Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

La Paruline de Kirtland (Dendroica kirtlandii)

RÉTABLISSEMENT

2.1       Justification du caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement de la Paruline de Kirtland au Canada est considéré comme réalisable sur le plan biologique et technique.

Premièrement, il existe une population source en expansion dans l'État voisin du Michigan. À mesure que la population du Michigan augmentera, il est possible que les territoires deviennent saturés et que les mâles juvéniles se dispersent à la recherche de nouveaux territoires. Il est de plus en plus possible qu'un couple nicheur de Parulines de Kirtland s'établisse en Ontario. Ce n'est qu'en 1995, à la suite de recherches intensives, que la reproduction a été confirmée dans la haute péninsule du Michigan (Probst et. al, 2003). Des mâles chanteurs ont été signalés à moins de 25 kilomètres de la frontière canadienne, près de Sault Ste. Marie (S. Sjogren, comm. pers., 2006). Des distances de dispersion des mâles juvéniles pouvant atteindre 350 km ont été rapportées, et les grands plans d'eau ne semblent pas constituer une barrière (Probst et al., 2003).L'expansion de la population dans la haute péninsule du Michigan montre que l'espèce est capable de se disperser et de s'établir là où les conditions sont favorables.

Deuxièmement, il est probable que l'habitat soit suffisant pour établir une population initiale en Ontario et qu'une grande quantité d'habitat puisse être gérée de manière à assurer la subsistance d'une population au fil du temps.En 2005, 90 % des Parulines de Kirtland du Michigan nichaient dans les plantations de pins gris établies spécifiquement pour l’espèce, ce qui suggère quela gestion active pourrait être déterminante pour la réussite du rétablissement (P. Huber, comm. pers., 2006).

Troisièmement, l'expérience américaine a démontré qu'il est possible de réduire suffisamment les menaces pour permettre aux populations de se rétablir. Tout porte à croire qu'avec des ressources suffisantes, on pourrait réduire les menaces probables en Ontario, principalement en adoptant des méthodes spécialisées de foresterie, en réduisant les populations de Vacher à tête brune et en limitant au besoin l'accès aux sites. Enfin, ces techniques de rétablissement, ainsi que plusieurs autres, ont été très bien décrites dans des publications et dans le cadre de communications avec l'équipe de rétablissement américaine et d'autres spécialistes (Michigan Department of Natural Resources, 2005).

2.2       Buts du rétablissement

Les buts du rétablissement sont les suivants :

a)   déterminer s'il existe une population nicheuse au Canada;

b)     gérer l'habitat sur des sites précis au Canada afin de favoriser le rétablissement de l’espèce.

La reproduction de la Paruline de Kirtland au Canada n'ayant pas été confirmée, il est pour l'instant impossible de fixer un objectif quantitatif de population et un objectif spécifique de répartition géographique. Si une population reproductrice est découverte, des activités de suivi et de recherche devront être entreprises afin de fixer des objectifs de population et de répartition raisonnables à l'intérieur d'un délai de cinq ans. Bien qu'aucune population reproductrice n’ait encore été détectée au Canada, la reproduction dans la haute péninsule du Michigan n'a été confirmée que tout récemment, et en 2006, la population de l’État comptait un nombre record de 1 478 mâles chanteurs. Pour ces raisons, l'habitat ontarien devrait être géré de manière à soutenir l'expansion potentielle future de l'aire de répartition mondiale de la Paruline de Kirtland au Canada.

2.3       Objectifs du rétablissement

Les objectifs du rétablissement seront poursuivis entre 2006 et 2011 :

1.     Repérer l'habitat convenable et potentiellement convenable, y effectuer des relevés et le cartographier.

2.     Faire le suivi des indices de nidification de l'espèce au Canada, et plus particulièrement en Ontario.

3.     Atteindre un profond engagement inter-organisationnel et une cogestion soutenue du programme de rétablissement par les agences et les organisations responsables et intéressées, comme le Service canadien de la faune, le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, le ministère de la Défense nationale (MDN), les sociétés forestières et le U.S. Department of Agriculture (USDA) Forest Service.

