Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du Sucet de Lac

Annexe B : Collaboration et consultation

Le programme de rétablissement du sucet de lac a été élaboré par Pêches et Océans Canada (MPO) avec la participation de représentants des instances suivantes : ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO), Ausable Bayfield Conservation Authority, Essex Region Conservation Authority, Niagara Peninsula Conservation Authority, Old Ausable Channel Management Committee, Niagara Parks Commission, l’Université Trent et l’Agences Parcs Canada– Parc national de la Pointe Pelée.

Au cours de l’élaboration du programme de rétablissement proposé pour le sucet de lac, Pêches et Océans Canada a tenté d’obtenir la participation de toutes les communautés autochtones du Sud de l’Ontario potentiellement touchées. On a envoyé des trousses d’information au chef et au conseil de la Première nation Aamjiwnaang, de la Première nation Caldwell, des Chippewas of Kettle et Stony Point, de la Première nation des Chippewas de la Thames, de Mississauga de New Credit, des Moraviens de la Thames, de la nation Munsee-Delaware,de la nation Oneida de la Thames, des Six nations de Grand River et de la Première nation de Walpole Island. On a également envoyé des trousses d’information aux destinataires suivants : Métis Nation of Ontario (MNO), capitaine de chasse du MNO pour les régions 7 et 9, Métis National Council, Association of Iroquois and Allied Indians, Union of Ontario Indians (nation Anishnabek), Chiefs of Ontario et Assemblée des Premières nations. Les membres de ces communautés peuvent avoir voyagé ou pêché dans les eaux où cette espèce de poisson est présente ou a été observée autrefois. On a effectué des appels téléphoniques de suivi au bureau de chaque communauté pour s’assurer qu’ils avaient reçu les trousses et pour demander s’ils souhaitaient organiser une réunion pour en savoir davantage sur les espèces en péril en général et sur les programmes de rétablissement proposés. À la suite de ces lettres et de ces appels, la Première nation Aamjiwnaang a demandé la tenue d’une réunion. Jusqu’à maintenant, l’Association of Iroquois and Allied Indians a émis des commentaires.

En plus des activités mentionnées ci-devant, le MPO a établi un dialogue permanent avec le conseiller en politiques du Southern First Nations Secretariat sur les espèces aquatiques en péril en général et a obtenu la participation du London Chiefs Council (une association de huit gouvernements des Premières nations du sud-ouest de l’Ontario) à plusieurs occasions. Des réunions ont eu lieu avec le directeur du Walpole Island Natural Heritage Centre et l’agent de surveillance de la chasse et de la pêche de la Première nation de Walpole Island. Le MPO a par ailleurs discuté des questions de la LEP avec un représentant des Six nations de Grand River qui travaille pour le Six Nations EcoCentre et qui représente également les intérêts des Premières nations dans le plan de gestion des poissons en péril de la rivière Grand, dans le plan de gestion des poissons de la rivière Thames et dans le plan de gestion de la rivière St. Clair.

De plus, le MPO a préparé une liste des organismes non gouvernementaux et des municipalités qui peuvent être touchés par le programme de rétablissement proposé. Des trousses d’information ont été préparées pour informer ces groupes que le programme de rétablissement proposé est sur le point d’être approuvé et inviter chaque groupe à formuler des commentaires sur le programme. En outre, une annonce sera publiée dans les journaux distribués dans le secteur où ce poisson est présent ou l’était autrefois pour informer les propriétaires fonciers et le grand public au sujet du programme et les inviter à formuler leurs commentaires. Ces trousses seront transmises et les annonces publiées lorsque la version proposée du programme de rétablissement sera publiée sur le Registre de la LEP.

On a demandé au MRNO, à l’Agence Parcs Canada et à Environnement Canada de commenter le programme de rétablissement proposé.