Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

L’esturgeon blanc (Acipenser transmontanus)

Importance de l'espèce

Sur les plans scientifique et autres, la valeur de cette espèce vénérable et de grande taille pour notre patrimoine naturel ne peut être quantifiée. L'esturgeon blanc est le représentant d’une ancienne lignée en grande partie disparue, et dont presque toutes les espèces restantes sont en péril. Il a déjà eu une grande valeur commerciale et est encore hautement apprécié pour des raisons d’ordre social et culturel, tant sur le plan traditionnel que sur celui des loisirs. Certains peuples des Premières Nations récoltaient déjà l'espèce à des fins de subsistance longtemps avant l'arrivée des Européens (Echols, 1995; Cadden, 2000; UCRRP, 2002). On ne possède toutefois que très peu de données sur les pêches des Premières Nations; il est ainsi difficile de se faire une idée de l'effort de pêche visant seulement l'esturgeon, car les informations sur les prises concernent à la fois les saumons, la truite arc-en-ciel et l'esturgeon. D’après les données sur la pêche sportive en eau douce dans le cours inférieur du Fraser, le nombre de permis délivrés chaque année aurait par ailleurs augmenté de 1 000 en 1986 à plus de 3 000 en 1991 (l'obtention d'un permis pour pêcher l'esturgeon n'était plus obligatoire après cette période).

Bien que la pêche pratiquée dans le cours inférieur du Fraser soit une pêche avec remise à l'eau, l'industrie du guidage est fort active dans la région. Une recherche sur Internet a en effet permis de trouver plus de 20 entreprises de guidage offrant des excursions de pêche à l'esturgeon pour un prix allant de 300 à 1 000 dollars par jour.

On a approuvé l'aquaculture commerciale de l'esturgeon blanc en Colombie-Britannique en 1998, après que le collège Malaspina, à Nanaimo, eut réussi à faire se reproduire plusieurs poissons prélevés dans des étangs privés. Les poissons obtenus ont été offerts en quantités limitées à des éleveurs commerciaux. La croissance de cette industrie repose toutefois sur l’accès à un nombre limité d'esturgeons blancs prélevés dans le milieu naturel. L'esturgeon blanc d'élevage commence à peine à arriver sur le marché de l'alimentation dans la vallée du bas Fraser. Il est raisonnable de présumer qu'à mesure que l'industrie croîtra, le commerce international des produits de l'esturgeon se développera.