Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Résumé

 

En juin 2003, le méné d’argent de l’Ouest (Hybognathus argyritis) a été inscrit officiellement à l’Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) comme « espèce menacée¹ », une désignation qui exige l’achèvement d’un programme de rétablissement dans les quatre années suivantes. Dans la même veine, le gouvernement de l’Alberta va également exiger un plan de rétablissement pour cette espèce dans les deux années suivant son inscription comme « espèce menacée » en vertu de la loi intitulée Wildlife Act de l’Alberta. En mars 2004, l’équipe de rétablissement des espèces de poissons en péril de la rivière Milk s’est réunie pour élaborer un programme conjoint fédéral-provincial de rétablissement du méné d’argent de l’Ouest afin de répondre aux exigences des processus fédéral et provincial. L’équipe est composée de représentants du gouvernement fédéral (Pêches et Océans Canada) et d’organismes provinciaux (Alberta Sustainable Resource Development et Alberta Environment) responsables de la gestion des pêches et des ressources naturelles. Elle comprend également quatre personnes représentant respectivement le Milk River Watershed Council of Canada (MRWCC), le Southern Alberta Environmental Group, la Milk River Ranchers’ Association et les comtés de Cardston, de Forty Mile et de Warner, les villages de Coutts et de Warner et la ville de Milk River. La sélection des membres de l’équipe s’est établie en fonction de la diversité des intérêts représentés pour la conservation des espèces et des répercussions potentielles qu’imposera à la communauté locale l’application du plan de rétablissement.

Bien que son aire de répartition et son abondance soient demeurées relativement stables au Canada depuis que l’espèce a été identifiée pour la première fois dans la rivière Milk, le méné d’argent de l’Ouest continue d’être considéré comme une espèce en péril en raison de son aire de répartition extrêmement limitée au pays. En conséquence, le but et les objectifs du programme de rétablissement se concentrent sur la protection et le maintien de la population actuelle dans son aire de répartition actuelle plutôt que sur le rétablissement de la population et la restauration de l’habitat.

Le programme de rétablissement présente le méné d’argent de l’Ouest et ses besoins de même qu’une évaluation des menaces qui pèsent sur cette espèce. Il décrit également une vaste approche axée sur le rétablissement de l’espèce et fondée sur l’information disponible. Son but est « de protéger et de maintenir une population autonome de ménés d’argent de l’Ouest dans son aire de répartition actuelle dans la rivière Milk ». Les principaux objectifs du programme sont les suivants :

  1. mesurer et maintenir les effectifs actuels de la population;
  2. désigner et protéger l’habitat essentiel;
  3. définir les menaces potentielles issues des activités humaines et des processus écologiques, et élaborer des plans afin d’éviter, d’éliminer ou d’atténuer ces menaces.

Quatre approches générales sont proposées afin que l’on puisse atteindre ce but et les objectifs fixés, à savoir la recherche, la surveillance, la tenue d’activités de gestion et de réglementation de même que l’éducation et la vulgarisation. Chacune de ces approches comporte un certain nombre de stratégies particulières qui renferment une gamme d’outils disponibles pour assurer la protection et la gestion de l’espèce et pour réduire ou éliminer les menaces qui pèsent sur sa survie.

Le Programme de rétablissement du méné d’argent de l’Ouest sera soumis à une révision annuelle par l’équipe de rétablissement. Il a une durée de vie établie de cinq ans, après quoi il sera passé en revue et corrigé si nécessaire par l’équipe de rétablissement.