Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Tradescantie de l'Ouest (Tradescantia occidentalis) au Canada

Évaluation et statut proposé

Protection actuelle et autres désignations

Le COSEPAC a désigné la tradescantie de l’Ouest comme espèce « menacée » en se fondant sur le rapport de situation de Smith et Bradley (1990). Le Manitoba a désigné l’espèce comme menacée en 1994 (Goulet, 1997). L’espèce a par ailleurs été classée comme préoccupante en Alberta et en Saskatchewan (ANHIC, 2001; Harms, Ryan et Haraldson, 2001).

Évaluation du statut et recommandation de l'auteure

On connaît l’existence de cinq populations de tradescantie de l’Ouest au Canada. Toutes ces populations sont disjointes des populations aux États-Unis et, pour la plupart, les unes des autres. Trois de ces cinq populations se trouvent au Manitoba, dans deux champs de dunes, soit les dunes de Lauder (deux populations, distantes de 1,5 km) et les dunes de Routledge (une population). Les sites de l’Alberta et de la Saskatchewan abritent des populations disjointes plus petites. Deux des sites du Manitoba abritent une population importante, soit celle découverte il y a relativement peu de temps (1995) dans le secteur est des dunes de Lauder et celle des dunes de Routledge. En 2001-2002, la population canadienne totale était estimée à environ 22 000 individus.

Les menaces pour la survie de l’espèce au Canada viennent du broutage par le bétail, de l’envahissement de son habitat par l’euphorbe ésule, de l’ombrage, de la stabilisation des dunes et des perturbations anthropiques. Le fragile habitat dunaire est particulièrement sensible aux perturbations anthropiques (véhicules tout-terrain, extraction de sable et opérations pétrolières). En Saskatchewan et au Manitoba, dans le secteur ouest (MHHC) des dunes de Lauder et dans les dunes de Routledge, l’espèce résiste généralement bien à l’envahissement de l’euphorbe ésule. Le broutage par le bétail semble avoir un impact sur l’espèce, mais lorsqu’il demeure modéré, il ne constitue vraisemblablement pas une grave menace et pourrait même être bénéfique en contrant les effets de la stabilisation des dunes.

Compte tenu du nombre peu élevé de sites canadiens, de la fluctuation considérable de leur effectif et de la vulnérabilité de l’habitat dunaire face aux diverses perturbations, je recommande de désigner la tradescantie de l’Ouest « espèce menacée » au Canada.