Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic à tête rouge (Melanerpes Erythrocephalus) au Canada - Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Sur le plan historique, l’une des principales causes du déclin de la population de Pics à tête rouge a été la perte de vastes étendues de peuplements mûrs de feuillus, tels que le chêne et le hêtre, dans le centre et dans l’est des États-Unis à la suite de l’établissement des Européens (Smith et al., 2000). Ces forêts produisaient des glands et des faines en abondance, soit la principale source de nourriture du Pic à tête rouge en hiver.

Un facteur limitatif important et plus récent a été la perte de sites de nidification et de cavités servant de perchoir en raison de l’élimination des ormes et des châtaigniers morts des milieux urbains et agricoles (Page, 1996). La perte des forêts de hêtres, lesquelles fournissent une source primaire de nourriture, à cause de maladies, telle la maladie corticale du hêtre, a également contribué de manière importante au déclin de l’espèce (Houston et O’Brien, 1998). Il est aussi à remarquer que la maladie corticale du hêtre semble se développer en Ontario (Service canadien des forêts, 2001), province qui comprend une grande partie de l’aire de reproduction du Pic à tête rouge. L'ensemble de ces facteurs peut entraîner un déclin continu de la population de cette espèce au Canada.

Les déclins de l’espèce ont également été associés à la mortalité causée par les collisions avec les véhicules motorisés qui surviennent lorsque les pics se nourrissent en bordure des routes (Smith et al., 2000), ainsi qu’à l’exposition aux pesticides et aux produits chimiques (Smith et al., 2000). Sur l’île Manitoulin, par exemple, une population de Pics à tête rouge a disparu à la suite de l’utilisation de pesticides au milieu du XXe siècle (Page, 1996). De même, un taux de mortalité élevé a été signalé parmi les oisillons nés dans des nids construits dans des poteaux téléphoniques qui avaient récemment été traités à la créosote (Smith et al., 2000).