Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’esturgeon blanc (Acipenser transmontanus) au Canada – Mise à jour

Répartition

Répartition mondiale

On trouve des populations reproductrices d'esturgeon blanc dans trois grands bassins hydrographiques de la côte du Pacifique de l'Amérique du Nord (soit ceux du Fraser, du Columbia et du Sacramento; figure 4). On sait par ailleurs que l’esturgeon blanc est anadrome et on en a observé des individus dans d'autres localités littorales; on pense cependant qu’il s’agit d’individus de passage et non de résidents (E.D. Lane, Malaspina College, comm. pers.).


Répartition canadienne

L’esturgeon blanc se rencontre dans le bassin du Fraser, depuis l'estuaire jusque au-delà de la rivière Morkill en amont, au nord-ouest de McBride (Yarmish et Toth, 2002; figure 5). On le trouve dans les grands affluents (notamment les rivières Harrison, Nechako et Stuart, dans les tronçons inférieurs des rivières Bowron, McGregor et Torpy), de même que dans les grands lacs (comme les lacs Fraser, Takla, Trembleur, Stuart, Williams et Harrison). Dans le bassin du Columbia, l’espèce est présente dans le chenal principal, dans la rivière Kootenay et dans le cours inférieur de la rivière Pend d’Oreille, de même que dans les grands réservoirs (dont les réservoirs Kootenay, Arrow et Duncan). Malgré quelques mentions anecdotiques d'esturgeons blancs dans le lac Okanagan, la présence de l'espèce dans ce bassin n'a jamais été confirmée (S. Matthews, ministère de la Protection de l’eau, de l’air et des terres de la Colombie-Britannique, comm. pers.). L’esturgeon blanc a été identifié dans plusieurs cours d'eau de l'île de Vancouver, mais il n'y réside pas. Après vérification, des esturgeons observés dans les rivières Skeena et Nass et dans le fleuve Yukon se sont révélés être des esturgeons verts (Lane, 1991).


Figure 4 : Répartition nord-américaine et mondiale de l'esturgeon blanc (Acipenser transmontanus) en eau douce

Figure 4 : Répartition nord-américaine et mondiale de l'esturgeon blanc (Acipenser transmontanus) en eau douce.

Dans le bassin du Fraser, l'aire de répartition de l'espèce couvre environ 1 100 km de l'habitat du chenal principal, 400 km des rivières Nechako et Stuart, en plus des zones de confluence des principaux affluents (RL&L, 2000). La zone d'occurrence des populations dans le bassin correspond sans doute de près à leur répartition historique (tableau 1). Une étude entreprise par l’intermédiaire du conseil tribal Carrier-Sekani a tenté de confirmer la limite supérieure de la répartition de l'esturgeon blanc dans la rivière Nechako, mais n’a pu tirer de conclusions à cause d’incohérences dans les informations (D. Cadden, ministère de la Protection de l'eau, de l'air et des terres de la Colombie-Britannique, comm. pers.).

Les populations du Columbia et de la Kootenay sont isolées et fragmentées au-dessus et entre les barrages (Cannings et Ptolemy, 1998; figure 3). Dans le Columbia, on rencontre des esturgeons blancs depuis l'extrémité supérieure du réservoir Arrow jusqu'au barrage Grand Coulee aux États-Unis, soit sur une distance de quelque 500 km coupée environ à mi-parcours par le barrage HLK. Le barrage Revelstoke, dont la construction s'est terminée en 1984, a éliminé un tronçon de 130 km d'écoulement libre en amont, entre le réservoir des lacs Arrow et le barrage Mica. Un canyon dans ce tronçon pourrait avoir abrité une aire de fraye avant d'être inondé (Hildebrand et al., 1999). Le barrage Mica pourrait avoir aliéné plus de 250 km de milieu fluvial; des mentions anecdotiques indiquent en effet que des individus isolés pourraient encore fréquenter le réservoir Kinbasket et le chenal principal d’amont du Columbia, jusqu'à Spillimacheen. D'après des renseignements obtenus auprès d'Anciens des Premières Nations, les esturgeons pourraient à l’occasion avoir suivi les saumons vers l’amont à la recherche de nourriture, mais ils ne résidaient pas dans ce tronçon du fleuve (Failing et Gregory, 2003). La construction du barrage Waneta a également bloqué l’accès à la rivière Pend d’Oreille (UCRRP, 2002).


Figure 5 : Répartition de l’esturgeon blanc (Acipenser transmontanus) en eau douce au Canada

Figure 5 : Répartition de l’esturgeon blanc (Acipenser transmontanus) en eau douce au Canada.

 

Tableau 1 : Zone d'occupation et zone d'occurrence de l'esturgeon blanc au Canada
Population d’esturgeonsRégionAire de répartition actuelle estimativeAire de répartition historique estimative
Zone
d'occupation
(km2)
Zone
d'occurrence
(km2)
Zone
d'occupation
(km2)
Zone
d'occurrence
(km2)
SP1Cours inférieur du Fraser5002 360> 5002 360
SP2Cours moyen du Fraser9809 7009809 700
SP31Cours supérieur du Fraser702 970702 970
SP42Rivière Nechako47010 720> 47010 720
SP53Cours supérieur du Columbia44012 190< 95017 380
SP63,4Rivière Kootenay4806 780< 5507 930
TotalColombie-Britannique2 87044 720< 3 45051 060

Estimations des superficies fournies par S. Cheesman (ministère de la Gestion durable des ressources de la Colombie-Britannique, Aquatic Information Branch, Victoria [C.-B.]) et établie à l'aide du BC Watershed Atlas (un produit numérique basé sur les cartes au 1:50 000 des avis à la navigation) et d’ArcView.

1 Les estimations pour SP3 sont des estimations préliminaires étant donné que les études sur la répartition et l'habitat ne sont pas terminées.
2 Les estimations pour SP4 ne tiennent pas compte de la possibilité d’une réduction de l'habitat en aval à cause de l'altération des conditions.
3 Les estimations de la zone d'occupation historique pour SP5 et SP6 sont élevées parce qu'elles sont basées sur les conditions existantes de retenue des eaux.
4 Les estimations de l'aire de répartition historique pour SP6 ne comprennent pas la région située en Colombie-Britannique, entre Canal Flats et la frontière internationale (le tronçon au-dessus des chutes Kootenai, au Montana), étant donné que les données historiques anecdotiques n'ont pas été vérifiées. Lorsqu'on inclut cette région, la zone d'occupation passe à 640 km2 et la zone d'occurrence à 18 358 km2.

La population de la rivière Kootenay (rivière Kootenai aux États-Unis) migre librement entre le lac Kootenay, en Colombie-Britannique, et les chutes Kootenai, au Montana. D'après des données anecdotiques historiques, l'esturgeon blanc aurait été présent au-dessus des chutes, au Montana comme en Colombie-Britannique (Duke et al., 1999). Cette information n'a pas été confirmée, mais si elle s'avérait, l'espèce pourrait avoir occupé une aire s’étendant jusqu'à Canal Flats en Colombie-Britannique, soit en gros 120 km en amont de la limite supérieure actuelle de sa répartition. Ces données ne sont pas incluses dans les estimations courantes de l'aire de répartition historique (tableau 1), car elles n'ont pas été vérifiées. Des individus isolés ont été observés dans le lac Slocan et le réservoir Duncan, ce qui donne à penser que ces localités ont été occupées, du moins de façon saisonnière, avant la construction des barrages Brilliant et Duncan; il s'agit d'une perte d'habitat de 130 km.