4.     Encourager le maintien et/ou l'amélioration des grands peuplements de pin gris de densité adéquate situés dans des secteurs appropriés en Ontario dans le cadre du processus de planification de la gestion forestière de la province.

5.     Faire en sorte que les propriétaires fonciers, d'autres groupes touchés (p. ex. les sociétés d'extraction des ressources) et le grand public soient sensibilisés aux besoins de l’espèce et tiennent compte de ces besoins.

Il est possible qu'aucune population nicheuse ne soit localisée avant 2010. Par conséquent, les objectifs suivants ne pourront peut-être pas être poursuivis avant cette date : 

6.     Désigner et protéger l'habitat essentiel.

7.     Réaliser un recensement annuel et recueillir de l'information sur les caractéristiques de l'habitat de reproduction ainsi que sur les facteurs qui le menacent.

Sans une concertation des efforts consacrés aux relevés, il est beaucoup moins probable que la présence de Parulines de Kirtland nicheuses soit confirmée au Canada. Les relevés ciblés qui visent à localiser et à cartographier l'habitat convenable et les populations nicheuses sont cruciaux car de nombreux secteurs d'habitat convenable sont d'accès difficile. La cueillette des preuves de l'expansion de la population dans la haute péninsule du Michigan et au Wisconsin a été possible grâce à des recherches intensives menées chaque année pendant vingt ans par le personnel du U.S. Fish and Wildlife Service (USFWS) et du USDA Forest Service (Probst et al., 2003).

Le fait d'encourager les organisations et les agences à communiquer rapidement entre elles (y compris les agences gouvernementales fédérales et provinciales de même que les détenteurs de droits de coupe) contribuera à soutenir les exigences de rétablissement de la Paruline de Kirtland et à sensibiliser les différents intervenants. Si une population est éventuellement découverte, le fait que les différents intervenants soient déjà sensibilisés pourrait permettre d'accélérer les efforts de rétablissement. L'importance de la collaboration ne doit pas être sous-estimée. On considère que la très grande concertation entre divers organismes, le ralliement rapide autour d'objectifs de rétablissement fondés sur la science et la gestion coopérative soutenue dans le cadre du programme de rétablissement de la Paruline de Kirtland du Michigan ont largement contribué au remarquable rétablissement de l'espèce aux États-Unis (Solomon, 1998).

Une fois la nidification confirmée, il sera essentiel de protéger les sites pour assurer la réussite de la reproduction. La Paruline de Kirtland est un oiseau extrêmement rare, et il y a fort à parier qu'elle suscitera un vif intérêt chez les ornithologues et les naturalistes de l’Ontario. Les perturbations anthropiques devront cependant être réduites au minimum pour assurer la réussite de la reproduction. Les activités de recensement annuel, d'identification des menaces et de recherche sur l'habitat aideront à évaluer les objectifs de rétablissement, les menaces et les besoins en matière de gestion spécifiques à l’éventuelle population canadienne. Les communications avec les propriétaires fonciers, les gestionnaires des terres et les autres groupes touchés favoriseront la réussite du rétablissement par l’intendance.

2.4       Activités recommandées pour l'atteinte des objectifs de rétablissement

Les stratégies incluront des relevés d’habitat et de population visant à identifier l’habitat de reproduction potentiel et à trouver des oiseaux reproducteurs ainsi que des communications et des mesures de gestion de l’habitat, si nécessaires. Lorsque la reproduction sera confirmée, les stratégies comprendront notamment la protection de l'habitat, le suivi, la recherche, la gestion de l'habitat, les communications et l'éducation. La gestion de l’habitat utilisera des techniques et des connaissances spécialisées consignées au Michigan et élaborées au Canada. Les résultats des relevés d’habitat et de population seront utilisés pour déterminer le besoin en matière de gestion de l’habitat et le moment de la mise en place des activités de gestion. Ces dernières peuvent être mises en oeuvre avant la découverte d’une population canadienne pour favoriser l’établissement de la population mondiale et l’en faire bénéficier.

2.4.1    Tableau de planification du rétablissement

Tableau 1. Stratégies de rétablissement
PrioritéNo d’objectifStratégie généraleMenaces cibléesActivités générales

Résultats

(objectifs mesurables)

Élevée1,2RelevésS.O.

