Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du Sucet de Lac

Résumé

Le sucet de lac connaît une décroissance dans la majeure partie de son aire de répartition à travers le Canada et les États-Unis. Au Canada, son territoire se limite au sud-ouest de l’Ontario : dans la rivière Ausable, le lac Sainte-Claire, la rivière Thames (ruisseau Jeanette), les milieux humides riverains du lac Érié et dans plusieurs affluents du ruisseau Big et de la rivière Niagara (ruisseaux Tea et Lyons).

Le sucet de lac est un petit poisson de moins de 254 mm de longueur totale dont le corps est épais et robuste, qui appartient à la famille des sucets catostomes. Dans son aire de répartition, le sucet de lac affiche une prédilection pour les eaux claires, lentes ou stagnantes. On le trouve souvent sur des substrats de gravier, de sable, de limon et de débris organiques où pousse une végétation abondante. Les spécimens de l’Ontario sont habituellement capturés dans des baies d’eaux stagnantes, des bras de cours d’eau, des étangs et des marais où la végétation est dense. Il semble que les habitats adaptés à cette espèce diminuent en taille et en qualité, principalement en raison du drainage des milieux humides et de l’envasement provoqué par l’agriculture.

Selon la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral, le sucet de lac est désigné comme une espèce menacée. À ce titre, la Loi exige que l’on élabore un programme de rétablissement pour relever les approches qui permettent d’arrêter ou de renverser le déclin de l’espèce. Pêches et Océans Canada, en collaboration avec le gouvernement de l’Ontario, a élaboré un programme de rétablissement pour favoriser la conservation et le rétablissement de cette espèce.

Le but à long terme du rétablissement (> 20 années) est de « maintenir l’aire de répartition et la densité actuelle du sucet de lac et de rétablir des populations viables dans les habitats marécageux autrefois occupés ». Les objectifs de rétablissement suivants seront poursuivis sur une période de cinq à dix ans pour favoriser l’atteinte du but à long terme.

  1. Déterminer l’étendue, l’abondance et l’effectif des populations actuelles par le biais d’un programme d’échantillonnage ciblé.
  2. Définir les principaux besoins en matière d’habitat afin de désigner l’habitat essentiel et de mettre en œuvre des stratégies pour protéger les habitats actuellement connus comme étant occupés et ceux faisant l’objet du rétablissement.
  3. Établir un programme de surveillance à long terme des populations et de l’habitat.
  4. Définir les menaces, évaluer leur importance relative et mettre en œuvre des mesures correctives pour réduire le plus possible leurs impacts, lorsque c’est possible.
  5. Établir la faisabilité de la réintroduction chez des populations qui peuvent être disparues du pays ou réduites.
  6. Coordonner les efforts de rétablissement avec les équipes de rétablissement de l’écosystème aquatique et terrestre et avec toute autre initiative ou tout autre organisme pertinent ou complémentaire.
  7. Accroître la sensibilisation du public à l’égard du sucet de lac, du rôle que jouent des écosystèmes aquatiques en santé et de leur importance pour la vie humaine.

L’équipe de rétablissement a défini plusieurs approches qui sont nécessaires pour assurer l’atteinte des objectifs du rétablissement du sucet de lac. Ces approches ont été regroupées en trois catégories; les mesures urgentes sont résumées ci-après.

Recherche et suivi

  • Effectuer des relevés préliminaires dans des sites historiques ainsi que dans d’autres zones d’habitat adéquat.
  • Effectuer des relevés ciblés des populations actuelles afin de déterminer l’étendue, l’abondance et l’effectif des populations.
  • Élaborer et appliquer un programme de suivi des populations et de leur habitat afin d’évaluer les changements qui surviennent dans les caractéristiques de ces populations et de leur habitat.
  • Déterminer les besoins saisonniers de l’espèce en matière d’habitat dans tous les stades de son cycle de vie.
  • S’assurer que les organismes de planification et de gestion connaissent les habitats importants pour le sucet de lac.

Gestion et coordination

  • Partager les connaissances avec les équipes de rétablissement de l’écosystème concernées et travailler de concert afin de mettre en œuvre des mesures de rétablissement.
  • Inciter les municipalités à protéger les habitats qui sont importants pour le sucet de lac.

Intendance, diffusion de l’information et sensibilisation

  • Promouvoir l’intendance chez les propriétaires de terrains adjacents à l’habitat du sucet de lac. S’assurer qu’ils sont informés des possibilités d’aide financière.
  • Travailler de concert avec les propriétaires terriens afin qu’ils mettent en œuvre des pratiques de gestion optimales. Stimuler l’adoption de plans environnementaux en agriculture et de plans de gestion des éléments nutritifs.

En vertu de la Loi sur les espèces en péril, la désignation de l’habitat essentiel constitue un élément important du rétablissement des espèces en voie de disparition et des espèces menacées. Étant donné le manque général de connaissances détaillées, l’équipe de rétablissement a préparé un calendrier d’études indiquant les étapes qu’elle doit franchir pour obtenir l’information nécessaire à la désignation de l’habitat essentiel. D’ici à ce que l’habitat essentiel puisse être défini de façon adéquate, l’équipe de rétablissement a désigné les « habitats actuellement occupés » comme des milieux nécessitant des mesures de conservation.

On adoptera une approche double pour la mise en œuvre du rétablissement, laquelle combine une approche fondée sur l’écosystème complétée par une approche axée sur une espèce unique. L’exercice sera réalisé grâce aux efforts coordonnés des équipes de rétablissement concernées (rivières Ausable et Thames et secteur Essex-Érié) et des groupes de mise en œuvre du rétablissement connexes. Le programme de rétablissement sera soutenu par un ou plusieurs plans d’action qui seront élaborés d’ici cinq ans. La réussite des mesures de rétablissement par rapport à l’atteinte des objectifs de rétablissement établis sera évaluée par l’entremise des mesures du rendement prévues. Le programme de rétablissement sera réévalué dans son ensemble tous les cinq ans, ce qui nous permettra de faire le point sur les progrès accomplis et d’incorporer de nouvelles données.