Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du renard véloce (Vulpes velox) au Canada (Proposé)


2 Rétablissement

2.1 Caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement du renard véloce au Canada est jugé réalisable, parce que l'espèce remplit les quatre conditions (Environnement Canada, 2005) décrites ci-dessous.

  1. Y a-t-il des individus capables de reproduction pouvant améliorer le taux de croissance de la population ou accroître l'effectif? Oui
    L'espèce avait disparu du Canada en 1938 (Pied Piper, 1950). En 1983, un programme de réintroduction a été mis sur pied, et, en 1997, 942 renards véloces avaient été mis en liberté (Carbyn, 1998). Ces efforts ont permis d'établir une petite population de renards véloces en Alberta, en Saskatchewan et au Montana. Les résultats d'un sondage réalisé en 2005-2006 indiquent que l'effectif de la population canadienne a triplé depuis le recensement de 1996-1997. Tous les individus de la population du Canada et du Montana naissent à l'état sauvage. Dans la période de huit ans qui s'est écoulée entre ces deux estimations démographiques, la sous-population de la région frontalière de l'Alberta et de la Saskatchewan est passée de 192 à 513 individus, et celle de la région du parc national des Prairies, de 87 à 134 individus. La population du Montana totaliserait quant à elle 515 individus. Les parcelles visées par les efforts de réintroduction au Canada et au Montana serviraient donc d'habitat à 1 162 renards (Moehrenschlager et Moehrenschlager, 2006). De plus, en 2004, 15 individus ont été réintroduits sur les terres de la tribu des Blood, dans le sud-ouest de l'Alberta.

  2. Y a-t-il un habitat suffisant pour le rétablissement, ou des mesures de gestion ou de remise en état de l'habitat permettent-elles d'en créer un? Oui
    La croissance observée de la population réintroduite montre bien que la superficie actuelle de l'habitat est suffisante pour soutenir l'espèce. Il faudra cependant mener des recherches plus poussées pour déterminer quelle superficie sera nécessaire à l'atteinte du but du rétablissement. Il importe aussi de poursuivre les efforts déployés pour protéger et remettre en état cet habitat. Diverses stratégies sont en cours d'élaboration afin d'atténuer les menaces de disparition et de fragmentation de l'habitat. Celles-ci prévoient notamment des mesures de sécurisation, d'intendance et de remise en état.

  3. Existe-t-il des mesures de rétablissement qui permettraient d'atténuer ou d'éviter les menaces importantes pesant sur l'espèce ou son habitat? Oui
    L'espèce est menacée principalement par la disparition, la dégradation et la fragmentation de l'habitat, l'exclusion compétitive exercée par le coyote et le renard roux, la mortalité directe et indirecte et, enfin, le changement climatique. Ces menaces peuvent être évitées ou atténuées par les moyens suivants : 1) recours à des mesures de gestion et d'intendance pour protéger et améliorer l'habitat; 2) sensibilisation, recherche et surveillance pour étayer les décisions en matière de conservation et de gestion; 3) modification de politiques pour réduire ou éliminer l'utilisation de produits toxiques; 4) modélisation de l'habitat et du climat pour évaluer les milieux propices les plus vulnérables au changement climatique et recours à des mesures de gestion adaptative et proactive pour prédire les changements et y réagir.

  4. Les techniques de rétablissement nécessaires existent-elles et leur efficacité est-elle reconnue? Oui
    Les techniques nécessaires pour assurer le rétablissement de l'espèce existent. En voici quelques-unes : reproduction en captivité et mise en liberté, translocation de spécimens sauvages, recensement (ex. : piégeage d'animaux vivants) et télémétrie. La mise au point d'une technique de recensement non invasive, faisant appel à l'analyse de l'ADN à partir d'excréments et de poils, est en cours à l'heure actuelle.

2.2 But du rétablissement et objectifs démographiques

But du rétablissement à long terme

D'ici 2027, rétablir une population autosuffisante d'au moins 1 000 renards véloces matures et capables de se reproduire; limiter à un maximum de 30 % les réductions d'effectif décennales.

