Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du chevalier cuivré au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

Actuellement, le chevalier cuivré ne se trouve nulle part ailleurs au monde qu’au Québec (figure 5). Depuis 1942, tous les spécimens ont été recensés dans les cours d’eau de la plaine du Saint-Laurent (sud-ouest du Québec), soit dans les rivières Maskinongé, des Mille-Îles, Noire, Richelieu, Yamaska et dans quelques sites localisés du fleuve Saint-Laurent, soit les eaux rapides des chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil, le secteur Lavaltrie-Contrecœur et le lac Saint-Pierre.

Très récemment, l’identification d’un fragment d’appareil pharyngien fossilisé de chevalier cuivré provenant de l’Indiana a permis de confirmer que l’espèce y était présente au Pléistocène, soit il y a entre 11 000 et 1,8 million d’années (R.E. Jenkins, professeur au Roanoke College, Virginie, comm. pers.).


Aire de répartition canadienne

Malgré de nombreux inventaires ichtyologiques réalisés depuis sa découverte, le chevalier cuivré n’a jamais été recensé dans d’autres cours d’eau (figure 5, tableau 1). En outre, son aire de répartition va en rétrécissant depuis quelques décennies. La diminution des zones d’occurrence et d’occupation de l’espèce est très considérable. Actuellement, leurs superficies sont estimées respectivement à 2 089 km2 et à 69 km2 alors qu’elles étaient approximativement de 6119 km2 et de 555 km2 au début des années 1940. Aucun spécimen n’a été capturé dans le cadre d’échantillonnages systématiques récents faits dans divers secteurs du fleuve Saint-Laurent, dont les lacs Saint-Pierre (1995, 1997, 2002, 2003) et Saint-Louis (de 1988 à 1990 et 1997) (Dumont, 1996; Fournier et al., 1996, 1998ab; FAPAQ, données inédites). Pourtant en 1942, quatre spécimens ont été capturés dans les chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil à la tête du lac Saint-Louis (rivière des Outaouais) par Legendre (1942), et un par Vladykov au lac Saint-Pierre. Six autres ont été trouvés au lac Saint-Pierre, dont deux en 1944 (Cuerrier et al., 1946), un en 1947 ainsi que trois en 1971 dans son archipel (chenaux de Sorel et de Berthier) (Massé et Mongeau, 1974). Aucun chevalier cuivré n’a été rapporté dans les échantillonnages effectués de 1997 à 1999 dans la rivière des Outaouais et certains de ses tributaires dans le cadre d’une étude portant sur le chevalier de rivière (Campbell, 2001).

La rivière des Mille-Îles abrite probablement un groupement restant. Depuis la capture de douze spécimens en 1971 et en 1973 (Mongeau et Massé, 1976) dans l’ensemble de la rivière, seulement trois autres individus y ont été recensés, dont un à la tête de la rivière (rapides du Grand-Moulin) en 1980 (Massé et al., 1981) et deux en 1996 tout près de sa confluence avec la rivière des Prairies, soit en aval du barrage situé près de l’île du Moulin à Terrebonne (FAPAQ, données inédites).

Le chevalier cuivré a été recensé pour la première fois dans la rivière Yamaska au cours des années 1940 par Vladykov. Certaines parties d’un spécimen, capturé par Vladykov le 19 juin 1948 près de Saint-Césaire, sont actuellement en collection à la Cornell University (CU 25512) (R. E. Jenkins, professeur au Roanoke College, Virginie, comm. pers.). L’espèce a par la suite été trouvée en abondance durant les années 1960 dans les rivières Yamaska (en amont du barrage de Saint-Hyacinthe) et Noire (Mongeau et al., 1986, 1992). À l’époque, ces rivières se classaient, dans l’ordre, au second et au troisième rang quant au nombre de spécimens recensés (Mongeau et al., 1986). Aujourd’hui, malgré des visites dans le secteur effectuées de 1976 à 1978 (Buth, 1978; Harvey, 1979), en 1985 (Mongeau et al., 1986), en 1991 (La Violette, 1996), en 1992 (Boulet et al., 1995) et en 1995 (La Violette, 1999), seule une nouvelle mention a été rapportée en 1992 dans la rivière Yamaska (Boulet et al., 1995). Compte tenu de la détérioration des habitats dans ces rivières, les populations y sont vraisemblablement presque éteintes.


