour jouer le rôle de défenseur du rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Il est formé de représentants des Premières Nations, d'organisations non gouvernementales de l'environnement, de l'industrie, des administrations locales et régionales et du public touché. « Le GTC donne à des groupes importants et essentiels pour la réussite d'un plan de rétablissement l'occasion de participer au processus. Le groupe s'emploie à sensibiliser le public et à lui faire connaître davantage le processus de rétablissement ainsi que les problèmes écologiques auxquels l'esturgeon blanc de la rivière Nechako est confronté. Il s'efforce aussi d'obtenir et de conserver l'appui de la collectivité pour le plan de rétablissement. » (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009)

En 2004, un plan de rétablissement a été élaboré pour le bassin hydrographique afin d'assurer « la valeur technique et la participation valable du public » aux activités de rétablissement (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2004). En 2007, un plan stratégique pour le centre d'interprétation et les installations de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako a aussi été élaboré afin d'obtenir des ressources pour le financement des immobilisations et le financement à long terme nécessaire pour la construction et l'exploitation d'installations d'aquaculture de conservation sur le territoire de la Première Nation de Saik'uz, dans le district de Vanderhoof (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Un accord a été conclu au début de 2013 pour commencer la construction de ces installations, qui est maintenant en cours.

Outre le plan de rétablissement, un plan de gestion de l'habitat devant fournir des programmes qui visent à répondre aux besoins en matière d'habitat et des programmes de rétablissement/mise en valeur qui appuieront activement la conservation de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako a été élaboré en 2008 (Nechako White Sturgeon Recovery Initiative 2009).

Plus de renseignements sur l'initiative et des documents connexes se trouvent sur son site Web (en anglais seulement).

Haut de la page

9.3 Fleuve Columbia

L'initiative de rétablissement de l'esturgeon blanc du haut Columbia a été mise sur pied en 2000; son rôle consiste à contribuer au rétablissement de la population d'esturgeon blanc du fleuve Columbia. Cette initiative a commencé par la signature d'une entente de deux ans entre les gouvernement fédéral et provincial et B.C. Hydro officialisant leur engagement mutuel (en anglais seulement) à faire en sorte que l'esturgeon blanc du haut Columbia perde son statut d'espèce en voie de disparition (Upper Columbia River White Sturgeon Recovery Initiative 2009). Comme pour les autres bassins hydrographiques, deux équipes principales participent à la planification du rétablissement : le GTT (auparavant, l'équipe de rétablissement) et le GTC (auparavant, le groupe de planification des mesures).

Le GTT sur l'esturgeon blanc du haut Columbia est formé d'experts techniques chargés de l'élaboration et de la mise en œuvre du plan de rétablissement; il est composé de biologistes, de chercheurs et d'autres spécialistes des gouvernements provincial, fédéral et des États, de B.C. Hydro, de Teck Metals, de la Columbia Power Corporation, de la Bonneville Power Administration, de la Spokane Tribe of Indians, des Colville Confederated Tribes et d'autres groupes (Upper Columbia White Sturgeon Recovery Initiative 2009a). En novembre 2002, le GTT a achevé un plan de rétablissement et des annexes techniques qui définissent les buts et les mesures de rétablissement de la population d'esturgeon blanc (Upper Columbia White Sturgeon Recovery Initiative 2002); ce plan a maintenant été mis à jour après 10 ans (Upper Columbia White Sturgeon Recovery Initiative 2012). Le plan de rétablissement résume la biologie de l'esturgeon blanc, les facteurs menant au déclin de cette espèce dans le haut Columbia, ainsi que les mesures de conservation et les recommandations pour le rétablissement (Upper Columbia White Sturgeon Recovery Initiative 2002). Le GTT a également procédé à un examen de l'hypothèse concernant l'échec du recrutement et à une évaluation des tendances historiques en matière de recrutement pour élaborer et évaluer un ensemble d'hypothèses qui orienteront les travaux futurs sur l'échec du recrutement des populations d'esturgeon blanc du haut  Columbia (Gregory et Long 2008;, McAdam 2012).

