Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le requin bleu - population Altantique et Pacifique au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

On trouve des requins bleus dans tous les océans tempérés et tropicaux du monde, surtout dans les eaux de surface et au large des côtes (espèce épipélagique) (figure 2). Il n’y a aucun signe de réduction ni d’expansion de l’aire de répartition mondiale.


Figure 2 : Aire de répartition mondiale du requin bleu

Figure 2 : Aire de répartition mondiale du requin bleu.

Source de la carte : FAO, 2004.


Aire de répartition canadienne

Atlantique

On trouve des requins bleus le long du rebord de la plateforme continentale, du nord-est de Terre-Neuve vers le sud, y compris dans le golfe du Saint-Laurent et la baie de Fundy (figure 3). L’abondance dans les eaux canadiennes varie de façon saisonnière, le nombre de prises étant plus élevé aux troisième et quatrième trimestres. Le nombre de prises est très faible au premier trimestre, et moyen, au deuxième (figure 4). La zone d’occurrence est d’environ 1,2 million de km2, d’après la répartition des relevés de prises. La zone d’occupation, soit la zone où les observations sont les plus fréquentes, a une superficie de 0,8 million de km2.


Figure 3 : Aire de répartition du requin bleu dans la région atlantique du Canada, d’après tous les registres de prises commerciales connus de 1986 à 2004

Figure 3 : Aire de répartition du requin bleu dans la région atlantique du Canada, d’après tous les registres de prises commerciales connus de 1986 à 2004.


Figure 4 : Emplacement des prises de requins bleus, selon la saison, d’après les observations du Programme international des observateurs sur les navires canadiens pratiquant la pêche à l’espadon ou au thon de 1986 à 2001

Figure 4 : Emplacement des prises de requins bleus, selon la saison, d’après les observations du Programme international des observateurs sur les navires canadiens pratiquant la pêche à l’espadon ou au thon de 1986 à 2001.

D’après Campana et al., 2004. On remarque que la plupart des requins bleus sont capturés aux 3e et 4e trimestres.

Pacifique

On trouve des requins bleus dans les pêches au chalut et aux lignes le long de la côte ouest de l’île de Vancouver et des îles de la Reine-Charlotte ainsi que dans le détroit d’Hécate (figure 5). Les relevés effectués à la palangre sur la majeure partie de la plateforme continentale par la Commission internationale du flétan du Pacifique (CIFP) de 1998 à 2004 indiquent une tendance de l’occurrence semblable à celle observée dans les pêches commerciales (figure 6). On constate aussi une augmentation des prises commerciales de requins bleus aux lignes en été, ce qui correspond à une augmentation saisonnière de l’abondance des requins bleus (figure 7), le nombre de captures par unité d’effort (CPUE) aux troisième et quatrième trimestres étant presque cinquante fois plus élevé qu’aux premier et deuxième trimestres (annexe 1).


Figure 5 : Répartition des prises de requins bleus au large de la Colombie-Britannique, d’après les registres de toutes les pêches commerciales de 1996 à 2004

Figure 5 : Répartition des prises de requins bleus au large de la Colombie-Britannique, d’après les registres de toutes les pêches commerciales de 1996 à 2004.

(23,5 t visibles). Source : Bases de données PacHarvHL et PacHarvTrawl du MPO.


Figure 6 : Emplacement des prises de requins bleus (n = 170) dans les relevés de mouillage de la Commission internationale du flétan du Pacifique (CIFP) dans la zone 2B, de 1998 à 2004

Figure 6 : Emplacement des prises de requins bleus (n = 170) dans les relevés de mouillage de la Commission internationale du flétan du Pacifique (CIFP) dans la zone 2B, de 1998 à 2004.

Données de la Commission internationale du flétan du Pacifique (CIFP).


Figure 7 : Répartition des prises de requins bleus par la flotte commerciale de bateaux de pêche aux lignes de la Colombie-Britannique, selon la saison, de 1998 à 2004

Figure 7 : Répartition des prises de requins bleus par la flotte commerciale de bateaux de pêche aux lignes de la Colombie-Britannique, selon la saison, de 1998 à 2004.

Source : Base de données PacHarHL du MPO.

Sur la base des tendances connues en matière de déplacements (Nakano et Seki, 2002), il est peu probable que les requins bleus résident de façon prolongée dans les eaux canadiennes du Pacifique; en tout temps, une faible portion seulement de la population totale du Pacifique Nord est susceptible de fréquenter les eaux canadiennes. Il y a peu de données disponibles pour détecter l’évolution de l’aire de répartition dans les eaux canadiennes. La zone d’occurrence couvre environ 117 000 km2, d’après la superficie des polygones qui englobent les relevés de prises (annexe 2). Le requin bleu étant une espèce pélagique, son aire de répartition s’étend probablement des profondeurs de 200 m au large des côtes jusqu’à la limite des eaux canadiennes, soit sur une superficie de 450 000 km2.