Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Tradescantie de l'Ouest (Tradescantia occidentalis) au Canada

Habitat

Besoins de l’espèce

Les sites de la tradescantie de l’Ouest sont situés sur des crêtes dunaires partiellement stabilisées, en général sur les pentes abruptes orientées vers le sud, mais aussi dans des creux de déflation. Ces milieux comportent habituellement des étendues plus ou moins grandes de sable mobile. Au Manitoba, les cordons dunaires peuvent être passablement étendus. En Alberta et en Saskatchewan, la tradescantie de l’Ouest est confinée à de petites superficies au sein de complexes plus vastes de dunes partiellement stabilisées. Les espèces communes qui y sont associées sont les suivantes : la calamovilfa à longues feuilles (Calamovilfa longifolia), le cerisier de Virginie (Prunus virginiana), le sumac grimpant (Rhus radicans), le rosier de Woods (Rosa woodsii), l’armoise douce (Artemisia frigida), l’armoise argentée (Artemisia cana), le genévrier horizontal (Juniperus horizontalis), la campanule à feuilles rondes (Campanula rotundifolia), la symphorine de l’Ouest (Symphoricarpos occidentalis), le chalef argenté (Elaeagnus commutata), la koelérie à crête (Koeleria macrantha), l’oryzopsis (Oryzopsis hymenoides), la stipe comateuse (Stipa comata), le thermopsis rhombifolié (Thermopsis rhombifolia), la mamillaire vivipare (Coryphantha vivipara), la stipe verte (Stipa viridula), le schizachyrium à balai (Andropogon scoparius), le boutelou gracieux (Bouteloua gracilis) et l’oponce fragile (Opuntia fragilis). L'euphorbe ésule (Euphorbia esula), espèce introduite, peut poser problème, car elle prospère dans les habitats sableux, restreignant ainsi la végétation indigène (Smith, 2001; Goulet et Kenkel, 1997).

Figure 4. Habitat de crêtes dunaires de la tradescantie de l’Ouest dans les dunes de Routledge, au Manitoba (photo de B. Smith, juillet 1990)

Figure 4.  Habitat de crêtes dunaires de la tradescantie de l’Ouest dans les dunes de Routledge, au Manitoba (photo de B. Smith, juillet 1990)

Figure 5. Habitat dunaire de la tradescantie de l’Ouest dans les dunes de Routledge, au Manitoba (photo de B. Smith, juillet 1990)

Figure 5.  Habitat dunaire de la tradescantie de l’Ouest dans les dunes de Routledge, au Manitoba (photo de

Au Manitoba, les espèces qu'on observe surtout au printemps sont la phléole des prés, la chrysopside velue (Heterotheca villosa), le lin rigide (Linum rigidum) et la townsendie acaule (Townsendia exscapa). Au printemps, la couche d’herbe morte est épaisse. À la fin de l'été, les espèces les plus abondantes sont le barbon de Hall, les graminées et le sporobole à fleurs cachées (Sporobolus cryptandrus). Les espèces typiques du milieu dunaire au Manitoba sont les graminées, le barbon de Hall, le boutelou gracieux, le cerisier de Virginie, les rosiers et le raisin d'ours (Arctostaphylos uva-ursi). L'herbe squelette (Lygodesmia juncea) est caractéristique des zones dunaires plutôt dégagées. Le genévrier horizontal peut couvrir de vastes superficies de dunes. Les dunes dégagées, stabilisées et non broutées (site de la ZISE de Hellman) sont caractérisées par une épaisse couverture de Tortula ruralis, qui forme une « croûte » stabilisante sur le sable. La mousse est peu fréquente dans les zones broutées, car le piétinement du bétail brise la croûte qu'elle forme. Parmi les autres espèces caractéristiques des dunes du Manitoba, mentionnons le saule de Wolf, le pétalostemon pourpre (Petalostemon purpureum) et la verge d'or (Solidago missouriensis). Les populations manitobaines de tradescantie de l’Ouest poussent sur des sols de sable grossier contenant très peu de limon et d'argile (Goulet et Kenkel, 1997).