Le GTC pour l'esturgeon blanc du haut Columbia est composé d'intervenants canadiens et américains, des gouvernements fédéral et provincial, des administrations locales, des Premières Nations, du public et de l'industrie, à qui il incombe « d'élaborer une vision commune et d'obtenir l'appui du public pour le rétablissement de l'esturgeon, de fournir de l'information et des commentaires sur les activités de rétablissement, d'informer le public et de chercher les fonds nécessaires pour les projets de rétablissement » (Upper Columbia White Sturgeon Recovery Initiative 2009a).

Plus de renseignements sur l'initiative de rétablissement de l'esturgeon blanc du haut Columbia, ainsi que des documents connexes, se trouvent sur son site Web (en anglais seulement).

9.4 Rivière Kootenay

La population de la rivière Kootenai a été inscrite parmi les espèces en voie de disparition en vertu de la Endangered Species Act du gouvernement fédéral des États-Unis en 1994 (Duke et al. 1999). L'équipe de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai est composée de membres du U.S. Fish and Wildlife Service (Idaho et État de Washington), de la Kootenai Tribe of Idaho, du U.S. Army Corps of Engineers, de Montana Fish, Wildlife and Parks, de la Bonneville Power Administration, du ministère des Forêts, des Terres et de l'Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique et du Idaho Department of Fish and Game. Plus de renseignements sur le processus de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai ainsi que des documents connexes se trouvent sur le site Web du U.S. Fish and Wildlife Service (en anglais seulement). Le représentant canadien dans l'équipe de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai est Matthew Neufels (ministère des Forêts, des Terres et de l'Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique – Nelson).

10. Mise en œuvre

10.1 Impacts potentiels sur d'autres espèces

Il faudra sans doute améliorer les conditions écosystémiques qui sont dégradées en ce moment pour que le rétablissement de l'esturgeon blanc soit assuré dans une bonne partie de son aire de répartition. L'amélioration de l'habitat au bénéfice de l'esturgeon blanc pourrait avoir des influences positives sur l'abondance et la répartition d'autres espèces.Cependant, les activités de rétablissement qui ciblent l'esturgeon blanc pourraient avoir des effets négatifs sur d'autres espèces sauvages ou de poissons indigènes . Bien que des incertitudes demeurent au sujet de ces effets, ces risques sont considérés comme raisonnables comparativement au risque de perdre une espèce en péril ; de plus, il est possible de surveiller les effets au fur et à mesure que les activités de rétablissement progressent. Quatre activités en particulier méritent d'être mentionnées ici.

Premièrement, si des modifications des débits dans les réseaux comportant des barrages sont recommandées pour le rétablissement de l'esturgeon blanc ou pour combler des lacunes dans les données, ces changements pourraient avoir une incidence sur d'autres espèces de poissons se trouvant dans le réseau hydrographique. Il faudra peut-être poursuivre l'évaluation des impacts des mesures de rétablissement sur d'autres espèces dans les réseaux hydrographiques touchés, et tenir compte des impacts négatifs éventuels avant de passer à la mise en œuvre.

Deuxièmement, des craintes ont été soulevées à propos de l'utilisation de l'aquaculture pour compléter le recrutement naturel dans trois des populations d'esturgeon blanc de la Colombie-Britannique. Ces craintes concernent les effets génétiques sur les populations cibles et les populations avoisinantes, l'introduction de maladies dans les populations sauvages, la compétition avec les espèces ciblées par la pêche sportive (c.-à-d. leurs proies) et les prises accessoires d'esturgeons blancs qui peuvent avoir une influence sur l'expérience des pêcheurs. Les plans de reproduction évalués par les pairs (Kincaid 1993;, Pollard 2002) visent à maximiser la diversité génétique; certains auteurs (Williamson et al. 2003) considèrent qu'ils présentent peu de risques. Les plans de mise en œuvre incluent des programmes de surveillance et des critères d'arrêt pour éviter les impacts génétiques à long terme sur la population d'esturgeon blanc ou les populations qui lui sont liées. Grâce à une mise en œuvre rigoureuse de ces plans et à la gestion des écloseries de conservation, le risque d'introduction de maladies et d'effets génétiques sera faible, alors que sans les programmes d'aquaculture, le risque de disparition de l'esturgeon blanc serait élevé. Des travaux sont aussi menés dans le fleuve Columbia en vue d’étudier des techniques permettant d’accroître la diversité génétique de la descendance issue des écloseries en capturant des œufs et des larves et en les élevant dans les écloseries riveraines. Il faudra vraisemblablement procéder à une évaluation plus approfondie de la contribution de l'aquaculture pour les espèces de proies et les prises accessoires.

