Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hypogymnie maritime au Canada – Mise à jour

Aire de répartition mondiale

L’Hypogymnia heterophylla est endémique à la côte ouest de l’Amérique du Nord, où on le trouve depuis la Californie jusqu’à la pointe sud de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique (figure 2). Depuis la publication du rapport de situation de 1996 (Goward, 1996a), la répartition latitudinale connue de l’espèce s’est étendue et englobe maintenant l’État de Washington, avec six mentions pour la région du Puget Sound (Glew, comm. pers., 2007). Il existe de nombreuses mentions pour la côte de l’Oregon et de la Californie jusqu’aux régions côtières de Los Angeles et de Santa Barbara (Glavich et al., 2005; bases de données des herbiers OSU et SBBG).

Figure 2. Aire de répartition mondiale de l’Hypogymnia heterophylla.

Figure 2. Aire de répartition mondiale de l’Hypogymnia heterophylla.

Aire de répartition canadienne

L’Hypogymnia heterophylla a été signalé pour la première fois auCanada en 1991. La population canadienne se trouve à la limite septentrionale de l’aire de l’espèce (Goward, 1996b). Au Canada, l’H. heterophylla a une aire très restreinte (figure 3) et des exigences écologiques étroites. On le rencontre dans quatre localités de la pointe sud-ouest de l’île de Vancouver, situées dans le parc régional East Sooke, l’île Bentinck et Sheringham Point. Ces populations se trouvent au nord-ouest des populations du Puget Sound, dans l’État de Washington, dont elles sont séparées par les détroits de Georgie et de Juan de Fuca.

Figure 3. Aire de répartition canadienne de l’Hypogymnia heterophylla.

Figure 3. Aire de répartition canadienne de l’Hypogymnia heterophylla.

Toutes les colonies canadiennes d’Hypogymnia heterophylla se trouvent à moins de 100 m de la côte océanique, dans des forêts clairsemées de pin tordu côtier exposées aux éléments.

Unités désignables

Au Canada, une seule unité désignable est reconnue, puisque toutes les populations répertoriées se trouvent dans une seule des aires écologiques nationales reconnues par le COSEPAC.