Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le milandre au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

La pêche intense qui a visé le milandre de 1937 à 1949 dans toute son aire migratoire du nord-est du Pacifique a sans doute rapidement épuisé la biomasse adulte de l’espèce, ce qui a causé l’effondrement de la pêche (Walker, 1999; Ebert, 2003). Depuis ce temps, le milandre n’a fait l’objet d’aucun intérêt commercial ou scientifique, les autorités responsables des pêches des États-Unis et du Canada se contentant d’en signaler les débarquements ou les prises accessoires. Il fait actuellement l’objet d’une pêche récréative non déclarée au large de la Californie (Ebert, 2001). Il manque clairement d’information pour comprendre la situation de cette espèce.

On ignore dans quelle mesure le stock s’est rétabli ou s’il est resté décimé depuis les années 1940. Selon Walker (1999), même si la pêche s’est effondrée dans les années 1940, il est peu probable que le stock ait été complètement épuisé, car, comme les pêcheurs visaient surtout des milandres de grande taille durant cette brève période et ne capturaient que peu de petits juvéniles qui n’auraient pas été recrutés à la pêche avant plusieurs années, le stock se serait probablement rétabli après la fin de la pêche. Toutefois, on ignore si la pêche récréative non déclarée et les petites pêches commerciales depuis les années 1950 ont nui au rétablissement. Depuis les années 1940, il n’y a eu aucune mesure incitative importante pour pêcher le milandre dans le nord-est du Pacifique. D’autres requins comme le requin renard (Alopias vulpinus) et le requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus) valent plus sur le marché et sont plus faciles à capturer que le milandre (Walker, 1999). Les captures et la mortalité de milandres en eaux canadiennes sont inconnues, mais elles sont sans doute inférieures à 3 t/an, tandis que les captures aux États-Unis se chiffrent actuellement à environ 21 t/an, ce qui donne un prélèvement total estimé de 24 t/an dans le nord-est du Pacifique. 

En 7 ans, de 1938 à 1944, environ 15 600 t de milandres auraient été prélevées le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord, quantité qui peut servir d’estimation indirecte de la population historique minimale. On ignore la biomasse et le niveau de rétablissement de la population actuelle.