Troisièmement, il faut se doter d'une stratégie à long terme pour l'introduction éventuelle de l'esturgeon blanc dans le réservoir Kinbasket afin d'établir une population en amont du barrage Mica sur le fleuve Columbia. La planification de cette activité en est encore à l'étape préliminaire. Dans le cadre du processus de planification, la Westslope Fisheries et la Canadian Columbia River Intertribal Fisheries Commission (CCRIFC), (2005) ont procédé à une évaluation du risque écotoxicologique associé à l'introduction proposée et sont en voie d'exécuter un programme pluriannuel d'échantillonnage et d'évaluation de l'habitat (2009). La CCRIFC (2005) a également effectué une évaluation des risques associés aux agents pathogènes. Toutefois, ces deux évaluations étaient qualitatives, puisqu'il y avait peu de données pertinentes qui auraient permis d'effectuer une évaluation quantitative. Néanmoins, les chercheurs ont pu repérer un éventail exhaustif d'effets éventuels, mais ont reconnu qu'une incertitude considérable règne en ce qui concerne la capacité prédictive de cette évaluation. Ces études ont permis de conclure que peu de risques importants étaient associés à l'introduction et que ce sont la lotte, le saumon rouge, le ménomini de montagnes et le charbot piquant qui courent les plus grands risques, parce que ce sont des proies de l'esturgeon blanc. Il faut évaluer davantage les risques écologiques par rapport aux avantages de l'introduction de l'esturgeon blanc. Ces questions devraient être examinées davantage dans le contexte des activités du plan d'utilisation de l'eau du fleuve Columbia (Columbia River Water Use Plan Consultative Committee 2005). L'équipe de rétablissement de la Kootenai envisage une transplantation semblable d'esturgeons blancs dans le lac Koocanusa, qui s'étend aussi au Canada, mais il n'y a pas eu d'évaluation des risques.

Quatrièmement, la gestion des pêches récréatives, commerciales et autochtones ne tient pas compte des besoins de l'esturgeon blanc. Les saumons qui remontent le fleuve Fraser et la rivière Nechako sont une source de nourriture importante pour l'esturgeon blanc; dans le bas Fraser, l'eulakane et l'éperlan le sont aussi. Des éléments probants indiquent que l'esturgeon blanc du remous Eddy, dans le haut Columbia, est limité par les aliments à sa disposition (Van Poorten et McAdam 2010). On ne sait pas dans quelle mesure la plupart des populations d'esturgeon blanc sont limitées par les disponibilités alimentaires, mais il faudra peut-être gérer les espèces de proies en fonction des besoins de l'esturgeon pour assurer son rétablissement.

Haut de la page

10.2 Mesures achevées ou en cours

Depuis plusieurs années, des mesures liées au rétablissement sont en cours dans la plupart des zones; elles sont communiquées régulièrement par l'entremise des équipes à l'échelle des bassins hydrographiques. Voici un bref résumé des mesures en cours ou déjà terminées à l'échelle nationale et à celle des bassins hydrographiques.

10.2.1 Échelle nationale

  1. L'Équipe nationale de rétablissement de l'esturgeon blanc a été créée, ainsi que ses sous-comités à l'échelle nationale et à celle des bassins hydrographiques.
  2. Le mandat de l'Équipe nationale de rétablissement de l'esturgeon blanc et des sous-comités à l'échelle des bassins hydrographiques a été élaboré.
  3. Un rapport de situation du COSEPAC a été rédigé en 2003 (Ptolemy et Vennesland 2003); il est possible de le consulter sur le site Web du Registre des espèces en péril. Une nouvelle évaluation a par la suite aussi été effectuée par le COSEPAC; le rapport de situation sera versé sur le site Web du Registre des espèces en péril à l'automne 2013.
  4. Le processus d'inscription en vertu de la LEP a eu lieu à la suite de l'évaluation du COSEPAC de 2003. Un processus d'inscription en vertu de la LEP faisant suite à la réévaluation de 2012 du COSEPAC commencera en 2013-2014.
  5. Une évaluation du potentiel de rétablissement de l'esturgeon blanc (Wood et al. 2007) visant à orienter le rétablissement de l'espèce a eu lieu.
  6. L'habitat essentiel a été désigné dans ce programme de rétablissement.