La végétation au site de Loutit, dans les dunes de Lauder, diffère de celle des deux autres sites manitobains. Le couvert herbacé est plus bas et les arbustes empiètent partout sur les dunes. Les « cuves » de sable dénudé et mobile sont fréquentes dans les secteurs nord et sud de la propriété (Goulet et Kenkel, 1997).

Le milieu dunaire diffère dans les trois sites du Manitoba. Le site de Hellman, dans les dunes de Routledge, est divisé par des bandes naturelles d’arbustaie et de forêt qui séparent les dunes et par les limites des propriétés. La principale crête dunaire sur la propriété Hellman est orientée du sud-est au nord-ouest. Les dunes du site de la MHHC, situé dans les dunes de Lauder, sont généralement plus petites, mais plus larges que celles du site de Hellman. Elles vont du nord au sud et se referment aux deux extrémités pour former un cercle. Les dunes du site de Loutit, également situé dans les dunes de Lauder, s’étendent en continu du nord au sud sur la propriété, sur deux quarts de section; un grand nombre d'entre elles sont hautes (12 m ou plus) et abruptes (pente de 60 p. 100) (Goulet et Kenkel, 1997).

Les facteurs climatiques sont probablement cruciaux pour les populations de tradescantie de l’Ouest situées à la limite septentrionale de l’aire de l’espèce. Lorsque les précipitations sont supérieures à la moyenne en été, la population s’accroît et la période de floraison est plus longue. Les plantes poussant dans un sol humide bien drainé sont en général plus robustes que celles qu’on trouve dans les milieux trop drainés (Smith et Bradley, 1990, Hohn, 1994, Goulet et Kenkel, 1997).

D’après les observations sur le terrain, la tradescantie de l’Ouest se trouve le plus souvent dans des zones où la neige s'accumule beaucoup en hiver et où l’été est chaud et ensoleillé (Goulet et Kenkel, 1997). La présence d’une couche de neige suffisante et permanente est probablement essentielle à la survie de l’espèce. Les pousses qui demeurent hors du sol ont besoin de la protection d’une couche de neige pour survivre aux durs hivers manitobains. Comme les vents dominants sont du nord, d’énormes quantités de neige s’accumulent sur les versants des dunes orientés vers le sud. Cette épaisse couche de neige assure une isolation particulièrement efficace et fond plus tôt et plus vite au printemps que celle qui se trouve sur les versants nord, ce qui prolonge la saison de croissance de la tradescantie dans le micromilieu.

Tendances

En Alberta, l’habitat de la tradescantie de l'Ouest semble disparaître ou diminuer considérablement par suite de la stabilisation des dunes par la végétation arbustive (Smith, 2001B). En Saskatchewan, comme au Manitoba, l’habitat est stable à cause de la formation continuelle de creux de déflation, essentiels pour la colonisation par l’espèce.

Protection et propriété des terrains

La population d’Alberta pousse sur une terre de la Couronne actuellement louée comme terre de pâturage (Smith et Bradley, 1990). Celle de Saskatchewan se trouve dans un pâturage collectif aménagé, près des limites du parc provincial Douglas. Les autorités du parc autorisent le pâturage dans le parc (Godwin et Thorpe, 1991).

La désignation d'une zone écologiquement sensible (ZES) dans les dunes de Routledge assure une certaine protection de la population de ces dunes et de son habitat. La ZES est clôturée, et il faut obtenir une autorisation pour y accéder. Malheureusement, il est difficile de faire respecter la réglementation étant donné que les propriétaires ne résident pas sur la propriété. La majorité du reste de la population des dunes de Routledge est exposée au broutage par le bétail ou aux perturbations anthropiques (surtout dues aux véhicules motorisés). Le site de la MHHC (Société protectrice du patrimoine écologique du Manitoba) (dunes de Lauder) est administré par un propriétaire absent. En principe, il faut un permis pour avoir accès au terrain, mais la réglementation n’est pas appliquée. Le site, très facile d’accès, est situé près de la route provinciale 345. La population du secteur est des dunes de Lauder pousse dans un pâturage (Goulet et Kenkel, 1997).