· Adopter des méthodes standard de relevés pour l'habitat convenable et les nicheurs.

· Élaborer des plans de relevés annuels.

· Réaliser des relevés de reconnaissance ciblés partout où l'on trouve de l'habitat convenable, plus particulièrement dans les secteurs suivants : Thessalon, Chapleau/Gowganda, Cartier/lac Wanapitei, Petawawa/comté de Renfrew, péninsule Bruce, île Manitoulin et Barrie/Orillia.

· Compiler toute l'information en un lieu central et coordonner les efforts annuels en fonction des résultats antérieurs. Rendre disponibles les données aux autres organisations intéressées.

· Enquêter sur les observations occasionnelles de mâles chanteurs dans l'habitat convenable au cours de la même saison afin de confirmer éventuellement la reproduction.

· Identification des méthodes, réalisation des relevés de reconnaissance ciblés.

· Établissement d'un emplacement central et d’un point de contact unique pour tous les résultats des relevés.

· Suivi des observations occasionnelles pertinentes.

· Achèvement de la cartographie de l'habitat convenable et des sites prometteurs.

Basse1RechercheS.O.· Évaluer des techniques de télémétrie satellitaire ou radio pour suivre les Parulines de Kirtland migrantes trouvées au Canada jusqu’à leurs sites de nidification.· Recours à la télémétrie pour localiser les sites de nidification des migrants.
Modérée3CommunicationsS.O.

· Encourager la communication entre le MRNO, le SCF et autres pour la coordination des efforts de relevés.

· Encourager la sensibilisation des gestionnaires à la Paruline de Kirtland afin d'obtenir la protection rapide des sites, au besoin.

· Établissement de bonnes relations entre les compétences.
Une fois la reproduction confirmée : élevée6Protection de l'habitatS.O.

· Obtenir un soutien rapide pour la protection des sites de la part des propriétaires fonciers et/ou des gestionnaires, y compris du MRNO, du MDN, des propriétaires fonciers privés ou de l'industrie forestière.

· Interdire les sites au public entre le 1er mai et le 15 août, au besoin (Sykes, 1997).

· Protéger la population nicheuse de la prédation par le Vacher à tête brune, au besoin.

· Protection des sites de toute perturbation anthropique dans l'année de leur découverte.

· Limitation ou contrôle de l'accès aux sites.

· Évaluation de la nécessité d'adopter des mesures de lutte contre le Vacher à tête brune dans l'année de la découverte et mise en œuvre de telles mesures, au besoin.

Une fois la reproduction confirmée : élevée6, 7SuiviS.O.

· Mener un recensement annuel de la population en suivant les méthodes adoptées au Michigan.

· Évaluer les besoins et les objectifs en matière de baguage.

· Cueillette de données dans le cadre d'un recensement annuel et distribution aux compétences responsables et au programme de rétablissement américain.

· Baguage achevé.

Une fois la reproduction confirmée : élevée6, 7RechercheToutes

· Mener des recherches sur les caractéristiques de l'habitat de reproduction et comparer avec les sites convenables du Michigan.

· Identifier les menaces (p. ex. déterminer l'étendue de l'habitat convenable près des sites et le niveau de prédation par le Vacher à tête brune).

· Identification des caractéristiques de l'habitat.

· Identification des principales menaces.

Modérée4,6,7Gestion de l'habitatToutes

· Consulter les spécialistes de l'espèce, y compris le personnel qui participe au programme de rétablissement américain, afin de cerner les exigences en matière de gestion et d'établir un calendrier de mise en œuvre des mesures.

· Consulter les forestiers professionnels inscrits au MRNO

· Prendre les mesures requises et faire le suivi des résultats. Adapter les mesures futures en fonction des résultats.

· Identification des mesures de gestion.

· Achèvement de la gestion de l'habitat requise.

· Suivi des mesures de gestion mises en œuvre.

Modérée5CommunicationsToutes

· Établir la communication avec les propriétaires fonciers touchés.

· Encourager l'intendance de l’habitat et l’appui au rétablissement par la sensibilisation et la planification de la gestion forestière.