10.2.2 Échelle des bassins hydrographiques

Bas et mi-Fraser

  1. Un plan de conservation de l'esturgeon blanc du fleuve Fraser, à la préparation duquel le MPO, le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, la Première Nation Sto:lo, la B.C. Aboriginal Fisheries Commission, le Fraser Basin Council et la Fraser River Sturgeon Conservation Society ont contribué, a été élaboré. Ce plan résume l'information existante, évalue les menaces et recommande des procédures d'atténuation et de gestion.
  2. Un groupe de travail communautaire et un groupe de travail technique ont été créés pour le bas Fraser et le mi-Fraser. Les membres qui représentaient le haut Fraser se sont joints à un groupe distinct qui s'occupe de la rivière Nechako et du haut Fraser.
  3. Certaines mesures de gestion des pêches visant à prévenir, à limiter ou à atténuer les prises accessoires d'esturgeons blancs du fleuve Fraser au cours de la pêche commerciale du saumon au filet maillant ont été mises en œuvre (p. ex., la réglementation exige que toutes les prises accessoires d'esturgeons blancs soient remises à l'eau).
  4. Des organismes et des organisations non gouvernementales réalisent en permanence un certain nombre d'activités de sensibilisation et d'éducation du public au sujet de l'esturgeon blanc du Fraser. Ces activités incluent notamment la publication d'une brochure sur l'esturgeon blanc dans la série Wildlife in British Columbia at Risk, des communications, la collecte de fonds et des études par le truchement de la Fraser River Sturgeon Conservation Society, l'élaboration et la mise en œuvre de programmes d'éducation qui sont présentés dans les écoles et les collectivités, des programmes d'éducation et de sensibilisation, des partenariats de recherche et des initiatives de sensibilisation ciblant les pêcheurs et les collectivités des Premières Nations. Voir le site Web de la Fraser River Sturgeon Conservation Society (en anglais seulement) pour plus de précisions.
  5. Un large éventail de recherches scientifiques ont été effectuées ou sont en cours, entre autres :
    1. la surveillance et l'évaluation de l'abondance de l'esturgeon blanc au moyen d'études par marquage et recapture des poissons dans le bas Fraser et certaines sections du mi-Fraser;
    2. des recherches génétiques pour identifier les populations;
    3. des études préliminaires sur les effets de différents types d'engins de capture sur la survie à court terme de l'esturgeon blanc;
    4. des études de suivi par télémétrie radio et acoustique afin de déterminer les déplacements et l'utilisation de l'habitat de l'esturgeon blanc;
    5. des études sur l'utilisation de l'habitat par les juvéniles;
    6. des recherches écologiques (p. ex., utilisation de l'habitat, déplacements et migration, régimes alimentaires, croissance et alimentation, comportement);
    7. des recherches sur l'habitat (l'habitat de frai, les effets du dragage dans le cours principal du bas Fraser, l'utilisation de l'habitat par les juvéniles);
    8. la rédaction de bon nombre de documents et de publications à propos de l'esturgeon blanc du fleuve Fraser (voir l'annexe C de Fraser River White Sturgeon Working Group 2005, and Fraser River Sturgeon Conservation Society, 2013) .

