Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Méconelle d’Orégon (Meconella oregana) au Canada

Résumé technique

Meconella oregana

Méconelle d’Orégon: White Meconella

Répartition au Canada : Sud de l’île de Vancouver et îles Gulf

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada < 2 500 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue). Aucun changement
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)? Non
Superficie de la zone d’occupation (km²): De 50 à 100 m²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue). En déclin dans l’ensemble
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)? Aucune étude sur de multiples années disponible
Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés).
(Une population disparue):
Cinq (5)
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue). Aucune surveillance périodique disponible
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur >1)? Improbable
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue). Étendue et qualité de l’habitat en déclin

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :  indiquer en années, en mois, en jours, etc.). De 10 à 12 mois
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles (en 2004)). De 3 300 à 3 500
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue. En déclin
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte). Aucun dénombrement complet des années précédentes
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)? (Comparer les discussions sur l’abondance et les fluctuations à la page 10) Probablement que oui au cours des années où le climat a été exceptionnel
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)? Oui
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin,
stable, en croissance, inconnue) 
: Tendance à long terme au déclin de 15 à 5 populations; aucune tendance à court terme (dans les derniers 10 ans) disponible, voir cependant « Fluctuations et tendances »
À la baisse; aucun dénombrement complet effectué dans les années précédentes
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)? Inconnues : une seule année comporte des observations de l’ensemble de la répartition

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.

  • Mont Little Saanich - 422
  • Parc Thesis Lake - 368
  • Île Saturna - 52
  • Port Alberni - 1 274
  • Mont Skirt - 1 209

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  1. Perte d’habitat imminente à cause des aménagements résidentiels;
  2. dégradation de l’habitat à plus long terme à cause des espèces de plantes introduites;
  3. dégradation de l’habitat à cause des utilisations récréatives inappropriées

Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur? États-Unis
S1S2 (Washington),
S1 (Oregon),
S1 (Californie)
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Peu probable
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada? On ne sait pas
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants? Oui, mais la qualité de l’habitat est surtout faible ou en déclin
L’effet d’une immigration de source externe est-il possible? Peu probable

Statut actuel

COSEPAC : Espèce en voie de disparition ( Mai 2005).

Statut et justification de la désignation

Statut : en voie de disparition

Code alphanumérique : A3c; B1ab(i,ii,iii,iv,v)c(iv)+ 2ab(i,ii,iii,iv,v)c(iv); C1 et 2b

Justification de la désignation : Il s’agit d’une plante annuelle menacée à l’échelle mondiale ayant au Canada des aires de répartition et des zones d’occupation très limitées. Cette plante  est présente dans seulement cinq emplacements de l’écosystème des chênes de Garry, naturellement rare. Ses populations, qui totalisent moins de 3 500 plants matures, fluctuent énormément selon les précipitations variées et sont exposées à des menaces imminentes de pertes importantes attribuables à l’exploitation au sein de l’aire de répartition très urbanisée de l’espèce. Son habitat est en outre touché par la propagation de nombreuses plantes exotiques envahissantes.

Application des critères

Critère A (Population globale en déclin) : L’espèce remplit le critère A3c d’une espèce en voie de disparition, en raison de la disparition probable des deux plus importants sites au cours des dix prochaines années, attribuable au développement (perte de 71 % à 75 %).  

Critère B (Petite répartition, et déclin ou fluctuation) : L’espèce remplit les critères B1 et B2a (5 sites), b (i,ii,iii,iv,v) et c(iv) d’une espèce en voie de disparition. Les zones d’occurrence et d’occupation se situent au-dessous des niveaux critiques, avec seulement cinq populations existantes et un déclin continu en ce qui a trait à l’aire, à l’étendue ou à la qualité de l’habitat en raison de la prolifération des espèces exotiques et du déclin ou de la disparition prévu d’au moins la plus importante population, attribuable à l’aménagement. Les données sur la population d’un site sur quatre années consécutives ont indiqué une fluctuation extrême de la population, probablement liée aux fluctuations climatiques (particulièrement aux tendances en matière de précipitation). 

Critère C (Petite population globale et déclin) : L’espèce répond aux critères C1 et C2b d’une espèce en voie de disparition. Bien qu’on ait estimé en 2004 que la taille de la population se situait entre 3 300 et 3 500 individus matures, des fluctuations extrêmes ont clairement pu être observées en surveillant la deuxième population la plus importante durant une période de quatre ans. On peut donc supposer qu’il y avait moins de 2 500 individus en 2000, année où la population ne comptait que 60 individus. On doit retenir l’estimation la plus basse lorsqu’il est question d’une espèce dont la population connaît d’importantes fluctuations. Un déclin dû à la disparition imminente de la plus grande population est prévu si un projet d’aménagement résidentiel est réalisé.  

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : L’espèce remplit le critère D2 d’une espèce menacée, puisqu’elle a été observée à seulement cinq endroits, que sa zone d’occupation est très petite, peut-être inférieure à 100 m², et que l’on estime qu’il y a  risque imminent de disparition des deux plus importantes populations.

Critère E (Analyse quantitative) : Données insuffisantes.