Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du chevalier cuivré au Canada – Mise à jour

Résumé technique

Moxostoma hubbsi

Chevalier cuivré
Copper redhorse

Zone d’occurrence au Canada : Québec


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence km2
Déterminée d’après l’aire de répartition actuelle de la figure 5.
2 089 km2




Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
Zone d’occurrence historique déterminée d’après l’aire de répartition historique de la figure 5.
Zone d’occurrence historique : 6 119 km2
La perte est estimée à environ 66 % depuis la découverte de l’espèce par Legendre en 1942.

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Non



Superficie de la zone d’occupation (km2)
Estimée d’après la superficie des tronçons de cours d’eau constituant l’aire de répartition actuelle de la figure 5.
69 km2






Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue)
Zone d’occupation historique estimée d’après la superficie des tronçons de cours d’eau (et du lac Saint-Pierre) constituant l’aire de répartition actuelle de la figure 5.
555 km2
La perte est estimée à environ 88 % depuis la découverte de l’espèce par Legendre en 1942.




Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Non



Nombre d’emplacements existants
3

Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin



Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?
Non



Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue)
En déclin


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).
Durée actuelle d’environ 25 ans; durée normale probablement de 20 ans.


Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).
De quelques centaines à quelques milliers au plus.


Tendance de la population quant au nombre d’individus matures (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).
En déclin
Population vieillissante
Recrutement extrêmement faible

S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).
Inconnu





Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Inconnu



La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de  ≤ 1 individu/année)?
À l’étude







Énumérer chaque population et donner le nombre d’individus matures dans chacune.
À l’étude



Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
Inconnu



Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?
À l’étude


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • Intensification des activités agricoles qui conduit à l’eutrophisation, l’envasement et la contamination des cours d’eau
  • Déboisement
  • Urbanisation
  • Fragmentation de l’habitat par la présence de nombreux barrages
  • Fréquentation de la plus importante et prometteuse des deux seules frayères connues, celle des rapides de Chambly, par les plaisanciers durant la période de fraye et d’incubation des œufs
  • Incertitude reliée aux tendances hydrologiques à la baisse du fleuve Saint-Laurent
  • Introduction de la tanche, espèce ubiquiste et potentiellement compétitrice, dans la rivière Richelieu
  • Changements au sein des communautés benthiques susceptibles de survenir à cause de la présence de la moule zébrée et suite aux constats de la dégradation de l’habitat (envasement et contamination)


Effet d’une immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?
Non


Statut ou situation des populations de l’extérieur?
s.o.


Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Non


Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
s.o.


Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
s.o.



Analyse quantitative

Analyse impossible


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce en voie de disparition
Cote alphanumérique : A2c; B1ab(v)+2ab(v)

Justification de la désignation : Cette espèce est endémique au Canada, où sa présence n'a été observée qu'à trois emplacements du sud-ouest du Québec, ce qui ne représente peut-être qu'une seule population. La répartition et l'abondance de cette espèce ont extrêmement diminué parce qu'un certain nombre de facteurs d'origine humaine (p. ex. l'expansion urbaine, les pratiques agricoles et la construction de barrages) ont entraîné une diminution de la qualité de l'eau et de l'habitat disponible. L'introduction récente d'espèces exotiques, comme la moule zébrée, aura peut-être d'autres répercussions sur la qualité de l'habitat.


Application des critères

Critère A (Population totale en déclin) :
La durée d’une génération est actuellement de 25 ans et correspond à une population vieillissante. Elle était probablement plus proche de 20 ans dans un passé récent. L’espèce peut donc être classée comme en voie de disparition, A2c, étant donné qu’on a noté une diminution de 88 % de la zone d’occupation depuis 62 ans.

Critère B (Aire de répartition peu étendue, et déclin ou fluctuation) :
La zone d’occurrence (2 089 km2) et la zone d’occupation (69 km2) sont nettement au-dessous du seuil minimal de désignation d’une espèce en voie de disparition. L’espèce est actuellement présente dans seulement trois emplacements. On prévoit que le nombre d’individus matures va diminuer étant donné que le recrutement est extrêmement faible. L’espèce peut donc être classée comme en voie de disparition, B1+2a(v).

Critère C (Petite population totale et déclin) :
Le nombre d’individus matures est estimé à quelques centaines ou quelques milliers au maximum, et on prévoit que le déclin va se poursuivre au rythme de 20 % sur les deux prochaines générations (50 ans) du fait que la population est vieillissante et le recrutement extrêmement faible. L’espèce peut être classée comme en voie de disparition, C1, mais la fiabilité de ces chiffres est très contestable. L’espèce peut donc être classée comme menacée, C1.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition restreinte) :
Le nombre d’individus matures est supérieur au seuil minimum. Toutefois, on connaît seulement deux frayères, situées dans la même rivière, et l’espèce peut donc être classée comme menacée, D2.

Critère E (Analyse quantitative) :
Aucune donnée permettant d’appliquer ce critère n’est disponible.