Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saule à bractées vertes (Salix chlorolepis) au Canada

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Le saule à bractées vertes croît dans des habitats pauvrement végétalisés sur les pentes rocheuses stabilisées de serpentine à l'étage alpin, entre les cailloux et les graviers ou sur une mince couche de sol sec ou moyennement humide et très ensoleillé (Lavoie et Fleurbec, 1995; Coursol, 2001). Plusieurs individus ont été trouvés en 2004 sur des blocs de serpentine légèrement surélevés au milieu d’un ruisseau intermittent. Des récoltes historiques mentionnent la présence du saule à bractées vertes dans les milieux tourbeux sur le plateau du sommet (Lavoie et Fleurbec, 1995), mais aucun individu n’a été localisé malgré plusieurs kilomètres de transects sur le plateau en 2004 (figure 5). L’habitat du saule à bractées vertes est fortement associé à une altitude variant entre 825 et 1 050 m avec une forte concentration d’individus dans les environs de 925 à 950 m (figure 5 et figure6).

Figure 5. Occurrences connues du saule à bractées vertes sur le mont Albert regroupées en quatre populations potentielles selon des séparations bidimensionnelles d’au moins 1 kmentre les plants les plus proches de populations adjacentes.

Occurrences connues du saule à bractées vertes sur le mont Albert regroupées en quatre populations potentielles selon des séparations bidimensionnelles d’au moins 1 kmentre les plants les plus proches de populations adjacentes

Figure 6. Habitat du saule à bractées vertes dans le cirque du lac Plaqué Malade.

Habitat du saule à bractées vertes dans le cirque du lac Plaqué Malade

Le polystic des rochers (Polystichum scopulinum) et la minuartie de la serpentine (Minuartia marcescens) sont deux espèces menacées au Québec (Loi sur les espèces menacées ou vulnérables) et qui partagent parfois le même habitat que le saule à bractées vertes sur le mont Albert. On y retrouve aussi des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec (Tardif et al., 2005) comme l’adiante des Aléoutiennes (Adiantum aleuticum), l’aspidote touffue (Aspidotis densa), le chardon mutique variété des montagnes (Cirsium muticum var. monticolum), la fétuque du mont Alta (Festuca altaica) et la verge d’or simple à bractées vertes (Solidago simplex subsp. simplex var. chlorolepis).

Tendances en matière d’habitat

Le saule à bractées vertes est protégé dans l’ensemble de son aire. Au Québec, tous les sites de la population du mont Albert sont situés dans le parc provincial de la Gaspésie, et cette section du parc a été désignée « zone de préservation extrême ». Aucune activité humaine n’y est permise, à l’exception de la randonnée pédestre sur deux sentiers. Les perturbations les plus importantes se limitent au piétinement par les individus qui longent le Sentier international de des Appalaches que l’on trouve sur le mont Albert. Aucune autre menace à long terme n’est à prévoir, à moins que le ski alpin hors piste ne se développe dans d’autres secteurs du mont Albert. Il faudrait alors étudier l’importance des perturbations que les avalanches pourraient causer à l’habitat du saule à bractées vertes, mais elle semble faible,voire nulle.

Le mont du Sud est situé à 12 km au sud-ouest du mont Albert, dans le parc provincial de la Gaspésie, et comporte un certain nombre d’espèces serpentinicoles alpines, dont la minuartie de la serpentine. Une courte visite du site en 2004 avait été planifiée en fonction des rapports préliminaires du Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ) indiquant une faible superficie de serpentine (300 m de longueur) mais la superficie potentielle est d’au moins 1,5 km de longueur. Quelques individus du saule à fruits courts ont été aperçus au sommet d’un éboulis à une altitude de 650 m, ce qui est beaucoup plus bas que les populations du mont Albert. La durée de la visite en 2004 n’a pas permis de découvrir des saules à bractées vertes, mais le site présente un potentiel très élevé malgré une altitude d’environ 800 m (figure 5).

Le mont Olivine qui est aussi situé dans le parc provincial de la Gaspésie à 2 km à l’est du mont Albert, comporte également quelques espèces serpentinicoles, mais une visite en 2002 n’avait pas permis de trouver le saule à bractées vertes (figure 5). Le site mesure 1,7 km de longueur et 600 m de largeur sur le sommet et le versant est de la montagne. Il est peu probable d’y trouver le saule à bractées vertes parce que l’altitude y est d’environ 670 m et que le versant est moins exposé aux vents dominants.

Protection et propriété

Actuellement, le site québécois est situé dans les limites d’un territoire protégé : le parc provincial de la Gaspésie.