Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le requin bleu - population Altantique et Pacifique au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

La mortalité causée par la pêche est la plus grande menace qui plane sur les populations de requins bleus partout dans le monde. Les prises accessoires des pêches pélagiques comprennent régulièrement des requins bleus. Campana et al. (2004) ont examiné 6 pêches pélagiques pratiquées dans les eaux canadiennes de l’Atlantique et constaté que les prises accessoires moyennes de requins bleus forment de 26 à 52 p. 100 des prises dirigées totales de grandes espèces pélagiques, avec une moyenne globale de 34 p. 100. Un examen des taux de prise publiés par les pêches pélagiques de l’Atlantique Nord a révélé que les taux de prise variaient de 5,1 à 40,0 requins bleus par 1 000 hameçons (Campana et al., 2004). Le requin bleu n’ayant guère de valeur, les individus capturés sont rejetés à la mer. Campana et al. (2004) estiment que 60 p. 100 des requins bleus survivent à une capture. Les prises de requins bleus dans les eaux canadiennes de 1996 à 2002 s’élèvent à moins de 1 000 t/an, ce qui représente une baisse comparativement au début des années 1990, alors que les prises dépassaient souvent 1 500 t/an. Les prises annuelles en eaux canadiennes représentent probablement une petite fraction (1 p. 100 ou moins) des prises totales dans l’Atlantique Nord.

L’effort de pêche à la palangre à la grandeur de l’Atlantique s’est rapidement accru à partir de 1955 (figure 11), et la mortalité causée par la pêche augmente probablement en proportion directe avec l’effort de pêche (même si cette information n’est pas directement pertinente pour les individus vivant dans les eaux canadiennes, on la considère comme une bonne indication de l’effet de l’effort de pêche sur l’ensemble de la population). La baisse de la mortalité par pêche chez cette espèce n’est possible que s’il y a une baisse à l’échelle mondiale de l’effort de pêche aux espèces pélagiques. En 2004, la CICTA a adopté une résolution interdisant l’ablation des ailerons de requin, ce qui, d’après les prévisions, devrait réduire la mortalité par pêche. Cependant, la quantité d’ailerons de requin bleu prélevés sur une base annuelle est inconnue (voir la section suivante). L’incidence de ce changement de pratique sur les populations de requins bleus dépend de la proportion de requins bleus chez qui on enlève actuellement les ailerons ainsi que du taux de conformité des diverses pêches internationales en cause.