Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Tradescantie de l'Ouest (Tradescantia occidentalis) au Canada

Taille et tendances des populations

Au Canada, on a recensé en tout cinq populations de tradescantie de l’Ouest poussant dans quatre régions dunaires de trois provinces.

Alberta - Dunes du lac Pakowki

Site de Manyberries

On a trouvé des tradescanties de l’Ouest dans une seule localité du Sud-Est de l’Alberta, près du lac Pakowki. Ce site a été découvert en 1986 et a été visité de nouveau par divers chercheurs en 1986, en 1987, en 1990, en 1999 et en 2001.

Le 29 juin 1999, Gould et Cotterill y ont recensé, sur une petite superficie, 27 individus répartis en trois sous-populations de 3, de 19 et de 5 individus. Sur les 27 individus, 24 étaient en boutons et trois en fleurs (ANHIC, 2001).

L’auteure (Smith, 2001B) s’est rendue sur les lieux le 14 juillet et le 6 août 2001. La première fois, elle y a trouvé sur une petite superficie sept individus non florifères de moins de 15 cm de hauteur dont les feuilles étaient enroulées et déformées. Lors de la deuxième visite, le 6 août, elle n’a pu trouver aucun individu.

La population, qui apparemment est toujours petite, varie considérablement d’une année à l’autre, probablement en fonction des conditions climatiques. Elle a atteint un seuil de sept individus et un plafond de 210 (1986 - 50; 1987 - 30; 1990 - 210; 1999 - 27; 2001 - 7).

 L’information fondée sur des relevés réalisés en juillet 2002 suivant un printemps aux fortes précipitations, a eu pour résultat un dénombrement partiel de 1 255 touffes (plantes à tiges multiples) et une estimation d’environ 7 450 plantes pour la zone entière (comm. pers. avec Sue Peters, Alberta Conservation Association, Edmonton). Il est évident que l’espèce fluctue grandement d’une saison à l’autre selon les conditions climatiques.

Saskatchewan - Dunes d’Elbow

Site du parc provincial Douglas

En Saskatchewan, la tradescantie de l’Ouest pousse dans une seule localité, dans le Centre-Sud de la province. En 1991, 42 individus ont été recensés dans ce site. En 2001, le site a de nouveau été exploré par le personnel du parc provincial Douglas, qui y a trouvé de un à plusieurs individus à 15 endroits, pour une population totale inférieure à cent individus. Le rapport final sur la présence de la tradescantie de l’Ouest dans le parc n’était pas disponible au moment de la rédaction du présent rapport (Douglas Provincial Park, 2001).

Manitoba - Dunes de Lauder

Secteur ouest (y compris le site de la MHHC)

Ce site, le premier découvert dans les dunes de Lauder, a fait l’objet de relevés en 1990, en 1992, en 1994, en1996 et en 2001. En 1990, on y a dénombré 66 individus. En 1992 et en 1994, l’effectif est demeuré stable à 380 individus. En 1996, on a estimé la population à 783 individus (Goulet et Kenkel, 1997) et en 2001, on en a compté 619 (comm. pers., Elizabeth Reimer, Centre de données sur la conservation du Manitoba).

Le secteur ouest des dunes abrite des populations comparativement petites. Deux populations localisées ont déjà été décrites, toutes deux situées dans des « poches » protégées dans les dunes (Smith et Bradley, 1990; Hohn, 1994). En 1996, on a trouvé une nouvelle population de petite taille dans un pré légèrement onduleux à l’ouest de la principale chaîne de dunes. Cette population pousse dans une zone surbaissée, protégée par des touffes d’arbustes de petite taille (Goulet et Kenkel, 1997).