Haut de la page

Rivière Nechako et haut Fraser

  1. Un plan de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako a été préparé en 2004 et un plan de conservation de l'esturgeon blanc du haut Fraser en 2005. Ces plans résument l'information existante, évaluent les menaces et recommandent des procédures d'atténuation et de gestion. Divers intervenants, dont les Premières Nations, le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Pêches et Océans Canada et l'industrie, ont participé au processus de planification.
  2. Les groupes de planification qui ont été réunis pour commenter les premiers plans ont constitué un groupe de travail communautaire et un groupe de travail technique pour la rivière Nechako et le haut Fraser; ces groupes sont des composantes de l'Équipe nationale de rétablissement de l'esturgeon blanc.
  3. Des mesures de gestion des pêches ont été prises et des activités d'intendance ont été exécutées pour empêcher les prises directes ou accessoires d'esturgeons blancs de la rivière Nechako et du haut Fraser dans les pêches locales.
  4. Des organismes, des organisations non gouvernementales et le GTC réalisent en permanence un certain nombre d'activités de sensibilisation et d'éducation du public au sujet de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako et du haut Fraser.
  5. Des plans sont terminés pour la rivière Nechako en ce qui concerne l'aquaculture de conservation, y compris des plans de reproduction visant à minimiser les conséquences génétiques de l'élevage en captivité et de la mise en liberté. La propagation artificielle de l'esturgeon blanc de la rivière Nechako a commencé en 2006 par un projet pilote qui s'est poursuivi jusqu'en 2010. La démonstration de la possibilité d'exécuter un programme d'aquaculture de conservation a été faite; les activités de mise en œuvre d'un programme à long terme d'aquaculture de conservation sont en cours.
  6. Un large éventail de recherches scientifiques ont été effectuées ou sont en cours, entre autres :
    1. des études sur la situation de la population du haut Fraser, menées par la Première Nation de Lheidli T'enneh;
    2. l'évaluation de la population et la surveillance de l'abondance de l'esturgeon blanc;
    3. des recherches écologiques (p. ex., utilisation de l'habitat, frai, déplacements et migration, régimes alimentaires, croissance et alimentation, comportement);
    4. des recherches sur l'habitat (travaux sur l'habitat des frayères, y compris des études sur les substrats, études sur l'habitat des juvéniles);
    5. des études sur le rétablissement du recrutement (p. ex., études sur le terrain de l'utilisation de l'habitat par les larves, de leur croissance et de leur survie);
    6. l'évaluation des risques associés à l'introduction d'esturgeons blancs;
    7. la collecte de connaissances locales et traditionnelles.

Rivière Kootenay

  1. L'esturgeon blanc de la rivière Kootenai a été inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition en vertu de la Endangered Species Act des États-Unis en 1994. Une équipe de rétablissement, dont le Canada fait partie, a été formée aux États-Unis en 1996.
  2. Le U.S. Fish and Wildlife Service a achevé en 1999 un plan de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai à la préparation duquel des organismes canadiens ont participé. Ce plan résume l'information existante, évalue les menaces et recommande des procédures d'atténuation et de gestion. Des organismes américains continuent de diriger le processus de planification du rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai, auquel des organismes canadiens participent.
  3. Un calendrier et plan de mise en œuvre a été achevé en 2005 pour le rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai. La préparation de ce plan de mise en œuvre, effectuée dans le cadre du programme sur le poisson et la faune du Northwest Power and Conservation Council, a été menée conformément à un contrat de la Bonneville Power Administration, par la Kootenai Tribe of Idaho avec l'aide de l'équipe de rétablissement de l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai. Ce calendrier et plan quinquennal présente les activités de recherche, de surveillance et d'évaluation jugées nécessaires pour protéger, réhabiliter et maintenir l'esturgeon blanc de la rivière Kootenai parallèlement aux activités mentionnées dans le plan de rétablissement de la population (USFWS 1999). L'information contenue dans ce plan et calendrier est censée compléter les activités du plan de rétablissement actuel et sa mise à jour devrait fournir des renseignements précieux (Kootenai Tribe of Idaho 2005).
  4. Un programme d'aquaculture de conservation a été créé en 1990; il a permis de mettre en liberté plus de 50 000 juvéniles à titre de mesure d'urgence pour empêcher la disparition.
  5. Un plan de reproduction récemment mis à jour a été préparé en 1993 afin de réduire le risque que la mise en liberté de poissons nés en écloserie ait des effets génétiques. Le stock reproducteur est formé d'esturgeons blancs sauvages de la rivière Kootenay qui sont remis vivants à l'eau après extraction des gamètes.
  6. Des mesures de gestion des pêches visant à empêcher la prise d'esturgeons blancs de la rivière Kootenay ont été mises en œuvre.
  7. Les évaluations de la population effectuées en 1989 ont confirmé que presque tout le recrutement a échoué depuis 1974.
  8. Un large éventail de recherches scientifiques ont été effectuées ou sont en cours, entre autres :
    1. la surveillance de l'abondance de l'esturgeon blanc dans la rivière Kootenay et le lac Kootenay;
    2. des programmes d'indexation pour les larves et les juvéniles sauvages et ceux qui sont nés dans une écloserie;
    3. des recherches écologiques (p. ex., utilisation de l'habitat, frai, déplacements et migration, régimes alimentaires, croissance et alimentation, comportement);
    4. des recherches sur l'habitat (travaux sur l'habitat des frayères, y compris des études sur les substrats, études sur l'habitat des juvéniles);
    5. des expériences de création de frayères et de remise en état de l'habitat de frai;
    6. des modifications opérationnelles au barrage Libby (p. ex., amélioration du contrôle de la température, volumes du débit en fonction de l'esturgeon, débit variable comme mesure de protection contre les crues).

