Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saule à bractées vertes (Salix chlorolepis) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification

Nom scientifique :

Salix chlorolepis Fernald in Rhodora 7:186. 1905.

Synonymes pertinents :

aucun

Nom français :

saule à bractées vertes

Nom anglais :

green-scaled willow

Nom de la famille :

Salicaceae (famille des saules)

Le saule à bractées vertes appartient à un genre qui compte environ 450 espèces, dont 103 en Amérique du Nord (Argus, 1997). Un certain nombre de taxinomistes ont divisé le genre Salix en plusieurs sous-genres et sections. Le saule à bractées vertes a été classé dans le sous-genre Chamaetia (Dumortier) Nasarov et, plus précisément, dans la section Myrtilloides (Borrer) Andersson (Argus 1997; idem, 1999; idem, 2004). Le statut taxinomique du saule à bractées vertes est controversé, car Dorn (1976) pense qu’il s’agit d’un hybride entre le Salix brachycarpa et le Salix pedicellaris, tandis qu’Argus (1965, 1997) est d’avis qu’il est possible que le saule à bractées vertes soit une forme glabre du Salix brachycarpa. Malgré tout, Argus (1965, 1997, 1999, 2004) continue de reconnaître le saule à bractées vertes comme espèce distincte.

Description morphologique

Le saule à bractées vertes est un arbuste nain ramifié aux rameaux érigés (figures 1 et figure2), atteignant généralement de 10 à 30 cm et parfois jusqu’à 100 cm de hauteur (Fernald, 1905). Les feuilles possèdent de courtes tiges et sont initialement glauques (recouvertes d’une couche blanche et cireuse) des deux côtés, la face supérieure devenant verte par la suite. Par ailleurs, les feuilles sont entières devenant glabres, lancéolées ou elliptiques-oblongues et obovées dans l'apex. Elles mesurent de 10 à 25 mm de longueur et de 4 à 14 mm de largeur. Les bractées herbacées des chatons sont glabres, de couleur olivacée et rétuses (figure 3). Elles mesurent de 2 à 3 mm de longueur et sont persistantes durant la maturation de la capsule. Les chatons possèdent de courtes tiges et sont ovoïdes ou cylindriques, mesurant de 5 à 13 mm de longueur. Les fleurs staminées possèdent 2 glandes basales. Le filament est pâle, glabre et mesure 5 mm de longueur¸ tandis que les deux anthères mesurent chacune 0,7 mm de longueur. Les fleurs pistillées ont un style de 0,5 à 1,3 mm de longueur et des stigmates bifides qui sont étroits, allongés et divergents. Le fruit (figure 1) est une capsule glabre qui possède une courte tige et mesure 4 mm de longueur (Argus, 1965; Coursol, 2001). Le numéro du chromosome est 2n=38 (Gervais, 1995). Une description plus détaillée sur certains caractères morphologiques du saule à bractées vertes est disponible dans Argus (1965, 2004).

Figure 1. Illustration du saule à bractées vertes (dessin de Réjean Roy) : forme de croissance (x 0,75) et pistil (x 10).

Illustration du saule à bractées vertes (dessin de Réjean Roy) : forme de croissance (x 0,75) et pistil (x 10)

Figure 2. Saule à bractées vertes femelle

Saule à bractées vertes femelle

Figure 3. Fruit du saule à bractées vertes

Fruit du saule à bractées vertes

La couleur verte de la bractée, que l’on a pensé être un des deux traits distinctifs avec les capsules glabres chez le saule à bractées vertes, (Fernald, 1905; idem, 1950), est plutôt corrélée avec l'étape du développement ontogénétique et n’est pas limitée à cette espèce. Une analyse comparative entre le saule à fruits courts (Salix brachycarpa) et le saule à bractées vertes montre une saisissante corrélation entre le développement floral et la couleur des bractées (Argus, 1965). Les chatons à l’anthèse (moment de l’épanouissement des fleurs et de la libération du pollen) ont principalement des bractées vertes et ceux après l’anthèse ont des bractées de couleur jaune à fauve. Il y a une séquence continue de couleurs intermédiaires si les processus ontogénétiques et les différences génétiques entre les individus sont pris en considération. La fréquence élevée des bractées vertes lors de la floraison du saule à fruits courts apporte un questionnement sur la validité de l'utilisation de la couleur de la bractée pour le distinguer du saule à bractées vertes (Argus, 1965).

Il est difficile de différencier le saule à bractées vertes du saule à fruits courts. Les principales différences, selon Schneider (1918), sont le filament glabre sur le saule à bractées vertes alors qu’il est plus ou moins pileux chez le saule à fruits courts, ainsi que la présence de nombreux stomates sur la face supérieure du saule à bractées vertes alors qu’il n’y a aucun stomate sur la surface supérieure du saule à fruits courts. Cependant, Argus (1965) arrive avec des conclusions différentes et dénombre neuf spécimens avec des stomates sur la face supérieure et 10 spécimens sans stomates sur cette face chez le saule à fruits courts. Encore ici, la présence des stomates sur la face supérieure ne peut être utilisée pour distinguer le saule à bractées vertes du saule à fruits courts.

Argus (1965) utilise les sept critères suivants pour distinguer le saule à bractées vertes et le saule à fruits courts :

Saule à bractées vertes (Salix chlorolepis)

Saule à fruits courts (Salix brachycarpa)

rameaux et bourgeons glabres ou pruineux

rameaux et bourgeons non pruineux et densément velus

feuilles glabres, sauf une frange marginale chez certains individus

feuilles densément velues

chaton avec peu de fleurss

chaton avec beaucoup de fleurs

bractées glabres et pruineuses (avec une floraison en surface)

bractées non pruineuses et velues

ovaires et capsules glabres

ovaires et capsules densément velues

style long et indivisé

style court et divisé

filament glabre

filament velu