Secteur est

Cette population a été découverte en 1995. Un relevé complet de la région a été entrepris en 1996, notamment dans les zones identifiées par DeSmet (1995) et dans les portions nord de la propriété qui n’avaient jamais été explorées. C’est dans les hautes dunes de la portion centrale de cette propriété privée que la tradescantie de l’Ouest était la plus abondante, là où le broutage est minimal. On trouve des populations moins denses à l’extrémité nord de la propriété, de même que sur les hautes dunes de la portion sud (Goulet et Kenkel, 1997). En 1996, on a estimé la population à 19 540 individus (Goulet et Kenkel, 1997). Un relevé réalisé en 2001 par Marjorie Hughes a permis d’en dénombrer 4 321 (comm. pers., Elizabeth Reimer, Centre de données sur la conservation du Manitoba).

Dunes de Routledge

Cette population est la plus grande du Canada. Elle a été étudiée en 1990, en 1992, en 1994, en 1996 et en 2001. Les crêtes dunaires partiellement stabilisées abritaient 3 278 individus en 1990 (Smith et Bradley, 1990). On y a dénombré environ 7 800 individus en 1992 et en 1994 (Hohn, 1992, 1994). En 1996, on a estimé la population à 26 550 individus, dont 75 p. 100 poussaient dans la ZES (Goulet et Kenkel, 1997). Encore une fois, les facteurs climatiques semblent avoir une grande incidence sur la taille des populations d’une année à l’autre.

La majorité des individus de ce site poussent dans la ZES, qui est située sur une propriété privée. La tradescantie de l’Ouest pousse densément sur la terre de la Couronne adjacente, mais elle n’y occupe qu’une petite superficie s’étendant à environ de 5 à 20 m au-delà de la clôture de la propriété privée. En 1996, on a découvert d’autres individus dans deux autres propriétés privées adjacentes à la ZES. Dans l’une de ces propriétés, l’espèce ne s’étend que jusqu’à une centaine de mètres au-delà de la clôture, même si les dunes s’étendent beaucoup plus loin. On n’a pas exploré entièrement la deuxième propriété faute d’avoir pu obtenir l’autorisation d’y faire des recherches (Goulet et Kenkel, 1997).

En 1996, deux nouvelles sous-populations de tradescantie de l’Ouest ont été découvertes dans la ZES, dont une petite dans un pré de graminées et d’arbustes, sur des dunes légèrement onduleuses et stabilisées. Le plus grand nombre d’individus poussaient dans les secteurs bas et protégés. Une deuxième sous-population, plus importante, a été trouvée dans les dunes de Crowfoot qui se prolongent dans les terrains privés adjacents. Cette seconde sous-population compte un grand nombre d’individus à fleurs roses (Goulet et Kenkel, 1997).

Selon les rapports, la population de tradescantie de l’Ouest des dunes de Routledge est demeurée stable jusqu’à aujourd’hui (Hellman, comm. pers., 2001). Toutefois, selon les dénombrements effectués par Marjorie Hughes en 2001 (comm. pers., Elizabeth Reimer, Centre de données sur la conservation du Manitoba), on y compterait au total 9 422 individus, ce qui représente une chute considérable par rapport à l’effectif maximal de 26 550, atteint en 1996.

Résumé 

Au Canada, la tradescantie de l’Ouest se limite à une population modérément abondante, située en Alberta (dunes du lac Pakowki), qui semble fluctuer énormément selon les précipitations saisonnières, deux autres petites populations, dont l’une pousse en Saskatchewan (parc provincial Douglas) et l’autre au Manitoba (secteur ouest des dunes de Lauder), et deux populations passablement importantes au Manitoba (secteur est des dunes de Lauder et dunes de Routledge). Le tableau 1 donne le sommaire des populations.

Tableau 1. Sommaire des populations de tradescantie de l’Ouest, incluant les nouvelles données pour l’Alberta (2002) et le Manitoba (2001) fournies en septembre 2002 par chacune des provinces. [E. Haber, COSEPAC].
Province

Dunes


Sites
Alb.

Dunes du lac Pakowki

Site de Manyberries
Sask.

Dunes d’Elbow

Parc prov. Douglas
Man.

Dunes de Lauder


Secteur ouest, MHHC inclus
Man.

Dunes de Lauder

Secteur est
Man.