· Poursuivre la coopération avec l'équipe de rétablissement américaine.

· Obtention du soutien et de l'aide des propriétaires fonciers, des gestionnaires de terres et de bénévoles.
Modérée5ÉducationToutes· Sensibiliser le public (à l'échelle régionale et provinciale) à la conservation de la Paruline de Kirtland grâce au travail de naturalistes sur le terrain et aux médias.· Sensibilisation accrue du public à la conservation de la Paruline de Kirtland et de son habitat.

2.5       Habitat essentiel

2.5.1    Désignation de l'habitat essentiel de la Paruline de Kirtland

L'habitat essentiel est défini comme « l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d'une espèce sauvage inscrite » (Loi sur les espèces en péril, Lois du Canada (2002), chapitre 29, article 2). L'habitat essentiel de la Paruline de Kirtland au Canada ne pourra être pleinement désigné que lorsque des preuves de reproduction auront été documentées. Lorsque la reproduction aura été documentée, une méthode de localisation et d'identification des caractéristiques de l'habitat essentiel en Ontario sera élaborée (voir section 2.5.2. ci-dessous).

2.5.2   Calendrier des études

Tableau 2. Calendrier des études
Date d'achèvement viséeÉtudes requisesRésultats escomptés
2006-2009Achever les relevés et la vérification sur le terrain partout où se trouve un habitat convenable, incluant : Thessalon, Chapleau/Gowganda, Cartier/lac Wanapitei, Petawawa, île Manitoulin, péninsule Bruce et Barrie/Orillia.Obtention d’un cadre pour les efforts de relevés et de suivi, et coordination des données.
2007-2011Sélectionner des sites très prometteurs et effectuer le suivi chaque année.Localisation des populations nicheuses.
2006-2011Continuer d'effectuer des relevés et d’inventorier l'habitat convenable dans d'autres secteurs de l'Ontario.Localisation des populations nicheuses.
Moins d’une saison après confirmation de la reproduction.Déterminer une méthode pour localiser et désigner l'habitat essentiel et réaliser sa cartographie.Cartographie de l'habitat essentiel pour les occurrences connues de reproduction.
Moins d’une saison après confirmation de la reproduction.Décrire l'habitat dans les lieux de reproduction au Canada : communautés végétales, densité et couverture de la végétation, autres caractéristiques de l'habitat, etc.Cueillette d'information sur l'habitat spécifique aux divers sites; gestion éclairée.
Chaque année une fois la reproduction confirmée.Mener un recensement annuel de la population canadienne.Établissement des objectifs de population pour le rétablissement au Canada.
Une fois la reproduction confirméeDésigner entièrement l’habitat essentiel potentiel.Désignation de l'habitat essentiel.

2.6       Approches existantes et recommandées pour la protection de l'habitat

Vu le manque de connaissances sur la localisation de l'habitat de la Paruline de Kirtland, il est impossible de formuler des recommandations propres aux sites pour la protection de l'habitat. Les secteurs localisés lors des relevés dont les caractéristiques correspondent aux besoins de la Paruline de Kirtland (ou les secteurs qui pourraient y correspondre grâce à des mesures de gestion) doivent être considérés comme prioritaires pour l'intendance. Des projets pilotes d'intendance pourraient être envisagés si un intérêt est exprimé. Une fois la reproduction confirmée et l'habitat essentiel désigné (tel que mentionné plus haut), les propriétaires seront identifiés et des méthodes efficaces de protection seront déterminées. L’élaboration d’accords de conservation sera encouragée.

2.7       Mesures de rendement

On considérera que le rétablissement est réussi si une population nicheuse est découverte au Canada et si son effectif et/ou sa répartition augmente au cours des cinq prochaines années. La réussite dépend donc de l'établissement ou de la découverte d'oiseaux nicheurs au Canada.

Si, une fois les relevés de reconnaissance effectués et les mentions occasionnelles étudiées, la population du Michigan continue de croître et qu'aucune occurrence de reproduction n'est relevée au Canada, les objectifs de rétablissement devront être revus dans les cinq ans afin de déterminer si l'habitat limite l'établissement de la Paruline de Kirtland.

