Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hypogymnie maritime au Canada – Mise à jour

Activités de recherche 

Deux jours-personnes ont été consacrés à la recherche de l’Hypogymnia heterophylla dans chacune des quatre localités du sud de l’île de Vancouver qui avaient été explorées pour le rapport de situation de 1996 (Goward, 1996) (les 18 et 19 mai 2006 pour le parc régional East Sooke et le 20 mai pour Sheringham Point), et l’espèce a été observée dans les quatre localités (figure 3 et annexe 1). L’H. heterophylla a également été recherché dans les secteurs côtiers du parc provincial French Beach et de la région de Qualicum (20 mai 2006), mais en vain. L’île Bentinck, propriété du MDN, a été explorée le 18 septembre 2006. Des relevés de lichens, y compris l’H. heterophylla, ont été effectués récemment (de 2004 à 2006) dans d’autres localités de la région, notamment à l’île Saltspring, à Tofino et dans la forêt de pin tordu côtier située au sud de Tofino, sur la côte d’Ucluelet, au mont Washington, dans la forêt Cathedral Grove, dans le canyon de Cowichan Bay, dans la péninsule Sechelt, dans le secteur de la rivière Campbell et des chutes Elk et dans d’autres secteurs du centre-sud et de la côte est (S. Harris, comm. pers., 2007). Nous avons communiqué par courriel avec d’autres collectionneurs de lichens de Colombie-Britannique ayant fait des récoltes dans l’île de Vancouver ou sur le continent pour savoir s’ils avaient récolté ou observé l’H. heterophylla (C. Bjork, T. Goward, T. Spribille, comm. pers., 2007). Aucun d’entre eux n’a vu l’H. heterophylla depuis 1996. La figure 4 montre tous les sites explorés en Colombie-Britannique à la recherche de lichens. On peut voir l’intensité des activités de recherche menées dans le sud de l’île de Vancouver par la densité des points noirs représentant les sites explorés.

Figure 4. Relevés de lichens effectués en Colombie-Britannique.

 

Figure 4. Relevés de lichens effectués en Colombie-Britannique.

Selon la base de données de l’herbier de l’University of British-Columbia (UBC) et la base de données du Conseravtion Data Centre de la Colombie-Britannique (CDC), aucun individu de l’H. heterophylla n’a été déposé depuis 1996. Six spécimens provenant de l’État de Washington ont été déposés à l’herbier de l’University of Washington depuis 1996 (K. Glew, comm. pers., 2007). Selon les bases de données des herbiers de l’University of California at Riverside (UCR) et du jardin botanique de Santa Barbara (SBBG), l’aire de l’H. heterophylla s’étend vers le sud jusque dans les îles Channel et, sur la côte, jusqu’à la hauteur de Los Angeles (figure 2). Les récoltes extensives de lichens effectuées dans les îles Channel au début des années 1990 ont permis de repousser la limite sud de l’aire connue de l’H. heterophylla. La base de données de la collection de champignons de l’University of Oregon (OSU) indique plusieurs récoltes récentes de l’H. heterophylla en Oregon et en Californie.

Abondance

Selon Goward (1996), l’Hypogymnia heterophylla est relativement abondant dans son aire connue de l’île de Vancouver. L’annexe 1 présente un sommaire des populations : les colonies les plus abondantes compteraient plus de 100 thalles, tandis que les moins abondantes en compteraient un peu plus d’une dizaine. L’effectif réel dépasse vraisemblablement ces estimations, car les branches supérieures des arbres n’ont pas pu être examinées.

L’H. heterophylla est abondant sur les conifères et les feuillus de la côte du nord de la Californie et de l’Oregon, mais moins commun dans l’État de Washington et en Colombie-Britannique.

Fluctuations et tendances

En 1996, la plupart des populations d’Hypogymnia heterophylla étaient assez abondantes, et les recherches menées en mai et septembre 2006 ont permis de constater qu’elles sont assez stables (annexe 1). L’espèce a été retrouvée dans le site de Sheringham où elle n’avait pas été observée en 1996 (Goward, 1996). Les violentes tempêtes survenues à l’hiver 2006-2007 peuvent cependant avoir réduit la population du parc régional East Sooke, car de nombreux pins tordus côtiers ont été abattus ou endommagés (J. Miskelly, comm. pers., 2007).

Immigration de source externe

Dans les dix dernières années, des populations d’Hypogymnia heterophylla ont été découvertes près de Puget Sound, dans l’État de Washington, au sud (en traversant le détroit de Géorgie) des populations canadiennes se trouvant sur la côte sud-ouest de l’île de Vancouver. Elles pourraient représenter une source d’H. heterophylla au Canada.