But du rétablissement à court terme (cinq ans)

D'ici 2012, assurer le maintien d'une population d'au moins 250 individus matures et capables de se reproduire.

2.3 Objectifs du rétablissement (cinq ans)

  1. Déterminer la superficie et la configuration spatiale de l'habitat nécessaire à l'atteinte des buts à court et à long terme.
  2. Faire une évaluation quantitative de la viabilité à long terme de la population et, à la lumière des résultats obtenus, réévaluer le but du rétablissement à long terme. Déterminer s'il est nécessaire de réintroduire d'autres renards véloces pour atteindre le but à long terme.
  3. Désigner l'habitat nécessaire à l'atteinte des buts du rétablissement et prendre les mesures voulues pour le sécuriser.
  4. Élaborer des programmes de recherche ou de modélisation pour évaluer les menaces créées par la compétition intraguilde et par le changement climatique.
  5. Éviter que l'empoisonnement accidentel, le piégeage et les collisions avec des véhicules ne menacent le rétablissement du renard véloce.
  6. Sensibiliser les principaux intervenants à la conservation et au rétablissement du renard véloce et les rallier à cette cause.
  7. Surveiller les tendances au chapitre de l'abondance des renards véloces, de leur répartition spatiale, de leur diversité génétique ainsi que de la prévalence et de la répartition des maladies présentant un risque élevé pour leur survie.
  8. Intégrer les efforts de rétablissement à des programmes élargis et unifiés de conservation des espèces de la prairie qui coexistent avec le renard véloce.

2.4 Justification des buts et des objectifs

L'analyse de la viabilité de la population de renards véloces n'a pas encore été réalisée, de sorte que l'actuel but du rétablissement à long terme (section 2.2) est fondé sur les critères d'évaluation quantitative utilisés par le COSEPAC (2004) pour l'attribution du statut d'espèce menacée. Si ce but est atteint, il se peut que le COSEPAC fasse passer le renard véloce de la liste des espèces en voie de disparition à celle des espèces menacées, une catégorie de risque moindre. Cependant, les recherches futures pourraient également déboucher sur une définition plus précise des buts à court et à long terme (Catégories et critères de l'UICN pour la Liste rouge, 2001).

La population de renards véloces a triplé depuis 1996 et pourrait être en voie de rétablissement. Par conséquent, les objectifs sont essentiellement axés sur les recherches et les analyses nécessaires pour éclairer le choix des mesures à prendre afin de garantir le rétablissement de l'espèce au Canada. Ces travaux de recherche et d'analyse pourraient révéler que, outre les mesures de remise en état et de sécurisation de l'habitat, des interventions mineures sont nécessaires. S'il s'avère qu'il faut poursuivre le programme de réintroduction pour atteindre les buts du rétablissement, un plan d'action sera élaboré à cette fin.

L'équipe de rétablissement du renard véloce reconnaît que les Premières nations comme la tribu des Blood (Kainai) ont des raisons culturelles et spirituelles valables de réintroduire le renard véloce (Sinopaa), et elle appuie leurs démarches en ce sens. Le calendrier du programme de réintroduction dépendra du processus de planification de la tribu des Blood. Certains de ces travaux de planification pourront être entrepris dans le cadre d'un atelier que compte organiser la tribu des Blood pour examiner la méthodologie et les buts à court et à long terme. L'équipe de rétablissement se ferait un plaisir d'aider les Blood à organiser cet atelier.