Fleuve Columbia

  1. Le groupe de travail technique pour l'esturgeon blanc du haut Columbia a été formé; il compte des représentants de B.C. Hydro, du ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, des Premières Nations (Canada), de la Bonneville Power Administration, de Pêches et Océans Canada, de Teck Metals Ltd., du U.S. Fish and Wildlife Service, d'organismes tribaux américains, de la U.S. Geological Survey et du Department of Fish and Wildlife de l'État de Washington. Le groupe de travail a terminé un plan de rétablissement en 2002 et l'a révisé en 2013. Ce plan résume l'information existante, évalue les menaces et recommande des procédures d'atténuation et de gestion.
  2. Un groupe de travail communautaire formé en 2001 soutient les activités de sensibilisation et formule des suggestions locales et socio-économiques sur les mesures de rétablissement proposées par le groupe de travail technique.
  3. Le groupe de travail communautaire et le groupe de travail technique sont maintenant des composantes de l'Équipe nationale de rétablissement de l'esturgeon blanc.
  4. Des mesures de gestion des pêches visant à empêcher la prise d'esturgeons blancs du haut Columbia dans les pêches locales ont été mises en œuvre.
  5. Des organismes et des organisations non gouvernementales réalisent en permanence un certain nombre d'activités de sensibilisation et d'éducation du public au sujet de l'esturgeon blanc du haut Columbia. Parmi ces activités, mentionnons des brochures, des rapports annuels, l'élaboration de documents pour les écoles, la participation d'écoles à la mise en liberté d'esturgeons nés en écloserie et la participation à de nombreuses conférences et manifestations locales.
  6. Des plans sont terminés en ce qui concerne l'aquaculture de conservation, y compris des plans de reproduction visant à minimiser les conséquences génétiques de l'élevage en captivité et de la mise en liberté. Un programme d’écloseries a débuté en 2001 en vue d'atteindre les objectifs du plan de reproduction chaque année. En outre, on élargit les plans visant à étudier des techniques permettant d’accroître la diversité génétique de la descendance issue des écloseries en capturant des œufs et des larves et en les élevant dans des écloseires riveraines, ainsi que les plans visant à mieux comprendre les effets du substrat dans l’élevage en captivité.
  7. Un large éventail de recherches scientifiques ont été effectuées ou sont en cours, entre autres :
    1. l'évaluation de la population et la surveillance de l'abondance de l'esturgeon blanc;
    2. des recherches sur le cycle vital (p. ex., utilisation de l'habitat, frai, déplacements et migration, régimes alimentaires, croissance et alimentation, comportement);
    3. des recherches sur l'habitat (études de quantification des frayères et de l'habitat des juvéniles, études sur l'habitat des juvéniles), entre autres sur l'emplacement, le débit, la température, le substrat et d'autres paramètres;
    4. des études sur la disponibilité de la nourriture, visant essentiellement les juvéniles;
    5. une étude de la faisabilité des mesures d'atténuation de rechange, puis des essais pilotes et le suivi connexe;
    6. l'évaluation des risques associés à l'introduction d'esturgeons blancs (pour le barrage Mica);
    7. la collecte de connaissances locales et traditionnelles.

Haut de la page

10.3 Énoncé sur l'achèvement des plans d'action

Le MPO, en collaboration avec l'Équipe nationale de rétablissement et les partenaires des bassins hydrographiques, élaborera un ou plusieurs plans d'action, chacun propre à un bassin hydrographique, dans les cinq ans suivant l'affichage du programme de rétablissement final dans le Registre des espèces en péril de la LEP.