Dunes de
Routledge

ZES et autres terrains privés inclus
Population canadienne totale Note du tableaua
1986
50
 
 
 
 
50
1987
30
 
 
 
 
30
1990
210
 
66
 
3 278
3 554
1991
 
42
 
 
 
42
1992
 
 
380
 
7 800
8 180
1994
 
 
380
 
7 800
8 180
1996
 
 
783
19 540
26 550
46 873
1999
27
 
 
 
 
27
2001
7
100
619
4 321
9 422
14 469
2002
7 450 est.
 
 
 
 
7 450
Dénombrement le plus récent
7 450
100
619
4 321
9 422
21 912

Notes du tableau

Note a

Population totale selon des données incomplètes pour la plupart des années

Retour à la référence de la note du tableau a

Les deux plus grandes populations canadiennes de tradescantie de l’Ouest poussent dans le Sud-Ouest du Manitoba. Les dunes de Routledge abritent vraisemblablement la plus grande, qui, selon les estimations, a atteint un sommet de plus de 26 000 individus en 1996. Cette population, comme d’autres, fluctue énormément; au dénombrement le plus récent, elle dépassait à peine 9 400 individus. Ce site abrite également un grand nombre de plantes à fleurs roses. Au cours des douze dernières années, l’effectif canadien de l’espèce est demeuré dans les milliers d’individus, avec des fluctuations considérables. Les perturbations minimales causées par les humains et la présence limitée de l’euphorbe ésule pourraient expliquer le nombre relativement important de tradescanties de l’Ouest dans les dunes de Routledge. Il est possible que les conditions propices du milieu jouent également un rôle à cet égard. La population du secteur est des dunes de Lauder est la deuxième en importance au Canada, le dénombrement le plus récent, réalisé en 2001, donnant 4 321 individus, ce qui représente cependant une chute considérable par rapport au 19 540 individus recensés en 1996. Cette population, découverte en 1995, pousse autant sur les dunes basses que sur les hautes dunes (Goulet et Kenkel, 1997).

L’effectif estimé pour 1996 est beaucoup plus élevé que pour les années antérieures. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cet écart : 1) la population du secteur est des dunes de Lauder, qui constitue plus de 40 p. 100 de la population connue du Manitoba, n’était pas incluse dans les relevés antérieurs; 2) dans le relevé de 1996, le nombre d’individus non florifères était inclus dans l’estimation de la population totale; 3) le relevé de 1996 était plus complet que les relevés antérieurs; il englobait en effet des secteurs des dunes de Routledge et du site de la MHHC qui n’avaient pas été dénombrés auparavant (p. ex. les dunes de Crowfoot et deux autres propriétés privées); 4) l’augmentation de l’effectif observé entre 1990 et en 1992 pourrait être due au taux de précipitations plus élevé au cours de cette période (Goulet et Kenkel, 1997; Hohn, 1994).

Des travaux sur le terrain réalisés en juillet 2002 pour le compte de la Sustainable Resource Development, Fish and Wildlife Division de l’Alberta ont permis de mieux comprendre les fluctuations démographiques dans l’unique site de la province. On a ainsi estimé qu’environ 7 450 individus y poussaient au cours de l’été 2002, après un printemps très pluvieux. De même, de nouvelles données fournies par le Centre de données sur la conservation du Manitoba pour les trois sites de la province se sont avérées particulièrement éclairantes. Ces données (tableau 1) mettent en effet en évidence un déclin brutal des populations en 2001 par rapport au sommet atteint en 1996 dans les trois sites. On a également dénombré un nombre extrêmement faible d’individus dans l’unique population albertaine la même année. Pour l’année 2002, les abondantes précipitations qui sont tombées sur le Sud de l’Alberta ont créé de bonnes conditions de croissance, favorables à la résurgence de la population dans les dunes du lac Pakowki. On voit donc que la taille des populations de tradescantie de l’Ouest fluctue énormément.

On estime que la population canadienne totale a fluctué d’un seuil d’environ 7 714 individus (valeurs les plus basses de tous les sites connus) à un sommet de 54 423 individus (valeurs les plus élevées de tous les sites) au cours des dernières années (voir le tableau 1).