2.5 Approches recommandées pour l'atteinte des objectifs du rétablissement

Tableau 2. Mesures visant à contrer les menaces et à atteindre les objectifs du rétablissement
PrioritéObjectifMesure du rendementMenaces viséesDémarche généraleMesures générales
Urgent1. Déterminer la superficie et la répartition spatiale de l'habitat nécessaire à l'atteinte des buts à court et à long terme.
  • Achèvement du modèle SIG et surveillance sur le terrain
  • Désignation de l'habitat essentiel
Disparition de l'habitatRecherche et modélisation SIG
  • Voir la section 2.6.1 : Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel.
  • Mettre au point un modèle SIG afin de délimiter les milieux que choisissent les renards véloces à l'échelle du paysage élargi et à l'échelle du domaine vital.
  • Surveiller l'agrandissement ou le rétrécissement de l'aire de répartition entre les années de recensement.
  • Délimiter les parcelles de terrain qui conviendraient le mieux à la réintroduction, si cette mesure est jugée nécessaire.
  • Cerner les effets des activités industrielles sur l'habitat du renard véloce.
Urgent2. Faire une évaluation quantitative de la viabilité à long terme de la population et, à la lumière des résultats obtenus, réévaluer le but du rétablissement à long terme.
  • Achèvement du modèle d'analyse de la viabilité de la population et de son habitat
  • Détermination des paramètres et des activités nuisibles au renard véloce

 

Disparition de l'habitatRecherche, modélisation SIG et analyse de la viabilité de la population et de son habitat
  • Mettre au point un modèle d'analyse de la viabilité de la population qui intègre des paramètres touchant à la démographie, aux caractéristiques génétiques, à l'habitat et aux maladies, afin de déterminer les probabilités d'atteinte des buts à court et à long terme; réévaluer les buts à la lumière des résultats ainsi obtenus.
  • Déterminer les paramètres critiques qui influent sur la viabilité de la population.
  • Déterminer les effets de l'activité industrielle sur les populations de renards véloces.
  • Évaluer si le programme de réintroduction est encore nécessaire.
Urgent3. Désigner l'habitat nécessaire à l'atteinte des buts du rétablissement et prendre les mesures voulues pour le sécuriser.Désignation de l'habitat nécessaire au rétablissement et à la survieDisparition de l'habitatRecherche et consultation
Nécessaire

4. Mettre au point des programmes de recherche ou de modélisation pour évaluer les menaces engendrées par :

  • la compétition intraguilde;
  • le changement climatique.
  • Modèles ou programme de recherche permettant d'évaluer les caractéristiques de l'habitat de prédilection et les densités optimales des trois espèces de canidés.
  • Modèles permettant d'évaluer les effets du changement climatique sur l'habitat.