Figure 4 : Répartition mondiale du chevalier cuivré

Figure 4 : Répartition mondiale du chevalier cuivré.


Figure 5 : Aire de répartition historique et actuelle du chevalier cuivré

Figure 5 : Aire de répartition historique et actuelle du chevalier cuivré (carte réalisée par Chantal Côté, Société de la faune et des parcs du Québec).

Carte réalisée par Chantal Côté, Société de la faune et des parcs du Québec.

Depuis 1998, la présence du chevalier cuivré dans le secteur Lavaltrie-Contrecœur (fleuve Saint-Laurent) est à nouveau enregistrée chaque année (au printemps et à l’automne) grâce à la collaboration d’un pêcheur commercial qui pêche au verveux et au filet maillant (Vachon et Chagnon, 2004; FAPAQ, données inédites). Les dernières mentions de l’espèce dans ce tronçon du fleuve remontaient à 1973 alors que quatre spécimens avaient été capturés entre Verchères et Contrecœur (Massé et Mongeau, 1976). Soulignons que, malgré une couverture assez exhaustive du secteur par des pêches réalisées à l’été et à l’automne à quelque 97 sites de 1991 à 1993 (Nilo, 1996) et un échantillonnage systématique du tronçon Montréal-Sorel en 2001 dans le cadre du RSI (Réseau de suivi ichtyologique) (FAPAQ, données inédites), aucun chevalier cuivré n’a été capturé. L’échantillonnage avait été réalisé à la senne de plage et avec des filets maillants expérimentaux. Même si la découverte de ce nouveau groupement est extrêmement intéressante et que des spécimens présentant des signes évidents d’activités de reproduction y ont été trouvés, la présence d’une frayère dans le secteur n’a pu être démontrée (Vachon et Chagnon, 2004).

À l’heure actuelle, le seul groupement dont la reproduction est confirmée se trouve dans la rivière Richelieu. Depuis que les premiers individus y ont été recensés en 1965, les mentions surviennent régulièrement. L’espèce a été trouvée à 30 sites répartis dans l’ensemble de la rivière à partir du bassin de Chambly jusqu’à son embouchure (Sorel) dans le cadre d’un échantillonnage systématique effectué de 1968 à 1970 (Mongeau, 1979b). En 1995, un autre échantillonnage systématique de la rivière Richelieu, bien que moins intensif que le précédent, a conduit à la capture d’un seul individu (Saint-Jacques, 1998). De nombreuses études, réalisées localement, ont toutefois permis de capturer des géniteurs et du frai à Chambly et à Saint-Ours (Branchaud et Fortin, 1998; Branchaud et Gendron, 1993; Branchaud et al., 1993, 1995; Boulet et al., 1995, 1996; Dumont et al., 1997; La Haye et al., 1992, 1993; La Haye et Clermont, 1997; Mongeau et al., 1986, 1992) et des jeunes de l’année, particulièrement dans le secteur de Saint-Charles-sur-le-Richelieu (Boulet et al., 1995, 1996; Vachon, 1999ab, 2002).


Tableau 1 (Système fleuve Saint-Laurent) : Principaux échantillonnages et travaux de terrain dans les cours d’eau du sud du Québec depuis les années 1960 et mentions du chevalier cuivré dans chacun des plans d’eau.
Système fleuve Saint-LaurentMention de captureÉchantillonnage systématique ou de grande envergure/travaux de terrain
premièredernièreAn1Référence
Lac des Deux-Montagnes--1964 à 1966Mongeau et Massé, 1976
Lac des Deux-Montagnes--1975-1976Sloterdijk, 1977
Ouest de l’île de Montréal

Chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil à la tête du lac Saint-Louis
194219451965 à 1968Mongeau et Massé, 1976
Ouest de l’île de Montréal

Chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil à la tête du lac Saint-Louis
194219451975-1976Sloterdijk, 1977
Ouest de l’île de Montréal

Chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil à la tête du lac Saint-Louis
194219451988 à 1990Dumont, 1996
Ouest de l’île de Montréal

Chenaux de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Vaudreuil à la tête du lac Saint-Louis
194219451997Fournier et al., 1998b (RSI) 2
Rivière des Mille-Îles197119961971, 1973Mongeau et Massé, 1976
Rivière des Mille-Îles197119961975-1976Sloterdijk, 1977
Rivière des Mille-Îles197119961980Massé et al., 1981
Rivière des Mille-Îles197119961996FAPAQ, données inédites
Rivière des Prairies--1971-1972Mongeau et Massé, 1976
Rivière des Prairies--1975-1976Sloterdijk, 1977
Rivière des Prairies--1982-1983Provost et al., 1982; Provost et Fortin, 1984
Rivière des Prairies--1982 à 1985Dumont et al., 1987
Rivière des Prairies--1986 à 1988Gendron, 1986, 1987, 1988
Rivière des Prairies--1995 à 1999Fortin et al., 2002 (Centrale hydroélectrique de la rivière des Prairies)
Sud et est de l’île de Montréal

Du pont Mercier à Sorel
197320041973, 1977Mongeau et Massé, 1976;
Massé et Mongeau,1976;
Mongeau et al., 1980
Sud et est de l’île de Montréal

Du pont Mercier à Sorel
197320041975-1976Sloterdijk, 1977
Sud et est de l’île de Montréal

Du pont Mercier à Sorel
197320041991 à 1993Nilo, 1996
Sud et est de l’île de Montréal

Du pont Mercier à Sorel
197320042001FAPAQ, données inédites (RSI)
Sud et est de l’île de Montréal

Du pont Mercier à Sorel
197320041998 à 2004Vachon et Chagnon, 2004; FAPAQ, données inédites
Lac Saint-Pierre et son archipel194419711971-1972Massé et Mongeau, 1974
Lac Saint-Pierre et son archipel194419711975-1976Sloterdijk, 1977
Lac Saint-Pierre et son archipel194419711995, 1997Fournier et al., 1996, 1998a
Lac Saint-Pierre et son archipel194419712002-2003FAPAQ, données inédites (RSI)

 

Tableau 1 (Tributaires) : Principaux échantillonnages et travaux de terrain dans les cours d’eau du sud du Québec depuis les années 1960 et mentions du chevalier cuivré dans chacun des plans d’eau.
TributairesMention de captureÉchantillonnage systématique ou de grande envergure/travaux de terrain
premièredernièreAn1Référence
Maskinongé197119711963 à 1974Mongeau et al., 1981
Yamaska194819921963-1975Mongeau, 1979a
Yamaska194819921976 à 1978Buth, 1978; Harvey, 1979
Yamaska194819921985Mongeau et al., 1986
Yamaska194819921987FAPAQ, données inédites
Noire196319641991La Violette, 1996
Noire196319641992Boulet et al., 1995
Noire196319641995La Violette, 1999
Richelieu196520031968 à 1970 et 1995Mongeau, 1979b; Saint-Jacques, 1998
Richelieu196520031984, 1985, 1990 à 1994, 1996, 1997Travaux à Chambly, Saint-Ours et Saint-Marc-sur-Richelieu

Branchaud et Fortin, 1998; Branchaud et Gendron, 1993; Branchaud et al., 1993, 1995; Boulet et al., 1995, 1996, Dumont et al., 1997; La Haye et al., 1992, 1993; La Haye et Clermont, 1997; Mongeau et al., 1986, 1992
Richelieu196520031997 à 1999, 2001Vachon, 1999ab, 2002 (juvéniles)
Richelieu196520032002 et 2003Suivi de la passe migratoire à Saint-Ours
Fleury et Desrochers, 2003, 2004

1 Le caractère gras indique les années où des échantillonnages systématiques ou de grande envergure ont été faits.
2 RSI : Réseau de suivi ichtyologique.