Si une population nicheuse est détectée, on recourra à divers autres indicateurs de succès, dont les suivants :

·       succès de la protection des sites de reproduction, telle que requise, grâce aux communications, à l'intendance et aux outils légaux disponibles;

·       réalisation d'un recensement annuel et baguage;

·       réalisation de recherches sur les sites, plus particulièrement pour déterminer la nature des menaces pour la population canadienne;

·       élaboration d'un plan de gestion pour le ou les sites;

·       état des mesures de gestion (p. ex. coupe en rotation, lutte contre le Vacher à tête brune);

·       ampleur de la sensibilisation des propriétaires fonciers, des gestionnaires et du grand public, et de leur participation au processus de rétablissement.

2.8       Effets sur les espèces non ciblées

Les activités de rétablissement menées pour la Paruline de Kirtland (p. ex. relevés réguliers) permettront de réunir de l'information sur les espèces qui lui sont communément associées dans les habitats de migration ou de reproduction en Ontario. Les répercussions négatives de ces activités sur des espèces non ciblées seront limitées. Si des mesures de gestion sont mises de l'avant, les répercussions sur les espèces non ciblées seront évaluées et des mesures d'atténuation seront prises au besoin. Si d'autres espèces en péril sont repérées dans les zones qui doivent être gérées, chacune des équipes de rétablissement sera consultée afin de déterminer s'il y a des répercussions possibles pour ces espèces et, dans la mesure du possible, comment les activités pourraient être menées de façon profitable pour l’ensemble des espèces de l'écosystème.

2.9       Approche recommandée pour la mise en œuvre du rétablissement

La Paruline de Kirtland fait l’objet d’un programme de rétablissement pour espèce unique en raison de ses exigences spécialisées en matière d'habitat et de gestion. Il pourrait cependant être possible d'intégrer le rétablissement de la Paruline de Kirtland à d'autres efforts de conservation. Au Michigan, les espèces que l'on trouve dans l'habitat de la Paruline de Kirtland sont notamment le Bruant vespéral (Pooecetes gramineus), le Bruant familier (Spizella passerina), le Moqueur roux (Toxostoma rufum), la Paruline à joues grises (Vermivora ruficapilla), la Paruline à croupion jaune (Dendroica coronata), la Grive solitaire (Catharus guttatus), le Bruant des plaines (Spizella pallida), la Mésange à tête noire (Poecile atricapillus), le Merlebleu de l'Est (Sialia sialis), la Grue du Canada (Grus canadensis),et le Tétras à queue fine (Tympanuchus phasianellus) (Mayfield, 1960; anonyme, comm. pers., 1999; S. Sjogren, comm. pers., 2006). Le programme américain pour la Paruline de Kirtland, même s'il cible une seule espèce, utilise une approche écosystémique pour la gestion de la communauté de la pinède grise des plaines sableuses et sèches du Michigan (Probst et Ennis, 1989; Kepler et al., 1996). La Paruline de Kirtland a besoin de grandes étendues forestières (Anderson et Storer, 1976; Mayfield, 1993; Sykes, 1997), et par conséquent les mesures de rétablissement prises à son égard pourraient également profiter à d’autres espèces qui ont des besoins similaires. Les membres de l'équipe américaine de rétablissement de la Paruline de Kirtland ont fourni de précieux renseignements pour l'élaboration du présent programme, et plusieurs d'entre eux se sont également montrés intéressés à contribuer aux travaux de relevés effectués au Canada. Il faudrait accroître et mieux coordonner la coopération avec l'équipe américaine de rétablissement de la Paruline de Kirtland.

Il serait peut-être possible d'intégrer des activités de rétablissement de la Paruline de Kirtland aux travaux futurs sur les espèces en péril à la BFC de Petawawa.

2.10  Échéancier pour l’élaboration d’un ou de plusieurs plans d’action liés au présent programme de rétablissement

Un plan d'action pour la Paruline de Kirtland sera élaboré d’ici novembre 2010. On prévoit que l'équipe de rétablissement supervisera le programme de rétablissement et le plan d'action.