Interférence intraguilde

Disparition de l'habitat

Recherche, modélisation SIG, modélisation de l'habitat et  du climat
  • Cerner les différences entre le renard roux, le coyote et le renard véloce pour ce qui est du choix de l'habitat et de l'emplacement du terrier.
  • Déterminer, pour les populations de coyotes et de renards roux, la densité relative optimale pour la survie et la reproduction du renard véloce.
  • Cerner les impacts possibles du changement climatique sur l'habitat actuel ou possible du renard véloce pour les 25, 50 et 100 prochaines années; déterminer la gravité et la portée éventuelles des menaces engendrées par le climat.
  • Élaborer des stratégies d'adaptation au changement climatique (à la lumière des résultats des analyses susmentionnées).
Urgent5. Éviter que l'empoisonnement accidentel, le piégeage et les collisions avec des véhicules ne menacent le rétablissement du renard véloce.Élaboration et diffusion de pratiques de gestion exemplairesMortalité directePolitiques et lignes directrices
  • Élaborer des pratiques exemplaires et les communiquer par des moyens efficaces.
  • Contribuer à l'élaboration de politiques dans la mesure du possible.
  • Élaborer des pratiques de gestion exemplaires ou des politiques pour gérer l'utilisation accrue d'insecticides en période de pullulement de sauterelles.
Nécessaire6. Sensibiliser les principaux intervenants à la conservation et au rétablissement du renard véloce et les rallier à cette cause.Degré d'efficacité des programmes de diffusion externe, de sensibilisation et d'éducation exécutés par l'équipe de rétablissement ou d'autres entitésToutes les menacesSensibilisation et diffusion externe
  • Renseigner le public sur la conservation de l'espèce dans les régions qui abritent des renards véloces ou qui renferment des parcelles d'habitat possible.
  • Fournir des renseignements sur les programmes d'intendance aux propriétaires fonciers.
  • Mener des consultations sur l'habitat essentiel.
  • Fournir une rétroaction en temps voulu aux propriétaires fonciers sur les recherches liées au renard véloce.
  • S'il y a lieu, embaucher des propriétaires fonciers ou d'autres personnes issues des collectivités locales pour qu'ils participent à des projets de recherche ou à des activités de sensibilisation.
  • Intégrer la question du rétablissement du renard véloce aux programmes scolaires et sensibiliser les enfants aux enjeux liés à la conservation de la prairie.
  • Dans la mesure du possible, travailler avec les responsables du programme de vulgarisation de l'ARAP(AAC) concernant les espèces en péril.
Nécessaire7. Surveiller les tendances au chapitre de l'abondance des renards véloces, de leur répartition spatiale, de leur diversité génétique ainsi que de la prévalence et de la répartition des maladies présentant un risque élevé pour leur survie.
  • Remplacement du piégeage de spécimens vivants par des techniques moins invasives pour chaque recensement quinquennal
  • Identification des maladies possibles et détermination des risques de transmission
  • Détermination de la composition génétique des renards véloces dans la partie nord des Prairies (Alberta, Saskatchewan et Montana)
Disparition de l'habitat, mortalité directe et indirecteSurveillance et recherche
  • Accroître l'efficacité du piégeage d'animaux vivants et mettre au point des méthodes de recensement moins invasives qui pourraient à la longue accroître ou remplacer les captures de spécimens vivants.
  • Poursuivre le recensement international coordonné de la population de renards véloces, qui a lieu tous les cinq ans.
  • Surveiller l'accroissement ou la diminution de l'aire de répartition.
  • Évaluer la prévalence des maladies propres aux canidés chez le renard véloce, leurs vecteurs ainsi que leurs effets possibles sur la survie et le succès de reproduction de l'espèce.
  • Déterminer le rythme et l'étendue possibles de la propagation des maladies au sein de la population (à l'aide de paramètres liés à la dispersion et au flux génétique).
  • Déterminer le flux génétique entre les « sous-populations » du Canada et des régions contiguës du Montana et déterminer la taille effective de la population (par opposition à la taille de recensement).
Nécessaire8. Intégrer les efforts de rétablissement à des programmes élargis et unifiés de conservation des espèces de la prairie qui coexistent avec le renard véloce ainsi qu'à des efforts plus généraux de conservation de la prairie.
  • Accroissement du niveau d'appui du public aux efforts de rétablissement dans la prairie, mesuré en partie par l'accroissement des activités d'intendance et des tribunes de collaboration auxquelles participent les résidents des Prairies.

 

Toutes les menacesPlanification
  • Accroître le nombre d'intervenants qui reconnaissent les valeurs importantes de la biodiversité dans la région et créer des tribunes de collaboration où les connaissances locales peuvent être mises à profit et les intérêts locaux, intégrés à l'exécution des programmes de conservation.
  • Donner une orientation au Programme d'intendance de l'habitat en ce qui a trait aux priorités en matière d'intendance et de sécurisation de l'habitat du renard véloce.
  • Participer à des initiatives de planification liées à la conservation de la prairie et aux espèces en voie de disparition.

2.6 Habitat essentiel

Il est impossible de désigner l'habitat essentiel du renard véloce pour l'instant, en raison de l'incertitude entourant les caractéristiques écologiques et l'emplacement de l'habitat nécessaire au rétablissement de l'espèce. Le renard véloce a un vaste domaine vital, et il se peut qu'il faille préserver de grandes parcelles de prairie indigène pour atteindre le but du rétablissement. Il faut recueillir plus d'information sur la superficie et la répartition des domaines vitaux dans la prairie indigène et s'en servir pour orienter le processus de désignation de l'habitat essentiel. Même si nous savons déjà beaucoup de choses au sujet de l'habitat dont l'espèce a besoin, il reste encore à combler certaines lacunes avant de pouvoir désigner l'habitat essentiel. Un calendrier d'études a été établi à cette fin. Une fois achevés les travaux prévus, l'habitat essentiel devrait pouvoir être désigné dans un plan d'action d'ici juillet 2011.

