Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la buchloé faux dactyle (Buchloë dactyloides) au Canada (proposition)

Sommaire

  • La buchloé faux-dactyle est une graminée vivace qui se reproduit par voie asexuée au moyen de stolons rampants, et par voie sexuée grâce à des fleurs mâles et femelles portées par des individus distincts. Les graines de la plante femelle sont enfermées dans des glomérules épineuses qui les protègent. Au Canada, la buchloé faux-dactyle est associée à la vallée de la rivière Souris et à ses affluents dans le sud-ouest du Manitoba et le sud-est de la Saskatchewan. A l'heure actuelle, il existe cinq populations au Manitoba et une en Saskatchewan, dont les estimations de la zone d'occupation minimum sont de 407 ha et 1,27 ha respectivement.

  • Actuellement, les menaces identifiées pesant sur la buchloé faux-dactyle sont la perte et la dégradation de l'habitat provoquées par l'extraction à ciel ouvert du charbon, les inondations causées par les réservoirs et les barrages, l'agriculture, la construction ou la réfection des routes, l'expansion urbaine, l'exploitation argiliaire, les espèces exotiques envahissantes, et la modification de la dynamique écologique ou des processus naturels due au manque de pâturages et/ou de régimes des feux.

  • Le but à long terme du rétablissement consiste à maintenir la persistance de toutes les populations naturellement présentes au Canada. Parce qu'il est difficile de dénombrer les individus ou les clones de la buchloé faux-dactyle, aucun objectif en matière de population n'a été fixé. Les objectifs en matière de répartition reposent sur deux échelles : la zone d'occupation et le nombre de quarts de section occupés. Les données étant incomplètes, les objectifs suivants doivent être considérés comme des objectifs à court terme (cinq ans) :
    1. Saskatchewan – population d'Estevan : maintenir au moins 1,27 hectare dans au moins 17 quarts de section.
    2. Manitoba – population de la rivière Souris : maintenir au moins 402 hectares dans à peu près 43 quarts de section.
    3. Manitoba – population du parc Sourisford : maintenir au moins 0,01 hectare (136 ) dans au moins un quart de section.
    4. Manitoba – partie nord de la vallée de la rivière Blind (occurrence d'élément numéro 6) : maintenir au moins 4,2 hectares dans au moins deux quarts de section.
    5. Manitoba – partie sud de la vallée de la rivière Blind (occurrence d'élément numéro 5) : maintenir au moins 0,79 hectare (7 974 ) dans au moins un ou deux quarts de section.
    6. Manitoba – partie est de la vallée de la rivière Blind (occurrence d'élément numéro 11) : maintenir au moins 0,01 hectare (137 ) dans au moins un quart de section.


  • Quatre objectifs ont été établis pour le rétablissement de la buchloé faux-dactyle :
    1. Objectif 1 : Élaborer des pratiques de gestion bénéfiques et des accords d'intendance, et en faire la promotion auprès des propriétaires fonciers, des gestionnaires des terres, des intervenants et de l'industrie, d'ici 2012, afin de réduire les menaces qui pèsent sur la buchloé faux-dactyle et son habitat (priorité – urgent).
    2. Objectif 2 : Désigner l'habitat essentiel d'ici 2012 (priorité – urgent).
    3. Objectif 3 : Circonscrire, dans la mesure du possible, la zone d'occurrence et la zone d'occupation des populations de la buchloé faux-dactyle d'ici 2012 (priorité – nécessaire).
    4. Objectif 4 : Effectuer le suivi des tendances de la zone d'occupation des populations existantes jusqu'en 2017 (priorité – utile).


  • Les activités de recherche et de gestion nécessaires pour atteindre ces objectifs incluent l'élaboration, la communication et la mise en œuvre de pratiques de gestion bénéfiques afin de réduire les menaces, la conclusion d'accords d'intendance avec les propriétaires fonciers et les gestionnaires des terres touchés afin de protéger l'habitat, la création de lignes directrices sur les distances de recul pour les perturbations, la réalisation de recherches sur les associations d'habitats, la réalisation des recherches nécessaires pour analyser la viabilité des populations et achever la désignation de l'habitat essentiel, la réalisation de recherches sur les incidences des menaces et des pratiques de gestion, l'établissement de lignes directrices normalisées pour l'inventaire et le suivi, ainsi que la poursuite des activités d'inventaire et de suivi.

  • L'habitat essentiel sera désigné à la suite de relevés supplémentaires dans un ou plusieurs plans d'action, élaborés en collaboration avec les compétences responsables.