Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le carex tumulicole (Carex tumulicola) au Canada

Importance de l'espèce

Pendant un certain temps, certains centres de jardinage américains, principalement de la Californie, ont offert comme plante ornementale une espèce qu’ils croyaient être le Carex tumulicola, espèce indigène confinée à la côte ouest. Le spécialiste des Cypéracées A. Reznicek, Ph.D., a depuis démontré que les plantes offertes par des pépinières de l’État de Washington et de l’Oregon (San Marcos Growers, site web disponible en anglais seulement) appartenaient à l’espèce européenne Carex divulsa. Au Canada, l’espèce ne présente aucune importance pertinente en lien avec les critères établis par le COSEPAC, si ce n’est qu’elle pourrait être, comme sa répartition discontinue dans l’ouest de l’Amérique du Nord semble l’indiquer, un vestige de l’altithermal, période sèche et chaude survenue il y a 4 000 à 6 000 ans. Le C. tumulicola était l’une des espèces évaluées proposées par une pépinière pour l’aménagement d’une terrasse-jardin dans le cadre du projet d’agrandissement du Vancouver Convention Centre (Thuring 2007). Il a subséquemment été démontré que les carex cultivés évalués étaient probablement issus de matériel de pépinière de l’espèce européenne C. divulsa (Thuring, comm. pers. à E. Haber, 2008).

Dans le passé, les peuples autochtones de la Colombie-Britannique utilisaient les Cypéracées comme source de combustible et de fourrage (Turner, 1979). Toutefois, l’identité des espèces utilisées demeure inconnue, et il n’existe aucune mention faisant état de l’utilisation du Carex tumulicola à ces fins, ni au Canada ni aux États-Unis.