2.6.1 Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel

Tableau 3. Calendrier des études
MesureDate d'achèvement
1. À la lumière de l'information accessible, déterminer les attributs fonctionnels de l'habitat du renard véloce qui doivent être préservés, dans le cadre d'une évaluation des effets cumulatifs des perturbations anthropiques où sont précisées les lacunes sur le plan des connaissances ainsi que les priorités futures en matière de recherche et de surveillance. Cette démarche contribuera à l'élaboration de pratiques de gestion exemplaires et de mesures d'atténuation des impacts environnementaux.Juillet 2007
2. À la lumière des données recueillies par le piégeage d'animaux vivants, modéliser l'habitat de l'espèce pour estimer s'il est convenable et de quelle façon il est occupé.Juillet 2007
3. Modéliser la démographie de l'espèce afin d'estimer la dynamique de la population et le risque de disparition en regard du but du rétablissement. Combiner les données démographiques et les résultats du modèle d'évaluation de l'habitat dans une analyse spatialement explicite de la viabilité de la population et de son habitat (ou par d'autres moyens) afin d'estimer la superficie et l'emplacement de l'habitat nécessaire à l'atteinte des buts à court et à long terme pour les populations canadiennes existantes. Cette analyse servira à déterminer si le programme de réintroduction doit se poursuivre.Janvier 2008
4. Présenter une synthèse des connaissances actuelles dans un document de travail (en y intégrant les résultats des mesures 1 à 3 ci-dessus) qui comprendra une description biologique de l'habitat essentiel, y compris des cartes de l'habitat essentiel possible avec explications sur la façon dont elles ont été produites. Le document devra également énumérer les activités qui détruisent l'habitat essentiel, préciser quelle est la politique fédérale sur la protection efficace et présenter les scénarios possibles pour sécuriser l'habitat essentiel du renard véloce au sein des différentes compétences.Septembre 2008
5. Dans le cadre des consultations sur l'habitat essentiel, tenir une série d'ateliers avec des intervenants dans les collectivités situées à proximité des populations canadiennes de renards véloces ou dans les régions renfermant de vastes parcelles d'habitat possible. Ces ateliers de consultation auront comme objectif premier de présenter le document de travail sur l'habitat essentiel du renard véloce, d'en préciser le contenu et d'en discuter. Recueillir des renseignements sur les impacts socioéconomiques possibles de divers scénarios de désignation de l'habitat essentiel et élaborer des stratégies pour atténuer ces impacts. Dans la mesure du possible, organiser les ateliers de consultation en collaboration avec l'équipe de rétablissement du Tétras des armoises, afin d'en accroître l'efficacité et l'efficience.Octobre 2008 – mars 2009
6. Ébaucher un plan d'action pour le rétablissement du renard véloce et y désigner l'habitat essentiel. Entreprendre le processus d'examen et de consultation.Janvier 2010
7. Évaluer les impacts écologiques, sociaux et économiques possibles de la désignation, de la protection et de la gestion de l'habitat essentiel. Procéder à ces travaux en collaboration avec l'équipe de rétablissement du Tétras des armoises dans la mesure du possible, afin d'accroître l'efficacité du processus. Entreprendre le processus d'examen et de consultation.Juillet 2010
8. Terminer les consultations, obtenir les approbations et verser le plan d'action au Registre.Juillet 2011

2.7 Effets sur les espèces non ciblées

Le lecteur est prié de se reporter au résumé de l'évaluation environnementale stratégique (Forrestall, 2006) qui se trouve au début du présent document.

2.8 Énoncé sur les plans d'action

Un plan d'action précisant la désignation de l'habitat essentiel sera élaboré (voir le tableau 3) d'ici juillet 2011. S'il est établi que d'autres mesures de réintroduction sont nécessaires à l'atteinte des buts du rétablissement, un plan d'action pour la réintroduction sera élaboré soit de façon distincte, soit dans le cadre du plan d'action désignant l'habitat essentiel. En outre, le gouvernement de l'Alberta travaille à l'élaboration de son propre plan d'action pour le rétablissement du renard véloce.